Oxazépam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oxazépam
Image illustrative de l'article Oxazépam
Image illustrative de l'article Oxazépam
Identification
No CAS 604-75-1
No EINECS 210-076-9
Code ATC N05BA04
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C15H11ClN2O2  [Isomères]
Masse molaire[1] 286,713 ± 0,016 g/mol
C 62,84 %, H 3,87 %, Cl 12,37 %, N 9,77 %, O 11,16 %,
Propriétés physiques
fusion 205 à 206 °C[réf. souhaitée]
Précautions
Classification du CIRC
Groupe 2B : Peut-être cancérogène pour l'homme[2]
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 90 à 95%
Liaison protéique 85%
Demi-vie d’élim. 4 - 15 heures
Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique anxiolytique de la famille des benzodiazépines
Voie d’administration orale
Conduite automobile ne pas conduire (niveau 3)
Antidote flumazénil
Caractère psychotrope
Catégorie dépresseur du SNC
Risque de dépendance Modéré

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'oxazépam est un composé organique de la famille des benzodiazépines, commercialisé comme médicament. Comme toutes les molécules de cette famille, il possède des propriétés anxiolytiques, hypnotiques et sédatives, anticonvulsivantes, et myorelaxantes, mais il est surtout utilisé comme anxiolytique pour limiter les effets gênants de l'anxiété, et parfois comme hypnotique dans le traitement à court terme d'insomnie lorsque d'autres traitements, notamment des règles hygiéno-diététiques, ont échoué.

C'est un catabolite résultant de la dégradation du diazépam, du prazépam et du témazépam.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette substance médicamenteuse est apparue dans les années 1960.

Chimie[modifier | modifier le code]

Les laboratoires Roche (entreprise) et Wyeth ont travaillé sur les dérivés "3-hydroxy-benzodiazépines". Wyeth a découvert et breveté en premier la structure et l'activité biologique de l'Oxazépam commercialisé en 1965 aux US.

Relation Structure Activité[modifier | modifier le code]

La molécule présente un cycle benzène ou cycle A (benzo) et deux atomes d'azote (diaza) faisant partie de l'hétérocycle azoté à 7 atomes (azépine) ou cycle B. Un autre cycle phényl se trouve en position 5 du cycle azoté. L'halogène en position 7 du cycle A favorise l'activité anxiolytique. La suppression de la double liaison de l'azote en position 4 du cycle B diminue l'activité. Le groupement OH en position 3 du cycle B fait augmenter la polarité de la molécule, favorise la glucuronoconjugaison et une élimination plus rapide. La structure rigide en son centre peut présenter des groupements hydrophobes à sa surface dans les 3 dimensions de l'espace. Cette architecture empêche le collapse hydrophobe, permet la reconnaissance 3D avec la protéine et augmente les chances de biodisponibilité.

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

Mécanisme d'action[modifier | modifier le code]

L'oxazépam est une benzodiazépine de durée d'action intermédiaire de la famille des 3-hydroxy benzodiazépines. L'oxazépam agit en se liant aux sites BZD des récepteurs GABAergiques, et par allostérie augmentent l'effet du GABA sur le récepteur GABAA, entrainant un effet dépresseur sur le système nerveux central.

Pharmacocinétique[modifier | modifier le code]

La demi-vie de l'oxazépam est de 4 à 15 heures. Par ailleurs, l'oxazépam est la benzodiazépine la plus lentement absorbée et a par conséquent le plus long délai d'action (temps avant manifestation de l'effet thérapeutique) de toutes les benzodiazépines[3].

L'oxazépam est un des métabolites actifs formés lors de la métabolisation du diazépam, nordazépam et d'autres médicaments à structure similaire. L'oxazépam semble être plus sûr que les autres benzodiazépines pour les patients insuffisants hépatiques car son action et son élimination ne dépendent pas d'une métabolisation hépatique (comme c'est le cas avec le diazépam), mais par glucurono-conjugaison, n'entrainant pas la fabrication de métabolites actifs, limitant ainsi les risques d'accumulation du médicament, notamment chez le sujet âgé.

Oxazépam
Image illustrative de l'article Oxazépam
Noms commerciaux
  • Anxiolit (Suisse)
  • Novoxapam (Canada)
  • Oxpam (Canada)
  • Séresta (France, Suisse)
Laboratoire Apotex, Biodim, Biomed 2002 Inc. Eurogenerics (EG), Meda Pharma GmbH, Novopharm, Pharmascience Inc. Pro Doc Ltée, Riva Inc. Vifor SA
Forme comprimés dosés à 10, 15 et 50 mg
Administration per os
Classe anxiolytiques dérivés de la benzodiazépine, ATC code N05BA04

Utilisation thérapeutique[modifier | modifier le code]

Indications thérapeutiques[modifier | modifier le code]

C'est une benzodiazépine intermédiaire qui a une action plus lente et prolongée[4] d'où son utilisation plus comme anxiolytique que comme hypnosédatif et comme somnifère. Elle est donc habituellement prescrite pour le traitement symptomatique de l'anxiété, associée ou non à la dépression. Elle est aussi utilisée dans le cadre d'un sevrage alcoolique.

Cette molécule est également employée pour traiter les symptômes de la phobie sociale, du stress post-traumatique, et pour d'autres pathologies[5].

Contre-indications[modifier | modifier le code]

L'oxazépam est contre-indiqué en cas de myasthénie et de maladie hépatique sévère, d'hypersensibilité aux benzodiazépines (comme tous les médicaments de cette classe).

