Première circonscription de l'Essonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Première circonscription
de l’Essonne
Carte de la circonscription.
Carte de la circonscription.
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Essonne
Superficie 45,43 km²
Subdivisions
Cantons 4
Communes 6
Représentation
Député vacant
Législature XVe législature
Autres informations
Population 130 373 hab. (2010)
Densité 2 870 hab./km2
Date de création

La première circonscription de l’Essonne, aussi appelée circonscription d’Évry — Corbeil-Essonnes[1], est une circonscription électorale législative française, subdivision du département de l’Essonne dans la région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Occupation des sols.
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 53,4 % 2 464,09
Espace urbain non construit 18,0 % 830,41
Espace rural 28,6 % 1 322,32
Source : Iaurif[2]

La première circonscription de l’Essonne est située au nord-est du département de l’Essonne. Son altitude varie entre trente-deux mètres à Évry et quatre-vingt-seize mètres à Courcouronnes. La commune la plus étendue est Corbeil-Essonnes avec 1 101 hectares, la plus petite est Courcouronnes avec 437 hectares. En 2006, la commune la plus peuplée était Évry avec 52 651 habitants contre seulement 4 859 habitants à Villabé.

Composition[modifier | modifier le code]

La première circonscription de l’Essonne est constituée de six communes :

Commune Code Insee Population Maire Nuance politique
Bondoufle 91 2 10 086 9 132 hab. Jean Hartz PR
Corbeil-Essonnes 91 2 96 174 50 412 hab. Jean-Pierre Bechter LR
Courcouronnes 91 2 39 182 13 265 hab. Stéphane Beaudet LR
Évry 91 2 97 228 53 871 hab. Francis Chouat PS
Lisses 91 2 10 340 7 650 hab. Thierry Lafon DVD
Villabé 91 2 06 659 5 360 hab. Karl Dirat SE

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la Première circonscription de l’Essonne.
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2010
158 841213 106216 008116 712123 936129 233130 373
En 1986 intervint le redécoupage des circonscriptions législatives.
(Sources : base Insee à partir de 1968 (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[Note 1])
Histogramme de l’évolution démographique.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la première circonscription de l’Essonne en 2008 en pourcentages[3].
HommesClasse d’âgeFemmes
7,3 
65 ans et plus
9,5 
61,7 
20 à 64 ans
61,2 
31,1 
0 à 19 ans
29,2 

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la 1re circonscription de 1967 à 1986.

La première circonscription de l’Essonne a été créée par la loi organique no 66-501 du , elle comptait alors le canton de Brunoy, le canton de Corbeil-Nord (minoré des communes de Bondoufle, Courcouronnes, Écharcon, Évry, Lisses et Ris-Orangis, le canton de Montgeron dans leurs définitions de 1964 et les communes de Corbeil-Essonnes, Morsang-sur-Seine, Saint-Pierre-du-Perray et Saintry-sur-Seine[4]. Elle a été modifiée par la loi organique no 86-1197 du et comporte depuis le canton de Corbeil-Essonnes-Est, le canton de Corbeil-Essonnes-Ouest, le canton d'Évry-Nord et le canton d'Évry-Sud[5].

Représentation[modifier | modifier le code]

Députés de la première circonscription de l’Essonne[modifier | modifier le code]

Liste des députés successifs.
Période Identité Étiquette Qualité
1967 1968 Roger Combrisson[6] PCF Résistant, déporté
Chef de district SNCF
Maire de Corbeil-Essonnes (1959 → 1992)
Conseiller général de Corbeil-Essonnes (1964 → 1976)
1968 1973 Jean-Claude Fortuit[7] UDR Ambassadeur de France
Conseiller général de Montgeron (1972 → 1976)
Vice-président de la Société de géographie
1973 1981 Roger Combrisson[8],[9],[10] PCF Résistant, déporté
Chef de district SNCF
Maire de Corbeil-Essonnes (1959 → 1992)Conseiller général de Corbeil-Essonnes (1964 → 1976)
1981 1986 Michel Berson[11] PS Cadre de banque
Maire de Crosne (1977 → 1998)
Député de l'Essonne (8e circ.) (1993 → 1997)
1986 1988 Indéterminable[Note 2]    
1988 mai 1991 Jacques Guyard[12] PS Historien
Maire d’Évry (1983 → 1999)
Nommé secrétaire d'État en mai 1991
mai 1991 avril 1992 Jean Albouy PS Adjoint au maire de Corbeil-Essonnes
Suppléant de Jacques Guyard, siège pendant ses fonctions gouvernementales
avril 1992 juin 2002[13] Jacques Guyard[14],[15] PS Historien
Maire d’Évry (1983 → 1999)
Secrétaire d'État (1991 → 1992)
Retrouve son mandat après la fin de ses fonctions gouvernementales
2002[16] mai 2012 Manuel Valls[17],[18],[19] PS Conseiller en communication
Maire d’Évry (2001 → 2012)
Nommé ministre en mai 2012
juillet 2012 février 2017[20] Carlos Da Silva PS[21] Professeur des écoles ( ? → 2012[22]) puis assistant parlementaire
Conseiller municipal de Corbeil-Essonnes
Conseiller général de Corbeil-Essonnes-Est (2008 → 2015)
Suppléant de Manuel Valls, siège pendant ses fonctions gouvernementales
janvier 2017[23] octobre 2018[24] Manuel Valls DVG Conseiller en communication
Maire d’Évry (2001 → 2012)
Ancien ministre (2012 → 2014), puis premier ministre (2014 → 2016)
Démissionnaire

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Circonscription regroupant en partie des banlieues populaires, et constituée d’un grand nombre de quartiers dits « défavorisés », comme Les Pyramides à Évry ou Les Tarterêts à Corbeil-Essonnes, la première circonscription de l’Essonne est une circonscription traditionnellement à gauche.

Ainsi, depuis le redécoupage de 1986, celle-ci s’est toujours imposée dans la circonscription, en cas de vague rose nationale (60 % en 1988 et 57 % en 1997), et plus difficilement en cas de vague bleue (50,19 % en 1993 et 52,97 % en 2002). Enfin, il faut noter la forte présence du Front national, qui atteint jusqu'à 19,28 % des voix en 1997, sans réussir toutefois à provoquer une triangulaire.

Manuel Valls, membre du Parti socialiste (PS), par ailleurs maire d'Évry depuis 2001, a été le député de la circonscription de 2002 à 2012 et de 2017 jusqu'à sa démission de septembre 2018, dans le cadre de sa candidature à la mairie de Barcelone[24]. Élu relativement difficilement en 2002 face à l'industriel Serge Dassault, maire Union pour un mouvement populaire (UMP) de Corbeil-Essonnes, dans un contexte national de défaite de la gauche, Manuel Valls a été réélu en juin 2007 avec plus de 60 % des suffrages, face à la candidate de droite Cristela de Oliveira. Il s'agit du meilleur score de la gauche en Essonne.

Seule la commune de Bondoufle semble avoir résisté à la vague rose locale. Les communes de Courcouronnes, de Lisses et surtout Corbeil-Essonnes, pourtant détenues par la droite, ont majoritairement accordé leurs suffrages au candidat socialiste, et ce dans un contexte national de victoire de la droite.

Les quatre cantons de la circonscription sont en 2009 à gauche : les cantons d'Évry-Nord et d'Évry-Sud sont détenus par le parti socialiste (dont le président du conseil général Michel Berson pour celui d’Évry-Nord), soulignant au passage l’hégémonie de ce parti sur la capitale essonnienne, tandis que celui de Corbeil-Essonnes-Ouest (canton qui comprend aussi la commune de Villabé) est représenté par le communiste Bruno Piriou, dans une commune de tradition ouvrière, longtemps fief du Parti communiste français, avant de devenir en 1995, celui de l'UMP Serge Dassault. Le canton de Corbeil-Essonnes-Est, pris à la droite en mars 2008 (le centre ville plus les quartiers environnants) est détenu par le socialiste Carlos Da Silva.

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours

À la suite de la démission de Manuel Valls le de son poste de député la première circonscription de l'Essonne, une élection législative partielle aura lieu les 18 et pour élire un nouveau député[30],[31],[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres obtenus par addition des données municipales.
  2. Entre 1986 et 1988, le scrutin proportionnel plurinominal était organisé sur une unique circonscription départementale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Découpage électoral du département sur le site de la préfecture de l'Essonne. Consulté le 03/06/2009.
  2. Fiche multicommunale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 22/11/2010.
  3. Données démographiques de circonscription sur le site de l'Insee. Consulté le 07/06/2012.
  4. Texte de la loi organique du 12 juillet 1966 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 03/06/2009.
  5. Texte de la loi organique du 24 novembre 1986 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 03/06/2009.
  6. Fiche de député Roger Combrisson pour la IIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  7. Fiche du député Jean-Claude Fortuit pour la IVe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  8. Fiche du député Roger Combrisson pour la Ve législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  9. Fiche du député Roger Combrisson pour la VIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  10. Agnès Vives, « L'ancien maire Roger Combrisson est mort », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  11. Fiche du député Michel Berson pour la VIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  12. Fiche du député Jacques Guyard pour la IXe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  13. Sébastien Ramnoux, « Les adieux politiques de Jacques Guyard », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  14. Fiche du député Jacques Guyard pour la Xe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  15. Fiche du député Jacques Guyard pour la XIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  16. a et b Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/06/2009.
  17. Fiche du député Manuel Valls pour la XIIe égislature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  18. Fiche du député Manuel Valls pour la XIIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 24/04/2010.
  19. Fiche de Manuel Valls pour la XIVe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 28/06/2012.
  20. Sébastien Morelli, « Carlos Da Silva, suppléant et désormais assistant parlementaire de Manuel Valls », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne) « Redevenu simple député de la 1re circonscription de l’Essonne (Évry - Corbeil-Essonnes) après avoir démissionné de son poste de Premier ministre, Manuel Valls a dû se reconstituer une équipe d’assistants parlementaires pour les quatre mois qui restent avant les prochaines élections législatives ».
  21. « Essonne : Carlos Da Silva réélu patron du PS », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  22. « Pourquoi Carlos Da Silva a quitté la mairie », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  23. J.H, « Manuel Valls retrouve son siège de député », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  24. a et b Cécile Chevallier, Sébastien Morelli, Florian Garcia, « Valls à Barcelone, des élections d’ici trois mois en Essonne : Le député de la 1re circonscription de l’Essonne a officialisé, ce mardi, sa candidature et annoncé qu’il démissionnera de tous ses mandats en France », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne).
  25. Résultats de l'élection législative 1993 sur le site du Figaro. Consulté le 19/10/2009.
  26. Résultats de l'élection législative 1997 sur le site de l'Institut d'études politiques de Paris. Consulté le 03/06/2009.
  27. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/06/2009.
  28. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18/06/2012.
  29. Résultats de l'élection législative 2017 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 21/06/2017.
  30. « Décret n° 2018-844 du 5 octobre 2018 portant convocation des électeurs pour l'élection d'un député à l'Assemblée nationale (1re circonscription de l'Essonne) », sur Légifrance, (consulté le 6 octobre 2018).
  31. « La législative partielle pour succéder à Valls en Essonne fixée aux 18 et 25 novembre », sur le site de la chaîne de télé BFMTV, (consulté le 6 octobre 2018).
  32. « Essonne: L'élection du successeur de Valls fixée aux 18 et 25 novembre », sur le site du journal 20 minutes, (consulté le 6 octobre 2018).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]