Ángel González

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir González.

Ángel González Muñiz, né le 6 septembre 1925 à Oviedo et mort le 12 janvier 2008 (à 82 ans) à Madrid, est un poète espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1925 à Oviedo, dans les Asturies, l'enfance d'Ángel González est fortement marqué par la mort de son père, alors qu'il n'a que dix-huit mois. La destruction du giron familial s'aggrave encore lorsque, durant la Guerre civile espagnole, son frère, Manuel, est assassiné par l'armée franquiste en 1936, tandis que son autre frère, Pedro, quitte le pays.

En 1943, atteint de tuberculose, il se remet à Páramo del Sil dans le León. Trois ans plus tard, il choisit d'étudier le droit à l'Université d'Oviedo, puis entre en 1950 à l'École officielle de journalisme de Madrid.

Son expérience d'enfant de la guerre se concrétise dans Áspero mundo (1956), sa première publication qui est couronnée par le Prix Adonáis.

Après la publication de son second livre, Sin esperanza (« Sans espoir ») en 1961, il fait partie du groupe de poètes appelé « Génération de 50 » ou « Génération du milieu du siècle », avec notamment José Ángel Valente, Jaime Gil de Biedma, Carlos Barral, José Agustín Goytisolo et José Manuel Caballero Bonald. En 1962, il est primé à Collioure par le Prix Antonio Machado pour son ouvrage Grado elemental.

En 1970, il donne plusieurs conférences à l'Université du Nouveau-Mexique, à Albuquerque, puis est invité comme professeur durant un semestre. En 1973, il intervient avec le même statut aux universités d'Utah, du Maryland et du Texas, avant de revenir en 1974 à l'Université de Nouveau-Mexique comme professeur de Littérature espagnole contemporaine.

En 1985, il reçoit le prix Prince des Asturies de littérature, et en 1991 le Prix international de poésie de Salerne. En janvier 1996, il est élu membre de l'Académie royale espagnole. La même année, il obtient le Prix Reine Sofía de Poesie ibéroaméricaine.

Il arrête d'enseigner en 1992. Il reçoit le Prix Julián Besteiro des arts et des lettres en 2001 et devient le premier lauréat du Prix de poésie de la ville de Grenade-Federico García Lorca.

Hospitalisé à Madrid le 11 janvier 2008, il meurt le lendemain le 12 janvier à l'âge de 82 ans.

Legs et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Honneurs et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Il occupe le siège P de l'Académie royale espagnole de 1996 à 2008.

En 2009, Joaquin Sabina lui dédie la chanson "Menos dos alas" de l'album Vinagre y Rosas, écrite avec Benjamin Prado.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Áspero mundo, Madrid, Rialp, 1956 (Accésit Prix Adonáis 1955).
  • Sin esperanza, con convencimiento, Barcelona, Colliure, 1961.
  • Grado elemental, París, Ruedo Ibérico, 1962 (Prix Antonio Machado).
  • Palabra sobre palabra, Madrid, Poesía para todos, 1965, 1972 y 1977.
  • Tratado de urbanismo, Barcelone, Col. El Bardo, 1967.
  • Palabra sobre palabra, Barcelone, Seix Barral, 1968 (Poesía completa).
  • Breves acotaciones para una biografía, Las Palmas de Gran Canaria, Inventarios provisionales, 1971.
  • Procedimientos narrativos, Santander, La isla de los ratones, 1972.
  • Muestra, corregida y aumentada, de algunos procedimientos narrativos y de las actitudes sentimentales que habitualmente comportan, Madrid, Turner, 1977.
  • Prosemas o menos, 1984.
  • Deixis en fantasma, Madrid, Hiperión, 1992.
  • 101 + 19 = 120 poemas, Madrid, Visor, 1999.
  • Otoños y otras luces, Barcelone, Tusquets, 2001.
  • Palabra sobre palabra, Barcelone, Seix Barral, 2005 (Poesía completa).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Alarchos Llorach, La poesía de Ángel González, Oviedo, Ediciones Nobel.
  • B. Mathios, Une lecture de l'œuvre d'Ángel González, Peter Lang, 2009.