Université Paris-Est-Marne-la-Vallée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Université Paris-Est-Marne-la-Vallée
Université Marne-la-Vallée Logo.svg
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Président
Gilles Roussel (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
11 701 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
285 enseignants et enseignants-chercheurs[2] (2010)
Budget
73 millions d'euros (2016)[1]
Divers
Membre de
Site web
Bâtiment Copernic de l’université de Marne-la-Vallée.

L’université Paris-Est-Marne-la-Vallée[3], de nom d’usage « université Paris-Est Marne-la-Vallée » (UPEM), est une université française située dans la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, principalement à Champs-sur-Marne sur le site du campus Descartes. Créée en 1991 comme université nouvelle, l’UPEM est un établissement pluridisciplinaire hors santé et droit.

Historique[modifier | modifier le code]

Création de l'université[modifier | modifier le code]

L’université est créée en 1991 dans le cadre du plan Université 2000. Elle a comme 1er administrateur Daniel Laurent, qui a été directeur adjoint du cabinet du ministre des universités de 1976 à 1978, puis nommé vice-chancelier des universités de Paris entre 1978 et 1981[4]. Elle est à l'époque dénommée « université de Marne-la-Vallée » et son logo représente deux oiseaux s'envolant dans le ciel. Elle adopte déjà la couleur orange qui la caractérise jusqu'à aujourd'hui.

Développement[modifier | modifier le code]

En 2007 elle devient membre fondateur du pôle de recherche et d'enseignement supérieur « université Paris-Est » qui devient, en 2014, une communauté d'universités et établissements. Elle accède aux « compétences élargies » au 1er janvier 2009[2].

Le 1er octobre 2013 l'université change d'acronyme (elle devient UPEM à la place d'UPEMLV), de logo, et d'identité visuelle[5].

En février 2014, le souhait d'une fusion avec l'université Paris-Est Créteil Val-de-Marne est annoncé par les conseils d'administration des deux établissements[6].

Administration[modifier | modifier le code]

Les conseils[modifier | modifier le code]

Les universités disposent selon le code de l’éducation d’une autonomie de fonctionnement et sont régies par une démocratie interne voulue et organisée par les lois de 1968 (« Loi Faure »), de 1984 (« loi Savary »), de 2007 (« loi LRU ») et de 2013 (« loi ESR »). Plus exactement la gouvernance des universités est régie par les articles L712-1 et suivants du code de l'éducation[7].

Historique des présidents[modifier | modifier le code]

Composantes[modifier | modifier le code]

Conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France, l’UPEM se découpe en plusieurs composantes. On trouve d’une part les unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part les « instituts et écoles ». Ainsi, l’université est structurée en 12 composantes (5 instituts et 7 UFR)[9] :

Campus[modifier | modifier le code]

Le siège social de l'UPEM se situe sur la Cité Descartes, à Champs-sur-Marne où se trouvent également l’école supérieure d'ingénieurs en électronique et électrotechnique, l’École nationale des sciences géographiques, l’École des Ponts ParisTech et l'école d'architecture de la ville et des territoires à Marne-la-Vallée. L’université dispose également de pôle secondaire d'enseignement à Meaux, Noisy-le-Grand et sur le site de Val d'Europe (Serris).

Formation et recherche[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L'université Paris-Est-Marne-la-Vallée envoie ses étudiants et chercheurs dans d'autres établissements d'enseignement et de recherche à l'international, grâce à de nombreux accords et programmes d'échange. Programme Erasmus[10], Accords CODOFIL (Louisiane, ÉUA)[11], Programme MICEFA (États-Unis)[12], Accord CREPUQ (Québec)[13], Accord SAAS (Écosse)[14], Accords de coopération bilatéraux (convention)[15].

Recherche[modifier | modifier le code]

L’UPEM est tutelle de quinze unités de recherche dont quatre associées au CNRS réparties au sein de cinq départements de la communauté d'universités et d'établissements (COMUE) Université Paris-Est[16] :

  • département « mathématiques et STIC » ;
  • département « sciences, ingénierie et environnement » ;
  • département « ville, transports et territoires » ;
  • département « organisations, marchés, institutions » ;
  • département « cultures et sociétés ».

L’UPEM s’appuie sur trois pôles de compétitivité[16] :

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Vie associative et culturelle[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

1993 1995 1998 1999 2000 2001 2002 2003
3 069[17]5 594[17]7 365[17]7 993[17]8 833[18]9 500[17],[19]10 503[17],[20]10 949[17],[21]
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
11 029[22]11 018[23]10 552[24]10 580[25]10 193[26]11 031[27]10 522[28]10 691[29]

Galerie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Système éducatif français > Études supérieures en France > Université en France

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Répartition des moyens 2016 aux opérateurs de l'enseignement supérieur du programme 150 – DGESIP B2-2, CNESER du 17 décembre 2015, en euros », sur letudiant.fr [PDF].
  2. a, b et c « Historique et Chiffres Clés », Site officiel
  3. Décret no 2000-250 du portant classification d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel.
  4. « Biographie de Daniel Laurent »
  5. « Une nouvelle identité pour l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée », Communiqué de presse, site officiel, [PDF]
  6. Universités de l'Est francilien : Créteil et Marne visent la fusion - Camille Stromboni, L'Étudiant, 19 février 2014
  7. Code de l’éducation, articles L712-1 et suivants consultés le 15 août 2014 et constituant la source de référence de la section Gouvernance
  8. « Communiqué de presse du 17 janvier 2012 »
  9. « Guide de l’étudiant 2011-2012 », sur www.univ-mlv.fr
  10. « Échanges Erasmus à l’UMLV »
  11. « Accord CODOFIL à l’UMLV »
  12. « Programme MICEFA à l’UMLV »
  13. « Accord CREPUQ à l’UMLV »
  14. « Accord SAAS à l’UMLV »
  15. « Accord de coopération bilatéraux à l’UMLV »
  16. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées UMLVenchiffres
  17. a, b, c, d, e, f et g Comité national d'évaluation mai 2006, p. 6
  18. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  21. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  22. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  23. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  24. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  25. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  26. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  27. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  28. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  29. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012