Powerbomb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un powerbomb est une prise de catch et l'une des plus utilisées. Les powerbombs sont aussi utilisées dans les combats libres, notamment pour contrer des prises de soumission.

L'attaquant place la tête de son adversaire entre ses jambes, entoure son corps avec les bras, le soulève jusqu'aux épaules et le projette violemment au tapis sur ses épaules et son cou[1]. Elle a plusieurs variations.

Variantes[modifier | modifier le code]

Argentine Powerbomb[modifier | modifier le code]

L'attaquant place son adversaire en argentine backbreaker rack, puis il tourne l'adversaire en avant et s'assoit en faisant un powerbomb à l'adversaire. AJ Styles utilise actuellement cette prise.

Blue Thunder Bomb[modifier | modifier le code]

Cette prise consiste à soulever son adversaire avec un belly to back suplex puis l'attaquant entoure le corps avec un bras et l'autre bras s'occupe de la jambe, il le soulève vers le haut et fait tourner l'adversaire et le fait écraser vers le bas en se mettant dans une position assise comme dans un sitout powerbomb[2].

Buckle Powerbomb[modifier | modifier le code]

L'attaquant met son adversaire sur les épaules comme dans le powerbomb, mais au lieu de claquer l'adversaire directement vers le bas, il le projette dans un coin du ring. Cette prise est popularisée à la WWE par Shelton Benjamin et Seth Rollins.

Corner Pull Out Powerbomb[modifier | modifier le code]

Cette prise se fait sur un adversaire sur le coin du ring qui accroche ses mains aux cordes. Il faut prendre les deux jambes de l’adversaire puis les tirer en arrière pour soulever son adversaire et le jeter violamment tout en retombant assis comme un sit-out powerbomb. Cette prise est utilisé par Matt Hardy.

Crucifix Powerbomb[modifier | modifier le code]

Crucifix powerbomb.

L'attaquant se tient derrière l'adversaire, il se met dos à dos, attrape les deux bras de l'adversaire pour le soulever vers le haut (position en croix) ; puis l'attaquant tombe sur ses genoux, faisant alors chuter son adversaire vers le bas[2]. Le crucifix powerbomb fut popularisé par Scott Hall, qui nomma aussi cette prise Razor's Edge ou encore Outsider's Edge[2]. Hernandez l'utilise aussi sous le nom de Border Toss ainsi que Sheamus comme prise de finition avec comme nom "The High Cross".

Elevated Powerbomb[modifier | modifier le code]

Tout se déroule comme dans un powerbomb normal, mais au lieu de projeter la victime directement vers le bas depuis les épaules, il soulève l'adversaire le plus haut possible avant de le jeter au sol. The Undertaker a popularisé cette prise à partir du début des années 2000 lorsqu’il avait son gimick d’American Bad Ass. Il l’a appelé The Last Ride.

Falling Powerbomb[modifier | modifier le code]

C'est comme un powerbomb normal, sauf que l'attaquant retombe tout droit avec l'adversaire. Kane utilise cette prise.

Fireman's Carry Powerbomb[modifier | modifier le code]

Dans cette variante, il s'agit de mettre l'adversaire dans un Fireman's Carry et de le transformer dans un Powerbomb[2].

Ganso Bomb[modifier | modifier le code]

Traduit littéralement du japonais comme Originator Bomb ou aussi le powerbomb piledriver, en anglais, il se réfère plus habituellement sous le nom d'Original powerbomb. Cette prise consiste à faire pencher son adversaire en avant, à bloquer sa tête entre les jambes de l'attaquant, et à l'attraper par la taille pour le soulever verticalement (l'adversaire est donc à l'envers). Après, l'attaquant conduit le cou et les épaules de l'adversaire par terre en se mettant assis, à genoux ou en se tenant toujours debout. Cette prise est considérée comme une des plus dangereuses dans le catch, car comme la personne qui se fait prendre dans cette prise est dans une chute libre, elle tombe sur son cou et ses épaules sans protection. Cette prise est très similaire à certains piledrivers, à la différence qu'ici ce n'est pas la tête mais le cou et les épaules qui sont percutés. C’est l’une des prises les plus dangereuses du catch.