Il est déconseillé en cas d'insuffisance respiratoire sévère, en cas de grossesse (trois premiers mois, car le risque tératogène n'est pas évalué ; dernier trimestre par risque d'intoxication ou de syndrome de sevrage du nouveau-né) et en cas d'allaitement.

L'usage de boissons alcoolisées est fortement déconseillé.

Précautions spéciales d'emploi[modifier | modifier le code]

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Ils sont pour la plupart ceux des autres benzodiazépines.

En cas de sevrage brutal (diminution rapide de la dose ou arrêt du traitement) de l'oxazépam, peuvent apparaître des douleurs abdominales, des crampes du muscle, convulsions, dépression, insomnie, transpiration, tremblements, ou vomissement[6].

Effets sur la descendance humaine[modifier | modifier le code]

Bien qu'aucun effet grave n'ait été signalé sur la descendance humaine, la prudence veut que cette substance ne soit pas utilisée pendant la grossesse, notamment :

  • pendant les trois premiers mois : risque tératogène non-évalué ;
  • dernier trimestre par risque d'intoxication ou de syndrome de sevrage du nouveau-né).

De même, l'utilisation pendant l'allaitement est fortement déconseillée.

Effets secondaires fréquents[modifier | modifier le code]

Les effets secondaires les plus fréquents sont la somnolence et de grosses pertes de mémoire.

Effets secondaires rares ou possibles[modifier | modifier le code]

  • Amnésie antérograde
  • Ictus amnésique
  • Vertige
  • Céphalée (mal de tête)
  • Difficultés de mémorisation
  • Excitation paradoxale
  • Diplopie (vision double)
  • Augmentation de l'appétit
  • Euphorie
  • Fatigue
  • Désorientation
  • Obnubilations
  • Dépendance, avec phénomènes de sevrage à l'arrêt.

Effets secondaires éventuels[modifier | modifier le code]

Certains effets secondaires plus rares ont été constatés :

Voies d'administration et formes galéniques[modifier | modifier le code]

Posologie et mode d'administration[modifier | modifier le code]

La posologie est strictement individuelle, et peut varier de 10 à 150 mg chez certains sujets.

Statut légal[modifier | modifier le code]

Liste I produit listé substance toxique ; uniquement sur ordonnance.

Disponibilité[modifier | modifier le code]

Uniquement sur ordonnance liste I.

Accoutumance, tolérance et sevrage[modifier | modifier le code]

L'oxazépam, comme les autres benzodiazépines, peut causer une tolérance, une dépendance physique pouvant mener à une addiction et dans certains cas à un syndrome de sevrage. L'arrêt brutal d'une consommation longue (supérieure à 12 semaines) et/ou importante d'oxazepam ou des autres benzodiazépines peut se caractériser par des symptômes de sevrage similaires à ceux retrouvés dans le sevrage alcoolique. Plus la période d'utilisation et l'intensité des doses auront été importantes, plus ces symptômes risquent d'être marqués. C'est pourquoi un traitement aux benzodiazépines se doit d'être arrêté aussi rapidement que possible par réduction lente et progressive des doses[7].

Interactions médicamenteuses[modifier | modifier le code]

L'oxazépam étant un métabolite actif du diazépam, il existe un risque possible d'interactions avec d'autres médicaments ou aliments, avec l'exception des interactions liées au CYP450 (comme avec la cimétidine).

Par ailleurs, comme toutes les benzodiazépines, la prise combinée avec un autre dépresseur du système nerveux central, comme les opioïdes — codéine, morphine, méthadone, etc. — l'alcool ou encore d'autres benzodiazépines, est déconseillée, les interactions étant imprévisibles et pouvant mener à une augmentation de la sédation, de l'incoordination motrice, et dans certains cas à la mort par arrêt respiratoire en cas de surdose impliquant plusieurs dépresseurs du système nerveux central.

Dose toxique[modifier | modifier le code]

Il existe un antidote spécifique dose-dépendant : le flumazénil (Anexate).

Risques et tableau clinique[modifier | modifier le code]

Risque de dépression respiratoire en cas de surdosage volontaire ou involontaire.

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Utilisation récréative[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Du fait de sa lente solubilité, l'oxazépam prête peu à une utilisation récréative, mais peut, chez certains sujets naïfs, engendrer une tolérance, puis une assuétude, une addiction et finalement un abus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Evaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 2B : Peut-être cancérogènes pour l'homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC, (consulté le 22 août 2009)
  3. Serfaty M, Masterton G, « Fatal poisonings attributed to benzodiazepines in Britain during the 1980s », Br. J. Psychiatry, vol. 163, no 3,‎ , p. 386–93 (PMID 8104653, DOI 10.1192/bjp.163.3.386)
  4. (en) Marc Galanter et Herbert D. Kleber, The American Psychiatric Publishing Textbook of Substance Abuse Treatment, United States of America, American Psychiatric Publishing Inc, , 4e éd. (ISBN 978-1-58562-276-4, LCCN 2007049667, lire en ligne), p. 216
  5. http://www.psychatlanta.com/documents/serax.pdf
  6. (en) Oxazepam patient advice including side effects
  7. (en) MacKinnon GL et Parker WA, « Benzodiazepine withdrawal syndrome: a literature review and evaluation », The American journal of drug and alcohol abuse, vol. 9, no 1,‎ , p. 19–33 (PMID 6133446, DOI 10.3109/00952998209002608)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]