Dunkerque Handball Grand Littoral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dunkerque HBGL
Logo du Dunkerque HBGL
Généralités
Nom complet Dunkerque Handball Grand Littoral
Surnoms USDK
Fondation
(59 ans, 1 mois et 17 jours)
Couleurs  noir  et  or 
Salle Stades de Flandres
(2 400 places)
Siège BP 4197, Avenue de Rosendaël
59 378 Dunkerque
Championnat actuel Championnat de France D1
Président Drapeau : France Jean Pierre Vandaele
Entraîneur Drapeau : France Patrick Cazal
Joueur le plus capé Drapeau : Algérie Mohamed Mokrani (135):
Meilleur buteur Drapeau : France Baptiste Butto (740)
Site web www.usdk.fr
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (1)
Coupe de France (1)
Coupe de la Ligue (1)
Trophée des champions (1)
International[1] Finaliste de la Coupe Challenge
Finaliste de la Coupe EHF

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France 2016-2017
0

Dernière mise à jour : .

Le Dunkerque Handball Grand Littoral[2],[3],[4] est un club de handball français localisé dans la ville de Dunkerque situé dans la région des Hauts de France . Le club présidé par Jean Pierre Vandaele et entraîné par Patrick Cazal évolue en Ligue Nationale de Handball.

Fondé en 1958, le club joue en Division 1 depuis 1991 mais ce n'est que récemment qu'il s'inscrit parmi les meilleurs clubs de France. En effet, en quatre saisons de 2010-11 à 2013-14, le club a remporté une fois chacune des quatre compétitions nationales : la Coupe de France 2011, le Trophée des champions 2012, la Coupe de la Ligue 2013 ainsi que le Championnat de France 2014.

Sur le plan international, l'USDK a également été finaliste de deux compétitions européennes, la Coupe Challenge en 2004 et de la Coupe EHF en 2012. Depuis 2013, le club dispute la Ligue des champions.

Il faut toutefois noter qu'avant d'être réputé pour son équipe homme, c'est la section féminine qui a initié l'histoire et le palmarès de l'USDK. En effet, cette section est devenue championne de France en 1982 et a remporté la coupe de France un an plus tard[5]. Cette section n'évolue toutefois plus dans l'élite française depuis 1986[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La montée en puissance[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation de la ville de Dunkerque

C'est dans les écoles que le handball est joué dans la ville de Dunkerque pour la première fois, en particulier à l'école de l'Esplanade où un professeur et ancien handballeur, Jean-Marie Deceuninck, parvient à intégrer ce sport dans cette école. Ainsi est fondée le l' Amicale Laïque de l'Esplanade[6] avec pour entraîneur Deceuninck et Marcel Bajemon, directeur de l'école, pour président. Puis, en 1964, les clubs de handball des écoles de l'Esplanade et du Parc de la Marine fusionnent pour donner l'Amicale Laïque de Dunkerque[7] qui devient en janvier 1968 Amicale Laïque Dunkerque Malo à la suite de la fusion avec le club de Malo-les-Bains, le Denier de Malo. Le club s'affilie alors auprès de la Fédération française de handball et a les couleurs du drapeau de Dunkerque, à savoir le bleu et le blanc.

En 1974, le club devient la section handball du club omnisports de l'Union Sportive Dunkerque (USD), alors que la section féminine vient de remporter l'Excellence Régionale Préfédérale (D4). La saison suivante, ce sont les hommes qui remportent à leur tour la compétition et accèdent à la Nationale 3 (D3). Championne dans cette catégorie dès sa première saison en 1975, la section masculine rejoint alors la Nationale 2 (D2). Quant à la section féminine, elle grimpe aussi petit à petit dans la hiérarchie et accède à l'élite du handball français à la suite d'une deuxième place en Nationale 2 (D2) lors de la saison 1978/1979.

La saison 1981-1982 est historique pour le club nordiste qui remporte son premier titre national grâce au titre de champion de France glané par les filles de Jean-Marie Lemoine, finissant devant les parisiennes du Paris UC. Dans le même temps, les hommes de Régis Giunta rejoignent eux aussi l'élite du handball français à l'issue d'une deuxième place en Nationale 2 (D2). La saison suivante, les féminines enrichissent leur palmarès avec coupe de France cette fois.

Les années suivantes s'avèrent toutefois plus difficiles. Ainsi, la section féminine est rétrogradée sportivement à l'issue de la saison 1985/1986 et quitte le niveau national qu'il ne retrouvera jamais tandis que la section masculine est aussi reléguée en Nationale 1B en 1984. Si le club retrouve l'élite dès la saison suivante, il prend régulièrement place dans l'ascenseur entre les deux premiers étages de l'élite (trois descentes, trois montées) dans la fin des années 1980, terminant au passage à une très belle 4e place lors du championnat de France en 1987 puis atteignant en 1991 la finale de la coupe de France alors qu'il évolue en D2. Les dunkerquois seront battus par la grande équipe du Vénissieux handball mais se consoleront avec leur retour en championnat de France.

Arrivé en 1990, le président Nicolas Bernard prend l'initiative en de créer un nouveau logo et de changer le sigle du club en USDK, les bateaux dépendant du port de Dunkerque étant immatriculés avec les deux lettres DK [7].

Les années 2000 : l'USDK au rang européen[modifier | modifier le code]

Durant la fin des années 1990, l'équipe masculine se stabilise dans l'élite et en monte en puissance en terminant à la quatrième place du championnat de France 1997-1998, classement synonyme de qualification européenne en Coupe des Villes. Un premier parcours européen qui, après les victoires face aux Grecs du GAC Kilkis puis aux Croates du RK Zamet Rijeka, s'est conclu par une élimination en quart de finale par l'une des meilleures équipes de la Bundesliga, le SG Flensburg-Handewitt, futur vainqueur de la compétition : défait 25 à 27 dans la Salle Dewerdt qui affiche guichet fermé pour la première fois, l'USDK s'incline à nouveau 26 à 30 lors du match retour en Allemagne. Néanmoins, le club continue sa progression sur la scène nationale en terminant troisième place lors de la saison 1998/1999. Disputant à nouveau la Coupe des Villes, le club est tenu une nouvelle fois en échec lors des quarts de finale, cette fois-ci face au club espagnol du BM Valladolid.

Lors de cette même saison 1999-2000, l'USDK atteint pour la deuxième fois de son histoire la finale de la Coupe de France qui a lieu à Paris au Stade Pierre-de-Coubertin. Malgré le déplacement de dix cars de supporters et une formidable ambiance lors du match, l'US Dunkerque HBGL s'incline devant le Montpellier Handball et son effectif de neuf internationaux, sur le score de 21 à 16. Toutefois, le Montpellier Handball étant également champion de France, Dunkerque récupère ainsi la place qualificative en Coupe des coupes 2000-2001. Vainqueur des Israéliens du Maccabi Raanana en seizièmes de finale, l'USDK subit ensuite les foudres des espagnols du Reale Ademar León, considéré comme une des meilleures équipes de la Liga ASOBAL, s'inclinant très lourdement lors du match retour en Espagne (14-30).

Lors de la saison 2001-2002, non qualifié en coupes d'Europe, le club se concentre alors sur les compétitions nationales, atteignant la finale de la première édition de la Coupe de la Ligue et luttant jusqu'au bout avec le SO Chambéry pour la seconde place en championnat mais devant finalement se contenter de la troisième place.

Qualifiés pour la Coupe EHF 2002-2003, une coupe d'Europe que les Dunkerquois n'ont encore jamais disputée, l'USDK passe les deux premiers tours puis s'incline en seizièmes de finale face aux Lituaniens du HC Granitas Kaunas puisqu'après avoir concédé un match nul au Stades de Flandres, les nordistes s'inclinent à Kaunas sur le score de 18 à 20. À cause d'une avalanche de blessures, la saison 2002-2003 se termine par une difficile sixième place en championnat, synonyme malgré tout d'une cinquième participation à une coupe d'Europe, la coupe des Villes désormais renommée Coupe Challenge.

Lors de la saison 2003/2004, l'équipe, désormais entraînée par l'ex-international français Denis Tristant, réalise un superbe parcours en Coupe Challenge : éliminant tour à tour les Luxembourgeois du HB Dudelange, les Polonais du Śląsk Wrocław, les Grecs du GAC Kilkis et enfin les Roumains du HCM Constanța en demi-finale, le club dispute ainsi sa première finale européenne. Opposé aux suédois du IFK Skövde HK, Dunkerque remporte le match aller à domicile 21 à 20 devant 2500 supporteurs[8] mais est défait, 24 à 27, lors du match retour à Skövde et doit ainsi laisser le trophée à son adversaire[9]. En France, le club s'incline pour la deuxième saison consécutive dans le match pour la troisième place de la Coupe de la Ligue et termine à une belle quatrième place en championnat.

La saison 2004/2005 est décevante, à l'image de cette septième place en championnat et de l'élimination en huitième de finale de coupe d'Europe face aux allemands du VfL Gummersbach.

Les premiers titres avec Sylla et Cazal[modifier | modifier le code]

En 2005, Yerime Sylla succède à Denis Tristant. Les résultats sont stables, avec trois quatrièmes places de 2007 à 2009, puis une sixième place en 2010. Mais aussi trois quarts de finale de la Coupe EHF où le club s'inclina face aux Danois du Skjern Håndbold (2007) et du FC Copenhague Handball (2008) puis face aux espagnols du Naturhouse La Rioja (2009).

Après des années d'attente, l'USDK remporte son premier trophée masculin en battant Chambéry aux tirs au but en finale de la Coupe de France 2010-2011, quelques mois après la mort de son président Nicolas Bernard, et « franchit un cap » selon son entraîneur[10].

La saison 2011/2012 est tout aussi historique que la précédente puisque le club participe pour la première fois de son histoire à la Ligue des champions. Il s'était qualifié pour le tournoi Wild-Card grâce à une troisième place en championnat la saison précédente. Il est éliminé en demi-finale de ce tournoi par le club allemand du Rhein Neckar Löwen et reversé en Coupe EHF. Lors de cette compétition, les nordistes accèdent alors à la finale après avoir éliminé les Hongrois du Balatonfüredi KC (au 3e tour), les Danois du Skjern Håndbold (en huitième de finale), leur compatriote du Saint-Raphaël Var Handball (en quart de finale) et enfin les allemands du SC Magdebourg (en demi-finale). Dunkerque revit alors l'enthousiasme qui régnait lors de la finale de la Coupe Challenge lors de la saison 2003/2004. Mais face aux allemands du Frisch Auf Göppingen, l'USDK échoua sur un total de 60 à 54 (26-26 et 34-28).

L'USDK démarre la saison 2012/2013 sur de bons rails puisqu'après s'être débarrassé du double tenant du titre (Montpellier AHB) en demi-finale, le club remporta son deuxième succès national masculin, le Trophée des champions. Sur un score de 26 à 25 après les tirs aux buts, les nordistes privent le Chambéry Savoie HB d'un second titre. À la mi-saison, l'USDK remporte la Coupe de la Ligue, en battant le HBC Nantes. La fin de saison fut satisfaisante, le club remporte son dernier match face à Saint-Raphaël Var Handball sur le score de 25 à 26 grâce à une contre-attaque initiée par Erwan Siakam-Kadji et conclue par Baptiste Butto qui marque le but de la victoire à deux secondes du terme. Cette victoire fait des dunkerquois les vice-champions de France avec un point d'avance sur Montpellier AHB et ils se qualifient ainsi pour la première fois en phase de poule de la Ligue des champions.

Lors de cette Ligue des champions 2013/2014, le club se retrouve dans le groupe A avec les allemands du THW Kiel, les danois du KIF Copenhague, les polonais du Vive Targi Kielce et du Orlen Wisła Płock et les portugais du FC Porto Vitalis. Dans ce groupe assez relevé, l'USDK avec seulement une victoire face au Vive Targi Kielce, un nul face au FC Porto Vitalis et huit défaites, termine bon dernier et peut donc se consacrer au championnat. Le , la défaite du PSG Handball face au Montpellier AHB lors de la 24e journée permet à l'USDK, en tête du classement depuis la 11e journée, d'être champion de France de D1 pour la première fois de son histoire[11]. Une première place qui offre d'office une qualification en Ligue des champions.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

Section féminine[modifier | modifier le code]

La section féminine de club fut célèbre vers la fin des années 1970 et vers le début des années 1980, l'équipe dame remporta un championnat de France en 1982 au détriment du Paris UC et une coupe de France un an plus tard[5]. Cette section n'évolue toutefois plus dans l'élite française depuis 1986[5].

Compétitions nationales

Image et identité[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

En septembre 1997, l’USD devient l'USDK, un nouveau logo est alors créé. Ce logo représentait le lion jaune emblème de la Flandre et désormais du club, à côté du lion on retrouve l'acronyme USDK, signifiant Union Sportive Dunkerque, en lettre rouge et contourner de blanc sur un fond bleu, ce qui donne les couleurs de la France. En dessous le nom du club Dunkerque Handball Grand Littoral tout en bleu sauf handball en rouge. Par après, le club changera son logo qui deviendra tous doré, cependant les couleurs du club restent le bleu, le blanc jusqu'en 2013 où l'USDK crée un nouveau logo inspiré du premier puisque le lion de la Flandre revient, le logo se veut désormais plus sous la forme d'un blason, il a été désigné par l’agence UP, le logo se veut dynamique et impactant.

Slogan[modifier | modifier le code]

Le slogan du club est Dévorés par la passion.

Couleur[modifier | modifier le code]

Au début, en 1968, lorsque l' Amicale Laïque Dunkerque et le Denier de Malo fusionne pour former l' Amicale Laïque Dunkerque Malo, les couleurs du club sont ceux de celle de la ville de Dunkerque à savoir le bleu et le blanc.

En 1997, l'USD devient l'USDK à l'occasion de ce changement un nouveau logo est créé, un logo bleu, blanc et rouge cependant les couleurs des maillots reste bleu et blanc. Ensuite le logo du club devient doré, mais les couleurs des maillots restent toujours bleu et blanc jusqu'en 2013 où l'USDK change complètement l'image du club, nouveau car, nouveau maillot et nouveau logo, un logo où le club met en avant le lion symbole du club et de la Flandre, terre d'origine dont les couleurs sont le noir et le jaune.

Les nouvelles couleurs sont dès lors le noir et les jaunes.

Maillot[modifier | modifier le code]

Évolution du maillot du US Dunkerque HBGL
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1968 (ALDM)
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2000
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012-2013
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011-2012
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2012-2013
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2013-2014 domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2013-2014 extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2013-2014 LDC
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2014-2015 domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2014-2015 domicile

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du Dunkerque Handball Grand Littoral dans les diverses compétitions française et européennes.

Compétitions nationales Compétitions internationales


Bilan saison par saison[modifier | modifier le code]

Saison Div. Clas. Coupe de France Coupe de la Ligue Trophée Champions Coupes d'Europe*
1982/1983 Nat. 2 ?e  ? / / -
1983/1984 Nat. 1 14e  ? / / -
1984/1985 Nat. 1B 1er  ? / / -
1985/1986 Nat. 1A 10e  ? / / -
1986/1987 Div. 1 4e  ? / / -
1987/1988 Div. 1 10e  ? / / -
1988/1989 Div. 2 ?e  ? / / -
1989/1990 Div. 1 12e  ? / / -
1990/1991 Div. 2 2e Finale / / -
1991/1992 Div. 1 8e 1/8 de finale / / -
1992/1993 Div. 1 12e - / / -
1993/1994 Div. 1 12e - / / -
1994/1995 Div. 1 12e 1/8 de finale / / -
1995/1996 Div. 1 9e - / / -
1996/1997 Div. 1 11e  ? / / -
1997/1998 Div. 1 4e 1/8 de finale / / -
1998/1999 Div. 1 3e 1/16 de Finale / / CV : 1/4 finale
1999/2000 Div. 1 10e Finale / / CV : 1/4 finale
2000/2001 Div. 1 6e 1/4 de finale / / CVC : 1/8e finale
2001/2002 Div. 1 3e 1/8 de finale Finale /  ?
2002/2003 Div. 1 6e  ? 4e / EHF : 3e tour
2003/2004 Div. 1 4e Pas de Coupe 4e / CC : finale
2004/2005 Div. 1 7e 1/16 de finale 3e / EHF : 1/8 de finale
2005/2006 Div. 1 5e Demi-finale Demi-finale / -
2006/2007 Div. 1 4e ? Demi-finale / EHF : 1/4 de finale
2007/2008 Div. 1 4e 1/4 de finale 1/8 de finale / EHF : 1/4 de finale
2008/2009 Div. 1 4e Demi-finale 1/4 de finale / -
2009/2010 Div. 1 6e 1/4 de finale Demi-finale / EHF : 1/4 de finale
2010/2011 Div. 1 3e Vainqueur Demi-finale - -
2011/2012 Div. 1 5e 1/8 de finale 1/8 de finale - EHF : finale
2012/2013 Div. 1 2e Demi-finale Vainqueur Vainqueur -
2013/2014 Div. 1 Champion 1/8 de finale Demi-finale Finale LDC : Phases de poules
2014/2015 Div. 1 5e 1/8 de finale Demi-finale 4e LDC : 1/8e de finale
2015/2016 Div. 1 7e Demi-finale 1/4 de finale - -
2016/2017 Div. 1 6e Demi-finale Demi-finale - -
2017/2018 Div. 1 en cours en cours en cours - -
* Légende : LDC=Ligue des champions; EHF= Coupe EHF; CVC=Coupe des Vainqueurs de Coupe; CV/CC=Coupe des Villes/Coupe Challenge
Voir aussi : « Profil du Dunkerque HB Grand Littoral en Coupes d'Europe », sur Site officiel de l'EHF (consulté le 22 août 2017)

Saison actuelle[modifier | modifier le code]

Effectif[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2017-2018 du Dunkerque HGL[12],[13]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat. Nom Date de naissance Taille Sélection Au club depuis
Gardiens
16 GB Drapeau de la France Annotel, WilliamWilliam Annotel 12 624  (34 ans) 1,95 m - 2011
99 GB Drapeau de la Russie Grams, OlegOleg Grams 12 296  (33 ans) 2,01 m Drapeau : Russie Russie 2017
Ailiers
2 ALD Drapeau de la France Billant, FlorianFlorian Billant 7 775  (21 ans) 1,85 m - 2014
26 ALD Drapeau de la France Joli, GuillaumeGuillaume Joli 11 895  (32 ans) 1,78 m Drapeau : France France 2016
57 ALG Drapeau de la France Butto, BaptisteBaptiste Butto 11 207  (30 ans) 1,86 m - 2009
99 ALG Drapeau de la France M'Tima, JeffreyJeffrey M'Tima 9 593  (26 ans) 1,78 m - 2017
Arrières
15 ARD Drapeau de la France Soudry, PierrePierre Soudry 10 799  (29 ans) 1,83 m - 2006
25 ARD Drapeau de la France Pelayo, TomTom Pelayo 7 544  (20 ans) 1,89 m Drapeau : France France junior 2014
99 ARG Drapeau du Brésil Langaro, HanielHaniel Langaro 8 263  (22 ans) 1,97 m Flag of Brazil.svg Brésil 2017
99 ARG Drapeau du Portugal Davyes, WilsonWilson Davyes 10 635  (29 ans) 1,92 m Drapeau : Portugal Portugal 2017
99 ARG Drapeau de la France Garain, DylanDylan Garain 7 729  (21 ans) 1,92 m - 2017
Demi-centres
DC ARG Drapeau de la Hongrie Nagy, KornélKornél Nagy 11 291  (30 ans) 1,95 m Drapeau : Hongrie Hongrie 2011
Pivots
21 DÉF Drapeau de la France Grocaut, MickaëlMickaël Grocaut 13 691  (37 ans) 1,94 m - 2004
28 P Drapeau de la France Nieto, NicolasNicolas Nieto 8 598  (23 ans) 1,95 m - 2013
99 P Drapeau du Brésil Pozzer, AlexandroAlexandro Pozzer 10 530  (28 ans) 1,92 m Flag of Brazil.svg Brésil 2017
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)



Légende
  • P. : Poste
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Joueur en prêt entrant : Joueur prêté par un autre club
  • Joueur au centre de formation : Joueur au centre de formation
———

Dernière mise à jour: 18 août 2017 Consultez la documentation du modèle

Transferts[modifier | modifier le code]

Personnalités importantes[modifier | modifier le code]

Président[modifier | modifier le code]

L'USDK a eu cinq dirigeants différents, dont le président fondateur, Marcel Bajemon :

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Joueurs célèbres[modifier | modifier le code]


Trophées individuels[modifier | modifier le code]

Trophées individuels des joueurs du Dunkerque Handball Grand Littoral

Handballeur de l'année

Supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters de l'USDK sont les Handiablés depuis 1997 (association loi 1901). Lors de la finale de coupe de France en 2000, pas moins de 8 bus ont fait le déplacement dans la capitale. En juillet 2013, création d'un second groupe de supporters les US'DKLés dont le siège se situe au "NARVAL USDK Kfé" café officiel de l'USDK

  • Handiablés depuis 1997
  • US'DKLés depuis 2013

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Lors de sa création en 1958, le club joua tout d'abord à l'école de l'Esplanade, lorsqu'il se nommait Amicale Laïque de l'Esplanade. En 1964, les écoles de l'Esplanade et du Parc de la Marine se rapproche pour former l' Amicale Laïque Dunkerque, le club joue alors dans les deux écoles jusqu'en 1968 où l'ALD décide de fusionner avec le Denier Malo et forme l' Amicale Laïque Dunkerque Malo. Les entraînements de l'ALDM se déroulaient à la salle du lycée Jean-Bart. Les rencontres officielles se disputaient soit à la salle des sports de la rue des Poilus, à Malo, soit au lycée Jean-Bart.

Ce n'est qu'en 1992 que l'USDK, s'installa à la Salle Louis Dewerdt, située à Rosendaël et ayant un capacité de 2 400 places[16]. Celle-ci est rénovée lors de la saison 2000-2001, pour pouvoir accueillir le Mondial 2001. L'enceinte accueillit le groupe D, dans lequel on retrouve la Russie, l'Ukraine , la Tunisie, la Norvège ainsi que la Slovénie. Pour cette occasion la salle change de nom et devient le Stades de Flandres[16].

Malgré ses 2 400 places, la salle est tout de même trop petite pour la direction de l'USDK qui veut concurrencer les grands clubs français qui ont une salle deux à quatre fois plus grande en termes de capacité. La Communauté Urbaine de Dunkerque valida ainsi en juillet 2012 le projet de la future Dunkerque Arena proposé par le groupe Vinci. La livraison de cette salle principale de 10 000 places est alors prévue pour 2015. La ville de Dunkerque est dès lors candidate pour accueillir des matchs du Mondial 2017, organisé en France[16],[17].

En 2013, le club parvient à se qualifier en Ligue des champions pour la première fois de son histoire, grâce à une deuxième place en championnat de France lors de la saison 2012-2013. Le club, qui possède deux solutions de repli avec les salles où évoluent le BC Orchies, la Pubeco Pévèle Arena à Orchies avec 5 000 places), et le BC Telenet Oostende à la Sleuyter Arena, salle de 5 000 places. L'EHF homologue toutefois la salle pour la compétition.

En mai 2014, le projet de la Dunkerque Arena est définitivement enterré pour cause du montage financier de l’opération, les intentions de l’État et de la Région, la conjoncture, le contexte, le modèle économique des clubs, l’incertitude du sport[18]. Mais on peut aussi noter que la défaite du maire sortant, Michel Delebarre face à Patrice Vergriete en est également la cause.[réf. nécessaire]

C'est finalement le Stade Pierre-Mauroy de Lille, d'une capacité de 50 186 places, qui accueillera les matchs du Mondial 2017[19].

En 2016, le projet de la Dunkerque Arena est relancé[20].

Affluences[modifier | modifier le code]

Saison Affluence moyenne
2012/13 2 325 spectateurs[21].
2013/14 2 360 spectateurs[22]

Budget[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2013-2014, l'USDK réussit à remporter le titre de Champion de France en ayant le troisième budget du championnat et le tiers du premier budget de France : le Paris Saint-Germain, deuxième du championnat, comptait un budget de 13,58 million d'euro, premier budget d'Europe[réf. nécessaire], et que le Montpellier AHB, troisième comptait un budget de 6,61 million d'euro.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Le Club », sur Site officiel du club (consulté le 9 octobre 15)
  3. « Fiche du club », sur Site officiel de la LNH, Ligue nationale de handball (consulté le 9 octobre 15)
  4. (en) « Fiche du club », sur Site officiel de l'EHF, Fédération européenne de handball (consulté le 9 octobre 15)
  5. a, b, c et d « Les jeunes filles au tableau d'honneur », sur Site officiel de l'USDK (consulté le 10 décembre 2014)
  6. « USDK Dunkerque Handball Grand Littoral », sur histoire.maillots.free.fr/, ? (consulté le 9 novembre 2015)
  7. a et b « Handball: Jean-Marie Deceuninck, 82 ans, mémoire de l'USDK », sur www.lavoixdunord.fr, (consulté le 9 novembre 2015)
  8. « Coupe Challenge 2004, finale aller : Dunkerque - Skoevde : 21-20 », sur Handzone.net, (consulté le 9 novembre 2015)
  9. « Coupe Challenge 2004, finale retour : Skoevde - Dunkerque : 27-24 », sur Handzone.net, (consulté le 9 novembre 2015)
  10. « On a perdu le père et on a tous grandi un peu », La Voix des Sports, no 3321,‎ , p. 38, 39
  11. « Montpellier offre prématurément le titre à Dunkerque », sur handnews.fr, (consulté le 9 mai 2014)
  12. « Equipe pro », sur Site officiel du Dunkerque Handball Grand Littoral (consulté le 18 août 2017)
  13. « Fiche du Dunkerque Handball Grand Littoral », sur Site officiel de la LNH (consulté le 18 août 2017)
  14. a et b « Coupe de France : l'épopée de 1991 », sur Site officiel du club, (consulté le 4 décembre 2015)
  15. a et b « Dunkerque: D. Tristant remplace B. Pot », sur handzone.net, (consulté le 4 décembre 2015)
  16. a, b et c « Les Stades de Flandres », sur http://www.usdk.fr/club/stades-de-flandres/, ? (consulté le 10 décembre 2014).
  17. « La future Arena dévoilée », sur http://handnews.fr, (consulté le 10 décembre 2014).
  18. « L’Arena ne verra jamais le jour ! », sur http://handnews.fr, (consulté le 10 décembre 2014)
  19. « Le Stade Pierre-Mauroy retenu ? », sur http://handnews.fr, (consulté le 10 décembre 2014)
  20. http://www.lavoixdunord.fr/region/dunkerque-aura-son-arena-de-5-a-6000-places-ia17b47588n3252481
  21. « Les affluences 2012-2013 », sur http://handnews.fr, (consulté le 10 décembre 2014)
  22. « Les affluences 2013-2014 », sur http://handnews.fr, (consulté le 10 décembre 2014)

Liens[modifier | modifier le code]