Montarcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montarcher
Montarcher
La mairie.
Blason de Montarcher
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Montbrison
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Bonnet-le-Château
Maire
Mandat
Bernard Coutanson[1]
2018-2020
Code postal 42380
Code commune 42146
Démographie
Population
municipale
66 hab. (2015 en augmentation de 4,76 % par rapport à 2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 35″ nord, 3° 59′ 48″ est
Altitude Min. 938 m
Max. 1 194 m
Superficie 5,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Montarcher

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Montarcher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montarcher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montarcher

Montarcher est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montarcher fait partie du Forez.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : comté de Forez.

Montarcher est proche d'une voie romaine reliant Lugdunum à la voie d'Agrippa qui permettait d'aller à Burdigala. Au Moyen Âge, cet itinéraire prendra le nom de voie Bolène.
Sa situation élevée en fit d'abord un lieu de culte gaulois, puis une place forte du Forez. D'ailleurs, le nom Montarcher viendrait de « Montis Archierri », Mont des Archers en latin.

En 1167, Guy II de Forez, alors en conflit avec l'archevêque de Lyon, remet à Louis VII le château de Montarcher[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   Marc Boudon    
2014 2018 Yves Favier[3]    
2018 en cours Bernard Coutanson[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 66 habitants[Note 1], en augmentation de 4,76 % par rapport à 2010 (Loire : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300244342379372382346391399
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
375328322330335319298259263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251226206189158166152128116
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
978777545575666563
2013 2015 - - - - - - -
6866-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un site remarquable[modifier | modifier le code]

Panorama depuis le porche l'église

Construit sur un éperon rocheux à 1160 m d'altitude Montarcher est l'un des plus hauts villages de la Loire et une place forte du Forez. De ce fait, il bénéficie d'une vue panoramique des gorges de la Loire. Par temps clair l'horizon va du massif du Mont-Blanc jusqu'au mont Mézenc, en passant par les monts du Pilat et les monts du Vivarais.
Montarcher se trouve sur le GR3.
L'église de Montarcher est une étape sur la voie de Cluny du chemin de Compostelle.

L'enceinte fortifiée[modifier | modifier le code]

Porte archetière.

Montarcher avait une fonction stratégique importante car le village est situé à la croisée des territoires de Ségusiaves, des Vellaves et des Arvernes.

Le donjon du château servait de relais pour transmettre les nouvelles. Dès le XIIe siècle, le village a été entouré d'une épaisse muraille percée de deux portes[8]. Tandis que la route le contournait par le sud. En cas de troubles ou d'épidémies les pèlerins devaient se contenter de l'oratoire aménagé dans le rempart sud.

Église de l'Assomption-de-la-Vierge de Montarcher[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de Montarcher[9] est une construction des XIIe, XVe et XVIe siècles, située au pied de l'ancien donjon.

L'ancien cimetière[modifier | modifier le code]

Montarcher-Ancien cimetière-20130203.jpg

Sur demande du vicaire Claude Ferrier, lorsque Montarcher devint une paroisse, à la fin du XVe siècle, un cimetière fut édifié près de l'église pour éviter les déplacements au cimetière paroissial d'Estivareilles situé à huit kilomètres de là.
On peut y voir encore une simple croix et plusieurs dalles funéraires parmi lesquelles la dalle tumulaire d'un seigneur de Montarcher de la famille des Rochebaron, importante famille du Forez.

La croix de Montarcher[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Croix de Montarcher.

La croix de Montarcher[10] fut construite en 1497, à l'entrée du village, à la demande du vicaire Claude Ferrier, dont elle porte le monogramme.
Les habitants avaient coutume d'accrocher une lanterne au chapiteau pour signaler un nouveau mort dans la paroisse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le vicaire Claude Ferrier, grâce à qui la commune devenue une paroisse où il officia pendant neuf ans. Rédacteur du registre baptistaire de Montarcher en 1469, la commune lui doit l'ancien cimetière ainsi que les trois croix qui se trouvent sur la commune. Il aurait été enterré dans la chapelle latérale gauche où la tradition locale lui attribue une pierre tombale[11] sur laquelle est gravée l'image d'un ecclésiastique revêtu de la dalmatique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montarcher Blason Coupé: au 1er parti de deux coupé de un d'argent et d'azur, au 2e de gueules plain.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard Coutanson nouveau maire de la commune, Le Progrès du 6 juillet 2018.
  2. Louis VII, roi des Francs (1137-1180), accorde à son ami Gui II, comte de Lyon et de Forez (ap. 1136 et av. 1158 -1206), lors de la visite faite à sa cour à Bourges, les châteaux qu'il tenait en seigneur de lui à Montbrison et à Monsupt, pour lesquels il fait hommage et foi. Le comte fait enregistrer au roi les autres châteaux de Montarcher, Saint-Chamond, de La Tour-en-Jarez, de Chamousset pour les lui remettre. Enfin le comte demande au roi, pour accroître son fief, les droits régalien au sein des châteaux de Marcily, de Donzy et de ses dépendances, de Cleppé, de Saint-Priest-en-Jarez, de Lavieu et de Saint-Romain-le-Puy, https://sites.google.com/site/agerjarensis/
  3. « MONTARCHER », sur le site de l'association des maires de France (consulté le 31 mai 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Notice no PA00117515, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PA00117514, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no PA00117513, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no PM42000285, base Mérimée, ministère français de la Culture

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :