Benzodiazépine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BZD.
Benzodiazépine
La structure principale des benzodiazépines. Les labels « R » dénotent des chaînes latérales, donnant aux différentes benzodiazépines leur propriété. R7 étant dans la majorité des cas un atome de chlore. L'ajout d'un atome de fluor ou de chlore en R2' augmente la puissance des effets de la benzodiazépine et font apparaître ou accentue les effets secondaires comme l'amnésie antérograde.
La structure principale des benzodiazépines. Les labels « R » dénotent des chaînes latérales, donnant aux différentes benzodiazépines leur propriété. R7 étant dans la majorité des cas un atome de chlore. L'ajout d'un atome de fluor ou de chlore en R2' augmente la puissance des effets de la benzodiazépine et font apparaître ou accentue les effets secondaires comme l'amnésie antérograde.
Identification
Nom UICPA 5-phényl-1H-1,4-benzodiazépin-2(3H)-one
PubChem 76175
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Les benzodiazépines (BZD) sont une classe de composés organiques formés d'un cycle benzénique fusionné à un cycle diazépine.

Ils forment une classe de médicaments psychotropes, familièrement appelés anxiolytiques, utilisés dans le traitement médical de l'anxiété, de l'insomnie, de l'agitation psychomotrice, des convulsions, des spasmes, ou dans le contexte d'un syndrome de sevrage alcoolique. Ils sont principalement utilisées comme anxiolytiques, moins pour leurs propriétés hypnotiques, où des molécules proches appelées nonbenzodiazépines leur sont préférées. Ils possèdent également trois autres effets : antiépileptiques, amnésiantes et myorelaxantes.

Les benzodiazépines agissent sur le système de frein du cerveau : au niveau des neurones GABA. Ils ont une affinité avec les récepteurs GABAA, et agissent comme des agonistes complet sur ces récepteurs. On classe parmi les benzodiazépines les thiénodiazépines, qui à la différence d'avoir un cycle benzène possèdent un cycle thiophène.

Leur dangerosité les a fait classer dans de nombreux pays dans la liste des stupéfiants. En effet, les usages prolongé des benzodiazépines (en) (plus de quatre semaines) est problématique en raison de l'apparition d'une accoutumance, d'une tolérance et d'une dépendance tant physique que psychique et d'un syndrome de sevrage à l'arrêt de la consommation avec le risque de l'apparition d'un phénomène de rebond.

La prescription et la délivrance des benzodiazépines ne peuvent se faire que sur prescription médicale. La plupart des benzodiazépines sont classés comme stupéfiants et font ainsi l'objet d'une surveillance particulière compte tenu de leur potentiel addictif et de leurs propriétés prisées chez les toxicomanes. Certaines ont été purement supprimés du commerce du fait d'un potentiel d'abus important. L'expression « abus de benzodiazépines (en) » couvre les utilisations non médicales du médicament, principalement la consommation de benzodiazépines à des fins récréatives[1],[2]. Les benzodiazépines sont un des médicaments sur ordonnance les plus utilisés à des fins récréatives.

Histoire[modifier | modifier le code]

Structure moléculaire de la chlordiazépoxide, la première benzodiazépine commercialisée en 1960.

La première molécule de la classe des benzodiazépines est apparue dans les années 1960 ; c'est le chlordiazépoxide (Librax) et a été découverte par accident, comme de nombreux médicaments. De nombreuses spécialités ont vu le jour dans les années 1960.

Dans le milieu des années 1950, Leo Sternbach, pharmacologue émigré durant la Seconde Guerre mondiale, et travaillant pour Hoffmann-La Roche sur des dérivés de la quinoléine en vue de production de colorants, synthétise la première benzodiazépine : le chlordiazépoxide (Librium). La plupart des nombreuses molécules obtenues lors de ce programme de recherche s'étant révélées sans activité pharmacologique, Leo Sternbach décide d'abandonner l'expérimentation de ces produits. Cependant, l'un de ses élèves, Earl Reader, soumet ces molécules à des tests. C'est dans ce contexte que Lowell Randall mit en évidence, en avril 1957, ses propriétés sédatives, myorelaxantes, anticonvulsivantes et souligne d'emblée son efficacité et une bonne tolérance in vivo. Un brevet fut déposé en pour un médicament qui allait devenir l'un des immenses succès commerciaux dans toute l'histoire de l'industrie pharmaceutique : le Librium (chlordiazépoxyde)[3],[4]. La chlordiazépoxide et le diazépam furent commercialisés par Hoffmann-La Roche sous le nom commercial de Valium en 1963, et furent les deux médicaments les plus vendus.

L'intronisation des benzodiazépines a conduit au déclin des prescriptions de barbituriques, et ont, dans les années 1970, remplacé de loin les anciens médicaments par des médicaments sédatives et hypnotiques[5].

Dans les années qui suivirent, d'autres benzodiazépines furent commercialisées telles que le clorazépate (Tranxène), le lorazépam (Témesta, Ativan), l'oxazépam (Seresta, Serax) ou encore le bromazépam (Lexomil, Lectopam). Des comportements impulsifs, par exemple, le chapardage ou autres infractions à la loi, font également partie des réactions « paradoxales » aux benzodiazépines et ont déjà été répertoriées dans la littérature, au début des années 1960, lors de l'arrivée des premiers benzodiazépines[6]. Ces nouveaux groupes de médicaments ont fait grandir l'optimisme dans la profession clinique, mais ont rapidement suggéré quelques controverses ; en particulier, le risque de dépendance a été perçu durant les années 1980.

Leur usage a vite concurrencé celui des barbituriques pour rendre ceux-ci obsolètes, car ces derniers provoquaient des abus et des effets indésirables dangereux entrainant plusieurs fois la mort quand ils étaient consommés en grande quantité. Aujourd'hui, les barbituriques ne sont plus que marginalement prescrits car le corps médical leur préfère les benzodiazépines qui ne sont pas aussi toxiques que les barbituriques même si un patient en abuse.

Concernant les traitements contre l'insomnie, les benzodiazépines sont devenues moins utilisées que les nonbenzodiazépines, ce qui inclut le zolpidem, le zaleplon et le zopiclone (Imovane, Rhovane)[7].

Mode d'action[modifier | modifier le code]

Le GABA est le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central. Sa fixation sur les récepteurs GABAA induit un influx d'ions chlorure qui hyperpolarise la membrane du neurone. Les benzodiazépines se fixent sur un site des récepteurs GABAA distinct de celui du GABA, ce qui induit une plus grande affinité de ces récepteurs pour le GABA. On parle d'effet allostérique positif. Pour une même quantité de GABA, la fréquence d'ouverture du canal ionique sera plus importante, ce qui permettra le passage de plus d'ions chlorure et de facto, une inhibition plus forte.

Liste[modifier | modifier le code]

Une cinquantaine de benzodiazépines sont commercialisées à travers le monde, dont dix-huit actuellement en France. Dans le tableau des benzodiazépines, elles apparaissent en caractères gras.

Substances assimilées à des benzodiazépines[modifier | modifier le code]

Les substances suivantes ne sont pas des benzodiazépines, mais ont des effets similaires aux benzodiazépines hypnotiques et anxiolytiques. Elles sont appelées « benzo-like » et font partie de la classe des hypnotiques/anxiolytiques :

Il existe un anxiolytique qui selon le Dictionnaire Vidal aurait un effet anxiolytique sans les effets secondaires connus des benzodiazépines (sédation, amnésie, relâchement musculaire et propriétés anticonvulsives) et en plus n'induirait aucun phénomène de tolérance ni de dépendance. Ce médicament est appelé buspirone (Buspar) et serait un traitement intéressant pour traiter l'anxiété pour des personnes qui n'ont jamais fréquenté les benzodiazépines[9].

Il existe aussi des molécules expérimentales, appelées nonbenzodiazépines, ou x-médicaments, qui ont les mêmes propriétés que les benzodiazépines en agissant sur le récepteur GABAA, mais elles n'ont aucune ressemblance avec les benzodiazépines du point de vue de la structure chimique.

D'autres seraient issues de la famille des bêta-carbolines, qui, ayant l'action inverse sur les récepteurs GABAA, auraient les effets opposés à ceux des benzodiazépines : c'est-à-dire anxiogènes (capables de déclencher des crises de panique) et facilitant l'apprentissage dans certaines conditions chez les animaux. Elles présentent des effets secondaires très graves à dosage élevé, ce qui en interdit l'utilisation chez l'être humain[10],[11].

Indications, posologie[modifier | modifier le code]

Les benzodiazépines sont un anesthésiant de l'état anxieux. L'état anxieux peut ne pas être anormal en soi, c'est une réponse émotive et physiologique de l'organisme à une situation d'alerte en un sens très large. Lorsque l'anxiété devient envahissante et qu'elle entraîne de manière permanente ou discontinue une souffrance significative à l'individu, les symptômes qui en sont la conséquence peuvent être invalidants. Les benzodiazépines en anesthésiant cet état anxieux permettent soit de diminuer, soit de supprimer tout ou une partie de ces symptômes. Les benzodiazépines ne sont en aucune façon indiquées pour traiter les causes de l'anxiété.

L'usage des benzodiazépines comme « antidépresseur » est inadapté. Sur l'échelle simplifiée : état dépressif — état normal — état anxieux, les benzodiazépines se situent comme un correcteur d'un état anxieux et orientent donc plutôt vers l'état dépressif. Les benzodiazépines sont en particulier des « dépressants » (dépresseurs).

Les benzodiazépines sont parfois utilisées pour provoquer une amnésie lors de procédures ressenties comme traumatisantes (par exemple cardioversions, intubations, explorations fonctionnelles, actes chirurgicaux). Elles sont également utilisées pour le traitement des crises convulsives, comme celles rencontrées lors de crises d'épilepsie. C'est le cas du diazépam (Valium) ou du clonazépam (Rivotril). Ce dernier a d'ailleurs pour seule indication officielle le traitement de l'épilepsie ou les crises focales, bien qu'il soit très souvent prescrit pour les troubles du sommeil ou pour potentialiser l'effet d'un neuroleptique en association[12],[13].

Les benzodiazépines sont quelques fois détournées pour leurs effets myorelaxants. L'effet myorelaxant est souvent recherché pour traiter certaines douleurs faisant intervenir une contracture musculaire comme le torticolis ou la lombalgie. Est utilisé alors préférentiellement le tétrazépam.

Les posologies varient considérablement d'une benzodiazépine à l'autre, et il n'est donc pas possible de transposer directement l'utilisation d'une dose de benzodiazépine à une autre.

Statistiques d'utilisation[modifier | modifier le code]

Ces molécules sont largement utilisées : en France, ces médicaments sont prescrits à près de 7,5 % de la population, un peu plus chez la femme et pour des durées excédant 6 mois dans les trois quart des prescriptions[14]. Des données à peu près identiques sont retrouvées aux Pays-Bas[15]. Elle est encore plus rare aux États-Unis où moins de 4 % de la population adulte est sous ce type de médication[16].

Chez la personne de plus de 65 ans, ils sont donnés à un peu moins d'une personne sur trois en France[17] et une personne sur quatre au Canada[18]. Ils sont nettement moins donnés en Espagne[19] et en Australie[20] bien que la prescription tende à augmenter.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Les effets secondaires communs aux benzodiazépines peuvent notamment inclure, de manière physiologique : somnolence, syndrome confusionnel entraînant un risque de chute ou d'accident, ataxie, troubles de la mémoire ou de la concentration, coma, perturbation des cycles du sommeil en supprimant le sommeil lent[21] et les rêves, accoutumance (tolérance), syndrome de sevrage à l'arrêt de la consommation, insuffisance respiratoire (lorsqu'elles sont administrées par voie intraveineuse rapide et à fortes doses) et hypotonie des muscles et de la gorge pouvant entraîner une gêne de la respiration ou un risque de fausse route.

D'autres symptômes, cette fois psychologiques et psychiques, incluent : addiction (dépendance), changements de personnalité[6] ou état dépressif en usage à long terme et effet paradoxal (les benzodiazépines prescrites à long terme peuvent paradoxalement provoquer, de l’anxiété et de l’insomnie). La prise de benzodiazépines à demi-vie courte expose l'individu au risque de voir son anxiété accrue, du fait de l'apparition d'un phénomène de manque entre les prises.

Le rôle des benzodiazépines dans la genèse de la maladie d'Alzheimer est discuté : il existe une corrélation entre leur emploi et la survenue de la maladie et cette corrélation est d'autant plus forte que la prise de benzodiazépines a été prolongée[22].

Certaines molécules peuvent être responsables d'effets indésirables graves, non rencontrés avec d'autres de la même classe chimique. C'est le cas du tétrazépam qui n'a plus l'AMM (autorisation de mise sur le marché) en France depuis le 8 juillet 2013[23]. En effet on reconnaît au tétrazépam, produit qui était très largement prescrit en France (environ 9 millions de boîtes en 2010), une possible responsabilité dans 1616 cas d'effets indésirables dont 648 graves[24]. Il s'agit pour la moitié d'effets cutanés. L'imputabilité du tétrazépam est forte dans ces cas et la recommandation de la Commission nationale de pharmacovigilance en 2012 était la suppression de l'autorisation de ce produit en France ou, à la rigueur, la limitation de son usage à trois jours au maximum[25].

Réactions paradoxales[modifier | modifier le code]

Les réactions paradoxales touchent environ 5 % des individus traités[6]. Ces réactions peuvent aggraver l'épilepsie chez les individus atteints de ce trouble[26] et font apparaître ou également aggraver[27] des symptômes incluant insomnie, anxiété (trouble panique et trouble d’anxiété généralisée), nervosité / agitation, phobies (agoraphobie, phobie sociale, peurs irrationnelles), état hypomaniaque, excitation (hyperactivité), agressivité (hostilité, rage irrationnelle), spasmes musculaires — syndrome des jambes / bras qui bougent tous seuls, tremblements — et cauchemars, rêves très mouvementés.

Dépendance et tolérance[modifier | modifier le code]

L'usage des benzodiazépines est délicat du fait des risques de dépendance (en) et tolérance[28]. L'installation de la dépendance ou de la tolérance est très variable d'un individu à l'autre. La tolérance est l'autre facteur principal de l'aggravation de l'anxiété ou de l'insomnie sous benzodiazépines. La tolérance est le mécanisme suivant lequel le cerveau s'habitue à l'effet de la drogue, ce qui conduit le patient à augmenter les doses pour obtenir l'effet initial.

L'arrêt d'un traitement par benzodiazépines est progressif (l'intensité de la progressivité fait l'objet de débat) et sous surveillance médicale. Si un syndrome intense de sevrage se produit, il est conseillé de revenir à la dose précédente ; dans ce cas contraire, le syndrome de sevrage, parfois intense, peut durer plus de six mois.

Syndrome de sevrage[modifier | modifier le code]

Le syndrome de sevrage peut être observé chez des individus arrêtant de façon brève la consommation de benzodiazépines. Le syndrome de sevrage aux benzodiazépines (en) est une maladie iatrogénique. Le sevrage brutal (en) est proscrit en raison de la nécessité éthique de prévenir ou d'atténuer les symptômes de sevrage, en particulier dans les dépendances à fortes doses, qui souvent intenses, peuvent mettre en jeu le pronostic vital. La fréquence d'apparition d'un syndrome de sevrage chez les consommateurs chroniques de benzodiazépines se situe entre 15 et 26 %, mais les fréquences augmentent avec l'ancienneté du traitement (autour de 80 % pour des traitements supérieurs à 3 ans)[29]. Les symptômes de sevrage comprennent angoisse et anxiété, insomnie, nervosité, irritabilité, syndrome de panique, agoraphobie, insomnie, douleurs musculaires, troubles du système digestif en particulier troubles intestinaux, divers symptômes sensoriels et moteurs, ainsi que des troubles de la mémoire et des troubles cognitifs[30]. La durée du sevrage est variable selon les individus. Il s'effectue via une diminution progressive de la dose de benzodiazépine administrée quotidiennement. Les Anglo-Saxons mettent en place des groupes « Tranx », comparables aux groupes de soutien aux alcooliques ou aux toxicomanes. Chez 10 à 15 % des patients, les manifestations de sevrage ne disparaissent qu’après plusieurs mois, voire plusieurs années[31], on parle alors de syndrome prolongé de sevrage.

Selon le Pr Malcolm Lader[32] : « Certains de ces groupes de victimes des tranquillisants peuvent documenter sur des personnes qui ont encore des symptômes de sevrage dix ans après l'arrêt. ». Il ajoute également que 5 % des patients à qui des benzodiazépines ont été prescrites réagissent par des réactions psychiques appelées « paradoxales »[6].

Les études anglo-saxonnes montrent[réf. nécessaire] qu'environ 50 % des patients dépendants aux benzodiazépines retrouvent leur santé après sevrage. Environ 25 % constatent un bénéfice très substantiel après sevrage, bien que certaines séquelles presque toujours psychologiques ou neurologiques restent plus ou moins présentes. La corrélation entre la durée du traitement et l'apparition de symptômes de sevrage serait forte[réf. nécessaire]. Les Américains déconseillent une prescription sur une durée de plus d'un mois. En France, une benzodiazépine ne devrait pas être prescrite plus de trois mois[33]. L’utilisation régulière de benzodiazépine n’est plus efficace après quelques semaines à quelques mois[30].

Le Pr Édouard Zarifian déplore le fait que ces médicaments soient « distribués aux usagers qui ne sont pas forcément tous atteints de maladie psychiatrique, n'importe quand, n'importe comment et pour n'importe quoi. » Selon lui, les responsables de cette situation en France sont les médecins[34].

D'après les associations[Lesquelles ?], 73 % des anciens utilisateurs de benzodiazépines passent par une dépendance à l'alcool lors de leur sevrage, c'est ce que l'on peut appeler de l'alcoolisme iatrogène ou dépendance croisée entre l'alcool et les benzodiazépines.

Une étude montre que le taux de rechute est plus important suite au sevrage d'une benzodiazépine avec demi-vie courte par rapport à une demi-vie longue[35]. Heather Ashton conseille avant d'effectuer un sevrage d'une benzodiazépine, de passer à une benzodiazépine à demi-vie plus longue pour diminuer la fréquence et la sévérité des symptômes de sevrage[36]. Heather Ashton est auteur d'un manuel consultable en ligne à l'attention des utilisateurs de benzodiazépines souhaitant arrêter leur traitement[37].

Intoxication et toxicité[modifier | modifier le code]

Une overdose aux benzodiazépines (en) provoque une dépression respiratoire plus ou moins prononcée. Celle-ci est antagonisable avec le flumazénil (Anexate). Leur utilisation est préférée aux barbituriques, à la méthaqualone ou aux anesthésiques halogénés grâce à l'existence de cet antidote.

Une étude de 1996[38] concernant le flunitrazépam arrive aux conclusions suivantes : « le Rohypnol est une drogue dure, succédané de l'héroïne et un amnésiant puissant. Ce produit est dangereux par son pouvoir amnésiant et désinhibant. Ce produit n'a plus de place en thérapeutique. »

Une autre étude commandée par le gouvernement britannique en 2006[39] a classé les benzodiazépines au septième rang des drogues les plus dangereuses.

Statut réglementaire[modifier | modifier le code]

Dans certains pays plusieurs benzodiazépines soient inscrites sur la liste I des médicaments, et seules les boîtes de Tranxène 20 mg (pas le 10 mg) et de flunitrazépam (Rohypnol) 1 mg suivent les modalités de délivrance des stupéfiants (déconditionnement, délai de présentation...)[40].

La réglementation française concernant les hypnotiques et les tranquillisants[41] repose sur l'arrêté du [42] fixant la liste des substances de la liste I des substances vénéneuses à propriétés hypnotiques et/ou anxiolytiques dont la durée de prescription est réduite (ancien tableau A). Depuis le , le Rivotril (clonazépam) est prescrit uniquement sur ordonnance initiale hospitalière sécurisée par les spécialistes en neurologie et pédiatrie.

Aux États-Unis, le flunitrazépam (Rohypnol) et le bromazépam (Lectopan) sont des stupéfiants et ne sont pas disponibles.

En Belgique, la délivrance de benzodiazépines est soumise à ordonnance. Le flunitrazépam (Rohypnol) est aussi une substance réglementée assimilée aux stupéfiants. Seule la forme à 1 mg est encore autorisée (celle à 2 mg est interdite).

En Suisse, les préparations à base de benzodiazépines ne sont délivrées que sur ordonnance. Le flunitrazépam (Rohypnol) est une substance réglementée. Seule la forme à 1 mg est encore autorisée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P. Tyrer et K. R. Silk (Treatment of Sedative-Hypnotic Dependence), Cambridge Textbook of Effective Treatments in Psychiatry, Cambridge University Press,‎ , 1e éd. (ISBN 978-0-521-84228-0, lire en ligne), p. 402.
  2. (en) Griffiths, R. R.; Johnson, M. W., « Relative Abuse Liability of Hypnotic Drugs: A Conceptual Framework and Algorithm for Differentiating among Compounds », Journal of Clinical Psychiatry, vol. 66, no Suppl 9,‎ , p. 31–41 (PMID 16336040, lire en ligne [PDF])
  3. (en) LH Sternbach, « The benzodiazepine story », J. Med. Chem., vol. 22,‎ , p. 1–7 (PMID 34039, DOI 10.1021/jm00187a001)
  4. (en) NS Miller et MS Gold, « Benzodiazepines: reconsidered », Adv. Alcohol Subst. Abuse, vol. 8,‎ , p. 67–84 (PMID 1971487)
  5. (en) E Shorter, A Historical Dictionary of Psychiatry, Oxford University Press,‎ (ISBN 0-19-517668-5), « Benzodiazepines », p. 41–2
  6. a, b, c et d « Les effets secondaires des benzodiazépines », sur Benzodiazépines.cc (consulté le 4 octobre 2011)
  7. (es) GS. Jufe, « Nuevos hipnóticos: perspectivas desde la fisiología del sueño [New hypnotics: perspectives from sleep physiology] », Vertex, vol. 18, no 74,‎ , p. 294–9 (PMID 18265473)
  8. zolpidem, Répertoire Biam, janvier 2005]
  9. (en) Goldberg HL, Finnerty R, « Comparison of buspirone in two separate studies », J Clin Psychiatry, vol. 43, no 12 Pt 2,‎ , p. 87-91. (PMID 6759499) modifier
  10. (en) G. Chapouthier, P.Venault, « A pharmacological link between epilepsy and anxiety? », Trends Pharmacol. Sci., 2001, 22(10):491-493, PMID : 11583788, Résumé en ligne
  11. G. Chapouthier, P. Venault, « Medicin », Chemistry Reviews online, 2004, 1, 91-99
  12. Fiche clonazépam, Répertoire Biam, novembre 2009
  13. « Rivotril, indications, effets secondaires » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-23, CHU Rouen, novembre 2002
  14. (en) Lagnaoui R, Depont F, Fourrier A et al., « Patterns and correlates of benzodiazepine use in the French general population », Eur. J. Clin. Pharmacol., 2004, 60:523-9, PMID : 15338086
  15. (en) Sonnenberg CM, Bierman EJ, Deeg DJ, Comijs HC, van Tilburg W, Beekman AT. « Ten-year trends in benzodiazepine use in the Dutch population », Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 2012, 47:293-301, PMID : 21258999
  16. (en) Paulose-Ram R, Safran MA, Jonas BS, Gu Q, Orwig D. « Trends in psychotropic medication use among U.S. adults » Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2007;16:560-70.
  17. (en) Fourrier A, Letenneur L, Dartigues JF, Moore N, Begaud B. « Benzodiazepine use in an elderly community-dwelling population: characteristics of users and factors associated with subsequent use », Eur. J. Clin. Pharmacol., 2001, 57:419-25, PMID : 11599660
  18. (en) Hogan DB, Maxwell CJ, Fung TS, Ebly EM, « Prevalence and potential consequences of benzodiazepine use in senior citizens: results from the Canadian Study of Health and Aging », Can. J. Clin. Pharmacol., 2003, 10:72-7, PMID : 12879145
  19. (en) Carrasco-Garrido P, Jimenez-Garcia R, Astasio-Arbiza P, Ortega-Molina P, de Miguel AG. « Psychotropics use in the Spanish elderly: predictors and evolution between years 1993 and 2003 » Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2007;16:449-57
  20. (en) Windle A, Elliot E, Duszynski K, Moore V. « Benzodiazepine prescribing in elderly Australian general practice patients » Aust N Z J Public Health. 2007;31:379-81
  21. Goldenberg F., Retentissement noctume et diurne des benzadiazépines, Lettre du pharmacologue, 1992, 6: 112-6. « De nouvelles molécules pour traiter le sommeil - Les benzodiazépines »
