Fagot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fagot (homonymie).
De la forêt. Mykola Pymonenko. 1900

Un fagot (anciennement aussi « bourrée » et falourde) est un assemblage de menus morceaux de bois, broutilles, rémanents, petites branches issues de l'émondage, liés avec une hare (espèce de lien fait d’osier, petit mahot). Les broutilles sont appelées l’« âme du fagot ». On dit « châtrer un fagot », quand on en ôte quelques bâtons[1]. Ces menu-bois sont destinés à être brûlés ou à servir de fascine. On en fabrique des balais.

Le fagoteur était le faiseur de fagots, le travail s'appelait « fagotage ».

Usages[modifier | modifier le code]

Enluminure du XVIe siècle : scène d'émondage et de fagotage.

Au Moyen Âge, les paysans avaient des droits d'affouage, d'écorçage et de fagotage sur les biens communaux forestiers, collectivement gérés et appropriés. Une tradition de l’émondage existait pour les fermiers et métayers, locataires des grandes exploitations domaniales des propriétaires terriens (propriétaires bourgeois, seigneurs ou non, qui donnaient en bail et parfois même en métayage des terres). Ces baux ruraux autorisaient les exploitants agricoles à récolter le bois d’émonde et les fagots, tandis que le tronc de l’arbre (partie noble qui servait notamment à faire du bois d'œuvre) restait propriété du loueur[2].

Dans les pays de bocage, le travail était organisé en rotation. Chaque hiver, les paysans entretenaient le talus d'une haie et émondaient une parcelle différente. C'était souvent leurs femmes et leurs enfants qui fagotaient, ce fagotage exigeant un savoir-faire insoupçonné[3]. Les haies bocagères étaient une source importante de fagots : ces petites branches fagotées issues de l'émondage servaient à la cuisson (cuisine, pain, forges), voire à la confection de jeux en bois ou en végétaux par les enfants pour qui cette haie était un terrain de jeu (vannage, musique verte). La bourrée, grand fagot d'épines et de ronces, était ainsi principalement destinée au four à pain et à poterie qui exigeaient plusieurs stères de fagots pour le chauffage[4]. Entre technique et art, le fagotage marquait ainsi les paysages[5].

On mesurait les fagots avec une petite chaînette, afin de leur donner une grosseur égale et conforme à l’usage des lieux[1]. Michel Particelli d'Émery créera la charge de contrôleurs de fagots.

Cris de Paris:

« Fagots, fagots ! Beaux fagots ! Au feu les fagots ! Au feu ! »

L’usage du fagot a subsisté en Angleterre autant de temps que la religion romaine. S’il arrivait à quelque hérétique d’abjurer son erreur et de rentrer dans le sein du catholicisme, il lui était imposé de notifier à tout le monde sa conversion par une marque qu’il portait attachée à la manche de son habit, jusqu’à ce qu’il eût satisfait à une espèce de pénitence publique assez singulière; c’était de promener un fagot sur son épaule, dans quelques-unes des grandes solennités de l’Église. Celui qui avait pris le fagot sur sa manche, et qui le quittait, était regardé comme un relaps et comme un apostat[1].

À Régny, le Premier dimanche de carême, les garçons de la ville chargeaient des fagots sur une charrette à laquelle ils attelaient les hommes mariés, puis rassemblaient ces fagots sur la place en une pyramide, avant d'y mettre le feu[6].

Dans l'art et la littérature[modifier | modifier le code]

« La bienveillance emporte avec elle tout ce qui tente de lui faire obstacle, aussi facilement que l'eau domine le feu. Les seuls à douter du pouvoir de l'eau sont ceux qui tâchent de noyer un plein chariot de fagots en flammes avec une tasse de thé[7]. »

« C'est après une déclaration aussi solennelle que Jean Chauvin, dit Calvin, fils d'un tonnelier de Noyon, fit brûler dans Genève, à petit feu avec des fagots verts, Michel Servet de Villa-Nueva ; cela n'est pas bien
Voltaire, Dictionnaire philosophique »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c d’Argenville, Diderot, Bellin, L’Encyclopédie, 1re éd., t. Tome 6, (lire sur Wikisource), p. 371-372
  2. Jean-Paul Hervieu, Les paysages ruraux en Normandie, Annales de Normandie, , p. 188.
  3. Annie Antoine, Dominique Marguerie, Bocages & sociétés, Presses universitaires de Rennes, , p. 54.
  4. Pierre Brault, Montanel: géographie, histoire, institutions, vie religieuse et langage, vie économique et sociale, l'Amitié par le livre, , p. 40.
  5. Marie-Armelle Barbier, « Fagoter: pratique d'hier, savoir pour demain ? », Penn ar Bed, nos 153/154,‎ , p. 14-23 (lire en ligne).
  6. Source: « Les fêtes baladoires du siècle dernier, 1890 (sans nom d'auteur ni d'éditeur) », France pittoresque (consulté le 12 janvier 2010)
  7. Citation du Meng Tzeu, recueil des paroles de Mencius qui est aussi l'un des Quatre Livres du confucianisme. Reprise de l'article Bushidō, l'âme du Japon
  8. Pour bâtir un bûcher, on fichait d'abord un poteau en terre, puis on disposait « autour de lui de la paille, des fagots et des bûches, en alternance, jusqu'à arriver à hauteur d'homme et en laissant un espace en façade pour pouvoir accéder au poteau ». Une estrade en hauteur était installée afin que le peuple ne perde rien du spectacle, ce qui favorisait la prise d'air par en-dessous et la combustion du bois, le supplicié se trouvant davantage rôti que brûlé. Cf Benoît Garnot, La peine de mort. Du Moyen Âge à 1981, Humensis, , p. 133.