Frouzins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frouzins
L'église Saint-Germier.
L'église Saint-Germier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Muret
Canton Muret
Intercommunalité Le Muretain Agglo
Maire
Mandat
Alain Bertrand
2014-2020
Code postal 31270
Code commune 31203
Démographie
Gentilé Frouzinois
Population
municipale
8 815 hab. (2014en augmentation de 16.22 % par rapport à 2009)
Densité 1 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 02″ nord, 1° 19′ 32″ est
Altitude Min. 157 m – Max. 176 m
Superficie 7,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Frouzins

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Frouzins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frouzins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frouzins
Liens
Site web Site officiel

Frouzins (en occitan Frosins) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Frouzinois et les Frouzinoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain, à 15 km au sud-ouest de Toulouse et à 8 km au nord et Muret.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Frouzins
Plaisance-du-Touch Villeneuve-Tolosane
Fonsorbes Frouzins Roques
Seysses

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Ousseau (affluent du Touch), le Ruisseau de la Saudrune et son affluent le Roussimort ainsi que par le canal de Saint-Martory.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune de Frouzins est établie sur la deuxième terrasse de la Garonne, dans la plaine toulousaine de la Garonne.

La superficie de la commune est de 791 hectares ; son altitude varie de 157 à 176 mètres[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Plusieurs lignes de bus Tisséo relient la commune au métro toulousain :

  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse57​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Basso-Cambo jusqu'à l'avenue Jean-Pierre Sabatier au nord de la commune en passant par le centre-ville ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse58​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Basso-Cambo jusqu'à Seysses et Muret en passant par l'avenue des Pyrénées, à l'est de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Frouzins[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Frouzins successifs sont François Barravi, capitoul en 1324 et 1329, également seigneur de Villeneuve ; en 1472, Antoine Inardi ; en 1503, les héritiers de Raymond-Arnaud de Belveser ; en 1518, Géraud d'Amiel, capitoul en 1496 ; en 1522, Antoine Ynard.
Le cardinal Jean Bertrand était seigneur de Frouzins en 1540, alors châtellenie de Muret, en Comminges[2], dans le diocèse de Rieux[3]. Jean de Maynial, avocat de Toulouse, la rachète 6 000 livres à ses héritiers, et bâti un château seigneurial sur la route de Plaisance. En 1616, il cèdera une partie de Frouzins, le vieux château du village avec des terres et un pigeonnier, à Bernard de La Roche-Flavin (1552-1627), président aux requêtes du parlement de Toulouse[3].
En 1742, Pierre-François Dumay, chanoine de l'église Saint-Sernin de Toulouse, rend hommage au roi pour la partie de Frouzins, achetée précédemment à Joseph de Maynial-Latomy.
René-Bernard de Gaillard, seigneur de Frouzins, est capitoul en 1744. Sa famille rebâtit le château seigneurial, route de Plaisance. Connu aujourd'hui sous le nom de « château des Demoiselles ». Pendant la Terreur, Jean-Louis-René de Gaillard, conseiller au Parlement de Toulouse, est inquiété comme de nombreux parlementaires. En 1794, il est arrêté et emprisonné dans la prison de la Visitation, puis emmené à Paris où il est jugé, condamné et guillotiné, place de la Révolution, le 14 juin de cette année[4].
Germaine, sœur de Bernard de La Roche-Flavin, fut la mère d'Antoine de Montbel, propriétaire de la terre où se trouve actuellement le « château de Montbel ». Ce dernier fut par la suite la propriété du comte Alfred d'Antras qui s'y maria avec Léonie Marestaing.

Saint Germier à Frouzins[modifier | modifier le code]

Une tradition dit que saint Germier, se rendant à Ox, traversa Frouzins par le chemin près du cimetière, et qu'aussitôt des fleurs poussèrent sur son passage.
Une chapelle lui fut dédiée au centre du cimetière, aujourd'hui en ruine. Et le chemin prit le nom des Rameaux[5].

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Village rural jusqu'à l'après-guerre, Frouzins connaîtra une mutation au cours des années 1970 comme tout l'espace péri-urbain toulousain en se transformant en commune résidentielle. L'installation d'une classe moyenne extérieure à la commune fut facilitée par la construction de zones pavillonnaires initiée par des promoteurs immobiliers (Malardeau...) entrainant une explosion démographique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt neuf[6],[7].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la sixième circonscription de la Haute-Garonne, du Muretain Agglo et du canton de Muret. Avant le 1er janvier 2017 Frouzins faisait partie de la communauté de communes d'Axe-Sud.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 en cours Alain Bertrand PS Retraité de la DDASS, conseiller général (1998-2015)[8], vice-président du conseil général.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 8 815 habitants, en augmentation de 16,22 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
129 472 488 486 487 471 483 543 546
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
531 523 533 497 522 549 577 527 486
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
476 424 421 374 344 391 408 454 570
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
683 1 273 2 155 3 194 3 941 5 936 6 327 7 585 8 815
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 53 40 31 32 23 28 27 23
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège Pablo-Picasso, à Frouzins.
  • Collège Pablo-Picasso.
  • École maternelle George-Sand.
  • École primaire Anatole-France.
  • Groupe scolaire Pierre-et-Marie-Curie.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Football, rugby, basket, arts martiaux, judo, gymnastique, danse, tennis de table,

Équipement sportif[modifier | modifier le code]

Terrain de football, terrain de rugby, court de tennis extérieurs et couvert, gymnase, boulodromes couverts et extérieurs, dojo, salle multi activité, salle de danse G Berdeil, city parc[17]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes d'Axe-Sud[18]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pigeonnier de Frouzins

Associations[modifier | modifier le code]

60 associations y existent en fin 2015[22].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

En septembre 2005, la médiathèque municipale a été inaugurée dans de nouveaux locaux, face à la mairie, sur la place de l'Hôtel de ville[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. René Souriac, Décentralisation administrative dans l'Ancienne France : autonomie commingeoise et pouvoir d’État, 1540-1630, Association Les Amis des archives de la Haute-Garonne, 1992, p. 179
  3. a et b Société des études du Comminges, Revue de Comminges, vol. 21 à 22, 1906, p. 83
  4. Jules Chalande, « Histoire des rues de Toulouse », Mémoires de l'Académie des Sciences et Belles-Lettres de Toulouse, 11e série, tome III, Toulouse, 1915, p. 131.
  5. Adrien Salvan, Histoire générale de l'église de Toulouse, vol. 1, 1re partie - Temps anciens, 1856, p. 231 note 1
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031203.html.
  8. Article de la Dépêche du Midi du 19/02/2008 « Alain Bertrand dévoile sa liste «Frouzins d'abord» »
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. http://www.mairie-frouzins.fr/fr/urbanisme-travaux/les-installations-sportives.html
  18. www.axe-sud.fr/La-collecte-des-dechets-menagers,47.html
  19. Notice no PA00094337, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Notice no PA00094336, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Frouzins. Le voile levé sur la plaque du pigeonnier », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  22. http://www.mairie-frouzins.fr/fr/urbanisme-travaux/les-associations.html
  23. Médiathèque municipale