Patrice Bessac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Patrice Bessac
Illustration.
Patrice Bessac en 2021.
Fonctions
Président de l'EPT Est Ensemble
En fonction depuis le
(2 ans et 25 jours)
Prédécesseur Gérard Cosme
Maire de Montreuil
En fonction depuis le
(8 ans, 3 mois et 30 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Dominique Voynet
Porte-parole du Parti communiste français

(16 ans, 4 mois et 9 jours)
Avec Olivier Dartigolles
Conseiller régional d'Île-de-France

(11 ans, 8 mois et 15 jours)
Élection 28 mars 2004
Réélection 21 mars 2010
Biographie
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Agen (Lot-et-Garonne)
Nationalité Française
Parti politique PCF

Patrice Bessac, né le à Agen, est un homme politique français.

Membre du Parti communiste français depuis 1997, il entre au comité national de ce parti en 2000 et en est le porte-parole de 2006 à 2017.

Il est conseiller régional d'Île-de-France de 2006 à 2015. Maire de Montreuil depuis 2014, il est élu président de l'établissement public territorial Est Ensemble en .

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Responsabilités au PCF[modifier | modifier le code]

Patrice Bessac adhère en 1997 au PCF, alors qu'il est étudiant en philosophie à Toulouse.

Après ses études, il devient collaborateur au Parlement européen, en 1999, puis attaché de presse de Marie-George Buffet après le XXXIe congrès en 2001, au cours duquel celle-ci est élue secrétaire nationale du parti.

Parallèlement, Patrice Bessac anime le collectif de lutte contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle du comité national, avant d'entrer au conseil national en 2000[1], lors du congrès de Martigues, puis au comité exécutif national en 2005.

Lors du XXXIIIe congrès en 2006, Patrice Bessac est élu secrétaire de la fédération de Paris ainsi que porte-parole du PCF chargé des questions relatives à l’Europe, au monde, à la politique économique et à l'environnement, puis à la direction collégiale au congrès suivant, chargé de la formation, des expérimentations et des transformations du PCF. Il demeure porte-parole jusqu'en 2017[2].

Pendant la campagne de Marie-George Buffet pour l'élection présidentielle de 2007, il coanime le pôle Communication.

Patrice Bessac dirige depuis 2011 la revue du Parti communiste français, Revue du projet.

Au XXXVIe congrès du PCF, en 2013, il est réélu au comité exécutif national du parti ainsi qu'à sa coordination.

De à , Patrice Bessac préside l'Association nationale des élus communistes et républicains[3],[4].

Conseiller régional[modifier | modifier le code]

Il est élu sur la liste « gauche populaire et citoyenne », menée par Marie-George Buffet, lors des élections régionales de 2004 en Île-de-France.

Lors des élections régionales de 2010, il est candidat sur la liste parisienne du Front de gauche, au premier tour. Puis, à la suite de la fusion des listes de gauche, il se retrouve sur la liste menée par Jean-Paul Huchon dans le département de la Seine-Saint-Denis, où il est réélu conseiller régional.

Lors de la campagne des municipales 2014, Patrice Bessac signe la charte d'Anticor, et s'engage donc à ne pas cumuler de mandats[5]. Le , Anticor lui adresse un courrier lui demandant de respecter sa signature et de démissionner de son mandat de conseiller régional[6]. Pour les élections régionales de 2015, il figure en position non éligible (avant-dernière position) sur la liste menée par Clémentine Autain[7].

Maire de Montreuil[modifier | modifier le code]

Patrice Bessac (au centre) le [8].

Candidat aux élections municipales de Montreuil de 2014, Patrice Bessac conduit la liste du Front de gauche « Montreuil avenir » qui obtient 18,8 % au premier tour, arrivant deuxième derrière celle de Jean-Pierre Brard, ancien maire communiste de la commune. Après fusion avec la liste du candidat écologiste Ibrahim Dufriche (15,25 %) et celle du socialiste Razzy Hammadi (9,8 %), la liste est élue au second tour le avec 37,06 % des voix en quadrangulaire contre Jean-Pierre Brard (dissident PCF) 35,39 %, Manon Laporte (UMP) 18,14 % et Mouna Viprey (DVG) 9,39 %[9]. Le , Patrice Bessac est élu maire de la ville par le nouveau conseil municipal[10].

En , il opère un remaniement de son équipe municipale en redistribuant les délégations de ses adjoints écologistes[11]. Il lui est reproché une pratique de favoritisme et l'opacité des financements[12].

En , Patrice Bessac dénonce dans une lettre adressée au Président François Hollande les conséquences négatives pour les communes et pour l'économie nationale qu'entraîne la réduction des dotations de l'État aux collectivités locales[13].

À la veille du 100e congrès des maires de France de , Patrice Bessac dénonce à nouveau le manque de moyens financiers dont souffrent les communes et souligne la nécessité pour les maires de se faire entendre du gouvernement[14],[15].

En , l'association Anticor décerne un « feu rouge » au maire de Montreuil pour non-respect de ses engagements et manque de transparence de sa gestion financière[16]. Est notamment visé le recours au fonds de dotation Montreuil solidaire[17].

Patrice Bessac est président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier Intercommunal (CHI) André Grégoire, membre du Bureau de l’Etablissement public territorial Est-Ensemble et Conseiller Métropolitain, membre de la commission finances de la Métropole du Grand Paris.

Il est également vice-président de France urbaine, vice-président de l’association Ville et Banlieue de France, membre titulaire du conseil d’administration de l’AMIF, vice-président de l'Association des maires de grandes villes de France (AMGVF).

Pour les municipales de 2020, Patrice Bessac brigue un deuxième mandat, avec le soutien du Parti socialiste[18], de La France insoumise et de plusieurs autres organisations de gauche[19]. La liste qu'il conduit l'emporte au premier tour avec 51 % des suffrages exprimés, dans un contexte de forte abstention (66 %) que peuvent expliquer les annonces concernant le coronavirus[20].

Président d'Est Ensemble[modifier | modifier le code]

Le , il est élu président d'Est Ensemble face au socialiste Gérard Cosme[21].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Patrice Bessac est ouvertement homosexuel[22],[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de M. Patrice BESSAC », sur lesbiographies.com, .
  2. « Seine-Saint-Denis. Municipales 2020 à Montreuil : le maire Patrice Bessac officiellement candidat », sur actu.fr, .
  3. Julia Hamlaoui, « Anecr. Une association renouvelée pour une gauche debout », sur L'Humanité, (consulté le ).
  4. Cédric Clérin, « Ian Brossat : « Les élus communistes sont des élus différents des autres » », sur L'Humanité, (consulté le ).
  5. « Communiqué N°2 d’ANTICOR 93 », (consulté le ).
  6. « L’association Anticor enjoint à Patrice Bessac de respecter son engagement de non-cumul des mandats | Comite des Citoyens Montreuillois », sur www.cmontreuillois.fr, (consulté le ).
  7. « Régionales : Clémentine Autain, tête de liste du Front de gauche dans le 93 », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  8. Jour oû il réquisitionne les locaux vides de l'Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) pour y abriter des travailleurs migrants logés dans un foyer jugé « indigne ». (cf.: l'article du Point))
  9. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Seine-Saint-Denis (93) - Montreuil, site du Ministère de l'Intérieur
  10. Sylvain Morvan, « Municipales à Montreuil: l'étonnante ascension du discret Patrice Bessac - À 35 ans, Patrice Bessac devient le maire de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Sérieux et appliqué, ce communiste a su se sortir d'une lutte âpre et fratricide à gauche. », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Rachid Laïreche, « Montreuil au bord de la fracture entre le maire et les écolos », sur Libération, (consulté le ).
  12. Jérémie Lamothe, « Montreuil : nouveau maire, vieilles recettes », sur Libération, (consulté le ).
  13. Gérald Rossi, « Patrice Bessac interpelle l’élysée : Dans une lettre à François Hollande, le maire (PCF) de Montreuil dénonce le désengagement financier de l’État et souligne combien les villes devraient être moteurs de la relance économique et de l’emploi. », l'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Olivier Morin, « Patrice Bessac. « Devant les tribunaux et dans la rue, il faut une révolte des maires » : À quelques jours du 100e congrès des maires, Patrice Bessac, maire PCF de Montreuil et président de l’Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr), ferme aujourd’hui les services publics locaux pour tirer la sonnette d’alarme. », l'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Martine Bréson, « "Nous ne pouvons pas nous laisser saigner dans le silence" : Patrice Bessac, maire (PCF) de Montreuil », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  16. « Bilan de la charte éthique pour les municipales 2014 », sur anticor.org,
  17. Hélène Haus, « Le fonds de dotation Montreuil solidaire bientôt gelé ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  18. « Municipales : l’actu du 23 janvier en Seine-Saint-Denis », sur Le Parisien, (consulté le ).
  19. « Municipales : l’actualité du 26 février en Seine-Saint-Denis », sur leparisien.fr, (consulté le ) : « Selon un sondage de l'Ifop publié ce mercredi par CNews et Sud Radio, la liste du maire sortant Patrice Bessac (PCF) de Montreuil - soutenue par le PS, LFI et Génération. S - arriverait en tête des intentions de vote au 1er tour des élections municipales avec 48 % des voix. ».
  20. « Résultat élection municipale 2020 Montreuil »,20 Minutes.
  21. Par Thomas PoupeauLe 10 juillet 2020 à 21h59, « Seine-Saint-Denis : Patrice Bessac (PCF) renverse le PS et prend la tête d’Est-Ensemble », sur leparisien.fr, (consulté le )
  22. Jean-Yves Le Talec, « Être homosexuel en politique. Entre nature et culture », La Revue, no 3, sur lrdb.fr, mis en ligne en août 2009.
  23. « Patrice Bessac : « Le parti communiste a changé » », sur Têtu, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :