Saint-Marcellin-en-Forez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcellin.
Saint-Marcellin-en-Forez
Le pont du Diable.
Le pont du Diable.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Saint-Just-Saint-Rambert
Intercommunalité Communauté d'agglomération Loire Forez
Maire
Mandat
Éric Lardon
2014-2020
Code postal 42680
Code commune 42256
Démographie
Gentilé Marcellinois, marcellinoises
Population
municipale
4 587 hab. (2014)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 53″ nord, 4° 10′ 05″ est
Altitude Min. 379 m
Max. 640 m
Superficie 31,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Marcellin-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Marcellin-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcellin-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcellin-en-Forez
Liens
Site web saintmarcellinenforez.com

Saint-Marcellin-en-Forez est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au pied des monts du Forez dans le Massif central. Elle est composée du centre bourg et de hameaux environnants : les Plantées, Grézieux, la Roche, le Mas, etc.

Le bourg s'est considérablement agrandi au cours des années 1980-1990 du fait de l'intérêt des citadins stéphanois pour la plaine du Forez (cf. évolution démographique de la commune).

Elle est voisine avec les communes de Périgneux, Bonson, Sury-le-Comtal, Chambles et Saint-Just-Saint-Rambert[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 984 : Commune probablement habitée, si l'on en croit la découverte de pièces de monnaie datant du IVe siècle.

984 : Traces les plus anciennes de la commune de Saint-Marcellin-en-Forez.

XIIIe siècle : Avant 1225 Construction initiale de l'église (celle-ci a subi beaucoup de modifications au cours du temps, comme la présence d'un clocher de style gothique dans une église romane).

1286 : Première mention des remparts du bourg.

XIVe siècle : Construction du pont du Diable, enjambant la Mare au lieu-dit Vérines.

1450: Guillaume Revel représente le bourg de Saint-Marcellin dans son armorial.

1636 : Construction du manoir du Colombier situé en face de l'hôtel Bouthéon, à l'extérieur des remparts (occupé par des appartements privés).

1852 : (16 juillet) Effondrement du donjon de Saint-Marcellin situé sur les remparts d'enceinte du bourg.

1941 : Changement du nom de la commune : Saint-Marcellin devient Saint-Marcellin-en-Forez.

2004 : Inauguration du nouvel hôtel de ville et de la maison de l'Armorial dans l'hôtel Bouthéon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections municipales de 2014, Eric Lardon est élu par 1186 voix, contre 523 pour Guy Janin et 401 pour Michel Berger

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 1977 Jean Rolland SE  
mars 1977 mars 1983 Jean Barnier SE  
mars 1983 mars 1989 Jean-Baptiste Orlhac SE  
mars 1989 mars 1995 Jean Barnier SE  
mars 1995 mars 2001 Michel Berger SE  
mars 2001 mars 2008 Gérard Laurent SE  
mars 2008 mars 2014 Michel Berger DVG  
mars 2014 en cours Eric Lardon SE-DVD[2]  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Saint-Marcellin-en-Forez sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Saint-Marcellin-en-Forez Maire Eric Lardon 2014 2020
Départementales Saint-Just-Saint-Rambert Conseillers départementaux Colette Ferrand
Alain Laurendon
29 mars 2015 2021
Législatives 4e circonscription Député Dino Cinieri juin 2017
Régionales Rhône-Alpes Président du conseil régional Jean-Jack Queyranne 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande mai 2017

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 587 habitants, en augmentation de 10,29 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 342 1 649 1 805 1 740 1 824 1 718 1 985 2 018
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 938 2 011 2 000 1 995 1 936 2 017 2 228 1 979 2 050
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 060 1 987 1 994 1 901 1 936 1 868 1 726 1 704 1 807
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 915 2 096 2 312 2 931 3 133 3 373 4 110 4 376 4 587
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Voies et lieux-dits[modifier | modifier le code]

200 odonymes recensés à Saint-Marcellin-en-Forez
au 21 juin 2014
Allée Avenue Bld Chemin Cité Côte Imp. Montée Pass. Place Prom. Rd-point Route Rue Villa Autres Total
12 2 [N 1] 1 [N 2] 39 0 0 26 2 [N 3] 0 8 0 0 16 36 [N 4] 1 [N 5] 57 [N 6] 200
Notes « N »
  1. Avenue Charles de Gaulle et Avenue de la Gare.
  2. Boulevard du Couhard.
  3. Montée des Troènes et Montée du Coteau.
  4. Dont Rue du 19-Mars-1962 et Rue du 8-Mai-1945.
  5. Villa l'Aubépin.
  6. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Saint-Marcellin-en-Forez comporte plusieurs monuments :

  • L'Église romane (XIIe siècle).
  • La Chapelle Sainte-Catherine (XIIe siècle).
  • La Maison de l'Armorial ou espace Revel (centre d'interprétation sur les villes et villages fortifiés du Forez au XVe siècle), dans l'hôtel de Bouthéon.
  • Le Manoir du Colombier (1636).
  • Le Pont du Diable.
  • Le bourg médiéval et son rempart d'enceinte du XIIIe siècle.
  • La Maison Renaissance (devenue une agence du Crédit agricole).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Marcellin-en-Forez (Loire).svg

Les armoiries de Saint-Marcellin-en-Forez se blasonnent ainsi :

De gueules au pont de pierre de deux arches d’or, celle de dextre plus petite, maçonné de sable, soutenu par deux fasces ondées d’argent et surmonté d’un dauphin d’or.
Créateur Daniel Juric

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]