Canton d'Évry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton d'Évry
Canton d'Évry
Situation du canton d'Évry dans le département de Essonne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement(s) Évry
Bureau centralisateur Évry-Courcouronnes
Conseillers
départementaux
Ronan Fleury
Fatoumata Koita
2015-2021
Code canton 91 09
Histoire de la division
Création 1967, 22 mars 2015[1]
Modification(s) 1975
Disparition 1985
Démographie
Population 68 090 hab. (2016)
Densité 4 970 hab./km2
Géographie
Superficie 13,7 km2
Subdivisions
Communes 1

Le canton d'Évry est une division administrative française du département de l'Essonne recréée par le décret du 24 février 2014. Elle tient lieu de circonscription d'élection des conseillers départementaux et entre en vigueur lors des premières élections départementales suivant la publication du décret.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le canton d’Évry fut créé par le décret ministériel no 67-589 du , il regroupait à l’époque les communes de Courcouronnes, Étiolles, Évry, Lisses et Soisy-sur-Seine[2]. Un nouveau décret ministériel du lui enlevait les communes d’Étiolles et Soisy-sur-Seine au profit du nouveau canton de Saint-Germain-lès-Corbeil et lui ajoutait la commune de Bondoufle au détriment du canton de Ris-Orangis[3]. Un nouveau décret daté du découpait le territoire de la commune d’Évry en deux pour créer le canton d'Évry-Nord avec la commune de Courcouronnes, alors que l'autre moitié d’Évry, Lisses et Bondoufle formaient le canton d'Évry-Sud[4].

Un nouveau découpage territorial de l'Essonne entre en vigueur à l'occasion des premières élections départementales suivant le décret du 24 février 2014[1]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[5]. Dans l'Essonne, le nombre de cantons passe ainsi de 39 à 21.

Le nouveau canton d'Évry est entièrement inclus dans l'arrondissement d'Évry. Le bureau centralisateur est situé à Évry-Courcouronnes.

Composition[modifier | modifier le code]

Le , le nombre de communes du nouveau canton d'Évry passe de 2 à 1 avec la création de la commune nouvelle d'Évry-Courcouronnes.

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Évry-Courcouronnes
(bureau centralisateur)
91228 CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart 12,7 68 090 (2016) 5 361

Représentation[modifier | modifier le code]

De 1975 à 1985
Liste des conseillers généraux successifs.
Période Identité Étiquette Qualité
1967 1973 Michel Boscher[6],[7] UDR Résistant, déporté
Maire d'Évry (1947 → 1977)
Député de Seine-et-Oise (14e circ.) (1958 → 1967)
Député de l'Essonne (2e circ.) (1967 → 1978)
1973 1985 Claude Jeanlin[8] PS Technicien Thomson
Maire d’Évry (1977 → 1983)
Conseiller régional[Quand ?]
Vice-président du conseil général de l'Essonne[Quand ?]
Depuis 2015
Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Ronan Fleury   DVG Adjoint au maire d'Évry
2015 en cours Fatoumata Koita[9]   PS Assistante parlementaire
Conseillère générale du canton d'Évry-Nord (2014-2015)
Adjointe au maire d'Évry (2014 → )
Élections départementales de 2015

Les candidats sont[10] :

  • Samit Benamara (PC) et Marie Antil (FG),
  • Johanna De Sousa (UMP), responsable départementale adjointe des Jeunes populaires et Jacques Gering (UDI), ancien élu d'Évry,
  • Fatoumata Koïta (PS), conseillère générale sortante du canton d'Évry-Nord et Ronan Fleury (PS), maire-adjoint aux finances à Evry,
  • Marie-Thérèse Plaud (DVD) et Alban Bakary (MoDem),
  • Danielle Oger (FN) et Jean Perry (FN).

Au second tour, le binôme socialiste composé de Fatoumata Koita et de Ronan Fleury, remporte la plus large victoire des départementales en Essonne, avec 72,8 % des voix face à celui du FN composé de Danielle Oger et Jean Perry (27,20 %), mais avec la faible participation de 39,02 %[11].

Ronan Fleury a quitté le PS. Il est membre du groupe "Rassemblement de la gauche et des écologistes"[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret no 2014-230 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Essonne.
  2. JO du 22/07/1967 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 01/01/2009.
  3. Texte du décret du 7 décembre 1975 portant modification des limites cantonales sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 20/05/2009.
  4. Texte du décret du 24 janvier 1985 portant modification des limites communales sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 20/05/2009.
  5. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L 191 -1 du code électoral.
  6. Grégoire Allix, « Disparitions : Michel Boscher, le "père" de la ville nouvelle d'Evry : Ancien député gaulliste (UNR, puis UDR) de Seine-et-Oise, puis de l'Essonne, de 1958 à 1978, et maire d'Evry pendant trente ans, de 1947 à 1977, il est mort vendredi 26 septembre, à l'âge de 85 ans », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  7. « C'était le père de la ville nouvelle », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  8. G. M., « Claude Jeanlin veut repartir en campagne », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018) « Claude Jeanlin, 67 ans, ex-maire d'Evry, ex-conseiller général et ex-conseiller régional, se dit prêt à retourner aux affaires. Sans mandat électif depuis 1989, il envisage « sérieusement » d'être candidat pour la gauche aux prochaines élections cantonales sur le secteur d'Evry-Nord ».
  9. « Un parcours jusque-là exemplaire », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  10. « A Evry, la droite sans complexe dans le fief de Manuel Valls », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  11. « La palme de la plus large victoire revient… », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  12. http://rge91.fr/vos-elu-e-s/ronan-fleury/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]