Roquettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Roquettes
Roquettes
L'église Saint-Bruno.
Blason de Roquettes
Blason
Roquettes
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Intercommunalité Le Muretain Agglo
Maire
Mandat
Michel Capdecomme
2020-2026
Code postal 31120
Code commune 31460
Démographie
Gentilé Roquettois, Roquettoises
Population
municipale
4 049 hab. (2017 en diminution de 3,43 % par rapport à 2012)
Densité 1 205 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 00″ nord, 1° 22′ 02″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 163 m
Superficie 3,36 km2
Élections
Départementales Canton de Portet-sur-Garonne
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Roquettes
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Roquettes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roquettes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roquettes
Liens
Site web Site de la ville de Roquettes

Roquettes est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Roquettois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse, située dans son pôle urbain, sur la Garonne en rive gauche, entre Toulouse et Muret.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Roquettes est limitrophe de quatre autres communes.

Communes voisines.


Communes limitrophes de Roquettes[1]
Roques               La Garonne                Pinsaguel
Roquettes[1]
Saubens Pins-Justaret

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Garonne qui longe la commune dans sa partie nord-ouest en lui servant de frontière naturelle avec la commune de Roques, ainsi que par le Ruisseau de l'Ousse un de ses affluents qui traverse la commune dans le sens sud sud-ouest au nord nord-est[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Roquettes est établie sur la première terrasse de la Garonne Garonne et Ariège.

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Accès par la route départementale RD 820.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne 317 du réseau Tisséo relie le centre de la commune à la gare de Portet-Saint-Simon ou à la gare de Muret, toutes deux desservies par la ligne D en direction de Toulouse-Matabiau.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du VIIe siècle, Clovis III donne à Germier, évêque de Toulouse, une propriété à Rozinhac entre Ox et Frouzins. Ce findus est à l’origine de la seigneurie de Muret qui s’étend au XIIe siècle jusqu’en amont du confluent à Roques. Le mariage de Bernard Ier de Comminges et de Dias de Muret en 1120 fait passer la seigneurie muretaine dans le comté de Comminges. Au XIVe siècle et au XVe siècle, la châtellenie de Muret est un ensemble administratif comprenant plusieurs communautés sur lesquelles le comte de Comminges possède des droits directs. Un inventaire datant de 1336 indique son étendue : elle englobe Muret, Saint-Amans, Labastide-de-Clermont, Roques, Labastidette, Rieumes et la métairie de Roquettes.

En 1534, Roquettes a un seigneur qui a nom Jean d'Olmières, peut-être Jean-Étienne d'Olmières, capitoul de Toulouse en 1503-1504, propriétaire de l'hôtel d'Olmières. Il possède une très large partie du terroir de la communauté, avec plusieurs métairies, au total 130 ha environ. La plupart des habitants travaillent sur le domaine du seigneur. On cultive surtout les céréales (80 ha), les vignes occupent 4 ha, les prés 6 ha, les bois 26 ha et les terres incultes 14 ha. Les vignes sont plantées d'arbres fruitiers, les prés de noyers. Les bois sont plantés de chênes. La friche la plus importante est une île sur la Garonne. Jean d'Olmières possède également une tuilerie, un moulin à blé, à deux roues et un autre moulin en « différend » avec Portet. Il a aussi un moulin à pastel, car on cultive le pastel à Roquettes depuis la fin du XVe siècle.

La date précise de l’édification du château est inconnue. Elle se situerait à la fin du XVIe siècle ou début du XVIIe siècle. Il est établi qu’en 1734 les Chartreux de Toulouse sont co-seigneurs de Roquettes. Cette communauté religieuse possède alors 145 arpents. À la Révolution française, les Chartreux sont propriétaires des métairies de Mailles, de Borde-Grosse et du Sarret ainsi que du moulin et d’un château au bord de la Garonne.

Durant le XIXe siècle, plusieurs familles toulousaines (Gavarret-Rouaix, d’Orgaix, Marestaing, Lauzun) se succèdent comme propriétaires du château, de Mailles et du Sarret. En 1901, la famille Paumès acquiert la métairie de Mailles et le château, qui est progressivement déserté.

En 1982, Étienne Paumès vend le château, alors très délabré à la commune de Roquettes, qui décide en 1986 de le réhabiliter. Dans le même temps, des recherches sont faites sur les origines de ce bâtiment et permettent d’avoir un aperçu du passé de la commune. Le centre socioculturel François Mitterrand est inauguré le .

Le retable de l'église Saint Bruno[modifier | modifier le code]

D'époque Louis XIII, le retable double face et le maître autel de l'église Saint Bruno, proviennent de l’église du couvent des chartreux de Toulouse, aujourd'hui église Saint Pierre, rue Valade, où il s’élevait à la croisée des deux nefs, sous le dôme. Il fut commandé par les pères Chartreux le sous le priorat de Jean de Revirie.

Il fut conçu et réalisé par Jacques de la Carrière, maître peintre de la ville de Toulouse « lequel a entrepris de faire pour la vénérable Chartreuse un tabernacle en bois de noyer de dix pans de hauteur et de six pans de largeur, avec huit faces d’ordre corinthien, huit colonnes avec frises, corniches et architraves. »

Le contrat fut passé et signé au domicile de Jean de Garra, bourgeois de Toulouse, donateur qui versa à ce moment la somme de 700 livres. Dans ce contrat, le peintre s’engageait à faire le tabernacle, et à peindre l’intérieur de la voûte, « le tout à la destrampe de belles et fines couleurs et doré à l’or fin ».

