Mornand-en-Forez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Mornant.
Mornand-en-Forez
Eglise Saint-Isidore et Saint-Roch.
Eglise Saint-Isidore et Saint-Roch.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Montbrison
Intercommunalité Communauté d'agglomération Loire Forez
Maire
Mandat
Gisèle Larue
2014-2020
Code postal 42600
Code commune 42151
Démographie
Population
municipale
387 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 50″ nord, 4° 07′ 33″ est
Altitude Min. 343 m – Max. 385 m
Superficie 21,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Mornand-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Mornand-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mornand-en-Forez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mornand-en-Forez

Mornand-en-Forez est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

L'histoire de la commune et de la région est liée à la mise en place par la famille de Curraize du canal du Forez (avec son pont canal sur la Curraize) pour écouler la production agricole.

La forme actuelle du nom Mornand-en-Forez à partir de Mornand dans sa forme initiale a été établie récemment pour éviter la confusion avec Mornant petite ville proche.

La forme initiale de l'agglomération, forme commune à la région du Haut-Forez, est celle du croisement de routes aboutissant à un château et son domaine. Une petite rue constituée en lotissement agricole a été formée à l'époque de l’amenée d'eau potable, avant l'époque moderne de l'électricité. Elle est complétée par la zone d'habitation qui se compose d'un nouveau lotissement constitué après 2000. Ceci fait appartenir la très petite commune de forme non étalée mais sans commerces à la zone rurbaine du pôle de Saint-Étienne accessible par autoroute, tout comme l'ensemble des agglomérations en bas de côte du Forez.

L'activité agricole locale est liée aux étangs à vidange triennale. L'activité de poissonnage devenue non rentable économiquement par la prédation naturelle est conservée, elle constitue un fort attrait touristique mis en valeur par le Conseil général.
L'élevage de chevaux de compétition en trot attelé est propre à cette zone et constitue sa particularité (sa mise en valeur touristique est en fait contraire aux souhaits des éleveurs, les bêtes étant craintives). Un centre de formation sur les métiers du cheval est localisé à Mornand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1904 Étienne Le Conte    
1904 1912 Antoine Arbel    
1912 1929 Jules Basset    
1929 1940 Claude de Curraize    
1940 1944 Nicolas Roux    
1945 1989 Jean de Curraize    
1989 2008[Note 1] Joël de Curraize    
2008 en cours Gisèle Larue[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 387 habitants, en diminution de -10,62 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260 246 190 250 410 390 415 461 449
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456 502 490 538 503 577 609 610 612
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
602 590 592 530 515 453 450 452 426
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
380 343 323 284 300 294 398 412 387
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Isidore et Saint-Roch. Edifice de la fin du XIXe siècle, conçu initialement par l'architecte Etienne Boisson (mort en 1880) et achevé par l'architecte Jean-Baptiste Dulac, bâti à l'emplacement d'une ancienne église dédiée à la Vierge et citée dès 1225[6].
  • Monument aux morts en pierre calcaire réalisé par l'architecte François Clermont en 1920[7].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995, 2001 et 2008, décédé accidentellement en août 2008.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :