Inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS ; SSRI en anglais) sont une classe médicamenteuse de psychotropes. Ils opèrent dans le cerveau notamment en augmentant le taux d'un neurotransmetteur appelé sérotonine (5-hydroxytryptamine ou 5-HT). Ils agissent en inhibant sa recapture au niveau de la synapse.

Les ISRS sont prescrits fréquemment, outre leur indication principale qu'est la dépression, dans les cas d'anxiété et de trouble obsessionnel compulsif et dans les douleurs neuropathiques réfractaires (duloxétine) en réduisant la charge émotionnelle[1] au niveau du gyrus cingulaire. Ils sont aussi utilisés pour leurs effets sur la libido et l'accès à l'orgasme chez les hommes souffrant d'éjaculation précoce avec un succès de 60 %.

Ils ne semblent pas significativement plus efficaces que les antidépresseurs tricycliques qui étaient indiqués dans ces pathologies avant l'avènement des ISRS, mais présentent cependant l'avantage d'être moins toxiques et présentent moins de risques de surdose, accidentelle ou non (suicide). Ils présentent aussi moins d'effets indésirables[réf. nécessaire].

Les ISRS sont la première classe de traitements psychotropes découverte lors d'un processus de recherche de médicament se basant sur l'identification d'une cible moléculaire (en anglais : rational drug design). Il ne s'agit pas d'une découverte empirique[2].

Ce sont les antidépresseurs les plus prescrits dans de nombreux pays[2].

Indications[modifier | modifier le code]

La principale indication des ISRS réside dans le traitement de la dépression associé à une psychothérapie. Les ISRS sont souvent prescrits pour les troubles anxieux (comme la phobie sociale et les troubles paniques), les troubles obsessionnels compulsifs et le syndrome de stress post-traumatique. Ils sont aussi utilisés pour traiter les troubles de dépersonnalisation malgré de faibles résultats[3].

Liste d'ISRS[modifier | modifier le code]

Les médicaments de cette classe comprennent diverses molécules (sans majuscule). Ils ont un nom reconnu internationalement : la dénomination commune internationale. Les génériques reprennent souvent cette DCI. Les noms commerciaux entre parenthèses sont ceux que l'on trouve en France, il existe de nombreuses autres appellations en fonction des pays.

Agents proches[modifier | modifier le code]

Il existe des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine non sélectifs :

  • les IRSNa : les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline ;
  • les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine de la noradrénaline et de la dopamine ;
  • les promoteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine : tianeptine (Stablon).
  • la dapoxétine (Priligy)

Autres types d'antidépresseurs[modifier | modifier le code]

Les ISRS ne sont pas la seule famille d'antidépresseurs existant. D'autres sont des antagonistes de la sérotonine

Suppléments de 5-HTP au lieu d'ISRS[modifier | modifier le code]

Une alternative controversée à la prescription d'ISRS est la supplémentation en 5-HTP, dont le mécanisme d'action est différent : au lieu d'interrompre la recapture de la sérotonine, le 5-HTP, étant un précurseur de la sérotonine, permet d'en augmenter la concentration[4]. Des études on montré que l'ajout de précurseurs de la sérotonine directement était inutile[5].

Mécanismes d'actions[modifier | modifier le code]

8 : pompe de recapture de la sérotonine (point rose).

Augmentation de la sérotonine dans la fente synaptique[modifier | modifier le code]

Dans le cerveau, l'information passe d'un neurone à l'autre par l'intermédiaire de la synapse, un espace entre deux neurones où le neurone qui envoie l'information libère des neurotransmetteurs. Ces neurotransmetteurs sont ensuite capturés par les récepteurs du neurone récepteur de l'information. Le neurone récepteur s'active et propage l'intervention jusqu’à une autre synapse grâce à un potentiel d'action. L'activation est transmise à chaque synapse par le même processus. Dans ce processus, environ 10 % des neurotransmetteurs libérés sont fonctionnellement perdus par recapture par le neurone émetteur. Ils ont un degré d'activité variable pour les autres transporteurs monoaminergiques. Les ISRS pur ont seulement une faible affinité pour les transporteurs de la noradrénaline et de la dopamine.

Un des mécanismes impliqués dans la dépression serait liée à un déficit en sérotonine. Les ISRS agissent en empêchant la recapture de la sérotonine par le neurone pré-synaptique. De fait, ce neurotransmetteur va rester plus longtemps dans l'espace synaptique, augmentant sa probabilité d'être reconnu par le neurone récepteur et majorant ainsi la stimulation de ce neurone.

Les ISRS sont décrits comme sélectifs parce qu'ils agissent uniquement sur les pompes de recapture spécialisées dans la sérotonine, par opposition à d'autres antidépresseurs qui agissent aussi sur d'autres neurotransmetteurs.

Recherche chez l'animal nouveau-né[modifier | modifier le code]

On peut créer des modèles animaux de dépression en donner de la clomipramine à des animaux nouveau-nés entre 8 et 21 jours de vie[6],[7]. En 1997 Lundbeck a trouvé que le traitement avec l'ISRS LU-10-134-C, qui diffère seulement de son produit citalopram par deux atomes, pourrait donner des résultats similaires au clomipramine[8]. Plus tard ont été trouvés le citalopram et escitalopram : ils opèrent des changements persistants de la transmission sérotonergique du cerveau qui cause des changements comportementaux[9],[10], qui sont renversés par le traitement avec antidépresseurs[11]. En traitant des souris normales et des souris knock-out qui manquent du transporteur sérotonine avec la fluoxétine, des scientifiques ont montré que les réactions émotionnelles normales chez l'adulte, comme une courte latence pour éviter des chocs de pieds et la tendance à explorer de nouveaux environnements, dépendaient du processus de déblocage des transporteurs de sérotonine pendant la période néonatale[12],[13].Mais, quand de jeunes souris ont été traitées avec la SNRI desimipramine, elles se sont développées comme des adultes normaux, ce qui suggère que la sérotonine et la noradrénaline ont des effets différents sur le développement du cerveau[14].

Effets à long terme[modifier | modifier le code]

Un traitement avec de la fluoxétine a mis en évidence une désensibilisation du récepteur de la sérotonine 5HT1A après son arrêt chez des rats[15]. Ces changements à long terme des récepteurs 5HT, tout comme d’autres plus complexes, peuvent être dus à des modifications en termes d’expression des différents gènes[16],[17],[18],[19],[20].

Certaines de ces modifications d’expression des gènes sont le résultat d’une modification de l’ADN causées par un remodelage de la chromatine[21],[22] et plus particulièrement un phénomène épigénétique de modification des histones[23] par méthylation de l’ADN suite à l’augmentation de l’expression des protéïnes MeCP2 et MBD1[24]. Ces mêmes mécanismes peuvent d’ailleurs aussi entrer en ligne de compte dans le mode d’action des thérapies électroconvulsives[25],[26].

Comme ces changements sont très complexes, et peuvent donner suite à des modifications permanentes de la structure de la chromatine, il a été suggéré que les ISRS peuvent altérer de manière définitive l’expression des gènes au sein du cerveau[réf. souhaitée] donnant lieu à diverses perturbations au niveau des neurotransmetteurs[réf. souhaitée] et également entraîner des perturbations endocriniennes[réf. souhaitée]. Cependant, sans recherche plus approfondies[27], les causes sous-jacentes de ces phénomènes resteront inconnues.

Critiques des ISRS dans la dépression[modifier | modifier le code]

L'efficacité des ISRS dans le traitement de la dépression légère à modérée est discutée. Deux méta-analyses d'essais cliniques trouvent que, en cas de dépression légère ou de dépression modérée, qui correspondent à la grande majorité des cas de dépression, l'effet des ISRS est petit ou nul comparé au placebo. Cependant, dans les cas de dépression sévère, l'effet des ISRS est cliniquement significatif[28],[29]. L'(in)efficacité des antidépresseurs de seconde génération est similaire[30].

Une méta-analyse largement rapportée analysa 35 essais cliniques fournis à la Food and Drug Administration (FDA) avant l'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour quatre nouveaux antidépresseurs (incluant les ISRS paroxétine et fluoxétine et les non ISRS nefazodone et l'IRSNa venlafaxine). Les auteurs ont conclu que, bien que l'efficacité supérieure des ISRS à un placebo soit significative, elle n'excédait pas les critères NICE d'un effet cliniquement significatif. En particulier, ils trouvèrent que la taille de l'effet (en anglais : effect size) était très petit pour les dépressions modérées mais augmentait lorsque la dépression était sévère[29]. Certains chercheurs ont questionné l'analyse statistique de cette étude, suggérant qu'elle sous-estimait l'effect size des antidépresseurs mais même quand ils réanalysaient les données, ils trouvaient que l'efficacité était toujours inférieure au seuil NICE de différence cliniquement significative quand tous les résultats sont combinés (bien que séparément, la venlafaxine et la paroxetine dépassait ce seuil)[31],[32]. Une revue de 2010 atteint la même conclusion[28],[33].

