Canton de Corbeil-Essonnes-Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Corbeil-Essonnes-Ouest
Canton de Corbeil-Essonnes-Ouest
Situation du canton de Corbeil-Essonnes-Ouest dans le département de Essonne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement(s) Évry
Circonscription(s) Première
Chef-lieu Corbeil-Essonnes
Conseiller général Bruno Piriou (PCF)
2011-2015
Code canton 91 06
Démographie
Population 26 300 hab. (2010)
Densité 2 740 hab./km2
Géographie
Altitude Min. 32 m
Max. 92 m
Superficie 9,6 km2
Subdivisions
Communes 2

Le canton de Corbeil-Essonnes-Ouest est une ancienne division administrative et circonscription électorale française située dans le département de l’Essonne et la région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 60,5 % 951,81
Espace urbain non construit 14,6 % 229,00
Espace rural 25,0 % 392,99
Source : Iaurif[1]

Le canton de Corbeil-Essonnes-Ouest était organisé autour de la commune de Corbeil-Essonnes dans l’arrondissement d'Évry. Son altitude variait entre trente-deux mètres et quatre-vingt-douze mètres à Corbeil-Essonnes, pour une altitude moyenne de cinquante-huit mètres. Le canton de Corbeil-Essonnes-Ouest couvrait le territoire de la commune de Corbeil-Essonnes situé à l’ouest de la voie ferrée de Paris à Lyon, l’axe du boulevard Jean Jaurès, rue de Paris, boulevard de Fontainebleau et boulevard John Fitzgerald Kennedy, augmenté du territoire de la commune de Villabé.

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Corbeil-Essonnes-Ouest comptait deux communes :

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Corbeil-Essonnes 43 086 hab[Note 1]. 91100 91 2 06 174
Villabé 4 869 hab. 91100 91 2 06 659

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du canton de Corbeil-Essonnes-Ouest.
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2010
37 72050 21640 40023 77325 21126 03426 300
En 1975, le canton de Corbeil a perdu les communes de Morsang-sur-Seine, Saintry-sur-Seine, Saint-Germain-lès-Corbeil, Saint-Pierre-du-Perray et Tigery. En 1985, le canton de Corbeil a perdu la moitié du territoire de Corbeil-Essonnes.
(Sources : base Insee à partir de 1968 (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[Note 2],[2],[3].)
Histogramme de l’évolution démographique.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges du canton de Corbeil-Essonnes-Ouest en 2009 en pourcentages[4].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
1,8 
75 à 89 ans
3,3 
10,7 
60 à 74 ans
9,7 
22,7 
45 à 59 ans
22,1 
23,1 
30 à 44 ans
24,3 
18,8 
15 à 29 ans
18,4 
22,8 
0 à 14 ans
22,0 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[5].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1793 et 1801, le canton de Corbeil dans l’ancien département de Seine-et-Oise et l’ancien district de Corbeil comprenait les communes de Bondoufles, Corbeil, Courcouronnes, Essonnes, Etiolles, Evry, Lisses, Morsang sur Seine, Ris et Orangis, Saint Germain les Corbeil, Le Perray, Saintry, Soisy sous Etiolles, Tigery Ormoy et Villabé. En 1801, il fut intégré à l’arrondissement de Corbeil, diminué des communes de Bondoufle et Courcouronnes et augmenté des communes d’Auvernaux, Ballancourt, Champcueil, Chevannes, Le Coudray, Écharcon, Épinay-sous-Sénart, Fontenay-le-Vicomte, Nainville, Ormoy et Quincy-sous-Sénart. En 1806, il récupéra les communes de Bondoufle et Courcouronnes et en 1919, il fut diminué des communes d’Épinay-sous-Sénart et Quincy-sous-Sénart.

Le canton de Corbeil fut créé par le décret ministériel no 67-589 du [6], il regroupait à l’époque les communes de Corbeil-Essonnes, Morsang-sur-Seine, Saintry-sur-Seine, Saint-Germain-lès-Corbeil, Saint-Pierre-du-Perray, Tigery et Villabé. Un nouveau décret du détacha les communes de Morsang-sur-Seine, Saintry-sur-Seine, Saint-Germain-lès-Corbeil, Saint-Pierre-du-Perray et Tigery pour constituer le nouveau canton de Saint-Germain-lès-Corbeil[7]. Le décret ministériel du sépara en deux la commune de Corbeil-Essonnes pour créer le canton de Corbeil-Essonnes-Est[8].

Représentation[modifier | modifier le code]

Conseillers généraux du canton de Corbeil-Essonnes-Ouest[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs.
Période Identité Étiquette Qualité
1985 1992 Roger Combrisson PCF Maire de Corbeil-Essonnes (1959-1992)
Ancien conseiller général du Canton de Corbeil-Essonnes (1967-1976)
1992 1998 Marie-Anne Lesage PCF Maire de Corbeil-Essonnes (1992-1995)
1998 2015 Bruno Piriou PCF Attaché territorial
Vice-président du conseil général de l’Essonne

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Canton de Corbeil-Essonnes-Ouest 0,0 % 3,1 % 8,6 % 31,5 % 36,9 % 19,9 %
Département de l’Essonne 0,2 % 4,5 % 22,1 % 27,7 % 27,6 % 17,9 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Canton de Corbeil-Essonnes-Ouest 0,3 % 3,0 % 2,6 % 27,8 % 25,4 % 7,8 %
Département de l’Essonne 0,8 % 11,5 % 6,1 % 15,4 % 18,8 % 6,4 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[13],[14],[15]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fraction de commune.
  2. Addition des chiffres communaux jusqu’en 1982.

Références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]