Knesset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Knesset
כנסת
الكنيست

20e législature

Description de l'image Coat of arms of Israel (Alternative Blue-Gold).svg.
Type
Type Monocamérale
Présidence
Président Yuli-Yoel Edelstein (Likoud)
Élection
Chef de l'opposition Tzipi Livni (Union sioniste)
Élection
Structure
Membres 120
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques Majorité :
Opposition :
Élection
Système électoral Scrutin proportionnel plurinominal
Dernière élection 17 mars 2015

Givat Ram, Jérusalem

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web http://www.knesset.gov.il/

La Knesset (en hébreu : כנסת, littéralement assemblée ; en arabe : الكنيست) est le parlement monocaméral de l'État d'Israël siégeant à Jérusalem. Les députés sont élus pour un mandat de quatre ans. Depuis sa création en 1949, sur les 19 chambres élues, 12 ont été dissoutes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La salle des séances de la Knesset.

La Knesset s'est réunie pour la première fois le , succédant à l'Asefat ha-nivharim, l'Assemblée nationale juive pendant le mandat britannique en Palestine et au Conseil du peuple de 37 députés (Mo'etzet Ha'am) devenu ensuite le Conseil provisoire d'État (en) qui avait exercé ses fonctions pendant la guerre d'indépendance de 1948-1949.

Pendant la guerre israélo-arabe de 1948-1949, les séances du Conseil Provisoire d'État se déroulaient à Tel Aviv dans l'édifice du Keren Kayemet, puis dans le siège du Premier ministre dans la Kiryia (en) (l'ancienne colonie allemande Sarona), aussi bien au siège du musée de Tel Aviv (la maison de Dizengof (en)). Par la suite la Knesset s'est réunie dans le siège de l'Agence juive, puis à Tel Aviv au cinéma Kessem et à l'hôtel « San Remo », et depuis 1950 pendant 16 ans au Beit Froumine (en) à Jérusalem.

En 1973, les élections du 8e Knesset (en) ont été repoussées en raison de la guerre du Kippour[1].

En mars 2014, le seuil d'éligibilité pour qu'un parti politique puisse accéder à la Knesset est fixé à 3,25% des votes aux législatives, contre 2% auparavant. Cette mesure vise à éviter une diversité politique improductive[1].

Lors des élections législatives de 2015, sur les 120 sièges du 20e Knesset, 13 reviennent à des députés arabes israéliens. Certains déclarent vouloir changer la politique de discrimination anti-Arabes en Israël[2].

Le bâtiment qui l'abrite aujourd'hui se situe dans le quartier de Givat Ram (non loin de la Bibliothèque nationale juive et universitaire et des édifices du gouvernement. La construction de l'édifice (œuvre de l'architecte Josef Klarwein (en)), fut financée en 1948 par James Armand de Rothschild (fils aîné d'Edmond de Rothschild) sur un terrain loué au Patriarcat orthodoxe de Jérusalem.

Rôle et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Pouvoirs et compétences[modifier | modifier le code]

En tant que parlement, la Knesset est la détentrice du pouvoir législatif, mais aussi d'un pouvoir de contrôle sur le pouvoir exécutif. Ainsi elle :

  • vote les lois ;
  • vote le budget ;
  • contrôle le gouvernement ;
  • élit le président de l'État et son contrôleur ;
  • peut censurer le gouvernement.

Président de la Knesset[modifier | modifier le code]

Le président de la Knesset préside les séances, contrôles les dépenses parlementaires et contresigne les lois déjà signées par le président de l'État et le Premier ministre. Par ailleurs, il est le deuxième personnage de l'État, dans la mesure où il remplace le président de l'État en cas de démission ou de décès.

Actuellement, Yuli-Yoel Edelstein (LikoudIsrael Beytenou) est le président de la Knesset. Il a été élu après les élections de 2013.

Élections parlementaires[modifier | modifier le code]

La Knesset est composée de 120 députés, élus pour un mandat de 4 ans. Elle peut être dissoute par le président de l'État, à la demande du Premier ministre.

Le mode d'élection de la Knesset est un scrutin proportionnel plurinominal, se déroulant en une seule circonscription constituée par le territoire israélien. Cette dernière particularité fait que certains grands partis politiques peuvent présenter jusqu'à 120 candidats sur une liste. Pour qu'un parti obtienne au moins un siège, il faut qu'il ait atteint une proportion minimum de voix. Ce seuil était de 1,5 % en 2003, il a été relevé à 2 % en 2006 puis à 3,25 % pour 2015.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Les gardes de la Knesset assurent la protection autour du lieu. Ils sont stationnés autour du bâtiment et sont armés de fusils d'assaut IMI Tavor TAR-21. Les fenêtres du bâtiment sont par ailleurs blindées.

Les huissiers assurent l'ordre à l'intérieur du Parlement.

Liste des Knesset[modifier | modifier le code]

Liste des Knesset
Knesset Élections législatives Durée (mois)
1re Knesset élections législatives de 1949 30
2e Knesset (en) élections législatives de 1951 48
3e Knesset élections législatives de 1955 (en) 52
4e Knesset élections législatives de 1959 (en) 21
5e Knesset (en) élections législatives de 1961 (en) 50
6e Knesset (en) élections législatives de 1965 (en) 48
7e Knesset (en) élections législatives de 1969 (en) 50
8e Knesset (en) élections législatives de 1973 (en) 41
9e Knesset (en) élections législatives de 1977 (en) 49
10e Knesset (en) élections législatives de 1981 (en) 37
11e Knesset (en) élections législatives de 1984 (en) 51
12e Knesset (en) élections législatives de 1988 (en) 44
13e Knesset (en) élections législatives de 1992 (en) 47
14e Knesset (en) élections législatives de 1996 (en) 36
15e Knesset élections législatives de 1999 44
16e Knesset élections législatives de 2003 38
17e Knesset élections législatives de 2006 35
18e Knesset élections législatives de 2009 47
19e Knesset élections législatives de 2013 27
20e Knesset élections législatives de 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Delphine Roucaute et Maxime Vaudano, « La Knesset israélienne, une institution instable depuis sa création en 1949 », sur Lemonde.fr, (consulté le 13 septembre 2017)
  2. « Israël : la difficile position des députés arabes à la Knesset », sur Lepoint.fr, (consulté le 13 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]