Effets indésirables[modifier | modifier le code]

  • libido et la sexualité
    Les ISRS peuvent causer différentes dysfonctions sexuelles comme une anorgasmie, une diminution de la libido, des troubles de l'érection et un retard à l'éjaculation (c'est pourquoi ils sont étudiés dans le traitement de l'éjaculation précoce[34]). Les premières études montraient qu'il n'y avait pas de différence significative, du point de vue des effets indésirables, avec un placebo. Cependant, la question n'avait pas été clairement posée aux sujets. Les études plus récentes, tenant compte de cet aspect, font apparaître que 17 et 41 % de patients en souffrent[35],[36] bien que le manque de groupe placebo dans ces études tende à surestimer cette mesure. On pense que cela est causé par la libération de concentration extracellulaire de sérotonine dans le cerveau qui diminue la dopamine et la noradrénaline. Des essais cliniques sont menés afin de démontrer l'intérêt de l'agoniste de la dopamine Requip (ropinirole) pour contrer ces effets secondaires (durant le traitement par ISRS et également dans le cas de PSSD)[37] et également de l'amantadine[38],[39],[40]. Certains médicaments antidépresseurs ne sont pas associés avec des effets indésirables sexuels (comme le bupropione, le trazodone, l'agomélatine, la tianeptine, le nefazodone, le moclobémide, la mirtazapine[41],[42]). On a décrit un Post SSRI Sexual Dysfunction (PSSD) qui est un dysfonctionnement sexuel causé par un traitement par les médicaments antidépresseurs ISRS. Le PSSD persiste après la fin du traitement par l'ISRS et peut devenir chronique et irréversible[43],[44]. Des changements s'opèrent au niveau de la fonction de l'axe hypothalamo-hypophyso-testiculaire[45] : diminution des taux de testostérone[46], diminution du nombre de spermatozoïdes (qui réaugmente après de l'arrêt du traitement)[47] et entraîne une diminution de la qualité du sperme avec des dégâts sur son ADN (ceux-ci étant réversibles après l'arrêt du traitement)[48].

    Dans le cas ou il existe des dysfonctions sexuelles (désir sexuel hypoactif, anorgasmie, trouble de l'excitation…) avant l'apparition d'un état dépressif, une utilisation d'un ISRS sera déconseillée car cela pourrait avoir un effet contre-productif[49],[50].
  • malformations
    Chez la femme enceinte, la paroxétine est associée à certaines malformations cardiaques. Il existe un risque possible de troubles comportementaux chez l'enfant de la mère exposée[51], dont des comportements de types autistiques[52]. Ce risque, non confirmé, serait toutefois faible[53],[54].
  • virage maniaque (manie ou hypomanie)
    Des utilisateurs avec des troubles bipolaires sont à plus grand risque[réf. nécessaire].
  • dépendance
    Cela est particulièrement important avec la paroxétine[55],[56]. Les ISRS ont un potentiel d'abus faible[réf. souhaitée].
    Certains médecins proposent, chez un patient qui la supporterait, un relais par fluoxétine, qui a une demi-vie plus longue et diminuerait les symptômes de manque, tout comme la période de sevrage[réf. souhaitée].
  • levée d'inhibition
    (idées suicidaires et passages à l'acte surtout chez l'enfant et l'adolescent)[57],[58],[59],[60].
    Par exemple une analyse de la FDA reprenant des essais cliniques sur des enfants avec un état dépressif majeur trouva une augmentation statistiquement significative des risques de « idées suicidaires et comportement suicidaire » d'environ 80 % et d'agitation et d'hostilité de 130 %[61].
    En 2004, la MHRA (Medicines and Healthcare products Regulatory Agency) du Royaume-Uni jugea la fluoxétine comme le seul antidépresseur qui offrait un rapport bénéfice-risque favorable dans la dépression bien qu'il soit associé à une petite augmentation du risque d'auto-agressivité et d'idées suicidaires[62]. Cependant, la fluoxétine n'a pas d'AMM anglais pour cette utilisation.
  • perte ou gain de poids (gain de poids plus important avec la paroxétine[63])
  • tremblements[64]
  • akathisie[65],[66],[67],[68]
  • augmentation des saignements, en particulier digestif[69], surtout s'ils sont associés aux anti-inflammatoire nonstéroïdiens[70]. Augmentation des hémorragies intra-cérébrales (RR=1,48)[71].
  • photosensibilité[72]

Effets indésirables à sourcer [réf. nécessaire]

