Keiko Nakano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Keiko Nakano
Image illustrative de l'article Keiko Nakano

Nom(s) de ring Bull Nakano
Taille 1,70 m
Poids a varié de 60 à 118 kg
Naissance (48 ans)[1]
Kawaguchi, Drapeau du Japon Japon[1]
Débuts 23 septembre 1983[1]
Fin 8 janvier 2012
Fédération(s) WWE, WCW

Keiko Nakano (ブル中野, Nakano Bull?), née le à Kawaguchi au Japon[1], est une golfeuse professionnelle japonaise, auparavant catcheuse professionnelle sous le nom de Bull Nakano.

Carrière au catch[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses jeunes filles japonaises à la fois issues de familles pauvres et en échec scolaire, Keiko Nakano postule dans une fédération de catch à l'aube de l'adolescence. Très rapidement, son habileté et sa férocité au combat la font remarquer. Sous le patronage de Dump Matsumoto (alors véritable terreur de la discipline), Keiko arbore des coupes de cheveux agressives, des tenues extravagantes et se construit un personnage de barbare incontrôlable sur les rings. À 18 ans, "Bull" Nakano remporte le titre par équipe de la WWWA World Heavyweight Championship avec son mentor. Les deux lutteuses font même une apparition remarquée à la WWF, aux Etats-Unis, en 1986.

La retraite de Dump Matsumoto permet à Bull Nakano de devenir la principale "méchante" du catch féminin japonais. Progressivement, la jeune lutteuse adopte le look qui va devenir sa marque de fabrique : tee-shirt de heavy metal déchiré et cheveux longs teints en bleu et maintenus à la verticale à grands coups de spray. À cette époque, Bull s'entraîne également avec une jeune catcheuse tout aussi féroce : Erika Shishido (la future Aja Kong). Lassée de végéter dans l'ombre de son aînée, cette dernière finit par rejoindre une autre écurie à la fin de l'année 1989...

La carrière de Bull Nakano prend une tout autre dimension lorsqu'elle conquiert le titre individuel de la WWWA en Janvier 1990. Sa férocité et sa résilience lors des combats homériques qui l'opposent aux redoutables Aja Kong et Monster Ripper, ainsi que son look et son poids impressionnants (jusqu'à 118 kg), en font une véritable icône au Japon. Surnommée la "Reine bleue", la championne remporte tous les défis que lui imposent les promoteurs (combats en cage contre Aja Kong ou contre 3 adversaires, combat à 4 à l'issue duquel les vaincues sont tondues par les vainqueurs, combat contre la meilleure catcheuse mexicaine, ...) : en près de 3 ans de règne, Bull Nakano ne concède qu'une seule défaite en solo, contre Akira Hokuto en juillet 1992.

Sa défaite contre Aja Kong le 26 novembre 1992 met fin à l'un des plus longs règnes, mais aussi à l'une des plus grandes rivalités du catch féminin japonais : dans les instants qui suivent le combat, les deux femmes submergées par l'émotion révèlent leur respect mutuel et se réconcilient après 3 années d'affrontements sauvages sur les rings. Après cette date, Bull laisse le champ libre à son ex-rivale, abandonne son rôle de personnage agressif, mais continue à vaincre tous les adversaires qu'on lui impose (comme Shinobu Kandori, qu'elle affronte dans un combat dans lequel les deux adversaires se battent en étant reliées par une chaîne métallique attachée au poignet !).

En 1994, sa carrière rebondit lorsque Vince McMahon lui offre la possibilité de devenir la grande rivale d'Alundra Blayze, championne d'une division féminine de la WWF en train de renaître. D'abord présentée au public américain comme l'acolyte de Luna Vachon, la Japonaise remporte le titre le 20 novembre 1994 à Tokyo, avant de le perdre le 3 avril 1995. Dans les semaines qui suivent, la WWF met immédiatement fin au contrat de Bull lorsque celle-ci est surprise en possession de cocaïne. Nakano rejoint alors la New Japan Pro Wrestling (ce qui lui permet de combattre devant 150 000 spectateurs lors d'une exhibition à Pyongyang), puis la WCW, avant de quitter les rings sans avoir annoncé sa retraite, pour autant.

Cette retraite a finalement lieu le 8 janvier 2012 (le jour de son anniversaire) lors d'un show à Tokyo[2]. .

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Récemment mariée, elle possède un restaurant à Tokyo même. Elle a déménagé en Floride pour sa carrière de golfeuse au début des années 2000.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Prises de finition
  • Gullotine Legdrop
Prises favorites
  • Moonsault Press
  • Lariat
  • German Suplex
  • Flying Somersault Legdrop

Palmarès[modifier | modifier le code]

Carrière au golf[modifier | modifier le code]

Keiko Nakano commence une carrière de golfeuse en 1998[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Profil de Bull Nakano », sur Online World of Wrestling (consulté le 10 juillet 2009)
  2. Power Slam no 211 (p. 28-29)
  3. (en) « All Japan Singles Title », sur Wrestling Titles (consulté le 10 juillet 2009)
  4. (en) « All Pacific Title », sur Wrestling Titles (consulté le 10 juillet 2009)
  5. (en) « WWWA World Singles Title », sur Wrestling Titles (consulté le 10 juillet 2009)
  6. (en) « WWWA World Tag Team Title », sur Wrestling Titles (consulté le 10 juillet 2009)
  7. (en) « All Japan Women's Pro-Wrestling Hall of Fame », sur Puroresu Dojo (consulté le 10 juillet 2009)
  8. (en) « Japan Grand Prix Results 1980s », sur Pro Wrestling History (consulté le 10 juillet 2009)
  9. (en) « Women's Title History: Bull Nakano », sur World Wrestling Entertainment (consulté le 10 juillet 2009)
  10. (en) « Profil de Bull Nakano », sur Duramed FUTURES Tour (consulté le 10 juillet 2009)


Sur les autres projets Wikimedia :