Clonazépam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clonazépam
Clonazépam
Clonazépam
Identification
DCI clonazépam
Nom UICPA 7-nitro-5-(2-chlorophényl)-2,3-dihydro-1H-benzo[f]-1,4-diazépin-2-one
No CAS 1622-61-3
No EINECS 216-596-2
Code ATC N03AE01
PubChem 2802
SMILES
InChI
Apparence poudre jaune clair
Propriétés chimiques
Formule brute C15H10ClN3O3  [Isomères]
Masse molaire[1] 315,711 ± 0,016 g/mol
C 57,07 %, H 3,19 %, Cl 11,23 %, N 13,31 %, O 15,2 %,
Précautions
Directive 67/548/EEC


Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 90 %
Métabolisme hépatique
Demi-vie d’élim. 30-40 heures
Excrétion

rénale

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique anticonvulsivant de la famille des benzodiazépines
Voie d’administration orale, intraveineuse,
tablettes 0,5 mg, 1 mg, et 2 mg
Conduite automobile déconseillée
Antidote flumazénil
Caractère psychotrope
Catégorie dépresseur du SNC • sédatif puissant
Risque de dépendance Très élevé
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.
clonazépam
Noms commerciaux
  • Klonopin (États-Unis)
  • Rivotril (Belgique, France, Suisse)
Laboratoire Apotex, Cobalt, Dominion, Mylan, Pharmel, Pharmasciences, Roche, Valeant
Classe Médicaments du système nerveux, antiépileptiques dérivés des benzodiazépines, ATC code N03AE01

Le clonazépam (Klonopin, Rivotril) est une molécule médicamenteuse particulièrement puissante aux propriétés sédatives, hypnotiques, anxiolytiques et anticonvulsivantes de la classe des benzodiazépines, dont le risque de dépendance est très élevé.

En France, l'utilisation du clonazépam est restreinte au traitement des crises comitiales. Il n'est plus utilisé comme anxiolytique, myorelaxant, hypno-sédatif ou dans le cadre de douleurs neuropathiques à cause du risque important de dépendance et de mésusage. Dans beaucoup de pays, le clonazépam continue d'être utilisé comme anxiolytique.

Contre-indications[modifier | modifier le code]

  • Hypersensibilité connue au clonazépam, aux benzodiazépines ou à l'un des autres constituants du produit
  • Insuffisance respiratoire sévère
  • Syndrome d'apnée du sommeil
  • Insuffisance hépatique sévère, aiguë ou chronique
  • Myasthénie

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Fréquents[modifier | modifier le code]

  • Étourdissements
  • Maladresse et démarche instable
  • Somnolence
  • Trouble de l'élocution

Plus rares[modifier | modifier le code]

  • Augmentation de la salivation
  • Trouble de la libido
  • Amnésie antérograde
  • Amnésie à court terme
  • Constipation
  • Crampes abdominales
  • Maux de tête
  • Diarrhée
  • Nausées, vomissements
  • Agitation, difficulté de concentration
  • Désorientation
  • Confusion
  • Hallucinations
  • Trouble neuro-musculaire

De fortes doses et/ou un usage prolongé peuvent entraîner une dépendance physique et psychique et un syndrome de sevrage. Une surdose peut entraîner de façon exceptionnelle un coma, si ingéré seul.

Ce produit n'a pas vocation à être utilisé en PSE (pousse seringue électrique) en raison de son importante demi-vie et du risque de surdosage associé.

Trafic[modifier | modifier le code]

En France, le 17 mars 2011, la chambre de discipline du Conseil national de l'ordre des pharmaciens a prononcé à l'encontre d'un pharmacien titulaire une interdiction définitive d'exercer la pharmacie, notamment pour vente massive de Rivotril[2],[3].

Prescription[modifier | modifier le code]

En France, depuis le , le Rivotril (clonazépam) doit être prescrit sur une ordonnance sécurisée pour une durée maximale de douze semaines, l'ordonnance initiale annuelle devant être faite par un spécialiste en neurologie ou en pédiatrie, avec comme seule indication l'épilepsie (ou hors AMM), les renouvellements suivants de l'année pouvant l'être par tout médecin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Jugement du tribunal correctionnel de Caen Journal de l'ordre national des pharmaciens no 5, juillet-août 2011, p. 11 [PDF]
  3. « Interdiction définitive d'exercer pour dysfonctionnements graves au sein d'une officine » Journal de l'ordre national des pharmaciens no 6, septembre 2011, p. 15 [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Page spécifique dans la base de données sur les produits pharmaceutiques (Canada)
  • Compendium suisse des médicaments : spécialités contenant Clonazépam
  • Page spécifique sur le Répertoire Commenté des Médicaments, par le Centre belge d'information pharmacothérapeutique
  • (de) Page spécifique dans la base de données sur les produits vétérinaires (Veterinärprodukte, Futtermittel & Zusatzstoffe, Suisse)
  • Page spécifique sur Vidal.fr