La plupart des effets secondaires disparaissent après une phase d'adaptation à l'exception notable des troubles d'ordre sexuels. Ainsi souvent l'instauration d'un IRS se fait de manière progressive.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cortical changes in chronic low back pain: Current state of the art and implications for clinical practice. Manual Therapy 16 (2011) 15e20
  2. a et b (en) SH Preskorn, R Ross, CY Stanga, Sheldon H. Preskorn (éditeur), Hohn P. Feighner (éditeur), Christina Y. Stanga (éditeur) et Ruth Ross (éditeur), Antidepressants: Past, Present and Future, Berlin, Springer,‎ 2004 (ISBN 978-3-540-43054-4, lire en ligne), « Selective Serotonin Reuptake Inhibitors », p. 241–62
  3. (en) Nick Medford, « Understanding and treating depersonalization disorder », Advances in Psychiatric Treatment (2005) (consulté le 11 novembre 2011)
  4. (en) Hinz M, Stein A, Uncini T. « 5-HTP efficacy and contraindications » Neuropsychiatr Dis Treat. 2012;8:323-8. PMID 22888252 DOI:10.2147/NDT.S33259
  5. http://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=491292
  6. (en) Vogel G, Neill D, Hagler M, Kors D, « A new animal model of endogenous depression: a summary of present findings », Neurosci Biobehav Rev, vol. 14, no 1,‎ 1990, p. 85–91 (PMID 2183099, lire en ligne)
  7. (en) Velazquez-Moctezuma J, Aguilar-Garcia A, Diaz-Ruiz O, « Behavioral effects of neonatal treatment with clomipramine, scopolamine, and idazoxan in male rats », Pharmacol. Biochem. Behav., vol. 46, no 1,‎ septembre 1993, p. 215–7 (PMID 7902983, lire en ligne)
  8. (en) Hansen HH, Sánchez C, Meier E, « Neonatal administration of the selective serotonin reuptake inhibitor Lu 10-134-C increases forced swimming-induced immobility in adult rats: a putative animal model of depression? », J. Pharmacol. Exp. Ther., vol. 283, no 3,‎ décembre 1997, p. 1333–41 (PMID 9400008, lire en ligne)
  9. (en) Popa D, Léna C, Alexandre C, Adrien J, « Lasting syndrome of depression produced by reduction in serotonin uptake during postnatal development: evidence from sleep, stress, and behavior. », J Neurosci., vol. 14, no 2,‎ 2008, p. 3546–3554 (PMID 18385313, lire en ligne)
  10. (en) Maciag D, Simpson KL, Coppinger D, et al, « Neonatal antidepressant exposure has lasting effects on behavior and serotonin circuitry », Neuropsychopharmacology, vol. 31, no 1,‎ janvier 2006, p. 47–57 (PMID 16012532, DOI 10.1038/sj.npp.1300823)
  11. (en) Maciag D, Williams L, Coppinger D, Paul IA, « Neonatal citalopram exposure produces lasting changes in behavior which are reversed by adult imipramine treatment », Eur. J. Pharmacol., vol. 532, no 3,‎ février 2006, p. 265–9 (PMID 16483567, DOI 10.1016/j.ejphar.2005.12.081)
  12. (en)NEUROSCIENCE: Prozac Treatment of Newborn Mice Raises Anxiety - Holden 306 (5697): 792 - Science
  13. (en)Early-Life Blockade of the 5-HT Transporter Alters Emotional Behavior in Adult Mice - Ansorge et al. 306 (5697): 879 - Science
  14. (en)Inhibition of Serotonin But Not Norepinephrine Transport during Development Produces Delayed, Persistent Perturbations of Emotional Behaviors in Mice - Ansorge et al. 28 (1): …
  15. (en) Raap DK, Garcia F, Muma NA, Wolf WA, Battaglia G, van de Kar LD, « Sustained desensitization of hypothalamic 5-Hydroxytryptamine1A receptors after discontinuation of fluoxetine: inhibited neuroendocrine responses to 8-hydroxy-2-(Dipropylamino)Tetralin in the absence of changes in Gi/o/z proteins », J. Pharmacol. Exp. Ther., vol. 288, no 2,‎ février 1999, p. 561–7 (PMID 9918559, lire en ligne)
  16. (en) Faure C, Mnie-Filali O, Haddjeri N, « Long-term adaptive changes induced by serotonergic antidepressant drugs », Expert Rev Neurother, vol. 6, no 2,‎ février 2006, p. 235–45 (PMID 16466303, DOI 10.1586/14737175.6.2.235, lire en ligne)
  17. (en) Palotás M, Palotás A, Puskás LG et al., « Gene expression profile analysis of the rat cortex following treatment with imipramine and citalopram », Int. J. Neuropsychopharmacol., vol. 7, no 4,‎ décembre 2004, p. 401–13 (PMID 15315716, DOI 10.1017/S1461145704004493, lire en ligne)
