Union des démocrates musulmans français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Union des démocrates musulmans français
Image illustrative de l’article Union des démocrates musulmans français
Logotype officiel.
Présentation
Président-fondateur Nagib Azergui
Fondation
Secrétaire national Jean Préau
Porte parole Éric Berlingen
Positionnement Centre gauche[1] ou gauche[2]
Idéologie Islamisme[3]
Anti-impérialisme[4]
Antisionisme[4]
Anticolonialisme[4]
Adhérents 900 (2019)[5]
Couleurs Or, bleu, blanc, rouge
Site web udmf.fr

L'Union des démocrates musulmans français (UDMF) est un parti politique français fondé en 2012.

Souhaitant rassembler les « musulmans de France », le parti participe à plusieurs élections depuis 2014. Classé à gauche ou au centre gauche de l’échiquier politique, il est au centre de plusieurs polémiques en raison d’accusations de communautarisme et d'islamisme que des acteurs de la vie politique et médiatique émettent à son propos.

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Avant l’Union des démocrates musulmans français, quelques groupuscules musulmans sont fondés, notamment le Parti musulman de France (lancé en 1997 par Mohamed Latrèche à Strasbourg). Mais, minés par leur antisémitisme et leur appel au djihad, ceux-ci disparaissent progressivement, aussi bien au niveau local que national[6],[7].

Fondation[modifier | modifier le code]

Nagib Azergui, président et fondateur du parti.

Nagib Azergui, un Nanterrien d’origine marocaine ayant été un temps proche du Parti musulman de France[6],[7], fonde l'Union des démocrates musulmans français le . Il estime alors que « le musulman est devenu un argument électoral majeur et récurrent dans la vie politique de la France[4] ». Le parti, qui se définit comme « non confessionnel, laïc et profondément républicain[8] », présente comme objectif dans sa déclaration au Journal officiel Associations ; la lutte contre la xénophobie et la volonté de « permettre aux musulmans d'apporter une alternative au sein de la société française ». Emir Megharbi en est élu président[3]. En , il compte six cents adhérents[9].

Premiers scrutins[modifier | modifier le code]

En vue des élections municipales de 2014, l'Union des démocrates musulmans français annonce des listes, notamment à Bobigny (Seine-Saint-Denis), avec pour tête de liste Kamal Moumni[9]. Mais, peu avant le premier tour, celui-ci se rallie à la liste du centriste Stéphane de Paoli (UDI)[10]. Candidat de l'UDMF sur la liste UDI, Hocine Hebbali, est élu conseiller municipal et devient chargé de l'histoire locale[11] ; il siège jusqu’en 2016, année où il démissionne[3].

L’Union des démocrates musulmans français souhaite participer aux élections départementales de 2015 dans huit cantons[12],[13], mais ne présente finalement pas de candidat[14], se disant victime de pressions politiques et d'intimidations médiatiques[4]. Cependant, la médiatisation dont l’UDMF bénéficie lui permet d'obtenir huit cents membres supplémentaires en quelques jours, ce qui fait un total de 1 700 adhérents revendiqués[15].

Le parti se présente ensuite aux élections régionales de la même année dans la région Île-de-France, avec pour tête de liste Nizarr Bourchada, conseiller municipal (ex-UDI) de Brie-Comte-Robert, en Seine-et-Marne[16] ; ce dernier réunit 0,4 % des suffrages (13 000 électeurs) et fait son meilleur score à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, avec 6 % des voix ; la liste franchit la barre des 5 % dans 161 bureaux de vote de la région[3],[17]. À la suite d'une crise interne, plusieurs membres du parti, menés par Bourchada, font scission et fondent la formation « Français et musulmans »[18],[19].

Élections de 2017[modifier | modifier le code]

Le médecin radiologiste mahorais Kamel Messaoudi se porte candidat à l'élection présidentielle de 2017 au nom de l'Union des démocrates musulmans français[20] ; mais il n'obtient que trois parrainages. Aux élections législatives qui suivent, Messaoudi obtient le meilleur résultat du parti, dans la première circonscription de Mayotte, avec 5,1 % des voix[4],[21].

Élections européennes 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, l'Union des démocrates musulmans français présente une liste aux élections européennes, « Une Europe au service des peuples », conduite par Nagib Azergui. Il s'agit de sa première participation à une élection de niveau national[4]. Il bénéficie alors de neuf cents adhérents à jour de cotisation[5].

La liste obtient 0,13 % des voix, terminant en 19e position sur 34[22]. Bien que n’ayant pas imprimé de bulletins de vote mais demandé aux électeurs de le faire, le parti recueille des scores significatifs dans certaines communes et quartiers à forte population musulmane (17 % au Val Fourré, 7 % à Garges-lès-Gonesse et Montereau-Fault-Yonne, 6 % à La Courneuve et Chanteloup-les-Vignes)[23].

Élections municipales de 2020[modifier | modifier le code]

L'UDMF présente huit listes aux élections municipales de 2020[24]. Le magazine Marianne écrit à cette occasion que le président du parti, « facétieux, […] a déjà promis "le grand remplacement dans les urnes de la République" »[25]. Nagib Azergui, qui « se défend d'être le représentant d'un "islam politique"[26] », assure « nous ne sommes pas là pour faire le grand remplacement de la République par la charia, c'est une caricature qui malheureusement nous colle à la peau[5] ».

Il obtient 3,15 % à Clichy et 2,05 % des voix à Nanterre (Hauts-de-Seine), 1,36 % des voix à Châtellerault (Vienne), 0,14 % à Toulouse (Haute-Garonne) et 0,12 % dans le 5e arrondissement de Paris. Pour les élections dans la métropole de Lyon, le parti totalise 2,68 % dans la circonscription des Portes-du-Sud et 2,21 % dans celle de Rhône-Amont[24].

Élections régionales de 2021[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales de 2021, le parti présente des listes, intitulées « Agir pour ne plus subir », dans quatre régions. Il remporte 0,60 % des suffrages exprimés en Île-de-France, 0,49 % dans le Grand Est (il arrive en tête avec 27,3 % à Farébersviller), 0,33 % en Auvergne-Rhône-Alpes et 0,12 % en Bretagne[27]. Les bulletins de vote du parti n’étaient cependant pas présents dans tous les bureaux[28]. L’UDMF présente également huit binômes aux élections départementales, avec des scores allant de 1,81 % dans le canton de Châtellerault-1 (Vienne) à 4,57 % dans le canton d'Hérouville-Saint-Clair (Calvados)[29],[30],[31].

Programme[modifier | modifier le code]

Réunion de l’UDMF à Vaulx-en-Velin (2017).

L'Union des démocrates musulmans français se réclame de l'anti-impérialisme, de l'antisionisme et de l'anticolonialisme[4]. Il se place lui-même à gauche ou au centre gauche de l'échiquier politique français, tout en se disant attaché à la « valeur du travail » et à la famille[32],[33].

L'UDMF souhaite le développement de la finance islamique et de l’alimentation halal, l'instauration de cours plus approfondis sur la colonisation française et sur l’enseignement de la langue arabe[7]. Le mouvement souhaite revenir sur la loi de 2004 prohibant le port du hidjab à l'école[7],[34],[35] et demande le droit de vote des étrangers extracommunautaires aux élections locales[36].

Il entend également lutter contre la pollution plastique et les pertubateurs endocriniens, contre les paradis fiscaux et les lobbys, « lever le secret bancaire des entreprises européennes »[4] ainsi que sortir la France de l'OTAN[37].

À l’occasion des élections locales de 2015, l’UDMF modère son programme en abandonnant la défense du port de la burqa et retire ses textes selon lesquels la France est un pays anti-démocratique et la laïcité française un moyen de faire barrage à l’islam[38]. En 2019, la revue du parti, Le Foulard déchaîné, défend Tariq Ramadan, visé par plusieurs plaintes pour viol, et compare l’affaire Tariq Ramadan à l’affaire Dreyfus « mais en pire »[39].

