Saint-M'Hervé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Saint-M'Hervon.
Saint-M'Hervé
Mairie de Saint-M'Hervé.
Mairie de Saint-M'Hervé.
Blason de Saint-M'Hervé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Vitré
Intercommunalité Vitré Communauté
Maire
Mandat
Dominique Kerjouan
2014-2020
Code postal 35500
Code commune 35300
Démographie
Gentilé Saint-M'Hervéens
Population
municipale
1 381 hab. (2014)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 43″ nord, 1° 06′ 58″ ouest
Altitude Min. 72 m – Max. 171 m
Superficie 29,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-M'Hervé

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-M'Hervé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-M'Hervé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-M'Hervé
Liens
Site web www.saintmherve.fr

Saint-M'Hervé est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne, peuplée de 1 381 habitants[Note 1] (les Saint-M'Hervéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-M'Hervé est située à l'est de la Bretagne, entre Vitré et Laval. La commune est traversée par la Vilaine avec notamment l'étang de Haute-Vilaine.

Le barrage de Haute Vilaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sancto Herveo au XIe siècle[1], ecclesia de Sancto Merveio au XIIIe siècle, ecclesia Sanctii Mervei en 1516[2].

Saint-M'Hervé porte le nom de son église paroissiale. Ce nom ne fait pas référence à Hervé, saint breton du VIe siècle, mais à un Mérovée de l'époque des Francs. La commune de Saint-M'Hervon, également située en Ille-et-Vilaine, possède un nom similaire mais le sien réfère à un saint local appelé Maelmon[3]. Saint-M'Hervé est mentionné pour la première fois au XIIIe siècle sous la forme latine ecclesia de Sancto Merveio (« église de Saint-Mérovée »)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Dans un rapport daté du , les autorités d'Ernée écrivent que des paysans d'Argentré, Le Pertre, Mondevert, Erbrée, La Chapelle-Erbrée, Bréal, Saint-M'Hervé, Montautour et Balazé avaient « porté leurs grain aux insurgés pendant leur séjour à Laval »[4].

Saint-M'Hervé fait partie des communes déclarées totalement insurgées en 1793-1794[5]. La colonne ou canton d'Argentré, des chouans membres de la division de Vitré de l'Armée catholique et royale de Rennes et de Fougères, eut pour chef Toussaint du Breil de Pontbriand, secondé par Louis Hubert. Elle était divisée en plusieurs compagnies : compagnie d'Étrelles, compagnie d'Argentré-du-Plessis, compagnie de Saint-M'Hervé (capitaine : Pierre Carré, dit Piquet, lieutenants : Noël Coeffé, Pierre Hodeyer et Mathurin Combois), compagnie de La Chapelle-Erbrée, compagnie du Pertre, compagnie de Vitré.

Deux combats menés par la Chouannerie contre les Républicains se déroulèrent à Saint-M'hervé, l'un en 1795, l'autre en 1796.

Article détaillé : Combat de Saint-M'Hervé (1795).
Article détaillé : Combat de Saint-M'Hervé (1796).

Louis Hubert, né le à Saint-M'Hervé, fut un chef chouan qui participa notamment au combat de Saint-M'Hervé (1796), au combat du Pont de Cantache et fut tué le lors du combat de Touchenault.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Selon le journal La Croix, en 1891, 12 élèves sont inscrits à l'école laïcisée contre 92 à l'école "libre", congréganiste[6].

Le Journal officiel du indique que Louis Félix Ollivier, député des Côtes-du-Nord, a déposé sur le bureau de l'Assemblée nationale une pétition hostile à la politique menée par le gouvernement d'Émile Combes signée entre autres par 328 habitants de Saint-M'Hervé[7].

L'inventaire des biens d'église provoqua des difficultés : Le Journal du écrit : « À La Chapelle-Janson, Balazé, Saint-M'Hervé, les bourgs étaient barrés par des tas de fagots enflammés; les églises étaient entourées de charrettes enchevêtrées les unes dans les autres ; et les gendarmes étaient accueillis avec des gourdins et à coups de cailloux. Plusieurs officiers et plusieurs gendarmes ont été renversés et assez sérieusement blessés »[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-M'Hervé Blason Échiqueté de gueules et d'hermine.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 juin 1995 Jacques Bougault   Comptable
mars 2001 mars 2008 Bernard Beaudouin   agent assurance
mars 2008 en cours Dominique Kerjouan[9] SE Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 381 habitants, en augmentation de 0,66 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 200 1 905 1 984 2 208 2 016 1 990 1 809 1 834 1 926
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 884 1 909 1 873 1 774 1 774 1 744 1 712 1 688 1 661
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 675 1 690 1 556 1 325 1 310 1 307 1 336 1 346 1 292
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 215 1 217 1 189 1 193 1 144 1 213 1 360 1 375 1 381
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de Saint-M'Hervé.

La maison de la Gélinière fait partie d'une petite série de maisons concentrées sur la commune de Saint-M'Hervé. Ces maisons ont en commun leur plan symétrique à deux portes jumelles, la tour d'escalier couverte d'un toit conique située à l'arrière de la construction. La charpente de la tour — assez sophistiquée — comporte trois niveaux d'enrayure. Ce haut toit donne un aspect élancé et élégant à la tour. Au bas de la tour, une pierre d'évier en schiste est engagée dans le mur.

La construction en moellons de quartzite et baies en granite est de belle qualité. Il reste devant la maison des traces d'une cour fermée et d'un portail

Le style général de la maison et quelques détails de décor indiquent une datation de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle, des modifications ayant été effectuées au XVIIIe siècle. Cette maison aurait été construite pour des marchands de toile qui font partie des notables ruraux à cette époque prospère dans une région où était cultivé le chanvre. Les toiles étaient vendues à Saint-Malo pour la marine. La maison aurait été habitée par un chirurgien vitréen avant la Révolution. Ces dernières données constituent autant d'hypothèses non vérifiées.

Culture[modifier | modifier le code]

Une copie du menhir du Champ Dolent a été fabriquée pour les besoins d'une série de télévision Le Champ Dolent, le roman de la Terre de Hervé Baslé. Cette copie se situe aujourd'hui à l'entrée de la commune, sur le carrefour RD 777 et RD 24. Saint-M'Hervé est la commune où se déroule l'intrigue de la série.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Jean-Paul Gisserot (ISBN 2877474828, lire en ligne), p. 109
  2. a et b « Etymologie et histoire de Saint-M'Hervé »
  3. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne, Bonneton, (ISBN 9782862532837), p. 90
  4. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, cité par Roger Dupuis, "De la Révolution à la Chouannerie", Nouvelle bibliothèque scientifique, Flammarion, 1988,[ISBN 2-08-211173-3]
  5. Jean-Baptiste Kléber et Henri Baguenier-Desormeaux, "Kléber en Vendée (1793-1794) / documents publiés, pour la Société d'histoire contemporaine", 1907, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111939x/f461.image.r=Saint-Aubin-des-Landes
  6. Journal La Croix du 26 avril 1891, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k212678g/f1.image.r=Balaz%C3%A9?rk=21459;2
  7. Journal officiel de la République française, n° du 13 mars 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64666920/f15.image.r=Balaz%C3%A9?rk=21459;2
  8. Le Journal, no 4913 du 14 mars 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76257093/f4.image.r=Balaz%C3%A9?rk=386268;0
  9. « Municipales à Saint-M'Hervé. Second mandat pour Dominique Kerjouan, Ouest-France, 3 avril 2014.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]