Stéphane Le Diraison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stéphane Le Diraison
Image illustrative de l’article Stéphane Le Diraison
Stéphane Le Diraison
Skipper ingénieur Time For Oceans
Contexte général
Sport Voile
Période active Depuis 2007
Site officiel https://www.timeforoceans.com/
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Nationalité France
Naissance (46 ans)
Lieu de naissance Hennebont (Morbihan)

Stéphane Le Diraison, né le 5 juin 1976 à Hennebont (Morbihan), est un navigateur français, skipper du 60 pieds IMOCA Time For Oceans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le (46 ans)[1] à Hennebont[2], ses parents habitent Lanester et naviguent en mer, les week-ends, avec un bateau de six mètres, un Flirt[3]. Il reste en Bretagne jusqu'à ses 18 ans en participant à des courses des lycées ce qui lui suscite ses premières envies de course au large et notamment de Vendée Globe avec l'édition de 1992 remporté par Alain Gautier dont son bateau est voisin de ponton[3].

Puis il devient un skipper ingénieur reconnu dans le milieu des navigateurs. Il allie son emploi chez Bureau Veritas[4] en tant que cadre dans les énergies marines renouvelables et la course au large depuis 2007 sur le circuit Mini 6.50 puis en 2011 sur un Class40, avec comme apogée sa 4e place sur la Route du Rhum en 2014[5],[2].

En 2015, il se lance dans le projet Vendée Globe en faisant l'acquisition du 60 pieds IMOCA Energa (ex Hugo Boss 2008)[6].

Le 6 novembre 2016, il prend le départ du Vendée Globe avec ce bateau renommé Compagnie du Lit - Ville de Boulogne-Billancourt. Le 18 décembre, il est contraint à l'abandon à la suite d'un démâtage à 770 milles au Sud des côtes australiennes et tente de rejoindre Melbourne[7],[8],[9]. Il y arrive le [10].

L’année suivante, il assiste au One Planet Summit qui a lieu en décembre 2018 à Boulogne-Billancourt. Les intervenants et les discours le décident à monter un nouveau projet pour allier sa carrière sportive à son engagement pour l’environnement.

Toujours soutenu par la ville de Boulogne-Billancourt et rejoint par Bouygues Construction ainsi que SUEZ  Groupe, il crée le projet « Time For Oceans » dont son IMOCA prend le nom et les couleurs. L’objectif du projet est de rassembler les partenaires et le grand public autour de la préservation des océans, en utilisant les grandes courses océaniques pour porter son message à travers le monde.

Le 4 novembre 2018, il prend le départ de la 11e édition de la Route du Rhum avec le 60 pieds IMOCA Time For Oceans. Il arrive à Pointe-à-Pitre le 19 novembre en 8e position (sur 20 inscrits en IMOCA).

En 2019 il devient partenaire de No Plastic In My Sea, une association luttant pour le bannissement du plastique à usage unique dans un but de préservation des écosystèmes marins. Il participe à la deuxième édition du #NoPlasticChallenge et invite la classe IMOCA à se joindre au mouvement.

La même année, le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand devient le parrain de Time For Oceans.

Le 27 octobre 2019, il prend le départ du Havre de la 14e édition de la Transat Jacques Vabre, en double avec son co-skipper François Guiffant. Ils arrivent à Salvador De Bahia le 12 novembre en 20e position après 16 jours de course.

Pour soutenir la recherche scientifique, il a notamment participé au projet d’EUMETSAT, financé par la COI Unesco en embarquant sur les grandes courses des « Bouées de Confiance »,  flotteurs dérivants météorologiques collecteurs de données pour comprendre les enjeux qui menacent les océans.

Stéphane Le Diraison prend le départ de la 9e édition du Vendée Globe avec son IMOCA Time For Oceans. Il arrive aux Sables d’Olonne le 11 février en 18e position après 95 jours de course.

Stéphane Le Diraison au départ du Vendée Globe 2016-2017.
Stéphane Le Diraison au départ du Vendée Globe 2016-2017.

Palmarès[modifier | modifier le code]

2021 :

2019 :

2018 :

2014 :

  • 4e (43 inscrits) de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe en Class40, sur IXblue BRS en 17 jours, 8 heures, 21 minutes et 37 secondes ; 23e au classement général
  • 5e La Qualif’ Solidaire (Class40)
  • 2e Armen Race (Class40)

2013 :

  • Vainqueur Grand Prix Guyader (Class40)

2012 :

  • 2e Transat solidaire du chocolat (Class40)

2011 :

  • Vainqueur Les Sables Horta (Class40)
  • Vainqueur Trophée SNSM et record épreuve (Class40)

2010

  • Vainqueur Grand Prix Italie (Mini 6.50)

2009

  • 4e Transat 6.50
  • Vainqueur Fastnet 6.50
  • Vainqueur Trophée MAP (Mini 6.50)
  • Vainqueur Chrono 6.50

2008

  • Vainqueur Select 6.50

2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Stéphane Le Diraison », sur routedurhum.com
  2. a et b « Vendée Globe. Stéphane Le Diraison, un parcours réfléchi », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Serge Messager, « Stéphane Le Diraison : Le privilège d’être là ! », Voiles et voiliers,‎ (lire en ligne)
  4. « Boulogne : le skipper Stéphane Le Diraison proche du Vendée Globe », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  5. « Stéphane Le Diraison skipper sur la Route du rhum », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  6. Jérôme Bernatas, « Stéphane Le Diraison qualifié pour le Vendée Globe », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  7. Jérôme Bernatas, « Stéphane Le Diraison vogue de Boulogne-Billancourt jusqu’au Vendée Globe », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  8. « Actualités - Vacations : Stéphane Le Diraison » (consulté le )
  9. Jérôme Bernatas, « Vendée Globe: démâtage pour Stéphane Le Diraison », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  10. « Stéphane Le Diraison : « C'est dur à digérer », sur vendeeglobe.org, 18 décembre 2016 (consulté le 18 décembre 2016). — Olivia Maincent, « Le grand Sud dans le tableau arrière de Banque Populaire VIII », sur vendeeglobe.org, 23 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016). — « Le Diraison ravitaillé par un cargo », sur sport24.lefigaro.fr, 26 décembre 2016 (consulté le 26 décembre 2016). — « Dick au Horn, Le Diraison à Melbourne », sur vendeeglobe.org, 30 décembre 2016 (consulté le 2 février 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]