Thomas Ruyant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thomas Ruyant
Image illustrative de l’article Thomas Ruyant
Thomas Ruyant au départ du Vendée Globe 2016-2017
Contexte général
Sport voile
Période active depuis 2005
Site officiel thomasruyant.com
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Nationalité France
Naissance (41 ans)
Lieu de naissance Saint-Pol-sur-Mer, Nord (France)

Thomas Ruyant est un navigateur professionnel français, né le à Saint-Pol-sur-Mer, dans le département du Nord. Il gagne quatre courses transatlantiques sur quatre supports différents : la Mini Transat 2009, sur un Mini 6.50 prototype ; la Route du Rhum 2010, sur un Class40 ; la Transat AG2R 2018, sur un Figaro 2, avec Adrien Hardy ; et la Transat Jacques-Vabre 2021 sur un Imoca, avec Morgan Lagravière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Thomas Ruyant naît le à Saint-Pol-sur-Mer, dans le département du Nord. Il vit ses 26 premières années dans la ville voisine, Dunkerque[1],[2]. Il tire ses premiers bords à quatre ou cinq ans sur un bateau familial. Puis il effectue des stages d'Optimist. Au lycée, il découvre la navigation en équipage à bord du First Class 8[1]. Il aime naviguer en solitaire sur Laser Radial[3],[4] ou sur le bateau de son père, d'abord un Flush Poker, puis un Sprint 98[1]. Il pratique aussi la course à pied et le hockey sur glace[3].

Il obtient une licence de staps et un master en management du sport[1]. Il travaille quelques mois dans une agence de communication événementielle. Puis il est engagé à l'Uship accastillage de Dunkerque[1].

Mumm 30[modifier | modifier le code]

Ruyant se forme au centre régional de voile de Dunkerque, au Yacht club de la mer du Nord et à Dunkerque Plaisance. Au début des années 2000, il commence à envisager de faire une carrière dans la voile[4]. Il court en équipage à bord du Mumm 30 Défi Jean Bart. En 2005, il embarque sur un autre Mumm 30, Courrier Dunkerque[3],[4],[5]. Cette année-là, il achète le Mini 6.50 Nat'Che, un plan Rogers de 1999[6] qu'il remet en état[3].

Classe Mini (2006-2009)[modifier | modifier le code]

Le voilier 667, blanc et orangé, floqué « Dunkerque » et « Faber France ». Vu de profil, il avance sur l'océan. Le navigateur est debout sur la bôme, adossé à la grand-voile.
Thomas Ruyant arrive en vainqueur de la Mini Transat 2009 à Salvador de Bahia, sur Faber France.

En 2006, il obtient une bourse de la région Nord-Pas-de-Calais et de la Ligue régionale de voile. Elle lui permet de participer à la Mini Transat 2007. Nat'Che termine 22e, sur 46 prototypes[7]. Cette année-là, Ruyant s'établit dans le Morbihan[2].

En 2008, il acquiert un nouveau bateau, le Mini proto Faber France, un plan Finot-Conq de 2006. À son bord, il gagne l'Open Demi-Clé, la Mini-Fastnet avec Yann Riou, et la Mini-Barcelona. En 2009, il gagne la Pornichet Select 6.50, la Mini Pavois et la Mini Transat[8]. Toujours en 2009, équipier à bord du Farr 30 Courrier Dunkerque, il gagne le Tour de France à la voile[3],[9].

Class40 et circuit Figaro (2010-2014)[modifier | modifier le code]

En 2010, il passe au Class40, à bord de Destination Dunkerque, sponsorisé par Dunkerque Grand Littoral et Faber France. Pour lui, c'est encore une année faste. Il domine le circuit Class40[3]. Il gagne le Grand Prix de Douarnenez, la Normandy Channel Race avec Tanguy Leglatin, le Record SNSM, La Chrono et la Route du Rhum[10].

De 2011 à 2013, parallèlement au Class40, Ruyant évolue sur le circuit Figaro pour s'aguerrir dans la course au large en solitaire[3].

Imoca Le Souffle du Nord (2015-2016)[modifier | modifier le code]

En 2015, Ruyant est contacté par l'association Le Souffle du Nord, qui veut aligner le bateau de l'ONG Projet Imagine sur le Vendée Globe 2016-2017[3]. C'est ainsi que l'Imagine d'Armel Tripon (l'ancien Groupe Bel de Kito de Pavant), un Imoca mis à l'eau en 2007, devient Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine, et que Thomas Ruyant fait ses débuts dans la classe Imoca. Il court la Fastnet Race 2015 avec Adrien Hardy. Le duo termine 4e des Imoca[11]. Il termine également 4e de la Transat Jacques-Vabre 2015[12].

Le , Ruyant prend le départ du Vendée Globe, à bord du Souffle du Nord[13]. Il est contraint à l'abandon le à la suite d'une collision avec un ofni au large de la Nouvelle-Zélande[14].

Imoca Advens (2019), devenu Linked Out (en 2020)[modifier | modifier le code]

Voilier blanc et bleu amarré au ponton, vu en entier, de profil.
Linked Out à Lorient en mai 2021, la veille du départ de The Ocean Race Europe.

Avec Adrien Hardy, Thomas Ruyant remporte la Transat AG2R 2018 à bord du Figaro 2 Agir Recouvrement[15].

Toujours en 2018, Ruyant crée son écurie, le TR Racing[16]. Il lance le chantier d'un Imoca plan Verdier sans avoir trouvé de partenaires financiers[17]. Le bateau est construit en grande partie chez Persico Marine (en), à Bergame[18],[19]. Douze entrepreneurs et organismes du département du Nord acceptent finalement d'aider le skipper[20].

En 2019, Ruyant prend part une quatrième fois à la Solitaire du Figaro[4]. Il doit abandonner dans la deuxième étape[21].

Son Imoca est mis à l'eau à Lorient le [22]. Il a le même nom de baptême que le premier Mini de Ruyant : Nat'Che. Le budget de fonctionnement pour la Transat Jacques-Vabre est assuré par l'entreprise de cybersécurité Advens[23],[24]. Le premier nom de course du bateau est Advens for Cybersecurity[18]. Dans la Transat Jacques-Vabre, Thomas Ruyant et Antoine Koch terminent à la cinquième place[25].

En 2020, Advens décide de changer le nom du bateau : il devient Linked Out[26]. Ruyant termine 3e de la Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne 2020[27]. Puis il termine 6e du Vendée Globe 2020-2021[28].

En avril 2021, le TR Racing et Advens se concertent autour du projet d'un nouvel Imoca. Les plans sont confiés à Antoine Koch et au cabinet Finot-Conq. La construction d'Advens 2 est lancée en septembre, et devrait se terminer début décembre 2022[29].

En juin, Linked Out, skippé par Ruyant, termine 3e de The Ocean Race Europe, course en équipage[30]. En novembre 2021, à bord de Linked Out, Ruyant et Morgan Lagravière remportent la Transat Jacques-Vabre[31]. Thomas Ruyant a donc gagné quatre courses transatlantiques sur quatre supports différents :

Linked Out entre alors en chantier d'hiver. Remis à l'eau à la mi-avril, il va courir la saison 2022, jusqu'à la Route du Rhum[29].