Points de vue sur le parti[modifier | modifier le code]

Critiques à ses débuts[modifier | modifier le code]

Le lancement du parti suscite diverses critiques dans la classe politique : Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) considère que le mouvement va à « l'envers de l'esprit de la République française ». Wallerand de Saint-Just (FN) dénonce « la vision communautariste […] entretenue par l'UDMF »[16] ; Louis Aliot (également FN) y voit une « base communautariste contraire à l'unité et l'indivisibilité de la république » et critique une « américanisation de notre vie politique ». Jean-Frédéric Poisson (président du Parti chrétien-démocrate) se montre aussi inquiet en invoquant « une ère de conflit ouvert entre la République et le fait religieux ». De son côté, Nicolas Dupont-Aignan (président de Debout la France) ne refuse pas l’existence du parti mais craint un risque de « libanisation ». Jean-Christophe Cambadélis (premier secrétaire du PS) déclare combattre l'islamophobie et être en même temps « contre la communautarisation de notre vie politique », qui risquerait d'entraîner une « grande séparation entre les populations occidentales et les musulmans qui vivent en Europe »[40]. Malek Boutih (député PS) estime qu’« en France, tout le monde a le droit de prendre l'initiative qu'il souhaite sur le terrain politique et citoyen, et que cela est toujours mieux que se replier dans la violence »[13].

Sur l'islamisme[modifier | modifier le code]

L'Union des démocrates musulmans français est décrite comme islamiste par des journalistes politiques, comme Laurent de Boissieu[3],[2]. Pour Jean-Pierre Marongiu, elle est « le cheval de Troie municipal de la stratégie de propagation de l’islamisme dans nos territoires »[41]. Le député divers gauche François Pupponi écrit en 2020 qu'il s'agit d'« une formation de l'islam politique »[42].

Pour le politologue Julien Talpin[a], il manque les éléments empiriques susceptibles de confirmer qu'« un agenda caché « d’islamisation de la France » » se tiendrait derrière le discours de l'UDMF. Selon lui, « il semble exister parmi la classe politique, mais également chez certains éditorialistes, une confusion entre différents courants de l’islam […] ». Ainsi ce sont les salafi qui expriment « une volonté de réislamisation à distance de la chose publique » et invitent les musulmans à ne pas voter, considérant que « "voter est haram", illicite selon la loi islamique. » La candidature des citoyens musulmans témoigne « à l’inverse d’une volonté de prendre part de façon pleine et entière à la vie de la cité »[8]. Le président de l'UDMF, Nagib Azergui, « assure d’ailleurs que l’association des mots « musulmans » et « démocrates » irriterait les tenants d’un islam politique ». Pour Wilfried Serisier[b], « l’idée d’un projet politique religieux est une représentation utilisée comme une arme contre l’intégration, mais ça n’existe pas en France »[45].

Sur le communautarisme[modifier | modifier le code]

En 2020, plusieurs listes « communautaires » sont recensées sous l’étiquette du parti par les préfets[46]. Le journaliste Jean Chichizola qualifie de son côté l’UDMF de parti « islamo-gauchiste »[2].

Selon Éric Mandonnet, rédacteur en chef adjoint de L'Express, l'UDMF est « un parti qui, s'il se défend de tout communautarisme, place l'islam au cœur de sa démarche[47] ». Didier Hassoux, du Canard enchaîné, estime également qu'il s'agit d'un « parti qui, en se défendant de tout communautarisme, revendique son identité musulmane », alors que le ministre Gérald Darmanin déclare : « Il n’est pas possible de laisser fleurir des candidatures antirépublicaines. Il y a des limites que nous ne pouvons pas laisser franchir : l’égalité hommes-femmes, les horaires différenciés dans les équipements sportifs et les repas communautaires dans les cantines scolaires »[48].

La maître de conférences en science politique Angéline Escafré-Dublet[c] déclare : « On les disqualifie en les qualifiant de communautaristes, alors que dans la mesure où il y a des groupes qui subissent des injustices en tant que tels, il paraît logique qu’ils s’organisent politiquement pour les combattre. Toutes les catégories de dominés utilisent l’action politique, c’est une démarche tout à fait légitime[45]. »

Pour Julien Talpin, le concept de listes communautaires relève « le plus souvent du fantasme ». Ainsi, le programme de l'UDMF défend l'école publique, la mixité sociale, dénonce la « ghettoïsation des quartiers populaires » et le parti « affirme avoir vocation à représenter tous les citoyens ». Le politologue rappelle qu'il existe en France une « longue tradition de démocratie chrétienne au sein de la droite française » représentée par des partis qui « n’ont jamais été [accusés de communautarisme] ou de ne pas respecter les principes de la laïcité, en dépit des motivations religieuses à l’origine des engagements de certains de leurs membres. » Selon lui, il faudrait abandonner cette catégorie de « liste communautaire » — « une arme de disqualification » —, un qualificatif qui vient « essentialiser, assigner à une identité, des individus qui souhaitent d’abord s’investir dans la vie politique en tant que citoyen »[8].