Le , un bail à besogne indique que ce premier travail va être augmenté, doré et polychromé par Pierre Launet, maître doreur. Cette transformation le laissa tel que nous le voyons aujourd'hui. De style baroque, il fait appel aux ornements dorés, aux colonnades de type corinthien ornées de têtes d'ange. Les parois latérales sont percées de niches pour la statue de Saint Bruno à droite et la statue d'une Vierge à L'Enfant à gauche.

En 1780, il fut transporté à Roquettes par les pères Chartreux lors de la réfection du chœur de l'église Saint Pierre. Il a été restauré en 1959. r Le retable de Roquettes a été classé par arrêté du .

L'église Saint Bruno et le retable sont ouverts au public tous les ans à l'occasion des Journées du Patrimoine (septembre), grâce à l'action de l'Association Roquettoise Culture Environnement et Patrimoine (ARCEP).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 3 500 habitants et 4 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de vingt-sept[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la neuvième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté d'agglomération du Muretain et du canton de Portet-sur-Garonne.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1983 Jean Suquet    
1983 1996 Guy Négrail DVG  
1996 2020 Michel Perez PS Retraité
2020 En cours Michel Capdecomme DVD  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2017, la commune comptait 4 049 habitants[Note 1], en diminution de 3,43 % par rapport à 2012 (Haute-Garonne : +6,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
150154186275178221204189201
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
195161161144140126124133140
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
136134130117125129119136168
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1852344932 2002 8013 2853 4163 6124 176
2017 - - - - - - - -
4 049--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 284 145 47 49 46 54 57 55
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Roquettes fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par le groupe scolaire[13],(école maternelle et école élémentaire).

Culture[modifier | modifier le code]

Moulin de Roquettes, par Eugène de Malbos, lithographie vers 1840

Roquettes fait preuve depuis longtemps d'une politique culturelle dynamique et ambitieuse pour un village de sa taille. Les évènements culturels emblématiques récurrents sont :

  • Le Marché de Potiers de Roquettes : marché de céramistes, qui se démarque par la présence d'un espace culturel dédié pour une part à l'histoire de la céramique et à ses différentes techniques et pour une autre part aux ateliers manuels destinés aux enfants. Le marché accueille chaque année une quarantaine d'exposants venant de tout le sud de la France, parfois de l'étranger. Le marché de potiers de Roquettes fête sa 20e édition en 2015. Il se déroule traditionnellement au mois de Novembre.
  • Le Festival de Cultures du monde UNITERRE : lancé en 2015, il regroupe de nombreuses animations (expositions, concerts, conférences, ateliers...) autour d'une thématique culturelle focalisée sur une région du monde (l'Afrique Noire pour la première édition, en 2015). Le festival se déroule annuellement sur les mois de février, mars et avril.
  • Le Festival d'astronomie ASTR'ROQUETTES : lancé en 2012, cet évènement bi-annuel est destiné au grand public et tend à faire découvrir aux non connaisseurs les domaines scientifiques liés aux sciences de l'Univers, notamment par l'initiation à l'observation astronomique nocturne et diurne. L'ensemble des animations proposées dans le cadre du festival est accessible à tous ages et gratuit. Le festival a lieu généralement fin Septembre les années paires.
  • Médiathèque, centre socioculturel.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Roquettes possède un club de basketball: le BCR (Basket Club Roquettes), de football: le FCR (Foot Club Roquettes) et de rugby à XV : le Sporting Club, d'Aïkido, de cyclotourisme, de gymnastique, de judo, de musculation, de pétanque, de tennis[14].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d'agglomération du Muretain[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Roquettes Blason
D'or à l'arbre de sinople au lévrier de sable, colleté d'argent passant et brochant sur le fût de l'arbre; au chef ondé d'azur chargé d'un roc d'échiquier d'or accosté de deux roues de moulin du même remplies de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
logo de la Mairie de Roquettes

Le logo appartenant à la nouvelle charte graphique de la Mairie de Roquettes a été présenté en . Il reprend comme éléments graphiques la croix occitane, marquant l'appartenance de Roquettes au Pays Toulousain et à son histoire, ainsi que les branches d'ormeau, héritées du blason historique, et marquant le caractère rural de la commune. Les trois couleurs vert, bleu et ocre évoquent respectivement la nature, la Garonne qui borde le village, et la brique de Toulouse qui est l'élément principal de construction des bâtiments emblématiques de la commune.

La devise de la commune, figurant sur l'héraldique exposée en salle des mariages de la Mairie, est :

"Entre Ariège et Garonne, tu étonnes !"

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher de l'église Saint Bruno
  • Église Saint-Bruno, son retable date du XVIIe siècle. Lors de la restauration du chœur de l'église Saint-Pierre des Chartreux de Toulouse en 1780, le retable fut transféré à l'église Saint-Bruno[16].
  • Le Château Roquette - Il est devenu le Centre socio-culturel François Mitterrand
  • Ancien moulin
  • Espace Jean-Ferrat (salle de concert et maison de la petite enfance)
  • Médiathèque de Roquettes (ouverture en 2016)
  • Musée du foie gras

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. http://services.sandre.eaufrance.fr/Courdo/Fiche/client/fiche_courdo.php?CdSandre=O0980510
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. https://elections.interieur.gouv.fr/municipales-2020/031/031460.html
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. http://www.roquettes.fr/Enseignement
  14. https://www.roquettes.fr/fr/vie-associative/associations-sportives.html
  15. http://www.agglo-muretain.fr/fr/habiter-vivre/environnement-dechets/l-actualite-dechetteries.html
  16. « Roquettes. A découvrir lors des journées du Patrimoine », sur ladepeche.fr (consulté le 28 mars 2020)