  22. Billioti de Gage S, Moride Y, Ducruet T et al., Benzodiazepine use and risk of Alzheimer’s disease: case-control study, BMJ, 2014, 349:g5205
  23. article Le Monde sur le retrait du marché du tetrazepam, juillet 2013
  24. article du journal Le Monde, janvier 2013
  25. Voir le Rapport de cette Commission, décembre 2012.
  26. (en) J. Riss, J. Cloyd, J. Gates et S. Collins, « Benzodiazepines in epilepsy: pharmacology and pharmacokinetics », Acta Neurol. Scand., vol. 118, no 2,‎ , p. 69–86. (PMID 18384456, DOI 10.1111/j.1600-0404.2008.01004.x)
  27. Benzodiazépines, Fédération française de Psychiatrie/INSERM
  28. (en) Miller NS, Mahler JC, « Addiction to and dependence on benzodiazepines. Diagnostic confusion in clinical practice and research studies », J. Subst. Abuse Treat., vol. 8(1-2),‎ , p. 61-7. (PMID 1675693)
  29. Rapport sur le bon usage des médicaments psychotropes, Office parlementaire d'évaluation des politiques de santé, Assemblée Nationale, juin 2006
  30. a et b Usage rationnel des benzodiazépines, CPIB, octobre 2002
  31. (en) Protracetd withdrawal symptoms, Heather Ashton, 2004
  32. benzo.org.uk : Professor Malcolm H Lader : CV & Quotations
  33. « Sécurité d’emploi des benzodiazépines et produits apparentés. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-23 : « Respecter la durée de prescription. Elle doit être aussi brève que possible, notamment : de huit à douze semaines dans les troubles anxieux, réduction de posologie comprise, de deux à cinq jours en cas d'insomnie occasionnelle et deux ou trois semaines en cas d'insomnie transitoire. »
  34. « « La France, médaille d'or des pilules du bonheur » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-23, Le Nouvel Observateur, septembre 1996
  35. (en) Rickels K, Schweizer E, Case WG, Greenblatt DJ., « Long-term therapeutic use of benzodiazepines. I. Effects of abrupt discontinuation. », Arch. Gen. Psychiatry, no 48(1):51,‎ (lire en ligne)
  36. « Les Benzodiazépines : Comment agissent-elles et comment s'en sevrer ? Programmes de sevrage lent », sur benzo.org.uk,‎ (consulté le 28 janvier 2015)
  37. « Les benzodiazépines : comment agissent-elles et comment s'en sevrer ? », sur benzo.org.uk (consulté le 29 novembre 2014).
  38. Le Rohypnol, une drogue dure amnésiante, Université libre de Belgique, 1998
  39. (en) « Drugs: the real deal », The Independent, 2006
  40. Ordre des pharmaciens
  41. « Réglementation française concernant les hypnotiques et les tranquillisants » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-23, Agence médicale
  42. « Arrêté du 7 octobre 1991 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-23 relatif à la prescription des hypnotiques et anxiolytiques

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Di Porritt, Di Russell, The accidental addict: sleeping pills and tranquillisers that make you sick, Pan Australia, 1984.
  • M. Le Bellec, Ch. Bismuth, G. Lagier, S. Dally, Syndrome de sevrage sévère après arrêt des benzodiazépines, Thérapie, 1980, vol. 35, p. 113-118 (Peut-être le premier cas signalé par des professionnels français de graves syndromes de sevrage, en particulier deux cas de coma stade 2.)
  • (en) Heather Ashton, Benzodiazepine Withdrawal: outcome in 50 patients, British Journal of Addiction, 1987, vol. 82, p. 665-671.
  • Michel Bourin, Les benzodiazépines ; de la pharmacocinétique à la dépendance, Ellipses, 1989.
  • A. Pelissolo, J.-C. Bisserbe, Dépendance aux benzodiazépines ; aspects cliniques et biologiques, L'Encéphale, 1994, vol. 20, p. 147-157.
  • A. Pelissolo, Bien se soigner avec les médicaments psy, Odile Jacob, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]