Jérémie Beyou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jérémie Beyou
Image illustrative de l’article Jérémie Beyou
Jérémie Beyou
Contexte général
Sport Voile
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (44 ans)
Lieu de naissance Landivisiau (Finistère) (France)

Jérémie Beyou, né le à Landivisiau (Finistère), est un navigateur et skipper français[1]. Il a remporté la Solitaire du Figaro à trois reprises en 2005, 2011 et 2014 et a été sacré champion de France de course au large en solitaire en 2002 et 2005. Il termine 3e sur le Vendée Globe 2016-2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Initié par un père passionné de voile, Jérémie Beyou a toujours navigué[2]. Cet enfant de la baie de Morlaix découvre la compétition et, à dix-huit ans, intègre l’équipe de France de Voile et décroche un premier podium national au Championnat de France Espoir. Deux ans plus tard, il dispute sa première Solitaire du Figaro. Il est diplômé de l'ESC Bretagne Brest (promotion 1998).

En 1998, il crée sa structure Jérémie Beyou Voile Communication qui deviendra ensuite Team BeYou Racing, entité gérant ses activités de skipper, ses relations avec son sponsor titre, mais aussi, le dessin, la construction, la maintenance, l'optimisation des bateaux de courses sur lesquels il s'engage autour du monde.

Cinq ans plus tard, il se hisse au haut niveau de ce circuit : en 2002, il est sacré champion de France de course au large en solitaire.

Il est licencié au CN Carantec de 1992 à 2001 puis au SR Perros Guirec de 2002 à 2015. Depuis 2016, il est licencié au CN Lorient[3].

En 2005, il emporte toutes les épreuves du circuit Figaro Bénéteau (dont la Solitaire du Figaro[2]), décroche un deuxième titre de champion de France de course au large en solitaire et s’adjuge le titre de champion du monde ORMA sur Banque Populaire. En 2011, il décroche une nouvelle victoire sur la Solitaire du Figaro. Trois mois plus tard, il remporte la Transat Jacques-Vabre (avec Jean-Pierre Dick sur Virbac Paprec). En décembre de la même année, il reçoit le Trophée du Sportif de l’année 2011 de la région Bretagne[4], puis le titre de sportif breton de l’année décerné par Le Télégramme[5].

En 2012, Beyou participe au Vendée Globe à bord de son 60 pieds IMOCA Maître CoQ. En 2013, le skipper a repris ses marques en Figaro Bénéteau et s’est emparé de la 5e place sur la Solitaire du Figaro après deux années d’absence. En 2014, il est entré dans le cercle très fermé des triples vainqueurs de la Solitaire du Figaro aux côtés de Philippe Poupon, Michel Desjoyeaux et Jean Le Cam. En 2014, il termine 2e de la Route du Rhum juste derrière François Gabart (Macif).

En 2016, il équipe Maître Coq de foils et décroche sa première grande victoire en IMOCA sur la Transat New York-Vendée, devançant Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) et Alex Thomson (Hugo Boss)[6].

En 2017, après deux échecs lors des précédentes éditions, il termine son premier Vendée Globe à la troisième place derrière Armel Le Cléac'h et Alex Thomson[7]. Le 19 avril 2017, il annonce sa nouvelle collaboration avec Charal, filiale du producteur de viandes Bigard, basé à Quimperlé. Liés jusqu'en 2022, il s'agit d'un partenariat IMOCA avec le lancement de la construction d'un nouveau bateau avec des foils réglables en incidence[8].

Ce foiler, premier d'une nouvelle génération construite autour des foils, se distingue sur la Rolex Fastnet, vainqueur dans sa catégorie, remporte le Défi Azimut et termine 3e sur la Transat Jacques Vabre.

Le 14 juillet 2020, il remporte la Vendée-Arctique-Les Sables d'Olonne[9].

Le 27 août 2020, Jérémie Beyou fait son entrée dans le conseil d'administration de la classe IMOCA[10].

L’objectif de Jérémie Beyou et de son partenaire Charal pour 2020 est de remporter le Vendée Globe 2020-2021 et ainsi devenir le seul marin à remporter deux courses autour du monde, une en équipage (Volvo Ocean Race 2017) et une en solitaire[11].

Au quatrième jour de course du Vendée Globe 2020, il retourne vers les Sables d'Olonne, victime de sévères avaries après avoir percuté un ofni[12]. Il repart 9 jours 2 heures et 50 minutes après le départ officiel. En prenant ce second départ comme référence, il effectue le 7e temps du Vendée Globe.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 2020
    • Vainqueur des 48h Azimut, en solo, à bord de l'Imoca 60 Charal.
    • Vainqueur de la Vendée Arctique Race, en solo, à bord de l'Imoca 60 Charal.
  • 2019
    • 3ème de la Transat Jacques Vabre, à bord de l'Imoca 60 Charal, en double avec Christopher Pratt.
    • Vainqueur du Défi Azimut, à bord de l'Imoca 60 Charal, en double avec Christopher Pratt.
    • Vainqueur de la Rolex Fastnet Race à bord de l'Imoca 60 Charal, en double avec Christopher Pratt.
  • 2018
    • Vainqueur de la Volvo Ocean Race (à bord de Dongfeng Race Team), un tour du monde en Equipage.
  • 2017
    • 3e au Vendée Globe sur le 60 pieds IMOCA Maître CoQ en 78 jours 06 heures 38 minutes et 40 secondes.
  • 2015
    • Vainqueur de la Sydney Hobart sur Teasing Machine (IRC3).
  • 2005
    • Figaro Bénéteau 2 Delta Dore.
    • Champion de France de Course au Large en Solitaire.
    • 1er de la Solitaire du Figaro[1],[14].
    • 1er de la Generali Solo.
    • 1er de la Route du Ponant.
    • 1er du Spi Ouest-France.
    • 2e du National Figaro.
    • Trimaran ORMA Banque Populaire, équipier de Pascal Bidégorry.
    • Champion ORMA 2005.
    • 1er de l’IB GRoup Challenge.
    • 2e du Grand Prix de Vigo.
  • 2001
    • 3e du Championnat de France Solitaire de Course au Large.
    • 2e de la Generali Méditerranée.
    • 3e de la Route du Ponant.
    • 4e de la Solitaire du Figaro[1].
    • 5e du Trophée Banque Privée Européenne Saint-Nazaire – Dakar avec Gilles Chiorri.
    • 3e du Tour de France à la voile sur Région Ile-de-France.
  • 1999
    • 7e du Championnat de France Solitaire de Course au Large.
    • 10e de la Solitaire du Figaro[1].
  • 1998
    • 18e de la Transat AG2R sur le Figaro Volskwagen - Castrol, avec Gaël Le Cléac’h.
  • 1996
    • 1er du Championnat de France de Course au large.
    • 1er du Championnat de France de First Class 8.

Résultats au Vendée Globe[modifier | modifier le code]

Édition Bateau Classement Temps Retard sur le 1re
Vendée Globe 2008-2009 Delta Dore Abandon NC -
Vendée Globe 2012-2013 Maître CoQ Abandon NC -
Vendée Globe 2016-2017 Maitre CoQ 2 3e 78 j 06 h 38 min 40 s + 4 j 03 h 02 min 54 s
Vendée Globe 2020-2021 Charal 13e 89 j 18 h 55 min 58 s + 9 j 14 h 31 min

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Laurence Schreiner, « Une armada de choix prête à en découdre », Figaro plus : La Solitaire du Figaro, no 7,‎ , p. 20–32
  2. a et b « Jérémie Beyou est l'invité d'Into The Wind #04 », sur Tip & Shaft, (consulté le 20 avril 2020)
  3. FFV, « Fiche coureur », sur www.ffvoile.fr (consulté le 8 octobre 2020)
  4. « Jérémie Beyou, sportif breton de l'année 2011 », ScanVoile, (consulté le 27 décembre 2011)
  5. Gilbert Dréan, « Sportif breton de l'année. Jérémie Beyou : la rage de vaincre », Le Télégramme, (consulté le 27 décembre 2011)
  6. Raphaël Bonamy, « New York - Vendée : victoire de Jérémie Beyou (Maître CoQ) », sur Ouest-France.fr, (consulté le 21 décembre 2016)
  7. « Jeremie Beyou, troisième du vendée Globe », sur mersetbateaux.com, (consulté le 9 juillet 2018)
  8. Jacques GUYADER, « Vendée Globe. Beyou: « Un nouveau sponsor, Charal, et un bateau neuf » », sur ouest-france.fr,
  9. « Le Breton Jérémie Beyou remporte la Vendée Arctique Les Sables d'Olonne », sur France 3 Bretagne (consulté le 16 novembre 2020)
  10. « Voile. Un nouveau Conseil d’administration à la classe Imoca – SportBusiness.Club » (consulté le 16 novembre 2020)
  11. « Jérémie Beyou, skipper tenace », sur jeremiebeyou.com
  12. « Vendée Globe : Jérémie Beyou attendu samedi midi aux Sables-d’Olonne », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le 16 novembre 2020)
  13. « Jérémie Beyou remporte la 42e Solitaire du Figaro », France 24, (consulté le 27 décembre 2011)
  14. « Arrivée de la Solitaire du Figaro » [vidéo], sur ina.fr
  15. Comité de course, « Tour de Bretagne à la voile 2003 : Resultat », Tour de Bretagne à la voile (consulté le 4 février 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :