Montverdun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verdun (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Mont Verdun.

Montverdun
Montverdun
Montverdun, l'église et les remparts du pic.
Blason de Montverdun
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Boën-sur-Lignon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Loire Forez
Maire
Mandat
Michel Brun
2014-2020
Code postal 42130
Code commune 42150
Démographie
Gentilé Montverdunois
Population
municipale
1 292 hab. (2016 en augmentation de 10,14 % par rapport à 2011)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 56″ nord, 4° 04′ 04″ est
Altitude 378 m
Min. 340 m
Max. 531 m
Superficie 16,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Montverdun

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Montverdun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montverdun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montverdun

Montverdun est une commune française située dans le département de la Loire et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montverdun fait partie du Forez. Le pic de Montverdun est un ancien site volcanique vieux de plus de 20 millions d'années.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monuments historiques tels que le prieuré du pic de Montverdun avec son église, et le mont d’Uzore.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Montverdun (Loire).svg

Les armoiries de Montverdun se blasonnent ainsi :

D'azur à deux crosses adossées d’or, accompagnées en pointe d’un fer de lance d'argent accosté de quatre larmes d'or et surmonté d'une cinquième, au chevron bretessé contre-bretessé d’argent brochant sur le tout.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1881 1888 Alphonse de Saint-Pulgent    
1888 1895 Jacques Chassin    
1895 1904 Jean (Joannes) Lafay    
1904 1908 Jacques-Jean Thyvollet    
1908 1912 Antoine Bercet    
1912 1925 Jean (Joannes) Lafay    
1925 1935 Antoine Jacquet    
1935 1942 Antoine Damas    
1942 1944 Antoine Jacquet    
1944 1947 Jean-Baptiste Dumas    
1947 1953 Leonard Thyvollet    
1953 1971 Robert Lougratte    
1971 1983 Joanny Chazal    
1983 1989 Pierre Rochette    
1989 1995 Pierre Gonin    
1995 2001 Pierre Dessaigne    
2001 2008 Pierre Rochette    
         
2014 En cours Michel Brun[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 1 292 habitants[Note 1], en augmentation de 10,14 % par rapport à 2011 (Loire : +1,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
407378409509465484491518456
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
487453516513557614637713780
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
841726677739646644636635664
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6026056056136987599471 1731 292
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

Pic de Montverdun, l'église, façade sud.
Pic de Montverdun, l'église vue par le portail de l'enclos.

Prieuré du Pic de Montverdun [6],[7]: cet antique prieuré casadéen, habillé de pierres cendrées est classé monument historique depuis 1981. Il s'élève au cœur de la plaine du Forez dans le pays d'Astrée, sur la route du Basalte. Il fut habité par saint Porcaire, abbé du monastère Saint-Honorat, à la suite de la prise des îles de Lérins par les Sarrasins au VIIIe siècle. Comme le raconte la légende, il serait venu se réfugier dans son pays natal et se serait établi dans une cellule.

Les premières traces du monastère dans des écrits datent du XIe siècle. Il fut fondé par des bénédictins sur une butte volcanique autour duquel le village s'est développé.

Des chanoines réguliers de l'ordre de Saint-Augustin soumis à l'abbaye de Savigny (aujourd'hui disparue), s'y installèrent jusqu'en 1233 où ils cédèrent la place aux bénédictins de La Chaise-Dieu, qui le desservirent sur ordre de l'archevêque de Lyon, Robert d'Auvergne dans un contexte politico-religieux délicat. En 1640, on arrêtera d'affecter des moines au prieuré. Le dernier, Jacques Truffier y mourut en 1700.

Le prieuré dès le XIIIe siècle, devint avec vingt moines un des principaux sites casadéens en Forez. Plusieurs autres prieurés dépendaient de Montverdun : Saint-Médard, Boisy, La Boulène, Craintilleux, Saint-Denis, Saint-Clément (auparavant paroisse, aujourd'hui lieu-dit de la commune), Pouilly-le-Monial, la Maison de Lyon qui a pour enseigne la Croix-Blanche. D'autre part, Pierre Roger de Beaufort, novice en ces lieux fut élu à l'unanimité pape en Avignon en 1342, sous le nom de Clément VI. De 1700 à 1789, le prieuré dépendait du séminaire Saint-Charles de Lyon.

De 1870 à 1895, la salle capitulaire fut transformée en école. Les autres bâtiments devinrent presbytère, bâtiments agricoles, logement… L'église a conservé sa vocation de lieu de culte.

Cette salle capitulaire a énormément souffert. Il ne restait que ses quatre murs quand l'association des Amis du Pic, dans les buts de sauvegarder et d'animer le prieuré, fut créée en 1968 sous l'impulsion du maire de l'époque et les Montverdunois. Elle avait été reconstruite vers 1740, incendiée en 1870, réaménagée en 1885 puis démantelée en 1925.

Des chantiers de jeunes bénévoles affiliés à l'Union Rempart et des stages des Monuments Historiques dans les années 1980 et 1990 furent organisés pour restaurer les bâtiments afin de préserver les caractéristiques originelles du site ainsi que son authenticité lui conférant alors le titre de Monument Historique. Tout ceci fut possible grâce au conseil général de la Loire, des animations et au prix que gagna l'association pour les travaux déjà réalisés (1er prix régional des chantiers de jeunes bénévoles).

On profite de ce pic basaltique, véritable table d'orientation naturelle de 360°, pour admirer le Forez (plaine et monts), les monts du Lyonnais avec son point culminant, la tour Matagrin de Violay à 1004 mètres d'altitude… On découvre aussi :

  • l'église du XIIe siècle et XVe siècle et ses fresques du XVIIe siècle découvertes au cours de travaux archéologiques en 1986[8].
  • le logis du prieur dont les fouilles archéologiques et la dendrochronologie ont permis d'établir l'évolution du prieuré à travers une trentaine de couches allant du XIIe siècle à de nos jours ;
  • la cave voûtée du XIIIe siècle ;
  • la salle capitulaire réhabilitée en gîte de groupe ;
  • les vestiges des habitats disparus et ceux encore présents datant principalement du XVe siècle ;
  • la magnifique galerie datant de 1442 avec ses sept piliers de chêne reposant sur des pierres et dont le colombage de la partie supérieure est composé de fragments de tuile, de basalte, de chêne ;
  • Le four à pain utilisé chaque année pour les Journées Européennes du Patrimoine ;
  • Le jardin des moines restauré au début des années 2000 ;
  • Le pigeonnier restauré avec l'Association "Pisé, terre d'avenir" dans les années 1980 ;
  • Les salles d'expositions.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Maldiney (1912-2013), philosophe français, est mort à Montverdun.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « MONTVERDUN », sur le site de l'association des maires de France (consulté le 31 mai 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Guide de visite du Prieuré de Montverdun
  7. site du prieuré Montverdun
  8. Découvertes de fresques du XVIIe siècle à l'église du Prieuré. Loire Matin. 14 juillet 1986.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :