Pont de Suresnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont de Suresnes
Pont vu du côté amont,depuis le quai Léon-Blum.
Pont vu du côté amont,
depuis le quai Léon-Blum.
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine / Paris
Commune Suresnes / Bois de Boulogne
Coordonnées géographiques 48° 52′ 01″ N, 2° 13′ 47″ E
Fonction
Franchit Seine
Fonction Pont routier
Itinéraire ex-RN 185

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
localisation

Le pont de Suresnes est un pont sur la Seine. Il relie le bois de Boulogne, à Paris, à la ville de Suresnes dans le département des Hauts-de-Seine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la débâcle, la Seine au pont de Suresnes par Alfred Sisley, 1880, palais des beaux-arts de Lille.
Le deuxième pont, photographié dans les années 1910.
Le pont de Suresnes, devant le quartier de la Défense.

La création d'un pont à péage a été autorisée par une ordonnance de Louis-Philippe du [1], dans le cadre d'une concession de 77 ans. Il est réalisé en 1842.

Ce premier pont était un pont suspendu conçu, selon les sources, d'après les plans de l'ingénieur Eugène Flachat avec l'aide de Jules Petiet[2] ou par M. Surville[3] (époux de Laure Surville[4],[5]) et mesurait 150 m sur trois travées, dont la plus importante faisait 63 m. Le mode de suspension était original, par lattes de fer constituées de bandes flexibles (fers plats) superposées[6], système breveté par M. Muel[3]. Ce pont, mis en service le a été détruit pendant la guerre franco-allemande de 1870[2].

Le deuxième pont est construit en 1874 par l'ingénieur Legrand et l'entreprise Martin. Il comprend trois arches et un tablier en fer et en fonte. Il est agrandi en 1901 par l'entreprise Crozel et décoré selon un projet de Jean Camille Formigé comprenant des candélabres dessinés par Emmanuel Frémiet. Il disparaitra en 1950[2].

Le pont actuel, le troisième, est un pont en arc, conçu par les architectes G. Tréant et J. Mathé, assistés des ingénieurs des Ponts du département de la Seine. Il a été construit en plusieurs étapes entre 1938 et 1950. La première phase des travaux, de 1938 à 1942, fut réalisée par l'entreprise Dayde et la deuxième phase, de 1947 à 1950, par l'entreprise Billiard. Il comprend deux piles et des culées de béton armé, avec un tablier de poutres métalliques entretoisées et enrobées de béton[2],[7].

Trafic routier[modifier | modifier le code]

Lors d'un comptage effectué en 2007 au moyen de compteurs à tubes, le trafic moyen journalier annuel s'élevait à 47 620 véhicules[8].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ordonnance du Roi du 6 juillet 1839 qui autorise l'établissement d'un pont suspendu sur la Seine, devant Suresnes », Bulletin des Lois du Royaume de France, vol. 19, no 676,‎ , p. 345-347 (lire en ligne).
  2. a b c et d « Le pont de Suresnes », notice no IA92000236, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. a et b « Pont de Suresnes - 1842 », sur www.art-et-histoire.com, Base d'ouvrages en service ou construits au XIXe siècle en France (consulté le 17 novembre 2013).
  4. Philippe Barthelet, Les écrivains et les Hauts-de-Seine, Cyrnéa éditions, 1994, p. 69.
  5. Francis Prévost, Histoires de Suresnes, Suresnes Information, 1989, p. 157.
  6. Le pont suspendu de Suresnes sur Structurae.
  7. Le pont de Suresnes sur Structurae.
  8. [PDF] Carte 2011 des trafics moyens journaliers annuels, sur www.hauts-de-seine.net (consulté le 11 avril 2012).
  9. « Films tournés à Suresnes », l2tc.com, consulté le 28 octobre 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]