Hinnom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée du Hinnom aujourd'hui.
Carte de Jérusalem avec ses remparts à l'époque du Second Temple. La vallée s'étend au sud et au sud-ouest. On note qu'aujourd'hui, le Mont Sion est en dehors des remparts de la Vieille Ville et la vallée du Tyropoeon a été en partie comblée.

Hinnom était une vallée étroite et profonde qui s'étendait au sud et au sud-ouest de la Jérusalem antique. Elle commence non loin de l'actuelle Porte de Jaffa et se dirige vers le Sud à l’angle sud-ouest de la ville, elle bifurque soudain vers l’Est, longeant le Sud pour rejoindre les vallées du Tyropœôn et du Qidrôn près de l’angle Sud-Est de la ville. Vers la jonction des vallées du Tyropœôn et du Qidrôn, celle de Hinnom s’élargit. C'est probablement à cet endroit que se trouvait Topheth.

C'est l’actuel ouadi er-Rababi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la Bible, la vallée est associée à l'idolâtrie :

Il (Josias) déclara impur le Tofèth qui se trouve dans la vallée de Ben-Hinnom, afin que personne n'y fit plus passer son fils ni sa fille par le feu, en l'honneur de Moloch (II Rois 23:10)

La valeur négative attachée à ce lieu dans la tradition juive a fini par en faire une préfiguration de l'enfer. Le nom de la vallée est à l'origine du mot Géhenne, de l'hébreu Gé [ben] Hinnom (גֵיא בֶן-הִנֹּם).

La tradition situe Akeldama, le « Champ du Sang » ou encore « le champ du potier », qui fut acheté avec les 30 pièces d’argent de Judas Iscariote, sur le versant sud de la vallée près de son extrémité orientale.

La vallée faisait partie du no man's land qui séparait les parties est et ouest de Jérusalem entre 1948 et 1967.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :