Mamilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mamilla (hébreu : ממילא) est un quartier de Jérusalem-ouest en Israël, situé au nord de la vallée du Hinnom qui relie la ville moderne à la porte de Jaffa et à la Vieille Ville. Ce nom a d'abord été celui d'une église dédiée à Sainte Mamilla puis utilisé pour désigner l'ancien cimetière musulman et l'ancienne piscine Mamilla (en hébreu Birket Mamilla).

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de « Mamilla » serait celui d'une sainte chrétienne[1] qui prit soin de l'enterrement d'un grand nombre de

martyrs chrétiens massacrés pendant le siège de 614 sous l'empire byzantin en Palestine. En son honneur, on construisit à proximité l'église de Sainte Mamilla (en)[2] donc avant la période islamique, sur le site de la Caverne du lion, maintenant située dans le Parc de l'Indépendance. Les ruines en étaient toujours visibles en 1882[3].

L'expression Charnier du lion vient d'une légende racontant que les corps des chrétiens tués lors du siège de

La Caverne au lion dans le parc de l'indépendance, sur une partie du cimetière antique.

Jérusalem par Chosroës furent portés en une nuit par un lion dans les sépulcres qui entouraient l'église[4].

Une autre source indique que le nom de Mamilla viendrait de l'arabe Zaytun al-milla pour « les oliviers de la religion », qui serait « une distorsion couramment utilisée du nom Mamilla » et el bab al-milla qui signifie « la porte de la religion »[5].

Abd_al-Ghani_al-Nabulsi (en) écrit dans Al-Haqiqa, après ses voyages dans la région en 1693-1694 : « Il est dit que son nom d' origine est Ma'man Illah et parfois il a été appelé Bab Allah [porte de Dieu]. Il est aussi appelé 'il-Zeitun Milla. Son nom, selon les Juifs, est Beit Milo [maison de Milo] et aux Chrétiens, Babilla. Mais il est connu des gens ordinaires comme Mamilla »[6].

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Guei Hinnom (fr. Géhenne) contourne une partie de la colline de Sion, débute à l’ouest de la vieille ville sous le nom parfois de « vallée de Mamilla »[7],[8] car c'est dans son lit que naît Mamilla, près de l’actuelle porte de Jaffa (he. Sha'ar Yafo ; ar. Bab al'Khalil, porte d'Hébron), puis la vallée se dirige vers le sud et l'est pour poursuivre sa course.

La superficie totale de Mamilla est de 0,12 kilomètres carrés.

Aujourd'hui situé au nord des quartiers de Talbiya et de la Jewish colony de Yemin Moshé, à l'est de ceux de Shaarei Hessed et de Rehavia, et au sud de celui de Musrarra, le quartier Mamilla fait donc la jonction entre la Vieille ville et la ville moderne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Mamilla a été le lieu d'un massacre lors du siège de Jérusalem par les Perses en 614 (voir plus bas Histoire du cimetière musulman de Mamilla).

Au XIXème siècle[modifier | modifier le code]

Situé juste devant cette porte de Jaffa qui est l'entrée principale de la Vieille ville de Jérusalem, Mamilla est l'un des premiers quartiers construits conjointement au XIX° siècle par des Juifs et des Arabes puis des chrétiens, en dehors des murailles de la Vieille ville qui avait du mal à contenir les Hiérosolymitains devenus surnuméraires intra muros[9]. Il était aussi destiné à loger les immigrants et voyageurs arrivés à Jérusalem qui souffrait d'une pénurie de logements, entraînant une insalubrité dont témoignent les nombreux récits de voyages en Terre sainte.

Au xixe siècle, la porte de Jaffa est le point de départ des caravanes, des marchands et des pèlerins se rendant à Jaffa. À partir de 1869, ils peuvent emprunter la nouvelle route carrossable reliant cette porte à la ville de Jaffa[10]. On y trouve un bazar, des dépôts de marchandises et des auberges où accueillir modestement voyageurs, caravaniers et commerçants qui arrivent à cette porte principale de la Vieille ville.

En deuxième partie du XIX° siècle, afin d'améliorer les conditions de vie du quartier Mamilla en plein essor mais ainsi devenu insalubre, endiguer les épidémies de lèpre dont la faculté doutait de la contagiosité[11] et de choléra (1865[12] et 1892[13]), et accueillir les nombreux voyageurs, plusieurs bâtiments y sont érigés avec des fonds juifs ou chrétiens. L'incitation sioniste et l'arrivée de réfugiés juifs des pogroms de Russie poussent à construire dans ce quartier de nouveaux logements modestes pour les abriter. Ainsi, un dispensaire, une léproserie de trente-trois lits, des hôpitaux comme celui de St-Louis (1881) ou (1886) de St-Vincent-de-Paul[14] (qui loue juste en face de ses murs, ses échoppes aux marchands juifs), un orphelinat[15], des églises, un monastère du Rosaire (1880), des écoles, un centre culturel juif maghrébin (1854), et d'autres bâtiments voient le jour.

Le quartier avec en haut, le bassin Mamilla entouré du cimetière, les ruines de l'hôtel de la Rédemption de J. Merkus en bas et la rue G. Agron sur la droite. V. 1950.

En 1872, Jeanne Merkus (nl), une philanthrope mystique millénariste néerlandaise, considérant que le royaume de Dieu est proche, achète un terrain à la lisière sud de Mamilla et y débute la construction par un architecte français d'un « palais de la Rédemption » afin d'accueillir dignement les futurs disciples de Jésus. Les travaux sont suspendus en 1876 en réaction après sa lutte contre les musulmans dans les Balkans (afin d'y défaire la puissance ottomane et « libérer Jérusalem » de son joug), puis totalement abandonnés en 1883. Cette « fille de Sion », comme elle se nommait, finit ainsi par être ruinée[16].

La nouvelle politique fiscale (1877) de la municipalité ottomane lui permet d'investir dans des projets publics pour améliorer la vie des citoyens. Elle choisit la porte de Jaffa pour y installer le premier jardin municipal (al'Muntaza al'Baladi, le Parc de la ville) de Jérusalem abritant le Café Belediye (Café de la mairie) et un kiosque à musique inaugurés par Huseyn Salim al'Husseini (1892), y érige un hôpital public (1891), une pharmacie (1892) et plus tard, un autre bâtiment municipal (1896) à l'angle des rue de Mamilla et Jaffa[13]. Pour faciliter la circulation avec l'hôpital St-Louis, l'hospice Notre-Dame de France et les lieux saints, la muraille d'enceinte de l'ancienne cité est même percée par les Français pour créer la Porte Neuve (the New Gate, ha-Sha'ar he-Khadash, Bab al-Jedid) en 1898[17].

A Jérusalem, à la fin du xixe siècle, la lèpre touche majoritairement des Bédouins, des fellahs et quelques rares chrétiens tous venus d'ailleurs, abandonnés misérablement dans le Miskinhané (maladrerie)[18] où le médecin municipal refuse de les soigner, et auxquels « la générosité municipale se borne à jeter un pain par jour et par tête », d'après le témoignage d'un médecin voyageur de l'époque[11], alors que les malades refusent d'aller dans la léproserie des missionnaires protestants prosélytes de la German colony, saine et presque vide.

Theodor Herzl (à droite) près de la maison et de la famille Stern, où la rue Mamilla commence à être pavée, 1898.

Lors de la visite de l'empereur allemand Guillaume II en 1898, la ville est nettoyée, certaines rues sont pavées et ses douves les plus profondes partiellement comblées ; on abat même une partie de la muraille à la porte de Jaffa afin de faciliter le passage à cheval de la délégation prussienne qui traversera aussi Mamilla et rassemblera des milliers de curieux[19].

Plan du quartier de Mamilla en 1946.

Lors de son voyage en Palestine en 1898 pour rencontrer le Kaiser Guillaume II, le fondateur du sionisme, Theodor Herzl séjourne dans la maison Stern[8],[15],[20] (bâtie en 1877[21]) au 18 rue Mamilla.

Au XXème siècle[modifier | modifier le code]

À l'aube du XX° siècle, l'activité du quartier devient foisonnante. De nouvelles épidémies de choléra (1902) puis de fièvre scarlatine (1905) sévissent et des mesures de quarantaine sont prises[13]. La rue de Jaffa s'agrémente néanmoins d'arbres (aux plants venus de Jericho), et des premiers éclairages et poubelles publics. Une grande horloge baroque (1901)[17] - que les Britanniques retireront en 1924 - en l'honneur du sultan Abdul Hamid II[22] et un théâtre municipal se plantent, l'un au-dessus et l'autre en face de la porte de Jaffa[13]. Pour y mieux accueillir les touristes et les pèlerins dont la venue s'est intensifiée à partir des années 1880[9] grâce à l'incitation touristique, le centre YMCA et les luxueux hôtels Palace et King David voient concomitamment le jour au tout début des années 1930, ainsi qu'une zone commerciale plus structurée à l'extérieur de la porte de Jaffa, près de laquelle s'installent aussi d'autres services touristiques pour le gîte et les circuits de visite.

No man's land à Mamilla v. 1964, avec les murs de la Vieille ville, l'abbaye de la Dormition à droite et la Tour de David au centre gauche.
Les ruines du centre commercial de Mamilla après la guerre d'Indépendance, en 1949.

En 1946, l'hôtel King David est visé par un attentat de l'Irgoun meurtrier. Des émeutes sanglantes en 1947 après la décision de la création d'un Etat juif en Palestine assorties de scènes de pillage et d'un incendie détruisent presque entièrement le quartier[8] qui essuie les tirs de la légion jordanienne en 1948-49 car il est situé sur la la ligne de front entre Israël et la Transjordanie d'alors[15]. Les bordures au nord et à l'est du quartier Mamilla délimitent un « no man's land entouré par des murs en béton anti-snipers, des barbelés et des champs de mines créant une zone tampon »[8] entre les deux secteurs belligérants durant plusieurs années. Le quartier autrefois prospère devient un bidonville et une plaie visuelle.

Dans les années cinquante, les nouveaux immigrants issus de différentes aliyas[23] investissent les bâtiments et les boutiques abandonnés qui deviennent des garages, des ateliers de menuiserie et de petites usines[8], que la municipalité devra exproprier en 1970 pour les déplacer vers la zone industrielle de Talpiot[8].

En 1955, le parc Mamilla dit Parc de l'Indépendance (Gan Haatsmaout) voit le jour[24] avec une aire de jeux, une école expérimentale est construite et des rues attenantes sont pavées[25]. Le vœu de Herzl de nettoyer l'ancienne et construire une ville moderne semble s'exaucer après la réunification de la ville de Jérusalem en 1967 ; notamment, l'ensemble du quartier de Mamilla sera assaini et réhabilité sur un programme au long cours. Son ancien centre commercial des années trente, fermé en 1947, est reconstruit soixante ans plus tard, en 2007.

Au XXIème siècle[modifier | modifier le code]

L'ancienne maison Stern avec ses pierres numérotées.

Mamilla a bénéficié au début du XXI° siècle d'un vaste programme de rénovation et de construction en pierre blanche de Jérusalem vieillie. Après le tollé qu'a soulevé le projet de destruction de l'historique maison Stern[21], cette bâtisse est démontée pierre par pierre puis reconstruite à l'identique[15],[20]. Elle est devenue une librairie (Steimatzky, סטימצקי) avec un petit musée sur la visite de Herzl de 1898, et un café. La maison Clark construite par des évangélistes américains en 1898 et quelques autres bâtiments ont été conservés. D'autres encore, n'a pu être conservée que leur façade pour être incorporée au complexe architectural, et quelques critiques défenseurs du patrimoine raillent cette politique architecturale dite de "façadisme"[8]. Ainsi, ces ensembles immobiliers renouent avec l'ancienne fonction du lieu en faisant cohabiter efficacement des architectures ancienne et contemporaine à usage d'habitation, de commerce et de loisirs, comme le constate David Kroyanker (en), spécialiste en histoire de l'architecture de Jérusalem[20].

Détail au Musée d'art juif italien.

Ce nouveau quartier Mamilla attire désormais une population aisée dans ses nouveaux logements de facture soignée, qui bénéficient d'un environnement de qualité : des parcs et jardins verdoyants, des commerces et restaurants, un centre commercial à ciel ouvert sur deux niveaux, une promenade de 600 mètres[8], le centre de YMCA et l'hôpital gériatrique français St-Louis[26],[27], le bassin antique de Mamilla, le couvent des Soeurs du Rosaire, des centres culturels (le Musée de la musique hébraïque (Kikar ha-Musica), le Musée Nahon d'art juif italien, le Centre international David Amar du patrimoine juif d'Afrique du Nord ou le Centre événementiel de la Création juive Beit Avi Chaï) qui côtoient le fameux hôtel King David de 1931, non loin de l'ancien rival Palace Hotel art déco de 1928 devenu Waldorf Astoria. L'attrait de ce quartier joue aussi pour beaucoup avec la proximité immédiate de la Vieille ville, de ses sites historiques et touristiques, ainsi que de la ville moderne, desservi par les transports en commun alentour[15]. Le risque est d'en faire un quartier fantôme car les appartements y sont souvent achetés par de riches étrangers y séjournant rarement mais faisant monter les prix de l'immobilier[28].

Vue panoramique du mail de Mamilla et de la Vieille ville de Jérusalem, 2017.

Palace Hotel[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en.
Motif avancé : sans intérêt encyclopédique
Palace Hotel de Mamilla v. 1929-1933.

Pour encourager le tourisme musulman[29] à Mamilla située en contre-bas des murailles de la Vieille ville et devancer le futur King David Hotel en construction à quelques centaines de mètres, en 1928, Mohammad Amin al-Husseini, le mufti de Jérusalem, décide de construire rapidement une université arabe et un hôtel de luxe de 140 chambres, à la lisière du cimetière Ma'man Allah[30],[24], à l'actuel croisement des rues Gershon Agron et King David, mais le creusement des fondations laisse apparaître des tombes qu'il fait déplacer pour que les travaux se poursuivent sans attendre. Dans la perspective initiale, l'hôtel en construction devait aussi être mis à la disposition de la future université musulmane dont le projet est abandonné en 1931[31].

Le Palace Hotel inaugure un nouveau style d'architecture ottomane tardive éclectique issu de l'esprit de concepteurs turcs, connu sous le nom de « Premier style national » (First National Style)[29], d'une splendeur orientale qui rappelle son identité locale et aussi politique[24],[31]. Il offre une résidence luxueuse, les commodités modernes de l'époque et un service que le voyageur fortuné principalement issu de la péninsule arabique ou de la diplomatie internationale ne trouvait pas dans les anciens hôtels du XIX° siècle devenus obsolètes. Le palace suscite l'enthousiasme et devient un élément emblématique de fierté[31] et de l'identité arabe palestinienne naissante quand son inauguration coïncide avec la Conférence internationale panislamique de 1931[29] sous la présidence de Al'hadj Amin al'Hussaini, Grand-mufti de la Palestine mandataire[32].

Intérieur de l'hôtel Waldorf Astoria de Mamilla, après restauration, en 2018.

L'hôtel fonctionne quelques années puis ferme en 1935, face à la concurrence intense du King David installé dans la rue éponyme en contre-bas[24], qui draine un tourisme sioniste en plein essor. Il devient alors immeuble de bureaux, studios de la radio britannique «Voice of Jerusalem », Départements d'Etat[31] ou lieu de réunion comme pour la fameuse Commission Peel en 1936.

Par la suite, le Palace Hotel passe de main en main jusqu'en 2006 à une famille canadienne qui le fait restaurer avec soin durant trois ans, dans le style éclectique romano-mauresque de l'époque Art déco de sa construction. Dans la cadre de l'action de préservation du patrimoine historique et culturel (Gamut) de Jérusalem, sa façade est entièrement conservée et le reste du bâtiment est reconstruit dans sa forme originelle pour devenir un hôtel de luxe au confort de dernière technologie. Y sont ajoutés une nouvelle aile et des étages supérieurs. Le palace se dote de 230 chambres, de deux piscines et sa salle de réception est dite la plus grande de Jérusalem[24]. Pour répondre à la demande religieuse, une vaste cour intérieure permet l'installation d'une cabane (Soukka) au moment des fêtes juives de Souccot et crée un puits de lumière. Devenu en 2014 l'hôtel Waldorf Astoria appartenant à l'empire Hilton, l'hôtel toujours considéré comme un héritage patrimonial par les Hiérosolymitains, est revendu à un Français d'origine marocaine en 2017[33].

Sur la pierre angulaire supérieure de l'édifice, il a été conservé son inscription d'origine en arabe, en référence au Coran[24] : « Nous allons agir et construire comme ils ont construit et agi - 1929, le Conseil suprême musulman »[31],[34].

Cimetière musulman de Mamilla[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Piscine et cimetière de Mamilla en 1864

Ce cimetière historique remonte au XI° siècle[5] et s'étend aujourd'hui sur 20 hectares[25]. Il est établi autour de la piscine de Mamilla qui, ayant été conçue à l'époque byzantine au plus tôt au IV° siècle[35], lui préexiste. Cette piscine est désignée aussi comme « piscine supérieure de Gihon »[36] et de nombreux voyageurs l'évoquent dans leurs mémoires.

Appelé selon l'usage commun "cimetière musulman" (ar. Ma'man Allah) parce qu'il a servi au cours des siècles principalement aux musulmans jusqu'en 1927, ce lieu de sépulture contient toutefois des milliers tombes chrétiennes et notamment de croisés[37].

Des recherches récentes ont mis au jour des ossements de chrétiens du VIIe siècle, victimes de ce que les historiens appellent le "massacre de Mamilla", tués par les Perses dirigés par Khosro II en 614[38]. Les ossements trouvés sont ceux de chrétiens massacrés en 614 par les Perses et, selon les sources byzantines, par leurs alliés juifs[39], au moment de la prise de Jérusalem par les Perses. En dépit du nombre de 24 000 à 90 000 victimes, si l'on en croit les sources chrétiennes (notamment Antiochus Stratègios[40]), les fouilles archéologiques n'ont permis d'identifier que 526 corps datant de l'époque du massacre[30],[41].

Quand Saladin a défait les Croisés en 1187, il fait du quartier de Mamilla où il avait établi son état-major, une donation pieuse ou Waqf, ce qui entraîne une immobilisation du fonds. Cette situation a perduré de 1187 jusque sous le gouvernement d'Israël[42].

En 1847, le cimetière est délimité par une clôture par les autorités ottomanes[43].

Vue partielle du cimetière de Mamilla

Tout au long des siècles de la domination islamique sur Jérusalem, le cimetière de Mamilla est considéré comme le plus grand cimetière islamique de la ville mais ses dimensions varient selon les sources : un acte de 1938 délivré par les autorités britanniques au Waqf islamique indiquait une taille de la parcelle de 33 acres[43] ; en 1945, le journal sioniste « The Palestine Post » dit qu'il couvrait une superficie de plus de 111 acres[44], tandis que le journal de la gauche israélienne « Haaretz » déclare en 2010 qu'il s'étendait à son sommet sur une superficie d'environ 50 acres[45].

Le cimetière est utilisé jusqu'en 1927, date à laquelle il est fermé[46] et classé site historique[47].

En 1923, les dirigeants musulmans ont pour dessein la création d'une université arabe qui ferait contrepoids à l'Université hébraïque (1918-1925) érigée sur le mont Scopus, mais des divergences d'opinion apparaissent quant à la nature de la future université arabe, et ce projet est délaissé par le Conseil musulman[31].

En 1928, Mohammad Amin al-Husseini, le mufti de Jérusalem, décide de relancer le projet d'une université arabe sur une superficie de 17 acres qu'il envisage sur l'ancien cimetière musulman[31] (aujourd'hui, en partie Parc de l'Indépendance), et dont le campus devait comprendre différentes écoles de médecine, d'industrie et d'architecture, des jardins et des fontaines, avec la marque d'une identité architecturale musulmane, outre sa vocation et sa destination. Mais la Fondation mise en place pour ce vaste projet de campus n'obtient pas tous les fonds nécessaires à sa réalisation et l'idée est définitivement abandonnée en 1931[31].

En revanche, le Palace Hotel, l'hôtel de luxe imaginé par le mufti en même temps que l'université arabe et devant alors être mis à sa disposition, se construit à la lisière du cimetière Ma'man Allah. Il sera doté de 140 chambres[30] aux infrastructures modernes pour accueillir les visiteurs exigeants de l'époque. Mais lors des fondations du palace, des tombes musulmanes sont découvertes. Le chef du Conseil suprême musulman (SMC) transfère alors ces tombes ailleurs, comme l'autorise la Charia musulmane, pour que les travaux de l'édifice se poursuivent sans tarder, mais son geste suscite l'ire de factions rivales qui déposent une plainte contre al'Husseini devant les tribunaux musulmans, au motif de profanation de tombes anciennes[48]. Cette plainte contre le président du Supreme Muslim Council n'a pas abouti puisque le luxueux hôtel ouvre ses portes en 1928. Il est utilisé quelque temps, alors que la partie du cimetière reste à l'abandon, ne recevant aucun soin du Salahiyyah Waqf en charge du site, malgré la présence de tombes de dignitaires et notables musulmans.

Le 22 novembre 1945, le « Palestine Post » rapporte les nouveaux projets du Conseil suprême musulman (SMC) et du Conseiller en urbanisme du gouvernement pour la construction, à présent pour un centre commercial sur le lieu de l'ancien cimetière Ma'man Allah et la décision de déplacer les restes enterrés[49], mais ce plan n'a pu être mis en oeuvre.

Mausolée au cimetière nord de Mamilla, tombe de l'Emir mamelouk Aidughi Kubaki, datant de 1289 (inscription). Photo Djampa, 2010.

Au moment du contrôle israélien sur Jérusalem-ouest en 1948, le cimetière Ma'man Allah passe sous l'administration du Département des affaires musulmanes dans le Ministère israélien des Affaires religieuses et des Waqfs.

En 1955, le Parc Mamilla (Parc de l'Indépendance) est construit à l'Ouest[31],[43] de la Vieille ville et au Sud du bassin, qui conserve les tombes remarquables ou de qualité du vieux cimetière en partie en ruines. Une école expérimentale (Beit Agron) donne sur la rue Hillel qui est pavée ainsi que la rue Menashé ben Israël qui entourent une partie de l'ancien cimetière[25]. Le cimetière de Mamilla devient alors un lieu en bordure du Parc de l'Indépendance, envahi par les détritus et les mauvaises herbes[50],[41]. En outre, les terrains de l'ancien cimetière comprennent une école expérimentale (Beit Agron), le Kikar Hahatulot (place des Chats), le siège du Ministère israélien du Commerce et de l'Industrie, et le bâtiment du Département des douanes[réf. nécessaire] .

En 1964, après autorisation accordée par un cadi (juge islamique), fonctionnaire douteux (condamné pour corruption l'année suivante)[51], une partie au nord du cimetière est transformée en parking de stationnement, ne recueillant alors aucune contestation[52]. Après la Guerre des Six-jours de 1967, seules quelques stèles et une chapelle funéraire sont encore débout, comme le montre le plan de la fondation Emek Shaveh[25]. C'est en 1992 que les autorités transfèrent les derniers terrains du cimetière à la municipalité de Jérusalem[49]. En 1995, le parking cesse de fonctionner et la municipalité projette de construire sur son emplacement un Musée de la Tolérance.

Controverse relative à la construction du Musée de la Tolérance[modifier | modifier le code]

Scale icon green.svg
Cette section ne respecte pas la neutralité de point de vue. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Considérez son contenu avec précaution et/ou discutez-en. Il est possible de souligner les passages non neutres en utilisant {{passage non neutre}}.
N.B. Ce modèle est à réserver à des cas simples d'articles pouvant être neutralisés par un contributeur seul sans qu'un débat soit nécessaire. Lorsque le problème de neutralité est plus profond, préférez le bandeau {{Désaccord de neutralité}} et suivez la procédure décrite.

Depuis 2004, le projet de construction[53] d'un Centre pour la Dignité humaine-Musée de la Tolérance par le Centre Simon-Wiesenthal sur une parcelle de l'ancien cimetière musulman de Mamilla remontant au XIe-XIIe siècle, est un point public de discorde. Le Musée se situe plus précisément à l'angle nord-ouest d'une partie de cet endroit qui avait été transformé en parking en 1964[51] après déplacement des tombes, en face de l'ancien Palace Hotel d'Amin al-Husseini[25]. Il a été imaginé sur le modèle des musées existant à Los Angeles (1993) et New York (2003). Une première décision de la justice israélienne en 2006 suspend sa construction qui reprend après une décision de la Cour suprême en 2008[49]. Malgré la polémique internationale que suscite sa construction, la Cour suprême statue à nouveau favorablement[30] en 2011 ; il doit ouvrir ses portes en 2018.

« Pendant les soixante dernières années du règne ottoman, les trente années du mandat britannique et les vingt premières de l'Etat juif, le cimetière est resté inviolé, explique le professeur Yehoshua Ben-Arieh, expert réputé d'histoire-géographie à l'université hébraïque de Jérusalem[54] ». « En 1948, les autorités israéliennes avaient rassuré le gouvernement jordanien qui s'inquiétait d'une possible profanation : "La Mamilla est considérée comme l'un des plus importants cimetières musulmans, où 70 000 guerriers des armées de Saladin ont été enterrés, en compagnie de nombreux érudits musulmans. Israël saura toujours protéger et respecter ce site." » rappelle le journal Le Monde, qui souligne le fait que « cette promesse n'a pas été tenue »[54].

Le Musée de la Tolérance au bout de la rue Yo'el Moshe Salomon. Photo prise de la "Place du Judaïsme français", 2015.

Selon l'archéologue palestinien Gideon Suleimani, nommé par l'Autorité des antiquités israéliennes (IAA), quelque 2 000 tombes, datant pour certaines du XIe siècle, sont encore présentes, sur au moins quatre niveaux, et les fouilles archéologiques n'ont été achevées que sur 10 % du site concerné[54],[49]. Les partisans du musée auraient édulcoré l'expertise de Gideon Suleimani, gênante pour eux, selon le journal Le Monde. Quatre-vingt-quatre archéologues de différents pays travaillant dans des institutions de recherche de premier plan ont lancé un appel en 2011 au Centre Simon Wiesenthal, à la municipalité de Jérsulem et à l'Autorité des antiquités israéliennes pour que prenne fin la construction du Musée de la Tolérance au centre de la ville ; parmi eux Nicholas Postgate (academic) (en) (Université de Cambridge) et Joan Oates (en) (Université de Cambridge et McDonald Institute for Archaeological Research), spécialistes de la Mésopotamie[55].

Les professeurs d'histoire archéologique et d'anthropologie en Grande-Bretagne, Sarah Tarlow et Liv Nilsson Stutz, spécialiste en outre des réinhumations, co-rédactrices en chef de « Archaeological Dialogues », indiquent que les vestiges juifs sont protégés et strictement réglementés par la loi israélienne, ce qui n'est pas le cas de ceux des musulmans - situation que ces derniers peuvent considérer comme discriminatoire voire outrageant. Néanmoins, ajoutent-elles, pendant des siècles, partout, la plupart des centres urbains ont remplacé les anciens cimetières par des infrastructures répondant aux besoins de développement de la population des vivants (propos que partage aussi la fondation patrimoniale Emek Shaveh[25]), donc la construction du Musée de la Tolérance sur cet emplacement n'est pas « une situation extraordinaire en soi » et le déplacement de tombes à Mamilla reste légal, même si ce lieu, longtemps négligé, capte aujourd'hui toutes les attentions dans le foyer politique du Moyen-Orient[56].

Yitzhak Reiter (en), professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem, auteur d'un ouvrage, La Controverse relative au cimetière de Mamilla et du Musée de la Tolérance (2011) rappelle que le projet du Musée ne peut être considéré comme d'une importance vitale et que la construction de l'édifice aurait pu être entreprise n'importe où ailleurs que dans ce cimetière historique[57]. Selon ce même auteur, le projet du Musée s'inscrit dans une entreprise d'effacement du passé arabe et musulman et dans un processus de remodelage du paysage israélien[58]. « Depuis sa création en 1948, l'Etat juif a ignoré nombre de décisions et recommandations de l'ONU, y compris une résolution du Conseil de sécurité du 30 juin 1980 déplorant la persistance d'Israël à vouloir "changer le caractère physique, la composition démographique, la structure institutionnelle et le statut de la ville sainte de Jérusalem"[54] ». Selon Shimon Shamir (professeur à l'Université de Tel Aviv et ambassadeur d'israël), il y a une contradiction entre le projet d'un Musée dit "de la tolérance" et sa mise en œuvre, qui décèle une intolérance flagrante[59].

Travaux pour le Musée de la Tolérance, place Maccabi Mutsri à Jérusalem. Photo Djampa, 2014.

L'affaire est un noeud devenu gordien où se mêlent des voix juives, musulmanes, chrétiennes et laïques de citadins, de descendants, d'avocats, d'associations, de pétitionistes, de religieux, d'idéologues, d'archéologues, d'anthropologues, d'historiens, d'universitaires, d'urbanistes ou de politiques de la région mais aussi d'autres intervenants internationaux (Turquie, Etats-Unis, pays du Golfe, Yémen, Suisse, Commission des Droits de l'homme, ONU, UNESCO, etc.)[43],[51],[53],[60]. Aussi, l'affaire est-elle donc portée en justice durant plusieurs années, jusqu'à la Cour suprême qui autorise finalement les travaux de construction en 2011 pour des plans plus modestes du futur musée, au motif principal qu'il n'y a pas d'opposition juridique à ce projet puisque les autorités musulmanes elles-mêmes avaient précédemment décidé d'exploiter ces parcelles à des fins commerciales et d'éducation ; il avait donc cessé d'être un cimetière[30].

Le projet de construction ayant donc reçu son approbation finale en 2011, le chantier a débuté derrière une palissade surveillée par des caméras.

Vue sur le mall du nouveau centre commercial Mamilla donnant sur les murailles de la Vieille ville, la nuit, 2011.

Néanmoins, une quinzaine de familles musulmanes[49] déçues, soutenues par des associations ou acteurs juifs, chrétiens, musulmans et laïques, ont poursuivi leur lutte et porté leur cause devant l'ONU[30],[51]. Pour autant, les travaux ont avancé et le Musée doit ouvrir ses portes en 2018[60].

Centre commercial de luxe de Mamilla[modifier | modifier le code]

Cette galerie marchande est relativement luxueuse par rapport aux échoppes du souk de la vieille ville. L'endroit est composé d'immeubles d'habitation et de commerce situé à l'extérieur ouest de la porte de Jaffa. Avant la Guerre des Six-jours, cette zone figurait une sorte de frontière entre Israël et la Jordanie, et l'endroit était abandonné.

Après 1967, elle a bénéficié d'un programme de rénovation urbaine achevée en 2007. Le célèbre architecte israélien, Moshé Safdie, a intégré à ce nouvel espace un grand nombre de structures historiques restaurées du XIX° siècle. Entre autres, s'y trouve cette longue allée piétonne à ciel ouvert, pavée de pierres de Jérusalem, bordée des vitrines de magasins de marque locales et internationales, et de restaurants gastronomiques attirant nombre de visiteurs qui bénéficient à son extrémité d'une vue spectaculaire sur la Vieille ville.

Parking Carta[modifier | modifier le code]

Le parking Carta se trouve sous la galerie marchande et il a défrayé l'actualité au cours de l'été 2009, à la suite de la décision de la municipalité de l'ouvrir durant le Shabbat, ce qui a provoqué la colère des juifs religieux de Méa Shéarim.

Village fantôme de Kfar David[modifier | modifier le code]

Kfar David à Mamilla

Il s'agit d'un complexe immobilier de grand luxe, situé juste devant la Porte de Jaffa, dont les appartements ont été acquis par de riches juifs américains et européens qui n'y habitent pas. Ce phénomène n'est pas unique ; il peut être observé dans plusieurs immeubles des quartiers de Ginot Ha-Ir (גינות העיר) et dans les villes d'autres pays.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yehoshua Ben-Arieh, Jérusalem au XIXe siècle, Géographie d'une renaissance, (Israël MOD Publishing House, Tel Aviv, Israël, 1980), traduction de l’hébreu par Francine Lévy, Editions de l’éclat, 2003.
  • (en)Yitzhak Reiter (en), La controverse relative au cimetière de Mamilla et du Musée de la Tolérance (Contesting Symbolic Landscape in Jerusalem : Jewish/Islamic Conflict over the Museum of Tolerance at Mamilla Cemetery, Brighton: Sussex Academic Press, 2014[61] (première publication en hébreu, Jerusalem : The Jerusalem Institute for Israel Studies, juillet 2011[62]).
  • (he) Yonathan Mizrachi, Le cimetière de Mamilla à Jérusalem-Ouest : un site patrimonial au carrefour de la politique et de l'immobilier (Mamilla Cemetery in West Jerusalem : A Heritage site at the Crossroads of Politics and Real Estate), Jérusalem, Emek Shaveh, 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Sur l'Histoire de Jérusalem et le massacre de Mamilla

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire hagiographique ou Vies des saints et des bienheureux, L.-M. Pétin, 1848 Mamille (sainte), Mamilla était autrefois honorée en Palestine, près de Jérusalem.
  2. [1] L'étang situé à l'ouest de la porte de Jaffa ou de Bethléem est connu des Arabes sous le nom de Birket-el-mamilla (étang de Mamilla), parce qu'une église dédiée à sainte Mamilla s'élevait autrefois dans le voisinage (Bernardi (sapientis monachi) Itinerar. m loca sancla, xvi. — Fundgruben des Orients, II, 131.)
  3. Alazard, Lucien (1832-1909). Auteur du texte, « Souvenirs de mon pèlerinage aux Lieux saints (25 avril-10 juin 1882), par l'abbé L. Alazard », sur Gallica, (consulté le 18 juillet 2018)
  4. Les églises de la Terre Sainte, Melchior Vogüé : « Il nous reste à mentionner deux chapelles ruinées situées, sur les grottes sépulcrales de la vallée de Hinnom : la première, près de la piscine nommée « Birket Mamillah », et au Moyen Âge « Lay du Patriarche » ;... J'ignore l'origine du mot « Mamillah »; Bernard le Sage en fait le nom d'une sainte; M. de Saulcy (II, 326) le considère comme la corruption de Babylas... Les chrétiens tués lors du siège de Jérusalem par Chosroës furent ensevelis (Eutychius, ^nn.,1I, 212, 242) dans les sépulcres qui entourent l'église. La légende raconte que leurs corps y furent portés en une nuit par un lion. Aussi, pendant tout le Moyen Âge, on appela ces grottes " le Charnier du lion " » (Jean de Wirtzbourg. — Fetellus. — Thetmar. — La Citez de Jérusalem, etc)
  5. a et b Moshe Gil, Une Histoire de la Palestine, 634-1099, CUP Archive. pp. 422, 634, (ISBN 9780521404372).
  6. « Jerusalem Quarterly File », Issues 17-21, Institute of Jerusalem Studies, 2003 : 61 - Annexation (Municipal government)
  7. Wulfran Barthelemy, « Ketef Hinnom ou le trésor de Jérusalem », Histoire de l'Antiquité à nos jours | Magazine bimestriel, sur www.histoire-antique.fr, éd. Faton, (consulté le 12 août 2018), p. 54-61
  8. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Gil Stern Zohar, « Long-awaited luxury », Jerusalem Post,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Yehoshua Ben-Arieh, Jérusalem au XIXe siècle, Géographie d'une renaissance, Israël MOD Publishing House, Tel Aviv, Israël, 1980, Traduction Editions de l’éclat, 2003, chap. 6, Lire en ligne.
  10. (en) Benny Morris, Victimes. Histoire revisitée du conflit arabo-sioniste [« Righteous Victims. A History of the Zionist-Arab Conflict, 1881-1999 »], Paris, Éditions Complexe (CNRS-IHTP), (ISBN 2870279388 et 9782870279380, OCLC 300228300, lire en ligne), p. 18.
  11. a et b Dr Démétrius Zambaco Pacha, Voyages chez les lépreux, Paris, G. Masson, (notice BnF no 8-TD132-43, lire en ligne), p. 19-54
  12. V. Lemire, Soif op. cit. p. 56.
  13. a, b, c et d Vincent Lemire, Jérusalem 1900 : La ville sainte à l'âge des possibles, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-28682-8, lire en ligne), « Chap. Tous citadins ? »
  14. Y. Ben-Arieh, op. cit., chap. 8.
  15. a, b, c, d et e (en) Aviva Bar-Am, « Des rues emplies d'histoire : A quelques pas de la vieille ville, Mamilla raconte une incroyable histoire de destruction, de division, de réunification et de renouveau », Jerusalem Post,‎ (lire en ligne)
  16. René Grémaux, «Merkus, Jeanne (1839-1897)», in Dictionnaire biographique des Pays-Bas. [02-09-2014]
  17. a et b Ruth Kark, Michal Oren-Nordheim, (en) Jérusalem et ses environs : Quartiers, quartiers, villages, 1800-1948, Hebrew University Magnes Press, Jerusalem, 2001, (ISBN 0-8143-2909-8) p. 34. Lire en ligne.
  18. Le médecin voyageur de la fin du XIX° siècle, Zambaco-Pacha (op. cit.) qui a visité les léproseries de Jérusalem, constatait que « les malheureux hospitalisés ⟨y⟩ étaient laissés dans un état de misère et d'abandon » affreux. Cité par A. Dastre, in « Questions scientifiques. — La Lèpre », Revue des Deux Mondes, 5e période, tome 4, 1901, p. 207.
  19. Y. Ben-Arieh, op. cit.
  20. a, b et c (en) Peggy Cidor, « From prosperity to decay and back again », Jerusalem Post,‎
  21. a et b N. Guthartz, « High Court Order Delays Stern House Demolition », Jerusalem Post, 4 mai 1990.
  22. Le sultan ottoman Abdul Hamid II (1842-1918), surnommé Kızıl Sultan, le « Sultan rouge » pour ses massacres et réductions à l'esclavage de centaines de milliers d'Arméniens dans les années 1890, est calife des musulmans et règne sur l'Empire ottoman de 1876 à 1909. Voir Jacques de Morgan (préf. Constant Vautravers et Edmond Khayadjian), Histoire du peuple arménien, Académie de Marseille, 1981, p. 269.
  23. Les vagues d'aliyas des années 50 sont composées de survivants du génocide juif d'Europe, de transférés de pays arabes comme le Yémen (opération Tapis volant) ou l'Irak (opération Ezra et Néhémie), de juifs de l'Europe de l'Est communiste, de juifs orientaux fuyant les émeutes anti-juives liées à la guerre israélo-arabe de 1956 et de juifs nord-africains après les mouvements d'indépendance de la Tunisie, du Maroc et de l'Algérie.
  24. a, b, c, d, e et f (en) Keshet Rosenblum, « In Waldorf Astoria Jerusalem, Oriental Splendor Meets New York Grandeur », sur haaretz.com,
  25. a, b, c, d, e et f (en) « Patrimoine caché : Guide du cimetière Mamilla à Jérusalem », sur alt-arch.org (Emek Shaveh),
  26. Visite du Consul général de France. Lire en ligne.
  27. L'hôpital Saint-Louis est plusieurs fois primé pour la qualité de son accueil œcuménique et le dévouement de son personnel. Il a été construit en 1881 à l'époque ottomane et a nécessité une nouvelle percée dans les murailles de la vieille ville, la « Porte Neuve ». En 1988, l'établissement reçoit à la Knesset le « Prix de la Qualité de la Vie » pour son « dévouement excellent », le « pont de solidarité humaine, de tolérance mutuelle et de respect » qu’il établit et « l’esprit de bénévolat » au sein des volontaires. En 2007, l’hôpital est décoré du « Mount Zion Award » pour la Paix, prix qui salue l’œuvre oecuménique de réconciliation qui y est menée.
  28. Simona Weinglass, « Les « appartements fantômes » d’Israël vous empêchent-ils d’acheter votre maison ? », sur The Times of Israel,
  29. a, b et c (en) Daniella Ohad Smith, « Hotel design in British Mandate Palestine: Modernism and the Zionist vision », The Journal of Israeli History, no Vol. 29, N° 1,‎ , p. 99-123 (lire en ligne)
  30. a, b, c, d, e et f (en) Judith Mendelsohn Rood, Columbian College of Arts & Sciences, « What We Choose to Remember : Jerusalem in World History », sur hnn.us (History News network), (consulté le 7 juillet 2018)
  31. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) David Kroyanker (spécialiste de l'histoire architecturale de Jérusalem), « Nationalist Visions in Bricks and Mortar », sur haaretz.com,
  32. Site Motamar al-Alam al-Islami : (en) « histoire du Congrès islamique mondial », présentée en ligne.
  33. « Un juif français achète le Waldorf Astoria de Jérusalem », Times of Israël,‎ (lire en ligne)
  34. « A relic of the Muslim project, a cornerstone inscription on the building remains, which reads (in Arabic) : “We will do and build like they built and did - 1929, Supreme Muslim Council”, a reference to those who built the Dome of the Rock and the Al-Aqsa Mosque on the Temple Mount. », Haaretz, 03/04/2014 en ligne.
  35. R. Abu Raya , Y. Billig , (en) « Jerusalem, Mamilla Pool » , Hadashot Arkheologiyot : Excavations and Surveys in Israel, 115, 2003, cité in D. Gurevich, (en) « The Water Pools and the Pilgrimage to Jerusalem in the Late Second Temple Period », Palestine Exploration Quarterly, Volume 149, n° 2, 2017. Lire en ligne.
  36. Vincent Lemire, La soif de Jérusalem ; essai d'hydrohistoire (1840-1948), Paris, Sorbonne, 2011, 663 p. (EAN 9782859446598), p. 249-251.
  37. "The Mamilla cemetery, in addition to Muslim graves holds thousands of Christians and Crusader tombs", The Times of Israel, lire en ligne
  38. Squelettes
  39. Lemire et al. 2016, p. 152
  40. Roger Pearse, « Antiochus Strategos, The Capture of Jerusalem by the Persians in 614 AD », sur www.tertullian.org (consulté le 17 août 2018)
  41. a et b Holy Sites Encircled : The Early Byzantine Concentric Churches of Jerusalem, p.308, lire en ligne
  42. "When Saladin defeated the Crusaders in 1187, he endowed the Mamilla district, where he had established his headquarters, as a trust in his charitable foundation, called the Salahiyah Waqf. This trust, logically, also administered the Church of the Holy Sepulchre and other Christian and Muslim institutions established before 1187 and during the Ayyubid period. The Waqf Administration continued to administer these even under British, Jordanian and Israeli rule", (en) Judith Mendelsohn Rood, Columbian College of Arts & Sciences, « What We Choose to Remember : Jerusalem in World History », sur hnn.us (History News network), (consulté le 7 juillet 2018)
  43. a, b, c et d Conférence de Londres du politique palestinien Edward Said, donnée au British Museum le 31 mai 2011, mise à jour par Rachid Khalidi, (en) « Dignité humaine à Jérusalem » , in Jadaliyya (en) du 5 juillet 2011. Lire en ligne.
  44. (en) « Les Musulmans et le projet Mamilla en 1945», Abe Selig, The Jerusalem Post du 17 Février 2010.
  45. Nir Hasson, (he) « Musée de la Tolérance, rapport spécial : Trous, sainteté et Hollywood », Haaretz du 18 mai 2010.
  46. Kamal J. al-‘Asali, “The Cemeteries of Ottoman Jerusalem” in Sylvia Auld et Robert Natsheh, Ottoman Jerusalem, The Living City : 1517–1917, Londres, 2000, p. 281.
  47. "It was in use until 1927 when it was decided to preserve it as a historic site", The Times of Israel, lire en ligne
  48. (en) « Grand Hôtel », Jerusalem Post du 30 juillet 2009.
  49. a, b, c, d et e (en) Lawrence Swaim, The Death of Judeo-Christianity : Religious Aggression and Systemic Evil in the Modern World, Hants (Grande-Bretagne), John Hunt Publishing, (ISBN 9781780993003, lire en ligne)[non neutre]
  50. "The cemetery at Mamilla became an overgrown corner of Independence Park, covered by trash and weeds an unsafe place for anyone to go", (en) Judith Mendelsohn Rood, Columbian College of Arts & Sciences, « What We Choose to Remember : Jerusalem in World History », sur hnn.us (History News network), (consulté le 7 juillet 2018)
  51. a, b, c et d Laurent Zecchini, « Discorde sur le Musée de la tolérance », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  52. Israel Adam Shamir, Fleurs de Galilée (Recueil d’articles 2001-2002), traduction française par les amis de Shamir, p. 69. Lire en ligne. [non neutre]
  53. a et b « Tolérance à l’israélienne », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  54. a, b, c et d Le Monde, 15/03/2010, "Discorde sur le Musée de la tolérance", lire en ligne
  55. "Eighty-four senior archaeologists from leading research institutions around the world have called on the Simon Wiesenthal Center, the Jerusalem municipality and the Israel Antiquities Authority to put an end to construction of the Museum of Tolerance in the center of the city", Haaretz, octobre 2011, "Grave Concerns", https://www.haaretz.com/israel-news/culture/1.5203282.
  56. (en) Sarah Tarlow et Liv Nilsson Stutz, The Oxford Handbook of the Archaeology of Death and Burial, OUP Oxford, (ISBN 0199569061, lire en ligne), p. 802.
  57. "the museum project, which cannot be viewed as a vital enterprise, and which could be built elsewhere", Haaretz, 25/11/2011, Shimon Shamir, "The Controversy of the Museum of Tolerance", lire en ligne.
  58. "Y. Reiter holds that the judges, in their conception of the public interest, explicitly adopted a Judeo-nationalistic discourse that matches the aims of the museums founders for a building that would dominate its environment. The book presents this position in the context of what it describes as a formidable enterprise of obliteration and denial . . . mainly of the Arab and Islamic past in the process of molding the Israeli landscape", Haaretz, 25/11/2011, Shimon Shamir, "The Controversy of the Museum of Tolerance", lire en ligne
  59. "There is an inherent contradiction here. Indeed, a project for tolerance that is forced upon others with flagrant intolerance is a devious idea", Haaretz, 25/11/2011, Shimon Shamir, "The Controversy of the Museum of Tolerance", lire en ligne
  60. a et b (he) Kuti Fundaminsky, « Les projets que nous avons manqués : le Musée de la Tolérance », sur mynetjerusalem.co.il,
  61. Compte rendu par Michelle Campos : https://www.cambridge.org/core/journals/international-journal-of-middle-east-studies/article/yitzhak-reiter-contesting-symbolic-landscape-in-jerusalem-jewishislamic-conflict-over-the-museum-of-tolerance-at-mamilla-cemetery-brighton-sussex-academic-press-2014-pp-189-5500-cloth-2995-paper-isbn-9781845196554/78AA17BECF3425F7EF45BE9849BE0C29#
  62. Compte rendu par Shimon Shamir : https://www.haaretz.com/life/books/1.5222483