« Républicanisation » de l’islam[modifier | modifier le code]

Pour le sociologue spécialiste du fait religieux Raphaël Liogier, les réactions suscitées par l'existence du parti, qui n'a pas un gros impact électoral, sont disproportionnées : « Ce sont banalement des gens qui décident de se prendre en main politiquement. Ils veulent lutter contre l’islamophobie, la belle affaire. Il y a bien un Parti chrétien-démocrate, qui se permet d’ailleurs de critiquer l’UDMF ! Mais comme ce sont des musulmans, forcément, c’est anormal. Il y a l’idée que derrière le rideau, il se passe autre chose car le musulman est suspecté d’avoir des idées derrière la tête. » Selon lui, la présence de la formation ne remet pas en cause le modèle républicain et, en faisant passer certaines préoccupations des caves au débat public, il permet de « dépasser des frustrations […] dans un sens, un parti comme ça court-circuite le fondamentalisme. C'est une républicanisation de l’islam et pas une islamisation de la République »[51].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Bulletin de vote de l’UDMF (non-présents dans tous les bureaux de vote) aux élections européennes de 2019.
Année Voix % Sièges Rang Tête de liste
2019 28 469 0,13
0  /  79
19e (sur 34) Nagib Azergui

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Année Voix % Sièges
2021 42 701 0,29
0  /  1722

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Julien Talpin est « chargé de recherches en science politique au CNRS (Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales/CERAPS) et co-directeur du GIS « Démocratie et Participation », ses recherches portent sur l’engagement dans les quartiers populaires[43] ».
  2. « Wilfried Serisier est doctorant et travaille sur les évolutions géopolitiques de la Seine-Saint-Denis, 1998-2015 à l’Institut français de géopolitique de l’université Paris-VIII[44] ».
  3. Angéline Escafré-Dublet est maître de conférences en science politique à l’université Lumière-Lyon-II et chercheuse associée à l'Institut national d'études démographiques (INED). Ses thématiques de recherche sont notamment l'immigration, les politiques culturelles, l'histoire, l'immigration et les modèles d'intégration[49],[50].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L’UDMF, le parti musulman qui dérange la droite », sur liberation.fr, (consulté le ).
  2. a b et c « Listes communautaires: le social et l’identité musulmane sont les deux constantes », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  3. a b c d et e Laurent de Boissieu, « Union des Démocrates Musulmans Français (UDMF) », sur France politique (consulté le ).
  4. a b c d e f g h et i « Union des démocrates musulmans français : quel est ce parti derrière la 34e liste aux élections européennes ? », sur France Info, (consulté le ).
  5. a b et c Esther Paolini avec AFP, « Municipales: qu'est-ce que l'Union des démocrates musulmans français, dans le viseur de la classe politique ? », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  6. a et b « Un parti « démocrate musulman » peut-il percer ? », sur europe1.fr, (consulté le ).
  7. a b c et d « France : l’UDMF, un parti musulman qui veut « lutter contre le rejet de l’islam » », sur jeuneafrique.com, (consulté le ).
  8. a b et c Julien Talpin, « Débat : Le fantasme des « listes communautaires » », sur theconversation.com, (consulté le ).
  9. a et b Aurélie Lebelle, « Municipales : le parti des musulmans veut conquérir Bobigny », sur Le Parisien, (consulté le ).
  10. Ève Szeftel, Le Maire et les barbares, éditions Albin Michel, Paris, 2020.
  11. « Hocine, seul élu en France, à Bobigny », sur Le Parisien, (consulté le ).
  12. Dans les cantons des villes d'Avion (Pas-de-Calais), Bagneaux (Yonne), Bagneux (Hauts-de-Seine), Lyon, Marseille (Bouches-du-Rhône), Les Mureaux (Yvelines), Nice (Alpes-Maritimes) et Strasbourg (Bas-Rhin)
  13. a et b Emmanuel Galiero, « La création du parti musulman agite la classe politique », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre Haddad, « Pourquoi l'Union des démocrates musulmans de France n'a plus de candidat », sur RTL, (consulté le ).
  15. Tristan Quinault-Maupoil, « Départementales : le parti des musulmans fait marche arrière », sur Le Figaro, (consulté le ).
  16. a et b Tristan Quinault-Maupoil, « Régionales : l'Union des démocrates musulmans français entre en campagne », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  17. « Musulmans de France : « L’abstention, c’est le mauvais choix, on ne pèse rien du tout » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  18. Yunes Bel Hadj, « Français & Musulmans : un parti musulman, pour quoi faire ? », sur Le Muslim Post, (consulté le ).
  19. Bernard Gorce, « Législatives, des listes musulmanes émergent », sur la-croix.com, (consulté le ).
  20. « Kamel Messaoudi représente l'Union des démocrates musulmans français : Un Mahorais candidat aux présidentielles », sur Imaz Press, (consulté le ).
  21. « Résultats des élections législatives 2017 : première circonscription de Mayotte », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Proclamation des résultats de l'élection des représentants au Parlement européen », Journal officiel de la République française, no 125,‎ (lire en ligne).
  23. « L'ombre de l'islam politique plane sur les municipales », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  24. a et b Camille Polloni et Ilyes Ramdani, « « Listes communautaires » : Xavier Bertrand organise sa défense », sur Mediapart, (consulté le ).
  25. Hadrien Mathoux, « Européennes : comment s'en est sortie la liste communautariste "des démocrates musulmans" », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Ilan Caro, « "Le vote musulman n'existe pas" : sur le terrain, les listes communautaristes aux municipales ne trouvent pas d’écho », (consulté le ).
  27. « Élections régionales et des assemblées de Corse, Guyane et Martinique 2021 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Régionales dans le Grand Est : les bulletins de la liste de l’Union des démocrates musulmans sont absents de plusieurs bureaux de vote », sur lunion.fr, (consulté le ).
  29. « Régionales et départementales 2021 », sur udmf.fr (consulté le ).
  30. Simon Le Baron, « Régionales : l'Union des démocrates musulmans français se défend de tout communautarisme », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  31. « Élections départementales 2021 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  32. Karim Idrissy, « L'UDMF, un parti musulman français aux élections européennes », sur Le Muslim Post, (consulté le ).
  33. « Démocrates musulmans français : quel est ce parti souhaitant se présenter aux Régionales en Bretagne ? », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  34. « Un parti des musulmans se présente aux élections », sur Le Parisien, (consulté le ).
  35. « Départementales : un parti des musulmans vise une présence dans 8 cantons », sur Le Figaro, (consulté le ).
  36. Judith Waintraub, « Clientélisme à la sauce islamique », Le Figaro Magazine,‎ , p. 44-48 (lire en ligne).
  37. Claire Cambier, « 34e liste surprise aux européennes : qu'est-ce que l'Union des démocrates musulmans français ? », sur LCI, (consulté le ).
  38. Laurent de Boissieu, « Ancien et nouveau visages de l'Union des démocrates musulmans français (UDMF) », sur ipolitique.fr, (consulté le ).
  39. « L’UDMF, le parti musulman qui dérange la droite », sur liberation.fr, 21 octobre 2019.
  40. La rédaction numérique de RTL et AFP, « Pour Cambadélis, un parti musulman est une erreur », sur rtl.fr, (consulté le ).
  41. « Derrière les listes communautaires aux municipales : l'influence du Qatar et des Frères musulmans », sur marianne.net, (consulté le ).
  42. Francois Pupponi, Les Emirats de la République, éditions du Cerf, Paris, 2020.
  43. Fiche auteur, « Julien Talpin », sur laviedesidees.fr (consulté le ).
  44. « Wilfried Serisier », sur revue-urbanites.fr (consulté le )
  45. a et b Charlotte Belaïch, « L’UDMF, le parti musulman qui dérange la droite », sur liberation.fr, (consulté le ).
  46. « Municipales : 10 listes dites «communautaires» recensées par les préfets », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  47. Éric Mandonnet, « L'ombre de l'islam politique plane sur les municipales », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  48. Didier Hassoux, « Vote musulman ! », Le Canard enchaîné, 28 août 2019 et 4 septembre 2019.
  49. « Escafré-Dublet, Angéline », sur triangle.ens-lyon (consulté le ).
  50. « Angéline Escafré-Dublet », sur ined.fr (consulté le ).
  51. Charlotte Belaïch, « Union des démocrates musulmans français : «Ce n’est pas une remise en cause de la laïcité» », sur liberation.fr, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]