Gilles Roussel (universitaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gilles Roussel et Roussel.

Gilles Roussel né à Nancy le 4 avril 1968 est un informaticien français, professeur des universités. Il est président de l'université Paris-Est-Marne-la-Vallée depuis janvier 2012. Depuis le 15 décembre 2016, il est président de la conférence des présidents d'université.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et début de carrière[modifier | modifier le code]

GIlles Roussel fait ses études secondaires à Limoges[1] avant d'intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles et d'être admis élève de l'ENS Ulm en 1988. Il en ressort diplômé en 1992[2]. Il entame à partir de 1993, la préparation de son doctorat.

En 1994, il obtient un doctorat en informatique, préparé à l'INRIA[3] et à l'université Paris-6[2].

Il intègre ensuite l'université Paris-Est-Marne-la-Vallée en tant que maître de conférence. Il est alors spécialisé dans les langages formels, les grammaires informatiques et le langage Java.

Il effectue ses travaux de recherche au sein du Laboratoire d'Informatique Gaspard-Monge UMR 8049 au sein de l'équipe Logiciels, réseaux et temps réel[4].

De 1996 à 1997, il est membre de la commission budget-finance de l'université[2].

De 2000 à 2006, il enseigne à l'École Polytechnique.

En 2004, il devient professeur des universités[5].

De 2004 à 2008, il est directeur du Laboratoire Gaspard-Monge.

Il devient membre du conseil scientifique de l'université en 2005, siège qu'il occupe jusqu'en 2007.

Présidences[modifier | modifier le code]

En 2007, il est nommé vice-président sectoriel chargé de l'enseignement et de la professionnalisation[6].

En juillet 2011, il quitte cette vice-présidence pour être élu vice-président du conseil d'administration, sous la présidence de Francis Godard.

Le 17 janvier 2012, il lui succède à la présidence de l'université pour un premier mandat de 4 ans sur un projet dénommé «Ensemble pour consolider et développer notre université».

Il représente alors son université à la Conférence des présidents d'université dont il devient président de la commission formation. À ce titre, il est l'un des trois représentants de la conférence des présidents d'université au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche. Il est réélu à ce poste en 2014.

Le 25 janvier 2016, il est réélu président de l'UPEM[7].

En novembre 2016, il annonce sa candidature à la présidence de la CPU, pour succéder à Jean-Loup Salzmann avec qui il déclare s'entendre. Il souhaite cependant se distinguer du président sortant en termes de personnalité[8]. Il est élu président de la conférence le 16 décembre 2016 sur un programme mettant en avant l'autonomie des universités[9].

Le 13 juillet 2018, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur[10].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Rapprochement des établissements de la COMUE Université Paris-Est[modifier | modifier le code]

En tant que président de l'UPEM, il s'est prononcé pour la création d'une université intégrative regroupant son université et l'université Paris-Est-Créteil[7], notamment à l'occasion de sa réélection à la présidence de l'UPEM.

Ce rapprochement "mal préparé" selon les termes du président de l'UPEC, est encore à l'étude au . Gilles Roussel dit vouloir envisager toutes les possibilités, y compris la fusion des deux établissements[11].

Sélection/réussite en licence[modifier | modifier le code]

En tant que président de la commission formation et insertion professionnelle de la CPU, Gilles Roussel a eu l'occasion de se prononcer sur la sélection et la réussite en licence.

S'il s'oppose à la sélection à l'entrée de l'université, il estime nécessaire que celles-ci puissent fixer des "pré-requis" à l'admission[12].

Il s'oppose, avec Jean-Loup Salzmann, au tirage au sort pour l'admission des bacheliers dans les filières en tension[13].

Il estime que la réussite en licence passe avant tout par la diversification de l'offre de formation[14].

Sélection en master[modifier | modifier le code]

Sur la question de la sélection en master, il s'inscrit dans la continuité de la présidence de Jean-Loup Salzmann[15] et estime que certains concours de la fonction publique, dont celui d'enseignant devraient être revus en fonction des règles de sélection en master[16].

Grande École du numérique[modifier | modifier le code]

À l’occasion du comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du 6 mars 2015, le Premier ministre Manuel Valls l'a chargé, avec Stéphane Distinguin et François-Xavier Marquis, d'une mission de réflexion et de préfiguration de la Grande École du numérique. Il s'agit d'une initiative pour favoriser l’insertion des jeunes en décrochage scolaire dans une filière d’avenir en permettant le développement d’apprentissages innovants aux métiers du numérique. Leur rapport a été remis au Président de la République François Hollande en septembre 2015, au cours d'un hackaton de 48h qui s'est terminé à l’Élysée[17]. 171 formations ont ensuite été labellisées.

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « L’interview décalée d’un président d’université : Gilles Roussel, président de l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée », sur fr-fr.facebook.com (consulté le 17 décembre 2016)
  2. a b et c « Gilles ROUSSEL: biographie et actualités sur EducPros », sur www.letudiant.fr (consulté le 17 décembre 2016)
  3. CV de Gilles Roussel sur EducPro / l'Étudiant
  4. UPEMLV, « Permanents », sur ligm.u-pem.fr (consulté le 17 décembre 2016)
  5. « Gilles Roussel nouveau président de la fac de Marne-la-Vallée », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  6. UPEMLV, « Communiqués de presse », sur www.u-pem.fr (consulté le 17 décembre 2016)
  7. a et b UPEMLV, « Communiqués de presse », sur www.u-pem.fr (consulté le 17 décembre 2016)
  8. Aurore Abdoul-Maninroudine, « Gilles Roussel : "Pourquoi je me présente à la présidence de la CPU" », L'Étudiant,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  9. http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/gilles-roussel-est-elu-president-de-la-cpu.html, « Gilles Roussel est élu président de la Conférence des présidents d'université », L'Étudiant,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  10. « Décret du 13 juillet 2018 portant promotion et nomination », sur Légifrance,
  11. « «On réétudiera toutes les possibilités, dont la fusion», annonce Gilles Roussel, président de l'Upem », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  12. Camille Stromboni, « "Nous ne sommes pas pour la sélection à l'université" selon Gilles Roussel », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  13. « Tirage au sort à l’université : « une vaste hypocrisie antirépublicaine » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  14. Aurore Abdoul-Maninroudine, « Université : la réussite en licence ne décolle (toujours) pas », L'Étudiant,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  15. Camille Stromboni, « Sélection en master : les présidents d’université veulent des « garanties » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 17 décembre 2016)
  16. « La selection en master rebas les cartes »
  17. Amaelle Guiton, « Pourquoi labelliser les formations du numérique », Libération,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]