Les Tarterêts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Tarterêts
Les tours nord du Quartier et le terrain de football.
Les tours nord du Quartier et le terrain de football.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Ville Corbeil-Essonnes
Arrondissement Évry
Canton Corbeil-Essonnes-Est
Démographie
Population 8 163 hab.[2] (2009)
Densité 9 835 hab./km2
Revenu moyen 10 486 €[1]
Fonctions urbaines Résidentiel
Étapes d’urbanisation 1961-1971
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 49″ nord, 2° 27′ 56″ est
Altitude 80 m
Superficie 83 ha = 0,83 km2 [2]
Transport
Bus Sénart Bus 01
Seine Essonne Bus 301, 312, 313, 314, 24-10, 24-11, 24-12
TICE 401, 402, 405
CEAT 10-23
Noctilien N135, N144
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Les Tarterêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Tarterêts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Tarterêts

Les Tarterêts est un quartier d'habitat social de Corbeil-Essonnes (Essonne), devenu emblématique de la question des banlieues en France.

Présentation[modifier | modifier le code]

Les Tarterêts est un quartier matérialisé par plusieurs bâtiments de 15 étages rassemblant 2232 logements. Le quartier jouit d'une mauvaise réputation et constitue, à l'instar de la Grand Borne à Grigny ou des Pyramides à Évry, l'un des secteurs les plus difficiles de l'Essonne.

Origine[modifier | modifier le code]

La première pierre du nouveau quartier des Tarterêts est posée en 1961. La crise nationale du logement pousse alors les municipalités à construire dans l'urgence. Plus de 1000 demandes d'habitations s'amoncellent ainsi à la mairie de Corbeil-Essonnes. Une première tranche de 369 logements sociaux gérés par le bailleur OPIEVOY est terminée en 1963.

Au cours des 10 années suivantes, plusieurs autres programmes vont sortir de terre, à l'initiative du Logement Francilien, l'autre bailleur social du quartier. Ce seront d'abord, en 1969, quatre bâtiments contenant 176 logements qui seront construits rue Eugène Delacroix. Dix tours s'élèveront ensuite, le long des rues Paul Cézanne, Paul Gauguin et Auguste Renoir, et rassembleront 643 appartements à la fin des travaux en 1970. Viendront enfin seize autres tours, le long de l'avenue Léon Blum, qui représenteront 787 logements en 1972.

Parallèlement, deux copropriétés (Logis Vert 1 et Logis Vert 2), arborant la même architecture que les tours Blum, furent construites en 1971 et rassemblent 257 appartements.

Le quartier aura ainsi été doté d’environ 2300 appartements, répartis pour la plupart dans de grandes tours de quatorze étages.

Avec près de 10 000 habitants, les Tarterêts représentent alors un quart de la population corbeil-essonnoise.

Rénovation[modifier | modifier le code]

Entre la Nationale 7 et la Seine, ce quartier d'une centaine d'hectares est situé au nord de la ville.

40 % de ses habitants a aujourd’hui moins de 20 ans.

Devant l'aggravation des conditions de vie dans les années 80/90 et la détérioration du climat social avec un chômage culminant à 30 % de la population de la cité, il fut décidé par l'État, avec le soutien de la ville, de la région, du département et des bailleurs sociaux, de classer le quartier des Tarterêts en Grand Projet de Ville.

En 2004, une convention lie tous ces partenaires et scelle leur engagement : mettre en œuvre le Programme de Rénovation Urbaine du quartier entre 2004 et 2008.

Autrement dit, il est prévu une profonde redéfinition de la cité à travers un ambitieux programme de démolitions et de reconstructions raisonnées. 150 logements sociaux vont être ainsi construits, 40 supplémentaires en locatif libre, 370 seront détruits et 996 vont être réhabilités et résidentialisés.

Une halle de marché et un grand parc ainsi qu'un centre commercial, une maison médicale et un pôle associatif vont être créés de toutes pièces pour un coût global de 135 millions d'Euros.

Le secteur prioritaire d'intervention du Programme de Rénovation Urbaine est bordé par la Nationale 7 et le Lycée Robert Doisneau. Là, en lieu et place de la friche des pépinières, un nouveau cœur de quartier est sur le point d’éclore. Mi-2007, un grand centre commercial accueillant supermarché et petits commerces verra le jour. Il sera rejoint par un espace santé, 500 m2 de bureaux dédiés à la Zone Franche Urbaine, et un premier programme de 80 logements sociaux et une douzaine de pavillons en « locatif libre ». Ces différentes réalisations viendront dynamiser et valoriser cette entrée du quartier, l'ouvrir sur le reste de la ville et les localités voisines grâce à l'installation de nouveaux services et d'activités économiques de proximité.

Détails de la première tranche du Programme de Rénovation Urbaine (2004-2008)[modifier | modifier le code]

  • Rue la Bruyère, la moitié d'une barre d’immeuble sera détruite en 2008. Elle laissera place à un espace paysager situé dans le prolongement de la rue du même nom. Un pôle d'équipements publics accueillant la mairie annexe, la poste, le centre social, une médiathèque, un pôle d'emploi-formation et une crèche familiale ont d'ores et déjà été construits.
  • La tour Matisse, comprenant 87 logements, est la première opération de requalification du quartier. Les cages d'escaliers, les halls et les abords sont privatisés et sécurisés. Immédiatement après, deux immeubles de 319 logements appartenant au bailleur OPIEVOY seront requalifiées, les halls et cages d’escaliers rénovés, les abords sécurisés à partir de 2007.
  • À l'Est des Tarterêts, les immeubles Courbet-Delacroix ont à leur tour été requalifiés. Les travaux, s'achèveront à l'été 2006. Ces deux ensembles de 176 habitations appartenant au Logement Francilien seront rénovées en 2006. Les abords des immeubles seront valorisés, les parkings privatisés, les entrées seront sécurisées, un nouveau mode de tri sélectif sera inauguré.
  • Au sud du quartier, une halle de marché ultra-moderne a été inaugurée en avril 2004 en lieu et place d'un parking découvert. Elle accueille deux fois par semaine un marché communautaire. Lieu de sociabilisation et d’ouverture sur les autres, cette halle constitue un lieu central. Elle ouvre le quartier vers le sud. Elle sera rejointe prochainement par une maison des associations et un pôle d'équipements de proximité.
  • Abattus à l'été 2005, des silos de parkings seront remplacés par des petits collectifs de 30 logements au total.
  • À quelques mètres de là, 236 logements seront réhabilités et requalifiés selon les mêmes principes que les résidences Matisse et Courbet. Plus de cent places de parking seront aménagées avenue de Stratkhelvin.
  • Deux tours emblématiques à la fois du quartier et du Projet de Rénovation Urbaine, le « bloc central » sont démolies en 2005. Elle comprenait elle aussi une cinquantaine de logements chacune (109 au total pour les deux tours). Cet ensemble d'immeubles qui possédait à sa base, un centre commercial et des parkings avait été fermé en 1999. Le terrain libéré par cette démolition sera aménagé courant 2006 en un parc d'1 hectare doté d'un terrain multi-sports, de jeux pour enfants et de coins paysagers.
  • Un petit immeuble collectif de 10 logements appartenant à l'OPIEVOY est démoli pour redresser la rue Picasso et améliorer la sécurité routière du secteur.
  • Un terrain de football synthétique a été aménagé en 2004. C'est un succès populaire. À l'angle de la rue Cézanne et Paul Gauguin, ce sont 211 logements ainsi que des silos de parkings qui seront détruits à l'horizon 2008. Ils laisseront la place à une soixantaine de logements sociaux en petit collectif d’une hauteur de 3 étages.
  • Proches de la nouvelle halle du marché, trois tours de 15 étages comprenant 180 logements, seront résidentialisées à l'horizon 2009.

Fin 2008, la première tranche du programme touchera à sa fin.

Artistes[modifier | modifier le code]

  • PNL groupe de cloud rap originaire de la cité des Tarterêts.
  • MMZ groupe de cloud rap originaire de la cité des Tarterêts.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]