Francis Chouat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chouat.

Francis Chouat
Illustration.
Francis Chouat en 2018.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an et 14 jours)
Élection 25 novembre 2018
Circonscription 1re de l'Essonne
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique app. LREM
Prédécesseur Manuel Valls (indirectement)
Maire d'Évry

(6 ans, 6 mois et 23 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Manuel Valls
Successeur Danielle Valéro (intérim puis maire déléguée)[1]
Conseiller général de l’Essonne

(12 ans, 10 mois et 23 jours)
Élection 5 mai 2002
Réélection 28 mars 2004
27 mars 2011
Circonscription Canton d'Évry-Sud
Prédécesseur Jean-Pierre Vervant
Successeur Canton supprimé
Biographie
Nom de naissance Francis Georges Chouat
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Argenteuil (France)
Nationalité Français
Parti politique PS (1971-1972)
PCF (jusqu'en 1989)
PS (1995-2017)
Fratrie Didier Chouat
Profession Historien

Blason Evry.svg
Maires d’Évry

Francis Chouat, né le à Argenteuil (Val-d'Oise), est un homme politique français. Membre du Parti socialiste puis proche de La République en marche, il est maire d’Évry de 2012 à 2018 et député depuis 2018.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Francis Georges Chouat[2] naît le à Argenteuil[3]. Il est le frère de Didier Chouat qui fut député également[4].

Il est historien de profession[5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de tendance radical-socialiste, Francis Chouat milite dans sa jeunesse auprès du Parti socialiste unifié. En 1969, il se rapproche du Parti socialiste, auquel il adhère après le congrès d'Épinay, en 1971[6]. Il fait partie des soutiens de Jean Poperen[7]. Méfiant envers François Mitterrand, il quitte le Parti socialiste en 1972[6] et rejoint ensuite le Parti communiste français, où il est directeur adjoint de la revue pédagogique L'École et la Nation[8]. À cette époque, il est surveillant au lycée Charlemagne et adhérent au Syndicat national des enseignements de second degré[6],[9],[10].

Francis Chouat quitte le Parti communiste français en 1989, le jugeant incapable de se renouveler[11]. De 1989 à 1998, il travaille à la direction générale de la mairie de Gennevilliers auprès du maire communiste Jacques Brunhes[6]. En 1995, il adhère à nouveau au Parti socialiste, dont il est nommé secrétaire national chargé de la coordination en 2012[12]. Il est conseiller de Jean-Paul Huchon au conseil régional d'Île-de-France, chargé du développement économique, de 1999 à 2002[10].

À la suite des élections municipales de 2001, il devient premier adjoint de Manuel Valls, élu maire d'Évry. Il est également élu conseiller général dans le canton d'Évry-Sud lors d'une élection cantonale partielle en , après la mort de Jean-Pierre Vervant[13],[14]. Réélu conseiller général en 2004 et en 2011, il est premier vice-président du conseil général de l’Essonne, présidé par Jérôme Guedj, de 2011 à 2015[15],[16].

Francis Chouat est élu maire d'Évry le , en remplacement de Manuel Valls, nommé ministre de l’Intérieur dans les gouvernements Jean-Marc Ayrault[17]. Il est réélu maire de la commune en 2014[18]. En 2012, il est également élu président de la communauté d’agglomération Évry Centre Essonne, puis, en 2016, président de la communauté d'agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart[19].

Il quitte le Parti socialiste en vue des élections sénatoriales de 2017 en se présentant sur une liste dissidente[20],[21],[22]. Cependant, il se définit toujours en 2018 comme « un homme de gauche »[23].

En , il se présente à l’élection législative partielle se tenant dans la première circonscription de l'Essonne, à la suite de la démission de Manuel Valls[24]. Soutenu par La République en marche et une partie de la droite essonnienne[25], il est élu député au second tour avec 59,1 % des suffrages exprimés, face à la candidate de La France insoumise, Farida Amrani, alors que la participation s’établit à 17,6 %[26]. Sa suppléante est Tracy Keïta[27].

À l'Assemblée nationale, il siège en tant qu’apparenté au groupe La République en marche[28].

Ses fonctions de maire d’Évry prennent fin le , un mois après son élection comme député, conformément à la loi sur le cumul des mandats. Danielle Valéro assure l’intérim en sa qualité de première adjointe[29], puis elle est élue, le , maire déléguée d’Évry et première adjointe au maire d’Évry-Courcouronnes, commune nouvelle issue de la fusion entre Évry et Courcouronnes, le [1],[30].

À l'Assemblée nationale, Francis Chouat est, au sein du groupe LREM, l'un des trois animateurs du Groupe d’action politique (GAP), dédié à la laïcité. Sur ce sujet, sa ligne est proche de celle du Printemps républicain[31].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Stéphane Beaudet et Danielle Valéro sont élus » [PDF], sur evry.fr, (consulté le 19 février 2019).
  2. a et b Décret du portant promotion et nomination. Journal officiel no 77 du , page 5480 .
  3. « Recueil des actes administratifs spécial - N° 100 publié le 26 juillet 2017 - Arrêté n°2017/PREF/DRCL/540 du 25 juillet 2017 fixant la liste générale des électeurs pour les élections sénatoriales du 24 septembre 2017 dans le département de l’Essonne » [PDF], sur essonne.gouv.fr, (consulté le 27 novembre 2018).
  4. Frédéric Barillé, « Didier Chouat, une page de l'histoire socialiste », sur Ouest-France, (consulté le 27 novembre 2018).
  5. « Fiche de Francis Chouat », sur essonne.fr (consulté le 5 novembre 2018).
  6. a b c et d Sébastien Morelli, « Francis Chouat, de conseiller de l’ombre aux bancs de l’Assemblée », sur Le Parisien, (consulté le 28 novembre 2018).
  7. Jacques Trentesaux, « Sa garde rapprochée », sur L'Express, (consulté le 25 novembre 2018).
  8. « Fonds Gérard Alaphilippe - Cote 221 J1-41 - 1958-1999 » [PDF], sur archives.seinesaintdenis.fr, (consulté le 25 novembre 2018).
  9. Julien Heyligen, « Manuel Valls décore son “ami” Francis Chouat », sur Le Parisien, (consulté le 28 novembre 2018).
  10. a et b Béatrice Jérôme, « Le vallsiste Francis Chouat s'intéresse à l'Ile-de-France », sur Le Monde, (consulté le 28 novembre 2018).
  11. « Francis Chouat, futur maire d'Evry ? », sur Le Parisien, (consulté le 25 novembre 2018).
  12. Anne Brandy, « #Crif - Francis Chouat invité de la Commission Relations avec les Elus », sur Le Parisien, (consulté le 26 novembre 2018).
  13. « Le PS vire en tête à Evry-Sud », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  14. « Francis Chouat et Maude Olivier candidats du PS », sur Le Parisien, (consulté le 26 novembre 2018).
  15. « Essonne : l'ex-adjoint de Valls à Évry mis en cause dans une affaire d'appel d'offres », sur Le Point, (consulté le 26 novembre 2018).
  16. « Conseil général de l’Essonne : Le nouvel exécutif », sur Essonne Info, (consulté le 28 novembre 2018).
  17. « Valls cède son poste de maire d'Evry », sur Le Figaro, (consulté le 26 novembre 2018).
  18. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 25 novembre 2018).
  19. « Le Maire d’Evry élu Président de l’Agglomération Grand Paris Sud », sur evry.fr, (consulté le 26 novembre 2018).
  20. « Succession de Valls dans l'Essonne: victoire du maire d'Evry Francis Chouat », sur Libération (journal), (consulté le 27 novembre 2018).
  21. « Le PS 91 réclame plus de 69 000 € aux maires d’Evry et de Sainte-Geneviève-des-Bois », sur Le Parisien, (consulté le 26 novembre 2018).
  22. Loris Boichot, « Succession de Valls dans l'Essonne : le PS appelle à voter contre l'ancien socialiste Francis Chouat », sur Le Figaro, (consulté le 26 novembre 2018).
  23. Sylvia Zappi, « Législative partielle dans l’Essonne : Francis Chouat, soutenu par LRM, succède à Manuel Valls », sur Le Monde, (consulté le 26 novembre 2018).
  24. Décret n° 2018-844 du 5 octobre 2018 portant convocation des électeurs pour l'élection d'un député à l'Assemblée nationale (1re circonscription de l'Essonne), sur Légifrance.
  25. Laure Bretton, « La droite soutient l’héritier de Valls », sur Libération, (consulté le 19 février 2019).
  26. Sébastien Morelli, « Législative partielle dans l’Essonne : Francis Chouat succède à Manuel Valls », sur Le Parisien, (consulté le 25 novembre 2018).
  27. « Arrêté préfectoral du 31 octobre 2018 modifiant la liste des candidats et de leurs remplaçants pour le 1er tour de scrutin à l'élection d'un député à l'Assemblée nationale (1re circonscription de l'Essonne) les 18 et 25 novembre 2018 » [PDF], sur essonne.gouv.fr (consulté le 27 novembre 2018).
  28. « Fiche de Francis Chouat », sur NosDéputés.fr (consulté le 19 février 2019).
  29. « Et le nouveau député est… Francis Chouat », sur Essonne Info, (consulté le 20 février 2019).
  30. « Essonne : Francis Chouat passe la main à la mairie d'Evry ce mardi soir », sur Le Parisien, (consulté le 20 février 2019).
  31. Manuel Jardinaud, « Laïcité: LREM s’embarque dans trois mois de débats à haut risque », sur Mediapart, (consulté le 29 octobre 2019).
  32. « Petites décorations entre “amis” », sur Le Parisien, (consulté le 26 novembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]