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 2005 :
    • 6e du Spi Ouest-France en Mumm 30
    • 4e du Grand Prix de l'École navale, à bord du Mumm 30 Courrier Dunkerque[33]
    • 9e du Grand Prix de Pornichet en Mumm 30
    • 5e du Grand Prix du petit navire en Mumm 30
    • 18e du Championnat du monde de Mumm 30
    • 8e du Tour de France à la voile en Mumm 30
  • 2006 :
    • 4e sur 15 des Triangles du soleil, à bord du Mini proto Faber France 247, avec Arnaud Vasseur[6]
    • 7e sur 18 de la Mini solo, à bord de Faber France 247[6]
    • 6e sur 21 de la Mini Max, à bord de Faber France 247, avec Arnaud Vasseur[6]
    • 16e sur 35 des Sables-Les Açores-Les Sables, à bord de Faber France 247[6]
  • 2007 :
    • 8e sur 27 du Mini Pavois, à bord de Région Nord-Pas-de-Calais-Faber France 247[6]
    • Participation à la Pornichet Select 6.50 (abandon)[6]
    • Participation à l'Open Sail Simrad (abandon)[6]
    • 11e sur 23 solitaires proto de la Transgascogne, à bord de Région Nord-Pas-de-Calais-Faber France 247[6]
    • 22e sur 46 protos de la Mini Transat, à bord de Nat'Che 247[7],[6]
  • 2008 :
    • 3e sur 15 de la Pornichet Select 6.50, à bord du Mini proto Faber France 667[8]
    • Vainqueur sur 15 de l'Open Demi-Clé, à bord de Faber France 667, avec Yann Riou[8]
    • 2e sur 27 du trophée Marie-Agnès Péron, à bord de Faber France 667[8]
    • Vainqueur sur 31 de la Mini-Fastnet, à bord de Faber France 667, avec Yann Riou[8]
    • Vainqueur sur 12 de la Mini-Barcelona, à bord de Faber France 667[8]
    • 7e du Spi Ouest-France en Open 7.50
    • 6e du National en Open 7.50
Thomas Ruyant, vainqueur de la Mini Transat en 2009.
  • 2009 :
    • Vainqueur sur 26 de la Pornichet Select 6.50, à bord de Faber France 667[8]
    • Vainqueur sur 26 de la Mini Pavois, à bord de Faber France 667[8]
    • 2e sur 11 de la Chrono 6.50, à bord de Faber France 667, avec Isabelle Joschke[8]
    • 3e sur 29 du Trophée Marie-Agnès Péron, à bord de Faber France 667[8]
    • 5e sur 32 de la Mini-Fastnet, à bord de Faber France 667, avec Guillaume Le Brec[8]
    • Vainqueur sur 36 protos de la Mini Transat, à bord de Faber France 667[3],[8]
    • Vainqueur du Spi Ouest-France en Farr 30[34]
    • Vainqueur du Tour de France à la voile, à bord du Farr 30 Courrier Dunkerque[3],[9]
  • 2010 :
    • Vainqueur du Grand Prix de Douarnenez à bord du Class40 Destination Dunkerque 88[10]
    • Vainqueur de la Normandy Channel Race, à bord de Destination Dunkerque 88, avec Tanguy Leglatin[3],[10]
    • Vainqueur du Record SNSM, à bord de Destination Dunkerque 88[3],[10]
    • Vainqueur de La Chrono, à bord de Destination Dunkerque 88[10]
    • 4e du Championnat du monde de Class40, à bord de Destination Dunkerque 88[10]
    • Vainqueur en Class40 de la Route du Rhum, à bord de Destination Dunkerque 88[10]
Un voilier noir et blanc avance au moteur dans un port. Sur la coque, on peut lire « Faber France » et « Dunkerque communauté urbaine ».
À la barre du Figaro 2 Destination Dunkerque 99, Ruyant sort du port de Paimpol pour rejoindre la ligne de départ de la Solitaire du Figaro 2012.
  • 2012 :
    • 16e sur 37 de la Solitaire du Figaro, à bord du Figaro 2 Destination Dunkerque 99[3],[36]
    • 5e du Championnat du monde de Class40, à bord de Port de plaisance de Roscoff 119, avec Bruno Jourdren, Jérôme Dupin, Jean-François Quemener, François Robert et Damien Cloarec[10]
  • 2014 :
    • 6e du Grand Prix Guyader, à bord du Class40 L'Express-Trepia 135, avec Pierre-Yves Lautrou, Erwan Tymen et Jean-André Hebel[10]
    • 3e de la Normandy Channel Race, à bord de L'Express-Trepia 135, avec Pierre-Yves Lautrou[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « À la rencontre de Thomas Ruyant », sur vendeeglobe.org, 3 novembre 2020 (consulté le 18 mars 2022).
  2. a et b Philippe Eliès, « Transat Jacques Vabre. Ce qu’il faut savoir sur Ruyant et Lagravière, vainqueurs en Imoca », sur letelegramme.fr, 25 novembre 2021 (consulté le 19 mars 2022).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r « Thomas Ruyant », sur imoca.org (consulté le 18 mars 2022).
  4. a b c et d « Le skipper Thomas Ruyant soutenu par la Région Hauts-de-France sur la Solitaire Urgo Le Figaro », sur actunautique.com, 23 mai 2019 (consulté le 19 mars 2022).
  5. « Lancement officiel de la saison du Mumm 30 dunkerquois », sur regatesnord.com, 23 mars 2005 (consulté le 19 mars 2022).
  6. a b c d e f g h i et j « 247 - Association Capucine », sur classemini.com (consulté le 20 mars 2022).
  7. a et b « Transat 6,50 Charente-Maritime-Bahia 2007 », sur classemini.com (consulté le 19 mars 2022).
