Style mauresque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salle des banquets au Wilhelma de Stuttgart en 1900.

Le style mauresque est un style architectural et ornemental élaboré en Europe au XIXe siècle par imitation de celui des anciens Maures d'Espagne[1], créateurs de l'art hispano-mauresque, ou à partir de connaissances éparses des différentes architectures islamiques et des arts de l'Islam. Il s'est développé principalement dans l'architecture, mais aussi en peinture ou en sculpture.

Origine et évolution[modifier | modifier le code]

La cour des Lions de l'Alhambra de Grenade, aquarelle du XIXe siècle par Eduard Gerhardt

Découverte d'un répertoire stylistique[modifier | modifier le code]

En France, cette forme d'orientalisme s'inspire essentiellement des récits et croquis rapportés par les voyageurs d'Égypte, des pays du Maghreb ou encore de l'Andalousie, plus proche. Ce style se construit à partir d'un nouveau répertoire de formes et de motifs découverts notamment avec l'art hispano-mauresque de l'Alhambra de Grenade, plus ou moins librement interprétés avec une sensibilité romantique. En Allemagne, des architectes comme Ludwig von Zanth (1796-1867) et Carl von Diebitsch (1819-1869) rapportent des croquis personnels de leurs voyages et construisent des reconstitutions plus fidèles aux modèles originaux, dont certains pavillons du Wilhelma offrent encore un témoignage de cette architecture mauresque. Progressivement, vers la fin du siècle, plus de rigueur historique sera possible dans les deux pays grâce à l'accumulation de témoignages, de peintures orientalistes et surtout à la multiplication de la documentation photographique[2].

Néo-mauresque[modifier | modifier le code]

D'autre part, on désigne par néo-mauresque le style né fin XIXe siècle - début XXe siècle et faits d'un mélange du style mauresque avec des éléments d'architecture européenne. Les édifices néo-mauresques sont relativement peu présents en Occident, bien que la période dite orientaliste ait fait apparaître quelques bâtiments de ce type en Europe, particulièrement durant la vague moderne au cours du XXe siècle.

Anciens bains turcs à Bordeaux, fin XIXe, dont les mosaïques sont en Faïence de Choisy-le-Roi

Architecture[modifier | modifier le code]

Arts décoratifs et jardins[modifier | modifier le code]

Servantes aidant une esclave blanche à faire sa toilette (Harem)
Intérieur de harem. Femme de Constantine sortant du bain. Peinture de Théodore Chassériau, 1854
La Casamaures, villa néo-mauresque entourée d'un jardin.

En Occident, ce style est adopté aussi bien dans les habitations privées et les jardins qui les entourent que dans les synagogues.

Il connait un succès tout particulier dans le décor des salles de cinémas, souvent baptisées "l'Alhambra" comme l'Alhambra Theatre de Sacrameto ou encore celui de Londres, aujourd'hui disparu.

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « mauresque » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Lorraine Decléty L’Orientalisme, entre connaissance et réinterprétation de l’architecture islamique, dans Repenser les limites : l'architecture à travers l'espace, le temps et les disciplines, Paris, INHA (« Actes de colloques »), 2005, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 14 avril 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibiliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Toulier, Un parfum d’Orient au cœur des villes d’eaux, dans Situ, 7 | 2006, mis en ligne le 01 février 2006 ; DOI : 10.4000/insitu.3069
  • Nabila Oulebsir, Les ambiguïtés du régionalisme: le style néo-mauresque. Alger. Paysage urbain et architectures, 1800, vol. 2000, p. 111
  • Miles Danby, Style mauresque, éditions Phaidon, 24 avril 2002. (ISBN 0714890758 et 978-0714890753)