Roger Combrisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Roger Combrisson
Fonctions
Député de la 1re circonscription de l’Essonne
Conseiller général du canton de Corbeil
Maire de Corbeil-Essonnes
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Le Châtelet-en-Brie
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Corbeil-Essonnes
Nationalité Française
Parti politique PCF
Profession Chef de district à la SNCF

Roger Combrisson, né le au Châtelet-en-Brie et mort le , était un homme politique français. Membre du Parti communiste français, il fut député de la première circonscription de l’Essonne, conseiller général du canton de Corbeil et maire de Corbeil-Essonnes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie familiale[modifier | modifier le code]

Roger Combrisson est né le au Châtelet-en-Brie (Seine-et-Marne) et décédé le à l'hôpital Gilles de Corbeil dans sa commune et légua son corps à la science[1]. Il fut arrêté en octobre 1943, incarcéré à Chemnitz puis dans le camp de concentration de Flossenbürg. En 1947, il épousa Denise Caen (1921-2006), postière avec qui il eut deux enfants[2]. Le , un hommage lui fut rendu par Serge Dassault, sénateur-maire de Corbeil-Essonnes, Manuel Valls, député-maire d’Évry, Michel Berson, président du conseil général de l'Essonne et le maire de la ville jumelle Sindelfingen[3] sur le parvis de l'hôtel de ville de Corbeil-Essonnes devant 1 500 personnes[4].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Roger Combrisson fut à partir de 1947 employé comme chef de district à la SNCF où il était entré en 1945[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1936, il adhéra aux Jeunesses communistes. En 1943, il s'engagea dans l’Armée secrète en Maurienne, à partir de 1945 il adhéra au Parti communiste français et à la Confédération générale du travail des cadres cheminots[2]. Devenu secrétaire de la section PCF de Corbeil, il fut élu conseiller municipal le . Il devint maire de Corbeil-Essonnes en 1959 et conserva se mandat jusqu’en 1992. Lors de l’élections législatives de 1962, il échoua dans sa conquête de la treizième circonscription de Seine-et-Oise avec 45,69 % face au maire UNR de Montgeron Armand Cachat[1]. De 1964 à 1967, il fut conseiller général du canton de Corbeil alors dans l’ancien département de Seine-et-Oise, il conserva son mandat dans le nouveau département de l’Essonne jusqu’en 1976 puis le retrouva entre 1985 et 1992. Il fut aussi élu député de la première circonscription de l’Essonne entre 1967 et 1968, entre 1973 et 1981 et entre 1986 et 1988.

Synthèse des fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Député de la 1re circonscription de l’Essonne[modifier | modifier le code]

Roger Combrisson fut élu le avec 52,40 % des suffrages[1] pour la IIIe législature dans le nouveau département de l’Essonne[5] jusqu’à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président Charles de Gaulle, entraînant le basculement de la circonscription au profit du candidat de l’UDR Jean-Claude Fortuit. Il retrouva son poste le avec 52,31 % des voix[1] pour la Ve législature[6] et le conserva pour la VIe avec 52,47 % des voix face à Serge Dassault[1] jusqu’à la vague rose de 1981 où il se désista en faveur de Michel Berson[7]. Il fut à nouveau élu le pour la VIIIe législature jusqu’à la nouvelle dissolution de 1988[8].

Le il fut parmi les députés qui saisirent le conseil constitutionnel contre la loi autorisant la visite des véhicules en vue de la recherche et de la prévention des infractions pénales[9]. Le il participa à la saisine du même conseil contre la loi portant validation d'actes administratifs[10].

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Conseiller général du canton de Corbeil[modifier | modifier le code]

Roger Combrisson fut élu conseiller général du canton de Corbeil, alors dans le département de Seine-et-Oise le . Transféré au nouveau département de l'Essonne, il fut réélu en 1970 et conserva son mandat jusqu’en 1976. En 1985, le canton fut scindé en deux, Roger Combrisson retrouva son mandat de conseiller général sur le canton de Corbeil-Essonnes-Ouest avec 56,23 % des voix[1] jusqu’au élections de 1992.

Maire de Corbeil-Essonnes[modifier | modifier le code]

Roger Combrisson fut élu maire de Corbeil-Essonnes le sur une liste d’« union républicaine et laïque » avec 39,41 % des voix au premier tour et 44,74 % au second. En 1965 il fut réélu avec 67,37 % des suffrages, en 1971 avec 69,05 % des voix, en 1977 avec 65,17 % des voix, en 1983 avec 52,97 % des voix, en 1989 avec 55,1 % des voix[1]. Il conserva ce mandat jusqu’au où il céda son siège à son adjointe Marie-Anne Lesage, avant le Serge Dassault lui ravit sa mairie[11].

Durant son mandat de maire il réalisa notamment le centre de protection maternelle et infantile, le centre de loisirs de Robinson, le conservatoire municipal de musique, la première crèche municipale, la Maison des jeunes et de la culture Fernand Léger, la piscine, le palais des sports, le premier funérarium de France, le nouvel hôpital, la médiathèque. Il est aussi à l'origine de la construction des grands ensembles des Tarterêts et de Montconseil[1],[12]. Il dût aussi « défendre » sa commune contre l'importance grandissante de la préfecture et ville nouvelle voisine, Évry[13].

Décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

Roger Combrisson a été élevé le au grade de chevalier de la Légion d'honneur sur les quotas du ministère de l'Intérieur[14].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Notice de Roger Combrisson sur le site d'histoire locale corbeil.essonnes.free.fr Consulté le 11/02/2010.
  2. a b et c Carnet du 14 février 2008 sur le site de l'Humanité. Consulté le 11/02/2010.
  3. Billet sur l'hommage à Roger Combrisson sur le blog de Pascale Prigent. Consulté le 11/02/2010.
  4. Vidéo de l'hommage à Roger Combrisson le 23 février 2008 à Corbeil-Essonnes sur le site de partage dailymotion.com Consulté le 11/02/2010.
  5. Fiche de Roger Combrisson pour la IIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 11/02/2010.
  6. Fiche de Roger Combrisson pour la Ve législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 11/02/2010.
  7. Fiche de Roger Combrisson pour la VIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 11/02/2010.
  8. Fiche de Roger Combrisson pour la VIIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 11/02/2010.
  9. Décision no 76-75 DC du 12 janvier 1977 sur le site officiel du conseil constitutionnel. Consulté le 11/02/2010.
  10. Décision no 80-119 DC du 22 juillet 1980 sur le site lexinter. Consulté le 11/02/2010.
  11. Liste des maires de Corbeil-Essonnes sur la base de données mairesgenweb. Consulté le 11/02/2010.
  12. Hommage à Roger Combrisson sur le site officiel de la commune de Corbeil-Essonnes. Consulté le 11/02/2010.
  13. Article L'ancien maire Roger Combrisson est mort d'Agnès Vives du 9 février 2008 sur le site leparisien.fr Consulté le 11/02/2010.
  14. Journal officiel no 1 du 1er janvier 1995 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 11/02/2010.