  8. a b c d e f g h i j k et l « Casa Marzia », sur classemini.com (consulté le 20 mars 2022).
  9. a et b « Tour de France 2009 - résultat final », sur nauticnews.com (consulté le 20 mars 2022).
  10. a b c d e f g h i j et k « Thomas Ruyant », sur class40.com, 2022 (consulté le 20 mars 2022).
  11. a et b (en) « 2015 Rolex Fastnet Race - Imoca 60 - Fastnet Finish », sur rolexfastnetrace.com, 20 août 2015 (consulté le 19 mars 2022).
  12. a et b « Transat Jacques-Vabre. Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord) 4e », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 11 juin 2020 (consulté le 19 mars 2022).
  13. « Thomas RUYANT - Vendée Globe 2016-2017 », sur www.vendeeglobe.org (consulté le )
  14. « Vendée Globe. Thomas Ruyant abandonne », sur francetvinfo.fr, 19 décembre 2016 (consulté le 20 mars 2022).
  15. a et b Philippe Eliès, « Transat Ag2r-La Mondiale. Hardy-Ruyant comme des grands ! », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  16. « Mise à l'eau du bateau de Thomas Ruyant. TR Racing met sur le marché du Vendée Globe une offre exceptionnelle », sur imoca.org, 7 septembre 2019 (consulté le 31 mai 2020).
  17. « Thomas Ruyant : Linked Out », sur vendeeglobe.org (consulté le 31 mai 2020).
  18. a et b « Linked Out », sur imoca.org, 29 avril 2020 (consulté le 23 mai 2020).
  19. Jean-François Soleri, « Avec son monocoque dernière génération, Thomas Ruyant « bascule dans une autre dimension », sur lavoixdunord.fr, 13 décembre 2018 (consulté le 31 mai 2020).
  20. AFP, « Transat Jacques-Vabre. Thomas Ruyant, marin, entrepreneur et funambule », sur la-croix.com, 23 octobre 2019 (consulté le 31 mai 2020).
  21. Leslie Mucret, « Trois nouveaux abandons sur la 50e Solitaire Urgo Le Figaro 2019 », sur sportmag.fr, 11 juin 2019 (consulté le 21 mars 2022).
  22. « Le nouveau bateau de Thomas Ruyant mis à l'eau », sur ouest-france.fr, 7 septembre 2016 (consulté le 24 mai 2020).
  23. Dominic Bourgeois, « Thomas Ruyant nous présente son Imoca et parle à cœur ouvert », sur voilesetvoiliers.ouest-france.fr, 31 juillet 2019 (consulté le 24 mai 2020).
  24. « Advens partenaire du Souffle du Nord », sur Advens, (consulté le ).
  25. « Pénalisé de deux heures, Advens for Cybersecurity perd une place au classement », sur transatjacquesvabre.org, 12 novembre 2019 (consulté le 20 novembre 2019).
  26. « Le voilier Advens for Cybersecurity devient Linked Out ! », sur imoca.org, 29 avril 2020 (consulté le 23 mai 2020).
  27. « Victoire de Jérémie Beyou sur Charal », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  28. a et b Brendan Martineau, « Thomas Ruyant prend la 6e place du Vendée Globe ! » sur actu.fr, 29 janvier 2021 (consulté le 19 mars 2022). — « Thomas Ruyant finalement 6e du Vendée Globe », sur deltafm.fr, 29 janvier 2021 (consulté le 19 mars 2022).
  29. a et b « Vendée Globe 2024, Route du Rhum 2022 : Thomas Ruyant sur deux fronts, avec deux bateaux », sur voilesetvoiliers.ouest-france.fr, 6 février 2022 (consulté le 20 mars 2022).
  30. a et b Martin Couturié, « Yoann Richomme et Benjamin Dutreux vainqueurs de The Ocean Race Europe au terme d'un finish haletant », sur lefigaro.fr, 20 juin 2021 (consulté le 21 mars 2022).
  31. a et b « Transat Jacques-Vabre. Victoire de LinkedOut en Imoca : la consécration pour Ruyant et Lagravière »
  32. Jacques Guyader, « Transat Jacques Vabre. 4e victoire en transat pour Thomas Ruyant ! » sur ouest-france.fr, 25 novembre 2021 (consulté le 20 mars 2022). — Valentin Pineau, « Transat Jacques Vabre. Thomas Ruyant : « C’est l’une de mes plus belles victoires », sur ouest-france.fr, 25 novembre 2021 (consulté le 20 mars 2022).
  33. « Grand Prix École Navale 2005 », sur voile-bretagne.com, 9 mai 2005 (consulté le 20 mars 2022).
  34. « Thomas Ruyant - skipper du Souffle du Nord », sur lesouffledunord.com (consulté le 20 mars 2022).
  35. « Morbic FRA 26 », sur histoiredeshalfs.com, août 2020 (consulté le 21 mars 2022).
  36. a et b « Kogane FRA 99 », sur histoiredeshalfs.com, 2017 (consulté le 21 mars 2022).
  37. Guillaume Loisy, « Le Vendée Globe déjà en tête, Ruyant repart pour « une transat en mode rapide », sur lefigaro.fr, 17 novembre 2019 (consulté le 19 mars 2022).
  38. David Phelippeau, « Vendée-Arctique-Les Sables-d’Olonne : « J’ai montré qu’il fallait compter sur moi pour le Vendée », glisse Thomas Ruyant », sur 20minutes.fr, 16 juillet 2020 (consulté le 19 mars 2022).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Linked Out

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel