Lavernose-Lacasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lavernose-Lacasse
Lavernose-Lacasse
Rue principale et mairie au fond à droite.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Muret
Intercommunalité Le Muretain Agglo
Maire
Mandat
Alain Delsol
2014-2020
Code postal 31410
Code commune 31287
Démographie
Gentilé Lavernosiens, Lavernosiennes
Population
municipale
2 958 hab. (2016 en augmentation de 9,96 % par rapport à 2011)
Densité 166 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 49″ nord, 1° 15′ 39″ est
Altitude Min. 181 m
Max. 210 m
Superficie 17,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Lavernose-Lacasse

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Lavernose-Lacasse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavernose-Lacasse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavernose-Lacasse
Liens
Site web http://www.ville-lavernose-lacasse.fr

Lavernose-Lacasse est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Lavernosiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située à 30 km au sud de Toulouse et à 10 km au sud-ouest de Muret sur la Louge

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lavernose-Lacasse est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Lavernose-Lacasse et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Lavernose-Lacasse[1]
Lherm Saint-Hilaire
Bérat Lavernose-Lacasse[1] Le Fauga
Longages Noé

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par plusieurs cours d'eau l'Ousseau affluent du Touch, la Louge ainsi que ses deux affluents le Ruisseau du Rabé et le Ruisseau de l'Aussau.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Lavernose-Lacasse est établie à cheval sur la première et la deuxième terrasse de la Garonne, dans la plaine toulousaine de la Garonne.

La superficie de la commune de est de 1 783 hectares ; son altitude varie de 181 à 210 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

  • Par la route : A 64, accès par la sortie : Sortie 32 ou Sortie 31.
Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'essentiel des constructions qui s'étire sur une colline entre les vallées de la Louge et de son affluent le Ruisseau du Rabé.

Logement[modifier | modifier le code]

L'urbanisation croissante s'explique par la périurbanisation due à la proximité de Toulouse, Lavernose-Lacasse faisant partie de son aire urbaine[3].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Lavernose-Lacasse est située sur une zone à risque d'inondation limité en bordure de la Louge et de ses affluents crue, ainsi qu'aux mouvements de terrain, affaissements et effondrements[4].

La commune est également concernée par un risque de séisme de 2/5 (faible)[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lavernose : du toponyme gallo-romain Vernosolum, dont le nom pourrait lui-même venir des aulnes ou vergnes, très nombreux sur les rives de la Louge.

Lacasse : d'où vient le mot de Lacasse qui s'écrivait "La Casse" au début de 1800 ? Les documents n'ont pu fournir une étymologie certaine et, on n'en connait aucune, à moins de faire dériver le mot chasse, "La casso" en occitan. Dans ce cas on peut supposer comme le pays était très giboyeux, que les habitants de Vernosolem venaient souvent à la chasse de ce côté et qu'ils ont fini par désigner le lieu sous le nom la Casso et par la suite La Casse. Il n'y a pas de pièces authentiques pour reconstituer l'histoire de Lacasse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lavernose-Lacasse : à l’époque gallo-romaine, Vernosolum est une station sur la voie romaine reliant Tolosa (Toulouse) à Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges).

Au début du XIIe siècle, le prieuré Saint-Pierre de Vernosol est édifié sur le site.

Au XIIIe siècle, le comte de Comminges et le prieur de Saint-Pierre signent un acte de paréage qui crée et délimite la bastide de Lavernose, mais ne concerne pas Lacasse dont les terres sont inféodées par le roi. Après la construction au XVIe siècle "du fort et maison du seigneur de Vernose" la protection du "pays et des lieux circonvoisins" est assurée[5].

Au XVIIe la seigneurie est divisée. Puis avec la Révolution se fait la réunion éphémère des deux communes "dans l’intérêt de la République !".

Malgré l’abandon de nouveaux projets au cours du XIXe siècle, les deux communes déjà réunies en une même paroisse, décident de fusionner : le 19 mars 1964 naît la commune Lavernose-Lacasse. Le château, devenu propriété municipale, abrite la mairie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Lavernose-Lacasse appartient à l'arrondissement et au canton de Muret depuis sa création en 1801.

Pour l’élection des députés, la commune fait partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne, représentée depuis 2017 par Élisabeth Toutut-Picard (LREM).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la communauté d'agglomération du Muretain (CAM) devenue Le Muretain Agglo fin 2015.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 2 500 habitants et 3 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt trois[6],[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1978 Jacques Pons[8]    
en cours Alain Delsol CPNT Agriculteur
Réélu en 2008[9]et 2014[10]
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

  • Élection municipale de 2014

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12]. En 2016, la commune comptait 2 958 habitants[Note 1], en augmentation de 9,96 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
483424451569530550592611606
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
553536590527528529557525503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
484520521519505502504464487
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5631 0411 1261 2891 5171 9432 2762 6732 841
2016 - - - - - - - -
2 958--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[15] 1975[15] 1982[15] 1990[15] 1999[15] 2006[16] 2009[17] 2013[18]
Rang de la commune dans le département 72 72 89 87 82 78 74 76
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture basée sur la culture de céréales (maïs, blé…) a encore une place importante mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine. L'artisanat ainsi que le commerce y sont bien représentés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.

L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Lavernose est une église du XIIe siècle. L’évêque du Comminges la consacre en 1136 et la place sous le vocable de saint Pierre et saint Paul le 6 des calendes de mai. Le reliquaire se trouve dans le pilier du milieu, postérieur à la Révolution.

En 1259, une bastide se forme autour de l’église. La tour se bâtit au XIXe siècle avec un escalier d’accès au clocher qui auparavant passait à l’intérieur. Le plafond et la charpente datent du XVIe siècle.

Forte construction massive à l’extérieur, elle est doublée de contreforts qui partent de la base et s’élèvent jusqu’à la toiture. Ses bas côtés sont à la hauteur de la nef, principale particularité de la région.

D’architecture byzantine, elle possède 3 nefs à 5 travées terminées par une abside entourées d’absidioles. Les voûtes datent de 1827 et reposent sur 12 piliers et 14 pilastres. Les 4 premiers piliers soutiennent la voûte du clocher, les 4 derniers sont à colonnes couronnées d’élégants chapiteaux. L’harmonie est réussie.

Le portail apparaît à voussure en plein cintre sans tympan. Sur les façades ouest et nord, on remarque des chrismes (symboles chrétiens sculptés). Les peintures du XIXe siècle représentent la religion de l’époque.

Les ouvertures furent agrandies aux XVIIe et XVIIIe siècles, la sacristie construite au XIXe siècle ainsi que les collatéraux[19].

La mairie[modifier | modifier le code]

Mairie de Lavernose.

Dès 1594, le château de Lavernose est mentionné dans des pièces d’archives relatives aux guerres de religion. Il appartient sous l’Ancien Régime aux Durand de Rivalet puis à la marquise Descodeca de Boisse. Très endommagé pendant la Révolution, il est racheté en 1822 par Ambroise Campardon, puis restauré par son fils Raymond.

En 1956, les descendants de la famille Campardon le vendent à la municipalité qui le transforme en mairie.

Les parties basses des tours du porche d’entrée présentent des bouches à feu et un encorbellement de la fin du XIXe siècle, avec un décor en terre cuite de la maison Virebent qui présente des antéfixes, une balustrade et un panneau à enroulements, des feuilles d'acanthe et des personnages mythologiques.

La chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion 1817[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion.

Dédiée à Notre-Dame de la Compassion, la chapelle est signalée dans diverses archives dès le XVIIe siècle, mais est sans doute largement antérieure. L’édifice de l’Ancien Régime ne survit pas aux décrets de la Révolution qui ordonnent de ne conserver qu’une église par paroisse.

La chapelle, telle qu’elle est conservée et qui porte au-dessus de la porte d’entrée la date de 1817 est entièrement reconstruite au début de la Restauration, d’abord sur un plan rectangulaire, puis en 1853 sur un plan cruciforme. Sa façade présente une niche abritant une statuette de la Vierge en terre cuite et se termine par un petit clocheton[19].

Débutés en 2002, les travaux de restauration sont terminés. Après de longs mois derrière les échafaudages, notre chapelle du quartier Saint-Hubert renaît de ses vieux crépis. Les éléments extérieurs de décoration (cloche, statue de la Vierge, porte d’entrée) ont été remis en état par des personnes bénévoles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lavernose-Lacasse Blason Tiercé en pairle: au 1er de sable à la croix cléchée et pommetée de douze pièces d'or et remplie de gueules, au 2e d'azur à la branche renversée de vergne (aulne) au naturel, au 3e d'or à la branche renversée de chêne au naturel.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lavernose-Lacasse fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par le groupe scolaire Henri Trentin école maternelle et école primaire. Pour le collège soit sur la commune du Lherm soit de Noé et pour les lycées sur la commune de Muret

Culture[modifier | modifier le code]

Médiathèque[20], foyer rural,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Club de badminton, basket, et un club de football partagé avec Lherm, 12e étape du Tour de France 2019,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d'agglomération du Muretain[21].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. [1]
  4. a et b « Géorisques | Mieux connaître les risques sur le territoire », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le 6 décembre 2018)
  5. http://www.lavernose-lacasse.fr/index.php/patrimoine/histoire-du-village
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031287.html.
  8. « Lavernose-Lacasse. Lotissement communal et château : deux inaugurations », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
    « La salle Jacques Pons rendant hommage à notre ancien maire de 1978 à 2001, aura sa plaque dévoilée à cette occasion »
  9. « Lavernose-Lacasse. Alain Delsol réélu haut la main », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  10. « Lavernose-Lacasse. Les remerciements du maire Alain Delsol », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. a et b http://www.lavernose-lacasse.fr/index.php/patrimoine/monuments
  20. http://mediatheque-lavernose-lacasse.fr/s/search.php?action=Accueil
  21. http://www.agglo-muretain.fr/fr/habiter-vivre/environnement-dechets/l-actualite-dechetteries.html

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.