Olivier Bianchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bianchi.

Olivier Bianchi
Illustration.
Olivier Bianchi en 2016.
Fonctions
Maire de Clermont-Ferrand
En fonction depuis le
(4 ans, 7 mois et 13 jours)
Prédécesseur Serge Godard
Biographie
Date de naissance (48 ans)
Lieu de naissance Paris, 11e
Nationalité Française
Parti politique PS

Olivier Bianchi, né le à Paris 11e, est un homme politique français. Membre du Parti socialiste, il est maire de Clermont-Ferrand depuis le 4 avril 2014 et président de Clermont Auvergne Métropole depuis le 22 avril 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'un père agent SNCF et d'une mère puéricultrice, il a vécu dans différentes villes (Mende, Marvejols, Sens, Langeac, Le Puy, Aurillac…) avant de s'installer à Clermont-Ferrand en 1988 pour ses études de droit[réf. nécessaire].

Marié et père d'un enfant, Olivier Bianchi se définit plutôt social-démocrate, proche de Manuel Valls et de François Hollande ; il était président Auvergne du Club Forum en 1989 (club rassemblant les jeunes proches de Michel Rocard, Premier ministre de l'époque)[réf. nécessaire].

Olivier Bianchi possède une maîtrise de droit public et un DEA de sciences politiques. Il a enseigné en tant que chargé de TD à l'université d'Auvergne[1] pendant dix ans[2].

Olivier Bianchi participe aux manifestations contre le Contrat d'insertion professionnelle, il est alors le président de l'Assemblée générale des étudiants de Clermont-UNEF-ID entre 1993 et 1994, à Clermont-Ferrand[1].

Entre 1995 et 2001, Olivier Bianchi est conseiller municipal de Clermont-Ferrand délégué à la jeunesse[1].

En 2004 il fait voter à l'unanimité le premier schéma culturel intercommunal.[réf. nécessaire]

En 2008, il est élu vice-président de Clermont Communauté et prend part au développement culturel de l'agglomération clermontoise. Il est président de la commission Culture de l'AdCF (Assemblée des Communautés de France) qu'il représente au Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC) auprès du ministre de la Culture.

En , il figure en 23e position sur la liste de Serge Godard[3], candidat PS à la mairie de Clermont-Ferrand. Après la victoire de ce dernier, il devient adjoint au maire chargé de la politique culturelle.

En 2010, il est élu président du conseil d'administration de l'École supérieure d'art de Clermont-Ferrand.

Pour préparer l'élection municipale de 2014, une primaire est organisée au sein du PS. Olivier Bianchi en sort vainqueur[4]. Donc en , il mène la liste de gauche lors de l'élection municipale. Sa liste obtient 31 % des suffrages exprimés au premier tour, ce qui le contraint à une fusion avec la liste Front de gauche (11,5 %) pour l'emporter au second tour[5]. La liste fusionnée remporte l'élection avec 47,82 %, en triangulaire face aux listes UMP et FN[6]. Olivier Bianchi est élu maire le 4 avril suivant, succédant à Serge Godard[7]

Il est élu président de Clermont Communauté, la communauté d'agglomération de Clermont-Ferrand, le 22 avril 2014[8].

Il est actuellement co président de la Commission Culture de l'Association des maires de grandes villes de France (AMGVF), ainsi que trésorier de la Fédération nationale des agences d'urbanisme (FNAU). Au titre de l'Association des maires de grandes villes de France, il siège au Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel (CCTDC) auprès de la ministre de la Culture.

Engagé dans les politiques publiques culturelles, il a été le premier[réf. nécessaire] à signer avec la ministre le pacte culturel. Il a lancé en 2015 les États généraux de la culture pour refonder le schéma de développement culturel et devant permettre à Clermont-Ferrand de devenir en 2028 la Capitale européenne de la culture.

Le 3 juillet 2015, il est élu président du conseil de surveillance au CHU de Clermont-Ferrand.

Le 17 décembre 2015, il annonce une hausse de la part municipale dans les impôts locaux et fonciers de 9 % pour 2016, promettant de ne plus augmenter les impôts pendant le reste de son mandat[9],[10].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

  • 1993-1994 : Président de l'Assemblée générale des étudiants clermontois AGEC-UNEF-ID
  • 1995 : Conseiller délégué à la jeunesse à la mairie de Clermont-Ferrand
  • 2001 - 2014 : Adjoint chargé de la politique culturelle à la mairie de Clermont-Ferrand
  • 2008 : Vice-président à Clermont Communauté et Président de la commission Culture de l'Assemblée des Communautés de France
  • 2010 : Président du Conseil d'administration de l'École supérieur d'art de Clermont-Ferrand
  • 2014 : Maire de Clermont-Ferrand et Président de Clermont Communauté.
  • 2015 : Président du conseil de surveillance au CHU de Clermont-Ferrand.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Biographie d'Olivier Bianchi Acteurs publics,
  2. Olivier Bianchi, portrait d'un candidat France3, 24 octobre 2013
  3. Résultats des élections municipales 2008
  4. AFP, Municipales à Clermont: le PS veut prolonger son règne, la droite divisée L'Express, 1er mars 2014
  5. Olivier Bianchi : les coulisses d'une élection La Montagne, 20 juin 2014
  6. Biographie d'Olivier Bianchi Le Point, 1er avril 2014
  7. Clermont-Ferrand résiste à la vague bleue Le Point, 31 mars 2014 « Olivier Bianchi accède certes à la mairie, mais avec le score le plus faible depuis la Seconde Guerre mondiale, et grâce au Front de gauche. »
  8. Claude Fallas, « Olivier Bianchi, nouveau président de Clermont Communauté », sur France 3 Auvergne,
  9. Claude Fallas, « Clermont-Ferrand : une hausse de 9 % des impôts locaux prévue en 2016 », France 3 Auvergne,
  10. Julien Dodon, « Clermont-Ferrand va augmenter ses impôts locaux de 9 % en 2016 », La Montagne,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Olivier Bianchi, les coulisses d'une élection [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Bianchi, « Mythes, légendes et représentations du syndicalisme étudiant : l'AGEC-UNEF entre mémoire et histoire », dans la revue Siècles, Cahiers du Centre d'Histoire Espaces et cultures - Université Blaise-Pascal 1998, p. 103-114.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]