Fred Vargas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vargas.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Audoin-Rouzeau.

Fred Vargas

Description de cette image, également commentée ci-après

Fred Vargas, 2009

Nom de naissance Frédérique Audoin-Rouzeau
Activités Romancière, archéozoologue
Naissance 7 juin 1957 (57 ans)
Paris (France)
Langue d'écriture Français
Mouvement tragico comique
Genres Roman policier
Distinctions Duncan Lawrie International Dagger (2006)
Prix des libraires
Prix du scénario (Festival d'Angoulême)
Trophées 813
Prix Mystère de la Critique 2000

Fred Vargas, de son vrai nom Frédérique Audoin-Rouzeau, née le 7 juin 1957 à Paris, est une écrivaine[1] et archéozoologue[2] française. Elle est connu pour ses romans policiers mettant en scène, pour la plupart, le commissaire Adamsberg. Ces livres ont eu beaucoup de succès et ont été adaptés au cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Fred Vargas est la fille de l'écrivain Philippe Audoin et d'une ingénieure chimiste. Son frère est l'historien Stéphane Audoin-Rouzeau et sa sœur jumelle la peintre Jo Vargas.

Elle a fait ses études secondaires au lycée Molière à Paris et est titulaire d'un doctorat d'histoire, sur la peste au Moyen Âge.

Elle a travaillé comme chercheur au CNRS. Elle est spécialiste d'archéozoologie. Elle a travaillé sur des chantiers de fouilles archéologiques, notamment rue de Lutèce (face au Palais de Justice) à Paris et au monastère de La Charité-sur-Loire.

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Fred Vargas a écrit son premier roman policier, Les Jeux de l'amour et de la mort, au milieu des années 80 en parallèle d'un chantier archéologique dans la Nièvre. Celui-ci lui permet de gagner le Prix du premier roman du Festival de Cognac et de publier le roman dans la collection Le Masque[3]. Elle choisit le pseudonyme de Fred Vargas, à partir de celui de sa sœur jumelle Joëlle, peintre contemporaine connue sous le nom de Jo Vargas, hommage à Maria Vargas, personnage joué par l'actrice Ava Gardner dans le film La Comtesse aux pieds nus.

Depuis elle a publié une dizaine de romans, et quelques bandes dessinées avec Edmond Baudoin.

Elle a fait de son frère Stéphane Audoin-Rouzeau le personnage d'un de ses romans[4].

Depuis que le Figaro publie la liste des dix romanciers ayant le plus vendu (toutes éditions confondues) sur une année, Fred Vargas fait régulièrement partie du classement, notamment en 2008 (3e), 2009 (5e) et 2010 (8e).

Engagement[modifier | modifier le code]

À partir de 2004, Fred Vargas s'engage très activement dans la campagne qui réunit nombre de politiciens et intellectuels de la gauche et l'extrême gauche française protestant contre l'extradition de l'ancien terroriste italien d'extrême gauche Cesare Battisti condamné pour quatre meurtres dans la péninsule[5],[6].

Le travail d'enquête de Vargas a duré sept ans[3].

Œuvres littéraire[modifier | modifier le code]

Romans policiers[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Documents et essais[modifier | modifier le code]

  • Petit traité de toutes vérités sur l'existence (2001)
  • Critique de l'anxiété pure (2003)
  • La Vérité sur Cesare Battisti / textes et documents rassemblés par Fred Vargas (2004)

Détail des éditions[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Adamsberg : personnage principal de la plupart des romans, commissaire flâneur et zen sans véritable méthode d'investigation.
  • Adrien Danglard : inspecteur méthodique au savoir immense, adjoint du précédent ; divorcé, père de cinq enfants et grand consommateur de vin blanc et de bière.
  • Camille Forestier  : musicienne-plombier, elle a une relation mouvementée avec le commissaire Adamsberg. Surnommée « la petite chérie » lors de ses premières apparitions. Elle aura un enfant du commissaire, nommé Thomas dit Tom.
  • Violette Retancourt  : lieutenante appréciée d'Adamsberg. Mieux vaut ne pas se fier à sa forte corpulence, elle peut « tout » faire et est surnommée la "déesse" par le commissaire.
  • Veyrenc : lieutenant, Béarnais comme Adamsberg. Parle en alexandrin.
  • Estalère : brigadier dont les yeux sont en permanence écarquillés. Protégé par Adamsberg mais considéré comme idiot par le reste de la Brigade. Il adule à la fois le commissaire et Retancourt.
  • Froissy : appartient à la Brigade. Obsédée par la nourriture (elle en cache partout).
  • Armel Louvois dit Zerk : premier fils d'Adamsberg (apparaît dans Un lieu incertain et dans L'Armée furieuse).
  • Marc Vandoosler, dit « Saint-Marc » : homme de ménage le jour, médiéviste la nuit. Adore porter de lourdes bagues en argent.
  • Lucien Devernois, dit « Saint-Luc » : historien spécialiste de la Grande Guerre. Il utilise beaucoup d'expressions de cette guerre. Inspiré du frère de Fred Vargas, ce personnage à la mèche noire en bataille dans Debout les morts a fait dire à Stéphane Audoin-Rouzeau : « Lucien Devernois, c'est bien moi »[9].
  • Mathias Delamarre, dit « Saint-Mathieu » : archéologue spécialiste de la Préhistoire. Il se balade souvent en sandales et rarement habillé décemment.
  • Armand Vandoosler, dit « Vandoosler le Vieux » : ancien flic assez âgé, épicurien et fantasque, oncle et parrain de Marc.

Les trois historiens « sanctifiés », surnommés « Les Évangélistes », vivent dans la même maison, « La Baraque Pourrie » avec Armand Vandoosler. Chaque habitant occupe un étage entier, déterminé en fonction de l'époque étudiée. Mathias s'est ainsi installé au premier étage, Marc au second, Lucien au troisième, et Armand au quatrième (pour respecter l'ordre chronologique et non pas par irrespect envers le vieux monsieur).

  • Joss Le Guern : ancien marin devenu crieur, grossier, brutal et je-m'en-foutiste.
  • Ludwig Kehlweiler : dit l'allemand, ancien flic, possède un réseau national d'indicateurs et un crapaud nommé Bufo.
  • La Boule : le chat du commissariat (première apparition dans Pars vite et reviens tard), grosse boule de poil qui ne connaît que Danglard et Retancourt.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma :

À la télévision :

À la radio :

  • 2013 : Pars vite et reviens tard. Adaptation sous forme de feuilleton radiophonique pour France Culture. Réalisation : Cédric Aussir. Adaptation : Katell Guillou. Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière.

Récompenses et succès éditorial[modifier | modifier le code]

Œuvre récompensée Prix
Les Jeux de l'amour et de la mort
  • Drapeau de la France Prix du festival de Cognac 1986[10]
L'Homme aux cercles bleus
  • Drapeau de la France Prix du festival de St Nazaire 1992
Debout les morts
Salut et liberté (nouvelle, Le Monde, 19/07/1997)
L'Homme à l'envers
Les Quatre Fleuves
Pars vite et reviens tard
Fliehe weit und schnell (trad. en allemand de Pars vite et reviens tard)
  • Drapeau de l'Allemagne Deutscher Krimipreis 2004
Sous les vents de Neptune
Dans les bois éternels
The Three Evangelists (trad. en anglais de Debout les morts)
  • Drapeau du Royaume-Uni Duncan Lawrie International Dagger 2006 (for the best crime novel translated into English)
Wash this Blood Clean from my Hand (trad. en anglais de Sous les vents de Neptune)
  • Drapeau du Royaume-Uni Duncan Lawrie International Dagger 2007 (for the best crime novel translated into English)

A ces récompenses s'ajoutent un grand succès éditorial, notamment dans le classement des auteurs en fonction des chiffres de ventes, par le Figaro :

  • 2008 : 3e, avec 1,082 million d'exemplaires vendus[11] ;
  • 2009 : 5e, avec 633 000 exemplaires vendus[12] ;
  • 2010 : 8e, avec 508 000 exemplaires vendus[13].

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Sous son vrai nom Frédérique Audoin-Rouzeau, elle a signé les ouvrages suivants :

  • Ossements animaux du Moyen Âge au monastère de la Charité-sur-Loire, Paris, Publications de la Sorbonne (1986)
  • Hommes et animaux en Europe : corpus de données archéozoologiques et historiques, Paris, CNRS (1993)
  • Les Chemins de la peste, le rat, la puce et l'homme, PU Rennes (2003, réédition en 2007)
  • Un aliment sain dans un corps sain : Perspectives historiques (sous la direction de Frédérique Audoin-Rouzeau et Françoise Sabban), PU François Rabelais (2007)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF no FRBNF12058359w
  2. Notice BnF no FRBNF12057229f
  3. a et b Josyane Savigneau, « Fred Vargas : "Je pars souvent d'une image" », Le Monde,‎ 7 juillet 2011
  4. http://www.histoire.presse.fr/actualite/portraits/stephane-audoin-rouzeau-sur-tous-les-fronts-01-02-2008-8868
  5. Le combat de Fred Vargas pour Cesare Battisti, Actualitte.com, 20 juin 2008
  6. Pourquoi les battististes sont-ils devenus muets ?, Éric Conan, Marianne.net, 8 décembre 2012
  7. http://www.lexpress.fr/culture/livre/qui-est-vraiment-fred-vargas_812118.html
  8. L'armée furieuse, sur le site J'ai lu.
  9. no 328 de l'Histoire, p. 30-31
  10. Site de l'éditeur
  11. http://www.lefigaro.fr/livres/2009/01/15/03005-20090115DIAWWW00406-romanciers-le-palmares-.php
  12. http://www.lefigaro.fr/livres/2010/01/14/03005-20100114ARTFIG00005-les-dix-romanciers-francais-qui-ont-le-plus-vendu-en-2009-.php
  13. http://www.lefigaro.fr/livres/2011/01/12/03005-20110112ARTFIG00544-les-dix-romanciers-francais-qui-ont-le-plus-vendu-en-2010.php

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Lebeau, Le mystère Fred Vargas, Paris, Gutenberg,‎ 2009 (ISBN 978-2-352-36046-9)
  • Stéphane Rouzeau, Quelle histoire : un récit de filiation : 1914-2014, Paris, Seuil Gallimard Ecole des hautes études en sciences sociales,‎ 2013 (ISBN 978-2-021-10445-5, lien OCLC?, résumé)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]