Jeremiah (bande dessinée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeremiah.
Jeremiah
Série
Auteur Hermann
Genre(s) anticipation

Personnages principaux Jeremiah
Lieu de l’action États-Unis

Éditeur Dupuis
Collection Repérages
Première publication 1979
Nb. d’albums 34
Jeremiah
Personnage de fiction apparaissant dans
Jeremiah.

Naissance Bends Hatch
Origine États-Unis
Sexe Masculin
Activité Aventurier

Créé par Hermann
Séries Jeremiah

Jeremiah est une série de bande dessinée écrite et dessinée par Hermann.

Description et synopsis[modifier | modifier le code]

L'action se déroule aux États-Unis dans un futur indéterminé, environ 20 ans après une guerre généralisée entre les Blancs et les Noirs qui a détruit une grande partie de la civilisation. Le héros, Jeremiah, est un fils de fermier ; au départ naïf et inexpérimenté, il grandit et s'aguerrit au fil de la série en évoluant dans un univers post-atomique très chaotique (rappelant souvent le film Mad Max), tout en conservant certaines valeurs morales. Il est accompagné de Kurdy Malloy, un mercenaire sans foi ni loi, peu fiable et à la morale douteuse mais qui partage son refus viscéral de l'injustice. Le tandem est lié par des rapports d'amour-haine très perturbateurs.

Chaque album est une histoire indépendante mais, outre une réapparition de certains personnages tout au long de la série, on peut relier certains tomes entre eux. L'originalité de la série tient en ce que l'auteur tisse très souvent chaque tome à partir d'une histoire anecdotique et indépendante des personnages principaux pour aborder en toile de fond un thème de société important et raconter un épisode de la vie de Jeremiah et de Kurdy. Il est souvent arrivé que certaines des anecdotes n’interfèrent pas du tout avec l'histoire principale ou ne se résolvent pas, comme pour montrer que Jeremiah et Kurdy n'étaient que de passage et n'avaient que peu d'impact sur leur époque ou leur entourage. Le titre de chaque tome est d'ailleurs souvent présenté après quelques pages séparant ainsi l'anecdote de l'histoire principale.

On peut retrouver plusieurs thèmes récurrents et contemporains du XXIe siècle tout au long de la série : la corruption du pouvoir ou de la justice, le despotisme éclairé et la dictature, l'esclavagisme et les sectes, la drogue, l'individualisme, la pédophilie, le racisme ou l'univers mafieux. Les thèmes sont souvent abordés de façon violente, très cynique et en mi-teinte, s'éloignant de la mode du scénario manichéen souvent prisé dans les bandes dessinées : l'injustice perdure, le pouvoir corrompu est remplacé par un contre-pouvoir encore plus perverti et les « gentils » ne gagnent pas souvent. Le cynisme brutal de Kurdy ou le réalisme triste de Jeremiah sont utilisés pour souligner le peu de foi que l'auteur semble avoir pour l'espèce humaine : ils mettent beaucoup d'énergie à gagner de vaines batailles dans des guerres perdues d'avance.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Jeremiah : on le découvre dans le premier album, survivant du massacre de tout son village Bends Hatch. Il est candide, fleur bleue, fier et idéaliste au début tant il ne connait rien à la vie. Il évoluera au fil des épisodes, s'aguerrissant en gardant ses idéaux au départ, mais prenant beaucoup de libertés avec la moralité dans les derniers épisodes tant la vie l'a marqué au fer rouge : même s'il conserve toujours la volonté de défendre la veuve et l'orphelin ou l'opprimé, il devient parfois violent, soupe-au-lait, dragueur d'un soir, cynique et lucide. Courageux, cogneur sans pareil, bien moins bon tireur que Kurdy.
  • Kurdy Malloy : peut-être est-ce lui qui a corrompu Jeremiah ? On ne sait rien de lui si ce n'est quelques bribes éparses, vagues confidences au détour d'un chemin : un père alcoolique qui le battait et peut-être abusait-il de lui sexuellement. La vie a été dure avec lui et le seul moyen de s'en sortir a été d'être encore plus dur qu'elle : il est roublard, intéressé, cynique, froid, parfois insensible (sauf aux jolies filles et à l'argent). Néanmoins, on lui découvre souvent des traits positifs comme la compassion (envers Jeremiah souvent), la pitié et l'engagement pour de nobles causes. Courageux, tireur émérite, parfois cogneur comme Jeremiah, même si sa faible constitution le conduit à avoir le dessous lors des bagarres.
  • Lena : fille de famille riche, insouciante et un peu snob, tenue à l'écart de ce monde apocalyptique où s'affrontent des gangs martyrisant le peuple ordinaire, qui se retrouve d'un coup, à la mort de son père, projetée dans cette réalité violente. Elle en fera une dépression. Jeremiah a failli l'épouser, mais a finalement peur de s'engager pour des raisons peu claires. On la retrouve dans une maison de passe.
  • Martha : tante de Jeremiah, elle a très mauvais caractère et incarne à elle seule une certaine Amérique  : très puritaine, sectaire, hypocrite, prête à tout pour que le Bien triomphe et qui se tient tranquille tant que le Mal reste dehors ou s'essuie les pieds en rentrant. Elle déteste cordialement Kurdy qu'elle livre à ses ennemis dans Trois motos… ou quatre. Elle est rescapée du massacre de Bends Hatch et a été récupérée par Jeremiah dans Les Yeux de fer rouge. Elle habite maintenant à Langton avec son compagnon rencontré dans Afromerica.
  • Stonebridge : connaissance de Kurdy, sans être un personnage très noir comme on en croise souvent dans la série, il en est néanmoins le personnage négatif récurrent : veule, avide, lâche, ridicule et dangereux à la fois. Serait l'égal de Kurdy si une malchance tenace (ou l'absence d'un Jeremiah à ses côtés?) ne le conduisait à perdre tout ce qu'il gagne (cf. Le Dernier Diamant par exemple).

Lieux[modifier | modifier le code]

L'action se déroule toujours aux États-Unis mais l'auteur ne cite jamais aucun nom de ville connu, comme si la guerre apocalyptique avait détruit toutes les villes connues. Dans le tome 14, Simon est de retour, il est dit que Simon Sikorsky arrive et a vécu à New York[1]. On peut reconnaître certains endroits (les marais de Floride des Eaux de colère ou la frontière mexicaine dans Les Yeux de fer rouge) mais sans plus.

Dès le début de la série, il semble n'y avoir que les États-Unis dans le monde de Jeremiah, mais à l'album Alex apparaissent des Japonais, en petit nombre, qui semblent faire une reconnaissance du terrain en vue d'une invasion. On n'en reparle plus par la suite, d'ailleurs.

Analyse[modifier | modifier le code]

Les femmes dans la série[modifier | modifier le code]

Les femmes sont catégorisées tout au long de la série et apparaissent régulièrement, permettant à Hermann de souligner certains traits féminins  :

  • les amoureuses : par opposition aux hommes de la série, elles sont souvent plus douces et plus émotives ;
  • les prostituées : utilisées comme figurantes et comme objet sexuel tout au long de la série. Elles apparaissent rarement comme faisant un métier dégradant ;
  • les petites filles : symbolisent naïveté et innocence ;
  • les cruelles : elles torturent, forniquent comme des hommes, volent et sont très dures.

Lena a joué un rôle prépondérant dans toutes les catégories. Tour à tour amoureuse et cruelle, elle a eu un passage « petite fille » au moment de sa dépression, pour finir prostituée.

Style graphique[modifier | modifier le code]

Les dessins sont durs, hyper réalistes, reflétant parfaitement les aspérités de ce monde post-apocalyptique. L'auteur n'a peur de rien, tant il place ses personnages dans des univers totalement différents et extrêmes : marécages impénétrables verts et glauques, forêts pétrifiées et dépouillées, décors urbains hyper civilisés, villages "western", déserts grandioses, hivers blancs, etc.

Les femmes apparaissent très souvent "comme dans la vie". Pas de mannequins hyper siliconés, blondes platines, aux tailles extra fines. Ce sont des vraies femmes, belles mais réelles, dont on voit parfois un peu le ventre, une ride ou l'autre.

Détail important, à partir de Zone frontière, la technique de couleur directe est utilisée, affranchissant l'auteur de toute limite.

Albums[modifier | modifier le code]

  1. La Nuit des rapaces ()
  2. Du sable plein les dents ()
  3. Les Héritiers sauvages ()
  4. Les Yeux de fer rouge ()
  5. Un cobaye pour l'éternité ()
  6. La Secte ()
  7. Afromerica ()
  8. Les Eaux de colère ()
  9. Un hiver de clown ()
  10. Boomerang ()
  11. Delta ()
  12. Julius et Roméa ()
  13. Strike ()
  14. Simon est de retour ()
  15. Alex ()
  16. La Ligne rouge ()
  17. Trois motos… ou quatre ()
  18. Ave Caesar ()
  19. Zone frontière ()
  20. Mercenaires ()
  21. Le Cousin Lindford ()
  22. Le Fusil dans l'eau ()
  23. Qui est Renard Bleu ? ()
  24. Le Dernier Diamant ()
  25. Et si un jour, la Terre… ()
  26. Un port dans l'ombre ()
  27. Elsie et la rue ()
  28. Esra va très bien ()
  29. Le petit chat est mort ()
  30. Fifty-Fifty ()
  31. Le Panier de crabes ()
  32. Le Caïd ()
  33. Un gros chien avec une blonde ()
  34. Jungle city (octobre 2015)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Jeremiah est également une série télévisée très librement inspirée de la série.

Publication[modifier | modifier le code]

Éditeurs[modifier | modifier le code]

  • Fleurus : tomes 1 à 4 (première édition des tomes 1 à 4)
  • Novedi (Belgique) et Hachette (France) : tomes 5 à 12 (première édition des tomes 5 à 12)
  • Dupuis (collection « Repérages ») : tomes 1 à 29 (première édition des tomes 13 à 29)
  • Dupuis (collection « Grand Public ») : tomes 30 et 31 (première édition des tomes 30 et 31)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. tome 14, Simon est de retour, p. 25, Dupuis, 1989

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Renaud Chavanne, « Jeremiah ou vingt ans de politique », dans Critix n°7, Bananas BD, automne 1998, p. 25-44.

Liens externes[modifier | modifier le code]