Université Sorbonne-Paris-Cité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres utilisations du mot Sorbonne, voir Sorbonne (homonymie).
Université Sorbonne-Paris-Cité
Image illustrative de l'article Université Sorbonne-Paris-Cité
Informations
Fondation 2010 (PRES)
2014 (statut actuel)
Type Communauté d'universités et établissements (EPSCP)
Dotation 719 000 (2016)[1]
Localisation
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Direction
Président François Houllier
Chiffres clés
Personnel 5 500 personnels administratifs et techniques
Enseignants-chercheurs 10 300 chercheurs et enseignants-chercheurs
Divers
Site web www.sorbonne-paris-cite.fr

L’université Sorbonne-Paris-Cité est une communauté d'universités et établissements, regroupant des établissements d’enseignement supérieur et de recherche de la ville de Paris et de la Seine-Saint-Denis, créée en 2010. Elle est actuellement constituée de treize membres : huit établissements d'enseignement supérieur franciliens et cinq organismes de recherche nationaux.

Histoire de la constitution[modifier | modifier le code]

Premiers rapprochements institutionnels[modifier | modifier le code]

Le regroupement des établissements d'enseignement supérieur répond à la fois à une volonté politique liée au souhait d'effectuer des économies d'échelle et à la volonté d'être plus visible à niveau international, notamment en raison du classement de Shanghai[2].

En 2008, Paris 3, Sciences Po et l'Institut national des langues et civilisations orientales se situaient dans la mouvance de l'association Paris Universitas tandis que Paris 5 et Paris 7 avaient contracté une alliance avec Paris 1 sous le nom de Paris Centre Universités[3]. Le plan Campus a cependant amené de grandes modifications stratégiques. Paris 1 décide alors de se rapprocher du campus Condorcet[4]. En avril 2008, les campus retenus sont annoncés : n'y figure aucun projet parisien, ce qui entraîne une redistribution des cartes pour un « 2e tour ».

Sciences Po se rapproche alors des universités Paris 5 et Paris 7, ainsi que l'Observatoire de Paris (qui préfère en juillet le projet PSL) et l'Institut de physique du globe de Paris. Paris 3 rejoint aussi cette association, après avoir un temps travaillé avec l'autre projet de PRES parisien de l'époque[5]. Il est un temps question du retour de Paris 1, dont le conseil d'administration vote pour l'intégration, mais l'établissement est finalement écarté[6]. L'intégration de Paris 13[2] permet à ce PRES de franchir le périphérique[7],[8] bien que cet établissement soit en même temps engagé dans le projet du campus Condorcet.

Création du PRES puis de la ComUE[modifier | modifier le code]

Les différents conseils d'administration des établissements ont signé l'acte entraînant sa création et se sont regroupés sous la forme d'un établissement public de coopération scientifique[2]. Le PRES « Sorbonne Paris Cité » est officiellement créé le 13 février 2010[9], la ministre de l'enseignement supérieur Valérie Pécresse promettant alors une dotation de 200 millions d'euro pour ce PRES[10]. Lors de la première réunion de son Conseil d'administration, le 31 mars 2010, le PRES a également adopté un nouveau nom d'usage : il s'appellera désormais "Sorbonne Paris Cité"[11].

Après la loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche de 2013 et la suppression des PRES, la communauté d'universités et établissements (ComUE) « Université Sorbonne Paris Cité » est créée en 2014, sous la forme juridique d’un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel[12].

Paris Cité est une des huit lauréats des initiatives d'excellence en 2012[13], mais est retiré de la liste à la fin de la période probatoire en 2016[14],[15]. La fusion des universités Paris-III, Paris-V et Paris-VII reste envisagée pour 2018 après plusieurs années de débats[16],[17].

Membres[modifier | modifier le code]

La ComUE regroupe les institutions suivantes[12] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Répartition des moyens 2016 aux opérateurs de l'enseignement supérieur du programme 150 – DGESIP B2-2, CNESER du 17 décembre 2015, en euros », sur letudiant.fr [PDF].
  2. a, b et c Axel Kahn, « Le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) "Université Paris Cité"  » », sur dialogues.univ-paris5.fr,
  3. Campus universitaire Paris Centre - Dossier, consulté sur dialogues.univ-paris5.fr le
  4. Boris Cassel, « La Sorbonne va faire des petits », Le Parisien, 5 mai 2010, consulté sur www.parisetudiant.com le 10 juillet 2010
  5. Véronique Soulé, « Mariages arrangés pour les facs parisiennes », Libération, 17 mars 2010, consulté sur www.liberation.fr le 11 septembre 2010
  6. Motion sur le PRES Paris - Cité, Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne, consulté sur www.univ-paris1.fr le 10 juillet 2010
  7. « Création de "Paris Cité", regroupement de huit universités et établissements », sur Nousvousils.fr,
  8. Véronique Soulé, « Big is beautiful ? », Libération, 17 mars 201, consulté sur www.liberation.fr le 11 septembre 2010
  9. Décret no 2010-143
  10. « Création de "Paris Cité"  », Le Figaro, 9 février 2010, consulté sur www.lefigaro.fr le 7 juillet 2010
  11. Compte rendu du premier conseil d'administration sur le site du PRES
  12. a et b Décret no 2014-1680
  13. « Idex : Les dotations des cinq lauréats de la seconde vague », sur www.letudiant.fr/educpros,
  14. Adrien de Tricornot, « Hécatombe chez les pôles universitaires « d’excellence » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. Céline Authemayou, « Idex : les universités Sorbonne-Paris-Cité et Toulouse retentent leur chance », sur www.letudiant.fr/educpros,
  16. Camille Stromboni, « Sorbonne Paris Cité : fusion or not fusion ? », sur www.letudiant.fr/educpros,
  17. Morgane Taquet, « Université Sorbonne-Paris-Cité : Paris 7 vote pour la fusion », sur www.letudiant.fr/educpros,

Textes réglementaires[modifier | modifier le code]