Frédéric Dardel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dardel.
Frédéric Dardel
Description de cette image, également commentée ci-après

Frédéric Dardel en 2013.

Naissance (57 ans)
Neuilly-sur-Seine (Seine)
Nationalité Français
Domaines Biologie moléculaire
Institutions CNRS
Université Paris Descartes
Diplôme École polytechnique
Distinctions Prix Desnuelles (2010)

Frédéric Dardel, né le à Neuilly-sur-Seine, est un biologiste moléculaire français.

Il est président de l'université Paris Descartes depuis 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Frédéric Dardel est ancien élève de l'École polytechnique (promotion 1978) et docteur en biologie cellulaire et moléculaire (avec une thèse dirigée par Sylvain Blanquet et intitulée Clonage, structure et étude de l'expression du gêne de la méthionyl-tARN synthétase d'escherichia coli) de l'université Pierre-et-Marie-Curie (1989)[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Après avoir été directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), il a rejoint l’université Paris Descartes en 2000 et est devenu professeur à la faculté de pharmacie. Il a dirigé le laboratoire de cristallographie et RMN biologiques et l’institut universitaire Descartes/Diderot « Médicament, Toxicologie, Chimie et Environnement » jusqu'à son élection à la présidence de l'université Paris Descartes, fin 2011.

Il a été directeur du département des sciences du vivant du CNRS. Il est par ailleurs le président du conseil scientifique de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et a représenté la France au conseil du Laboratoire européen de biologie moléculaire de Heidelberg. À partir de 2007, il devient chargé de mission à la valorisation auprès du président Axel Kahn et représente avec lui l’université Paris Descartes au conseil d’administration du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) Sorbonne Paris Cité. Il lui succède à la présidence de l’université le [2],[3].

Depuis , il préside également le conseil d'administration de l'École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) de Paris[4].

En , il est chargé avec Denise Pumain de réfléchir à l'institution qui prendra la succession de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES)[5].

En 1983, il a fait partie de l'équipe fondatrice et des collaborateurs du journal Science & Vie Micro, aujourd'hui disparu, dont il a été ensuite conseiller scientifique. Il a également contribué au dernier numéro du journal paru en juillet 2010[6].

En mai 2017, il se distingue en envoyant un mail signé appelant ses étudiants à ne pas voter pour le Front National, franchissant ainsi comme il le précise " une limite que je m’étais fixée en accédant à la fonction de chef d’établissement[7] "

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

En volumes[modifier | modifier le code]

  • Avec François Képès et Jean-Marc Steyaert, Bioinformatique : majeure de chimie du vivant : promotion 1998, majeure 2, 2e année, Palaiseau, École polytechnique, , 110 + 21 + 10 p. (ISBN 2-7302-0792-9, notice BnF no FRBNF37714363).
  • Avec François Képès, Bioinformatique : génomique et post-génomique, Palaiseau, École polytechnique, , 246 p. (ISBN 2-7302-0927-1, notice BnF no FRBNF38954612)
    Traduit en anglais.
  • Avec Renaud Leblond, Main basse sur le génome, Paris, A. Carrière, , 356 p. (ISBN 978-2-8433-7506-4, notice BnF no FRBNF41355042).
  • Avec Xavier Coumoul et Étienne Blanc, Mémo' visuel de biochimie, Paris, Dunod, coll. « Mémo' visuel de », , XIV + 226 p. (ISBN 978-2-10-074226-4, notice BnF no FRBNF45028987).

Préface[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Deguise-Le Roy, Éric Le Tonturier, Sylvie Pflieger (dir.) et al. (préf. Frédéric Dardel), La Générosité, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », , 176 p. (ISBN 978-2-343-00367-2, notice BnF no FRBNF43650351).

En revues[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Frédéric Dardel, Clonage, structure et étude de l'expression du gêne de la méthionyl-tARN synthétase d'escherichia coli », sur theses.fr.
  2. « Frédéric Dardel, élu Président de l’Université Paris Descartes », sur univ-paris5.fr.
  3. « Fréderic Dardel succède à Axel Kahn », Les Échos, 21 décembre 2011.
  4. «La future ÉSPÉ de Paris sera adossée à l'université Sorbonne ».
  5. L'Étudiant, 23 août 2013.
  6. Frédéric Dardel, « L'informatique et le génome à 1000 € », SVM, no 294,‎ juillet/aout 2010, p. 27 (ISSN 1634-426X, lire en ligne)
  7. Camille Stromboni, « Deux présidents d’université appellent leurs étudiants à faire barrage au FN », Le Monde,‎
  8. « Séance solennelle de rentrée de l'Académie des sciences 2010 (1/2) », sur canalacademie.com (consulté le 17 juillet 2015).
  9. « Décret du 13 juillet 2015 portant nomination », sur Légion d'honneur, (consulté le 14 juillet 2015).
  10. « Décret du 14 novembre 2011 portant promotion et nomination », sur Légion d'honneur, .

Liens externes[modifier | modifier le code]