Beauronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beauronne (homonymie).
Beauronne
Le bourg de Beauronne.
Le bourg de Beauronne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Vallée de l'Isle
Intercommunalité Communauté de communes Isle, Vern, Salembre en Périgord
Maire
Mandat
Jean-Charles Marie
2014-2020
Code postal 24400
Code commune 24032
Démographie
Gentilé Beauronnais
Population
municipale
363 hab. (2015 en augmentation de 9,67 % par rapport à 2010)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 45″ nord, 0° 22′ 59″ est
Altitude Min. 51 m
Max. 150 m
Superficie 19,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Beauronne

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Beauronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauronne

Beauronne est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Beauronne à Maine Moulin.

Localisée à l'ouest du département de la Dordogne, la commune de Beauronne s'étend sur 19,24 km2, dont une grande partie en forêt de la Double. Elle est bordée à l'est sur une dizaine de kilomètres par un petit affluent de l'Isle, la Beauronne, qui lui sert de limite naturelle avec Douzillac et Saint-Louis-en-l'Isle.

L'altitude minimale, 51 mètres, se situe au sud-est, là où la Beauronne quitte la commune pour servir de délimitation entre Saint-Louis-en-l'Isle et Saint-Front-de-Pradoux. Le point culminant avec 150 mètres se trouve au sud, en forêt de la Double, au sud du lieu-dit les Janissoux.

Le bourg de Beauronne est situé, en distances orthodromiques, sept kilomètres au nord de Mussidan et douze kilomètres au sud-ouest de Saint-Astier. Il est implanté en rive droite de la Beauronne, au croisement des routes départementales 40 et 709 (l'ancienne route nationale 709).

Le sud de la commune est parcouru par le sentier de grande randonnée GR 646.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Beauronne est limitrophe de sept autres communes, dont Saint-Vincent-de-Connezac au nord, sur moins de 150 mètres.

Communes limitrophes de Beauronne
Saint-André-de-Double Saint-Vincent-de-Connezac Saint-Jean-d'Ataux
Saint-Étienne-de-Puycorbier Beauronne Douzillac
Saint-Front-de-Pradoux Saint-Louis-en-l'Isle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom, identique au cours d'eau principal, contraction de bebros ou beber désignant le castor et de onna représentant le cours d'eau[1], est d'origine celtique.

Bebro(n)na signifie donc « la rivière des castors »[2].

En occitan, la commune porte le nom de Beurona[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors des premières années de la Révolution, la commune de Faye près Beauronne fusionne avec Bauronne qui prend le nom de Bauronne et Faye[4].

En 1862, la commune de Bauronne-et-Faye change de nom et devient Beauronne[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 [6] (réélu en mars 2014) en cours Jean-Charles Marie SE[7] puis DVD [8] Militaire retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Beauronne se nomment les Beauronnais[9].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2015, la commune comptait 363 habitants[Note 1], en augmentation de 9,67 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
679 625 696 626 836 824 826 850 810
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
825 795 814 786 787 777 738 720 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
675 634 652 573 522 489 479 432 451
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
450 412 350 340 328 310 304 331 363
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Marché des potiers lors d'un week-end en août (14e édition en 2017[13]).

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[14], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 147 personnes, soit 44,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-deux) a augmenté par rapport à 2007 (dix-neuf) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,0 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte trente-sept établissements[15], dont dix-huit au niveau des commerces, transports ou services, huit dans la construction, cinq dans l'industrie, quatre dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La Beauronne à Petit-Boissonnie.

Intégrée au sud-est de la forêt de la Double, la commune représente un intérêt certain pour la faune et la flore locales. Deux zones de protection y sont donc délimitées :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. la lingua celtica (vocabulaire franco-celtique) (archive)
  2. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 47.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 6 février 2014.
  4. Notice communale de Faye près Beauronne, Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 22 mai 2017.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 13 août 2014.
  7. « Voici vos 557 maires », édition spéciale de Sud Ouest du 3 avril 2008, p. 18.
  8. http://www.rassemblonsladordogne.fr/lecanton.php?id=24,
  9. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Nicolas Caminel, « Le marché des potiers, c'est ce week-end », Sud Ouest édition Périgueux, 18 août 2016, p. 19.
  14. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 15 octobre 2015.
  15. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 15 octobre 2015).
  16. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 15 octobre 2015.
  17. « Eglise Notre-Dame de la Nativité », notice no PA00082358, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 20 mai 2017.
  18. a et b Vallées de la Double sur le réseau Natura 2000. Consulté le 8 octobre 2009
  19. [PDF] DIREN Aquitaine - La Double orientale. Consulté le 8 octobre 2009
  20. Carte de la ZNIEFF 2651 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 8 octobre 2009