  18. (en) Kálmán J, Palotás A, Juhász A et al., « Impact of venlafaxine on gene expression profile in lymphocytes of the elderly with major depression--evolution of antidepressants and the role of the "neuro-immune" system », Neurochem. Res., vol. 30, no 11,‎ novembre 2005, p. 1429–38 (PMID 16341940, DOI 10.1007/s11064-005-8513-9)
  19. (en) Yamada M, Yamada M, Higuchi T, « Antidepressant-elicited changes in gene expression: remodeling of neuronal circuits as a new hypothesis for drug efficacy », Prog. Neuropsychopharmacol. Biol. Psychiatry, vol. 29, no 6,‎ juillet 2005, p. 999–1009 (PMID 15975701, DOI 10.1016/j.pnpbp.2005.03.022, lire en ligne)
  20. (en) Boehm C, Newrzella D, Herberger S, Schramm N, Eisenhardt G, Schenk V, Sonntag-Buck V, Sorgenfrei O, « Effects of antidepressant treatment on gene expression profile in mouse brain: cell type-specific transcription profiling using laser microdissection and microarray analysis », J Neurochem., vol. 97, no Suppl 1,‎ 2006, p. 44–9 (PMID 16635249, DOI 10.1111/j.1471-4159.2006.03750.x)
  21. (en) Hyman SE, « Even chromatin gets the blues », Nat. Neurosci., vol. 9, no 4,‎ avril 2006, p. 465–6 (PMID 16568101, DOI 10.1038/nn0406-465)
  22. (en) Newton SS, Duman RS, « Chromatin remodeling: a novel mechanism of psychotropic drug action », Mol. Pharmacol., vol. 70, no 2,‎ août 2006, p. 440–3 (PMID 16728645, DOI 10.1124/mol.106.027078, lire en ligne)
  23. (en) Tsankova NM, Berton O, Renthal W, Kumar A, Neve RL, Nestler EJ, « Sustained hippocampal chromatin regulation in a mouse model of depression and antidepressant action », Nat. Neurosci., vol. 9, no 4,‎ avril 2006, p. 519–25 (PMID 16501568, DOI 10.1038/nn1659)
  24. (en) Cassel S, Carouge D, Gensburger C et al., « Fluoxetine and cocaine induce the epigenetic factors MeCP2 and MBD1 in adult rat brain », Mol. Pharmacol., vol. 70, no 2,‎ août 2006, p. 487–92 (PMID 16670375, DOI 10.1124/mol.106.022301, lire en ligne)
  25. (en) Altar CA, Laeng P, Jurata LW et al., « Electroconvulsive seizures regulate gene expression of distinct neurotrophic signaling pathways », J. Neurosci., vol. 24, no 11,‎ mars 2004, p. 2667–77 (PMID 15028759, DOI 10.1523/JNEUROSCI.5377-03.2004, lire en ligne)
  26. (en) Tsankova NM, Kumar A, Nestler EJ, « Histone modifications at gene promoter regions in rat hippocampus after acute and chronic electroconvulsive seizures », J. Neurosci., vol. 24, no 24,‎ juin 2004, p. 5603–10 (PMID 15201333, DOI 10.1523/JNEUROSCI.0589-04.2004, lire en ligne)
  27. (en) Szyf M, « Toward a Discipline of Pharmacoepigenomics », Current Pharmacogenomics, vol. 2, no 4,‎ 2004, p. 357–377 (DOI 10.2174/1570160043377358, lire en ligne)
  28. a et b (en) Jay C. Fournier, MA; Robert J. DeRubeis, PhD; Steven D. Hollon, PhD; Sona Dimidjian, PhD; Jay D. Amsterdam, MD; Richard C. Shelton, MD; Jan Fawcett, MD, « Antidepressant Drug Effects and Depression Severity », The Journal of the American Medical Association, vol. 303, no 1,‎ janvier 2010, p. 47–53 (PMID 20051569, DOI 10.1001/jama.2009.1943, lire en ligne)
  29. a et b (en) Kirsch I, Deacon BJ, Huedo-Medina TB, Scoboria A, Moore TJ, Johnson BT, « Initial Severity and Antidepressant Benefits: A Meta-Analysis of Data Submitted to the Food and Drug Administration », PLoS Medicine, vol. 5, no 2,‎ février 2008, e45 (PMID 18303940, PMCID 2253608, DOI 10.1371/journal.pmed.0050045)
  30. http://www.annals.org/content/155/11/772.abstract
  31. (en) Horder J, Matthews P, Waldmann R, « Placebo, Prozac and PLoS: significant lessons for psychopharmacology », Journal of Psychopharmacology, vol. 25, no 10,‎ juin 2010, p. 1277–88 (PMID 20571143, DOI 10.1177/0269881110372544)
  32. (en) Fountoulakis KN, Moller H-J, « Efficacy of antidepressants: a re-analysis and re-interpretation of the Kirsch data », International Journal of Neuropsychopharmacology, vol. 14, no 3,‎ août 2010, p. 1–8 (PMID 20800012, DOI 10.1017/S1461145710000957)
  33. (en) John Kelley, « Antidepressants: Do They "Work" or Don't They? », Scientific American,‎ 2 mars 2010 (lire en ligne)