Gutwrench Powerbomb[modifier | modifier le code]

La Gutwrench Powerbomb (litt. « la bombe tord-boyaux ») consiste, pour l'attaquant, à se tenir devant l'adversaire, le faire se pencher en avant et entourer son corps de ses bras. L'attaquant lève ensuite violemment son adversaire vers le haut, le fait s'asseoir sur l'épaule de l'attaquant puis le projette tout de suite sur le tapis pour claquer le dos de l'adversaire en position de Powerbomb[3],[2]. Jack Swagger[3] l'utilise comme prise de finition, en la combinant à une Sit-down Powerbomb, car accompagnant l'adversaire au sol.

Kneeling Powerbomb[modifier | modifier le code]

Cette prise est un powerbomb qui consiste à faire tomber son adversaire au sol, tout en retombant sur les deux jenoux.

Leg Trapped Sunset Flip Powerbomb[modifier | modifier le code]

Cette prise consiste à bloquer ses jambes en dessous des bras de l’adversaire et d’effectuer un salto avant pour faire tomber l’adversaire et en retombant en étant assis. Cette prise est utilisé par John Cena et Rey Mysterio.

Multiple Powerbombs[modifier | modifier le code]

L'action se déroule comme dans un powerbomb normal, mais lorsque l'attaquant a écrasé l'adversaire par terre, celui-ci ne lâche pas la prise, attrape les mains de l'adversaire puis le soulève plusieurs fois et l'écrase, plusieurs fois par terre. Cette prise fut popularisée par Brock Lesnar, Ryback et Chris Jericho.

Pop-up Powerbomb[modifier | modifier le code]

La victime se fait projeter puis se fait soulever par son adversaire et se fait redescendre d'une manière violente au sol. Cette prise est utilisée par Kevin Owens.

Powerbomb Double Knee Backbreaker[modifier | modifier le code]

Tout se passe comme un Powerbomb normal, mais cette fois-ci, c'est la chute qui diffère : au lieu de le faire tomber sur le sol, l'attaquant se met dans une position assise et fait tomber le dos de son adversaire sur ses genoux. Cette prise est aussi appelée le lung blower powerbomb, le cruz control powerbomb, ou encore le sat bomb. Elle peut être aussi considérée comme un type de backbreaker. C'est la prise de finition de Tommasso Ciampa qu'il appelle Project Ciampa

Release Powerbomb[modifier | modifier le code]

L'action se déroule comme dans un powerbomb normal, mais au lieu de projeter l'adversaire violemment au tapis, le catcheur le lâche tout simplement pour qu'il chute sur le tapis. Cette variation fut popularisée aux États-Unis par Kevin Nash qui l'a nommé Jackknife.

Scoop Lift Powerbomb[modifier | modifier le code]

L'attaquant positionne l'adversaire en scoop puis le met sur ses épaules et lui fait un powerbomb.

Schoolboy Deadlift Powerbomb[modifier | modifier le code]

L'attaquant prend son adversaire avec un bras en schoolboy puis le projette violemment à terre. C'est la prise de finition du catcheur mexicain La Sombra.

Sit-out Crucifix Powerbomb[modifier | modifier le code]

Cette prise est pareil qu’un crucifix powerbomb mais au lieu de retomber sur les jenoux, l’attaquant retombe en étant assis. Cette prise est utilisé par Roman Reigns et Matt Hardy. Eddie Guerrero utilisait cette prise.

Sit-out Powerbomb[modifier | modifier le code]

Batista exécutant sa prise de finition Batista Bomb (sitout powerbomb) sur Finlay.

Appelé aussi Sitdown Powerbomb.

L'attaquant se met en position de powerbomb (l'adversaire sur les épaules) et le fait basculer vers l'avant, mais au lieu de le laisser tomber en restant debout l'accompagne dans sa chute et retombe sur les fesses. Son utilisateur le plus connu est Batista, qui la nomme Batista Bomb[3]. C'est également une prise utilisée par Jushin Liger (qui la nomme Liger Bomb), David Hart Smith (qui la nomme Bulldog Bomb), Awesome Kong (qui la nomme Awesome bomb), John Cena et Hamada. Ultimo Dragon utilise une variante, il fait un Slingshot puis un Sitout Powerbomb en courant. Cette prise est un de ses finishers.

Slingshot Powerbomb[modifier | modifier le code]

Cette prise consiste à faire un powerbomb mais au lieu de projecter l’adversaire au sol, l’attaquant fait rebondir l’adversaire sur la 3eme corde du ring et le projecte au sol.

Spiral Bomb[modifier | modifier le code]

L'attaquant soulève son adversaire sur les épaules comme dans un powerbomb normal, puis il tourne sur lui-même plusieurs fois et délivre un sitout powerbomb cette prise est aussi appelée le spinning powerbomb. Cette prise a été popularisée par la catcheuse Natalya, à ses débuts.

Spin-out Powerbomb[modifier | modifier le code]

Appelé aussi Blue Thunder Driver, créé par Jun Akiyama. C'est un belly to back powerbomb, comme dans un belly to back suplex, l'attaquant met sa tête sous le bras de l'adversaire, entoure le corps avec un bras et l'autre bras s'occupe de la jambe, il le soulève vers le haut et fait tourner l'adversaire et le fait écraser vers le bas en se mettant dans une position assise comme dans un sitout powerbomb[2].

Mais il existe une variation de John Cena (Protobomb / Protosuplex), où tout est comme dans un spin-out powerbomb sauf que l'attaquant ne se met pas dans une position assise et claque le dos de son adversaire dans un genre de side slam (vers le côté).

Sunset Flip Powerbomb[modifier | modifier le code]

L'attaquant monte sur la troisième corde et saute par-dessus son adversaire, qui se trouve à ce moment sur la seconde corde, et l'attrape au niveau de l'abdomen pendant son saut. Il projette ensuite son adversaire vers le sol avant son atterrissage. Cette prise a été popularisée notamment par Mascarà Dorada. Cette prise peut également s'effectuer sur le ring après avoir contré une prise.

Super Bomb[modifier | modifier le code]

Cette prise consiste à faire un powerbomb depuis la 2ème ou la 3ème puis le jeter violament au sol.

Thunder Fire Powerbomb[modifier | modifier le code]

Cette prise consiste à faire un canadian backbreaker puis a projecter son adversaire violamment au sol sur le dos.

Tiger Driver[modifier | modifier le code]

Cette prise est aussi appelée Butterfly powerbomb ou TigerBomb. L'attaquant se tient devant son adversaire, il applique un double underhook, le soulève vers le haut. Tandis que l'adversaire est en l'air, l'attaquant déplace ses bras pour les placer autour des jambes, puis enfin il claque l'adversaire vers le bas. Cette prise est actuellement utilisée par Chavo Guerrero. C'était la prise de finition de Steeve Williams. Jonaf the King of Destruction de la DGF l'utilise sous une variante appelée Jonaftaggerbomb.

Vertical Suplex Powerbomb[modifier | modifier le code]

Aussi connu sous le nom de Orange Crush, l'attaquant porte un suplex normal et pousse le dos de son adversaire de sorte qu'il tombe. Enfin, l'attaquant se met dans une position assise tout comme dans une sitout powerbomb. C'est la prise de finition de Kenta Kobashi, son créateur, qu'il nomme Orange Crush. Certains catcheurs, comme El Generico, utilisent une variante où ils appliquent un Double Pumphandle, soulève leurs adversaires pour les mettre en vertical suplex position (la position ressemble alors à celle du Voodoo Drop de Roxxi) et déclenche le Orange Crush ensuite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « How to Perform a Powerbomb », sur About.com (consulté le 12 septembre 2015)
  2. a b c d e et f (en) « Professional Wrestling Moves: Part 1 - Powerbomb », sur deathvalleydriver.com (consulté le 14 novembre 2009)
  3. a b et c « Numéro spécial : Prises de finition », Top Catch, no 2,‎ , p. 34 (ISSN 1968-9454)