Sergio Ramírez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramírez.
Sergio Ramírez à la Foire internationale du livre de Miami, 2011

Sergio Ramírez (Masatepe, ) est un écrivain, avocat, journaliste et homme politique nicaraguayen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le second fils de Pedro Ramirez Gutiérrez et Luisa Mercado Gutiérrez.

Encore étudiant, il fonde la revue Ventana en 1960 avec Fernando Gordillo. Il publie son premier livre, Cuentos, en 1963, et devient l'une des figures de la nouvelle génération littéraire nicaraguayenne. Il obtient son diplôme à l'Université de Léon en 1964, avant de poursuivre ses études à Berlin de 1973 à 1975, grâce à une bourse accordée par l'Office allemand d'échanges universitaires. Il est élu secrétaire général de la Confédération des universités d'Amérique centrale en 1968 et 1976.

En 1977, il participe à la création du groupe d'artistes et d'intellectuels nicaraguayens, Les Douze, qui s'oppose au gouvernement d'Anastasio Somoza. Puis, il fait partie en 1979 de l'Assemblée de Gouvernement qui a pris le pouvoir à la chute du dictateur. Il est nommé vice-président du gouvernement (1984) par le Front sandiniste de libération nationale, et préside le Conseil national de l'Éducation. Il a fondé la Editorial Nueva Nicaragua en 1981.

Aux élections présidentielles de février 1990, il soutient la nouvelle présidente élue, Violeta Barrios de Chamorro, et reçoit, la même année, l'Ordre Carlos Fonseca, qui est la plus importante décoration du FSLN. De 1990 à 1995, il préside le banc sandiniste à l'Assemblée nationale du Nicaragua, et est élu membre de la direction nationale de ce parti en 1991. En 1994, il rompt avec Ortega, et fonde en mai 1995 le Mouvement de la rénovation sandiniste (MRS), de tendance centre-gauche.

Journaliste, il est chroniqueur dans plusieurs journaux hispanophones, dont les quotidiens El País (Espagne), El Tiempo (Colombie), La Jornada (Mexique), El Nacional (Venezuela), La Prensa (Nicaragua) et La Opinión (Californie).

Il a été également professeur à l'université du Maryland entre 1999 et 2000, et à l'université libre de Berlin. Il est membre de l'Académie nicaraguayenne de la Langue, membre associé de l'Académie royale espagnole, et a été juré des festivals cinématographiques de Carthagène (1993) et Huelva (2002).

Sergio Ramírez (à droite) avec l'écrivain bolivien Edmundo Paz Soldán, 2011

Œuvres[modifier | modifier le code]

Histoires et romans[modifier | modifier le code]

  • Tiempo de Fulgor (1967)
  • De tropeles y tropelías (1972)
  • Charles Atlas también muere (1976)
  • Te dio miedo la sangre ? (1977)
  • Castigo Divino (1988) (paru en France sous le titre de Châtiment divin, éditions Denoël)
  • Clave de Sol (1992)
  • Un Baile de Máscaras (1995) (paru en France sous le titre Le Bal des masques, éditions Rivage)
  • Cuentos Completos (1997)
  • Margarita, está linda la mar (1998)
  • Sombras nada más (2002)
  • Mil y una muertes (roman), 2004
  • El Reino Animal (histoires) 2006.
  • Juego Perfecto (nouvelles, 2008)
  • El cielo llora por mí (roman, 2009) (paru en France sous le titre Il pleut sur Managua, éditions Métaillé)

Essais et témoignages[modifier | modifier le code]

  • Mis días con el Rector (1965)
  • Hombre del Caribe (1977)
  • Pensamiento vivo de Sandino (1981)
  • Balcanes y Volcanes (1983)
  • El Alba de Oro (1983)
  • Estás en Nicaragua (1985)
  • Las armas del futuro (1987)
  • La Marca del Zorro(1989)
  • Confesión de Amor (1991)
  • Oficios Compartidos (1994)
  • Biografía Mariano Fiallos (1997)
  • Adiós Muchachos(1999) (paru en France aux éditions Syllepse)
  • Mentiras Verdaderas (2001)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]