  34. (en) Waldinger MD, Olivier B, « Utility of selective serotonin reuptake inhibitors in premature ejaculation », Current Opinion in Investigational Drugs, vol. 5, no 7,‎ juillet 2004, p. 743–7 (PMID 15298071)
  35. (en) Hu XH, Bull SA, Hunkeler EM et al., « Incidence and duration of side effects and those rated as bothersome with selective serotonin reuptake inhibitor treatment for depression: patient report versus physician estimate », The Journal of Clinical Psychiatry, vol. 65, no 7,‎ juillet 2004, p. 959–65 (PMID 15291685, DOI 10.4088/JCP.v65n0712, lire en ligne)
  36. (en) Landén M, Högberg P, Thase ME, « Incidence of sexual side effects in refractory depression during treatment with citalopram or paroxetine », The Journal of Clinical Psychiatry, vol. 66, no 1,‎ janvier 2005, p. 100–6 (PMID 15669895, DOI 10.4088/JCP.v66n0114)
  37. (en) « Treating Sexual Dysfunction From SSRI Medication: a Study Comparing Requip CR to Placebo » sur le site américain clinicaltrials.gov
  38. (en) Shrivastava RK, Shrivastava S, Overweg N, Schmitt M, « Amantadine in the treatment of sexual dysfunction associated with selective serotonin reuptake inhibitors », Journal of clinical psychopharmacology, vol. 15, no 1,‎ 1995, p. 83–4 (PMID 7714234, DOI 10.1097/00004714-199502000-00014)
  39. (en) Balogh S, Hendricks SE, Kang J, « Treatment of fluoxetine-induced anorgasmia with amantadine », The Journal of clinical psychiatry, vol. 53, no 6,‎ 1992, p. 212–3 (PMID 1607353)
  40. (en) Keller Ashton A, Hamer R, Rosen RC, « Serotonin reuptake inhibitor-induced sexual dysfunction and its treatment: a large-scale retrospective study of 596 psychiatric outpatients », Journal of sex & marital therapy, vol. 23, no 3,‎ 1997, p. 165–75 (PMID 9292832, DOI 10.1080/00926239708403922)
  41. (en) Clayton AH, « Antidepressant-Associated Sexual Dysfunction: A Potentially Avoidable Therapeutic Challenge », Primary Psychiatry, vol. 10, no 1,‎ 2003, p. 55–61
  42. (en) Kanaly KA, Berman JR, « Sexual side effects of SSRI medications: potential treatment strategies for SSRI-induced female sexual dysfunction », Current Women's Health Reports, vol. 2, no 6,‎ décembre 2002, p. 409–16 (PMID 12429073)
  43. (en) Bahrick AS. « Post SSRI Sexual Dysfunction » American Society for the Advancement of Pharmacotherapy Tablet 2006; 7:2-10.
  44. (en) Csoka AB, Bahrick AS, Mehtonen O-P, « Persistent Sexual Dysfunction after Discontinuation of Selective Serotonin Reuptake Inhibitors (SSRIs) », J Sex Med., vol. 5, no 1,‎ 2008, p. 227–33 (PMID 18173768, DOI 10.1111/j.1743-6109.2007.00630.x, lire en ligne)
  45. (en) Safarinejad MR, « Evaluation of endocrine profile and hypothalamic-pituitary-testis axis in selective serotonin reuptake inhibitor-induced male sexual dysfunction », J Clin Psychopharmacol, vol. 28, no 4,‎ août 2008, p. 418–23 (PMID 18626269, DOI 10.1097/JCP.0b013e31817e6f80, lire en ligne)
  46. (en) Cohen AJ. Antidepressant-Induced Sexual Dysfunction Associated with Low Serum Free Testosterone. Psychiatry Online 1999.
  47. (en) Tanrikut C, Schlegel PN, « Antidepressant-associated changes in semen parameters », Urology, vol. 69, no 1,‎ janvier 2007, p. 185.e5–7 (PMID 17270655, DOI 10.1016/j.urology.2006.10.034, lire en ligne)
  48. (en) Safarinejad MR, « Sperm DNA damage and semen quality impairment after treatment with selective serotonin reuptake inhibitors detected using semen analysis and sperm chromatin structure assay », J. Urol., vol. 180, no 5,‎ novembre 2008, p. 2124–8 (PMID 18804223, DOI 10.1016/j.juro.2008.07.034, lire en ligne)
  49. (en) Sutherland JE, Sutherland SJ, Hoehns JD, « Achieving the best outcome in treatment of depression », Journal of Family Practice, vol. 52, no 3,‎ mars 2003, p. 201–09 (PMID 12620174, lire en ligne)
  50. (en) Timothy R. Berigan, D.D.S., M.D., « Assessing Sexual Function of Patients Before Initiating SSRI Therapy », Prim Care Companion J Clin Psychiatry, vol. 4, no 3,‎ mars 2001, p. 181 (PMID 181186, lire en ligne)
  51. (en) Tuccori M, Testi A, Antonioli L. et al. « Safety concerns associated with the use of serotonin reuptake inhibitors and other serotonergic/noradrenergic antidepressants during pregnancy: a review » Clin Ther. 2009;31:1426-1453
  52. (en) Croen LA, Grether JK, Yoshida CK, Odouli R, Hendrick V, « Antidepressant use during pregnancy and childhood autism spectrum disorders » Arch Gen Psychiatry 2011;68:1104-1112
  53. (en) Hviid A, Melbye M, Pasternak B, « Use of selective serotonin reuptake inhibitors during pregnancy and risk of autism » N Engl J Med. 2013;369:2406-2415
  54. « Antidépresseurs et malformations congénitales » Rev Prescrire 2006;26(273):430-431
  55. (en) Haddad PM, Anderson IM, « Recognising and managing antidepressant discontinuation symptoms », Advances in Psychiatric Treatment, vol. 13, no 6,‎ novembre 2007, p. 447–457 (DOI 10.1192/apt.bp.105.001966, lire en ligne)
  56. http://www.benzo.org.uk/healy.htm
  57. Voir article du Science et Avenir d'octobre 2010, sur la corrélation potentielle entre la prise d'ISRS et le passage au suicide voir à un massacre suivi du suicide, à défaut du lien vers le magazine lien vers un article basé sur des études scientifiques récentes : http://www.psychomedia.qc.ca/depression/2010-07-22/depression-la-theorie-sous-jacente-aux-antidepresseurs-remise-en-question
  58. (en) Stone MB, Jones ML, « Clinical review: relationship between antidepressant drugs and suicidal behavior in adults » [PDF], Overview for December 13 Meeting of Psychopharmacologic Drugs Advisory Committee (PDAC), FDA,‎ 17 novembre 2006 (consulté le 22 septembre 2007), p. 11–74
  59. (en) Levenson M, Holland C, « Statistical Evaluation of Suicidality in Adults Treated with Antidepressants » [PDF], Overview for December 13 Meeting of Psychopharmacologic Drugs Advisory Committee (PDAC), FDA,‎ 17 novembre 2006 (consulté le 22 septembre 2007), p. 75–140
  60. (en) Olfson M, Marcus SC, Shaffer D, « Antidepressant drug therapy and suicide in severely depressed children and adults: A case-control study », Archives of General Psychiatry, vol. 63, no 8,‎ août 2006, p. 865–72 (PMID 16894062, DOI 10.1001/archpsyc.63.8.865)
  61. (en) Hammad TA, « Review and evaluation of clinical data. Relationship between psychiatric drugs and pediatric suicidal behavior » [PDF], FDA,‎ 11 août 2004 (consulté le 29 mai 2008), p. 42; 115
  62. (en) « Report of the CSM expert working group on the safety of selective serotonin reuptake inhibitor antidepressants » [PDF], MHRA,‎ 1er décembre 2004 (consulté le 25 septembre 2007)
  63. (en) Hasnain M, W Victor RV, Hollett B. « Weight gain and glucose dysregulation with second-generation antipsychotics and antidepressants: a review for primary care physicians » Postgrad Med. 2012;124(4):154-67. PMID 22913904 DOI:10.3810/pgm.2012.07.2577
  64. (en) Schechter DS, Nunes EV, « A case of reversible parkinsonism in a 90-year-old man on sertraline », Journal of Clinical Psychiatry, vol. 58, no 6,‎ 1997, p. 275 (PMID 9228898, DOI 10.4088/JCP.v58n0607f)
  65. (en) Stahl SM, Lonnen AJ. « The Mechanism of Drug-induced Akathsia » CNS Spectr. 2011. pii: Stahl. PMID 21406165
  66. (en) Lane RM. « SSRI-induced extrapyramidal side-effects and akathisia: implications for treatment. » J Psychopharmacol. 1998;12(2):192-214 PMID 9694033
  67. (en) Koliscak LP, Makela EH. « Selective serotonin reuptake inhibitor-induced akathisia. » J Am Pharm Assoc. (2003). 2009 Mar-Apr;49(2):e28-36; quiz e37-8 PMID 19289334
  68. (en) Leo RJ. « Movement disorders associated with the serotonin selective reuptake inhibitors. » J Clin Psychiatry. 1996 Oct;57(10):449-54 PMID 8909330
  69. (en) Andrade C, Sandarsh S, Chethan KB, Nagesh KS, « Serotonin reuptake inhibitor antidepressants and abnormal bleeding: a review for clinicians and a reconsideration of mechanisms » J Clin Psychiatry, 2004;71:1565-75
  70. (en) Loke YK, Trivedi AN, Singh S. « Meta-analysis: gastrointestinal bleeding due to interaction between selective serotonin uptake inhibitors and non-steroidal anti-inflammatory drugs » Aliment Pharmacol Ther. 2008;27:31-40
  71. (en) Hackam DG, Mrkobrada M, « Selective serotonin reuptake inhibitors and brain hemorrhage: a meta-analysis », Neurology, vol. 79,‎ 18, p. 1862-5 (PMID 23077009, DOI 10.1212/WNL.0b013e318271f848) modifier
  72. (en) SSRIs and Depression

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Atlas of psychiatric pharmacotherapy, by Roni Shiloh [et al.], 2nd ed., London, Informa Health Care, 2006.
  • Samuel H. Barondes, Better than Prozac : creating the next generation of psychiatric drugs, Oxford, Oxford University Press, 2003.
  • Charles-Henri Beau, Sandrine Thauby, Synopsis 2007 des médicaments en psychiatrie, Callian, Éd. Santé, prévention, communication, 2007.
  • David Cohen, Suzanne Cailloux-Cohen et l'AGIDS-SMQ, Guide critique des médicament de l'âme, Montréal, Éd. de l'Homme, 1995. [1].
  • Philippe Dorosz, Philippe, Guide pratique des médicaments en neuro-psychiatrie, Paris, Maloine, 2005.
  • David Healy, Le temps des antidépresseurs, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002 [trad. de The antidepressant era, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1997].
  • David Healy, The creation of psychopharmacology, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2002 [paperback ed., 2004].
  • David Healy, Les médicaments psychiatriques démystifiés, Issy-les-Moulineaux, Elsevier-Masson, 2009 [trad. et adaptation par Monique Debauche de Psychiatric drugs explained, 5th ed., Edinburgh, Churchill Livingstone, 2009].
  • Guy Hugnet, Antidépresseurs : la grande intoxication : ce que 5 millions de patients ne savent pas encore, Paris, Le Cherche midi, 2004.
  • Medication management in mental health, ed. by Neil Harris, John Baker, and Richard Gray, Oxford, Wiley-Blackwell, 2009.
  • Metabolic effects of psychotropic drugs, ed. by Jogin Thakore and Brian E. Leonard, Basel-Paris, Karger, 2009.
  • Antoine Pelissolo, Bien se soigner avec les médicaments psy : antidépresseurs, tranquilisants, somnifères, Paris, Éd. Odile Jacob, 2005.
  • Antoine Pelissolo, Des troubles anxieux à la dépression, Paris, Éd. Phase 5, 2006.
  • Philippe Pignarre, Comment la dépression est devenue une épidémie, Paris, La Découverte, 2001.
  • Philippe Pignarre, Les malheurs des psys : psychotropes et médicalisation du social, Paris, La Découverte, 2006.
  • Principles and practice of psychopharmacotherapy, by Philip G. Janicak [et al.], 4th ed., Philadelphia, Lippincott Williams & Wilkins, 2006.
  • Denis Richard, Jean-Louis Senon, Nicolas Tournier, Médicaments en psychiatrie, Rueil-Malmaison, Lamarre, 2006.
  • Alan F. Schatzberg, Jonathan O. Cole, Charles DeBattista, Manual of clinical psychopharmacology, 5th ed., American Psychiatric Publ., 2005.
  • Stephen M. Stahl, Psychopharmacologie essentielle. Le guide du prescripteur, Paris, Médecine-sciences Flammarion, 2007 [trad. de Essential psychopharmacology. The prescriber's guide, Cambridge, Cambridge University Press, 2005].
  • Padraig Wrigh, Core psychopharmacology, Edinburgh, Saunders Elsevier, 2006.
  • L. Tamam, N. Ozpoyraz, Selective serotonin reuptake inhibitor discontinuation syndrome : a review, in Adv Ther 2002 19 :17-26. PMID 12008858.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]