Émirat de Transjordanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Transjordanie.
Émirat hachémite de Transjordanie
إمارة شرق الأردن (ar)

Imārāt Sharq al-Urdun (ar)

1921-1946

Drapeau
Drapeau de l'Émirat de Transjordanie
Description de cette image, également commentée ci-après

Palestine et Transjordanie

Informations générales
Statut Émirat
Capitale Amman
Langue Arabe
Religion Islam
Monnaie Livre palestinienne [réf. souhaitée]
Histoire et événements
1921 Conférence du Caire
Indépendance administrative
Indépendance totale du Royaume
Émir
1921–1946 Abdallah Ier de Jordanie

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'émirat de Transjordanie (arabe : إمارة شرق الأردن Imārāt Sharq al-Urdun) était un protectorat britannique créé en à la suite des accords passés pendant la Première Guerre mondiale avec les princes arabes dont fait partie la dynastie hachémite (Grande révolte arabe de 1916-1918). Après la Conférence du Caire de 1921, le contrôle du territoire est transféré au troisième fils de Hussein ben Ali, Abdallah Ier, sous la surveillance d'un représentant britannique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la fin de la Première Guerre mondiale, la Société des Nations attribue les colonies allemandes et les territoires ottomans aux alliés (comme conséquence des accords Sykes-Picot) :

Elle est dotée d'une Constitution en 1928[1] et constitue un Parlement.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les troupes transjordaniennes jouent un grand rôle dans la région auprès des troupes britanniques. Aussi, à la fin de la guerre, Abdallah réclame aux Anglais l’indépendance de son pays. Le mandat britannique se termine le 22 mars 1946[2]. Le 25 mai, la Transjordanie déclare son indépendance. Abdallah en est le souverain. Après la conquête de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie en 1948, elle devient le Royaume hachémite de Jordanie en 1949.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Constitution de la Transjordanie du 16 avril 1928.
  2. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Jordanie, le Petit Futé, 2007, p. 35

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et Transjordanie, « Traité d'alliance (avec annexe et échange de notes), signé à Londres, le  », dans Recueil des traités : traités et accords internationaux enregistrés ou classés et inscrits au répertoire au Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, vol. 6, (lire en ligne [PDF]), part. I (« Traités et accords internationaux enregistrés du au  »), texte no 74, p. 143-175 :
    • Traité et annexe : textes officiels en anglais, p. 144-150 ;
    • Traité et annexe : textes officiels en arabe, p. 151-159 ;
    • Échanges de notes : textes officiels et traductions, p. 160-165 ;
    • Traité, annexe et échange de notes : traduction en français, p. 166-175.
    Le traité est entré en vigueur le , à la suite de l'échange des instruments de ratification à Amman, puis a été enregistré le .
  • Alain Renon, Géopolitique des états du monde : géopolitique de la Jordanie, vol. 3, Editions Complexe, , 142 p. (ISBN 978-2870276235, lire en ligne)
  • Rémi Kauffer, La saga des Hachémites : la tragédie du Moyen-Orient, 1909-1999, Stock, , 584 p. (ISBN 978-2234059788, lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :