Dysfonction sexuelle liée aux médicaments ISRS

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La dysfonction sexuelle liée aux médicaments ISRS est un dysfonctionnement sexuel, effet secondaire des antidépresseurs de la classe ISRS, Inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine, persistant après l'arrêt du traitement. Elle peut durer quelques années voire se perpétuer. Les symptômes peuvent varier de la baisse de libido et de désir sexuel à une anesthésie génitale complète.

Manifestations[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les manifestations sexuelles attribuées aux ISRS peuvent comprendre :

Prévalence[modifier | modifier le code]

La prévalence réelle de la dysfonction sexuelle liée aux ISRS n'a pas encore été déterminée. Il est connu que les ISRS peuvent provoquer différents types de dysfonctionnement sexuel.

Les premières études ont révélé que des effets secondaires ont été signalés par au moins 10 % des patients.

Quand les médecins ont demandé directement aux patients sous traitement s'ils souffraient de difficultés sexuelles, près de 60 %[1] ont déclaré en avoir. La méthode de déclaration spontanée est connue pour entraîner des taux de rapports inférieurs comparées aux méthodes à question ciblée soit à cause de la stigmatisation des troubles sexuels soit en raison des biais de déclaration.

LAREB [2],[3] est l'organisation scientifique indépendante officielle aux Pays-Bas, qui inventorie les effets secondaires des médicaments. LAREB travaille en étroite collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Agence européenne des médicaments (AEM).

Étiologie[modifier | modifier le code]

Les antidépresseurs augmentent la libération de sérotonine en inhibant la recapture de ce neurotransmetteur. La dysfonction sexuelle liée aux ISRS serait due à l'activation de certains récepteurs à la sérotonine, notamment les récepteurs 5HT2A et 5HT2C, ce qui diminuerait la libération de dopamine et provoquerait des troubles parkinsoniens ainsi qu'une augmentation de la prolactine.

La trazodone (Desyrel), un SARI (Serotonin antagonist and reuptake inhibitor) ayant une activité antagoniste sur le récepteur 5HT2A, provoque moins de troubles sexuels que les ISRS. L'antidépresseur bupropion dont le mécanisme se focalise sur la dopamine, peut parfois compenser aussi les troubles générés pendant la prise d'un ISRS Les antagonistes de la sérotonine (comme la cyproheptadine) aident à combattre les effets secondaires des ISRS.

La fluoxétine (Prozac), l'ISRS type, est classé comme toxique pour la reproduction[4] par le Center for the Evaluation of Risks to Human Reproduction (en).

Traitements[modifier | modifier le code]

Il n'y a actuellement aucun remède contre la dysfonction sexuelle liée aux ISRS, principalement parce que l'étiologie de ces troubles est mal comprise voire inconnue. De possibles traitements pour ces troubles indus par l'utilisation de ISRS ont été suggérés de manière théorique[5],[6],[7]. Il existe une absence de tests validés par placebo pouvant valider l'un ou l'autre traitement. De tout ce qui a été entrepris, il semble se dégager des preuves de l'efficacité de certaines stratégies telles les inhibiteurs spécifiques des phosphodiestérases de type 5 (PDE5) (sildénafil) dans le cadre de troubles de l'érection (une étude a également prouvé une amélioration sur l'orgasme[8], mais sans aucun effet sur le désir), l'ajout de bupropione pour les baisses de libido, et pour d'autres troubles sexuels, un switch vers l'antidépresseur néfazodone (où il n'est pas interdit à cause de sa toxicité hépatique)[9].

Des études psychiatriques semblent indiquer que le bupropion est le premier choix visant à restaurer une sexualité « normale » bien que cette stratégie ne fasse pas partie des usages pour lequel ce médicament est destiné. À titre d'exemple, lorsque les patients sont toujours traités par ISRS, 36 % des psychiatres préfèrent switcher leur patients avec des troubles dus à ces ISRS vers le bupropion, tandis que 43 % préfèrent une stratégie d'augmentation avec leur prescription initiale[10]. De fortes doses de bupropion peuvent être nécessaires avant de voir une quelconque amélioration (minimum 300 mg): une étude avec 31 patients utilisant une dose de 150 mg n'a montré aucune différence d'avec un placebo ou d'avec une sexothérapie, ou d'avec un traitement combiné[11] tandis qu'une étude avec 234 patients prenant deux fois 150 mg quotidiennement (soit 300mg) on constatés une amélioration significative[12]. Ces améliorations ne concernent malheureusement que des patients sous ISRS et dans le cadre de PSSD (Post-SSRI Sexual Dysfunction), aucune information n'est disponible quant à une quelconque efficacité du bupropion.

D'autres stratégies (bien que non officiellement approuvées) incluent le pramipexole, le ropinirole, la yohimbine et d'autres molécules augmentant les niveaux sanguins de dopamine. Malheureusement, aucun test en double aveugle n'a encore été effectué. La cabergoline, un agoniste des récepteurs D2 parvint à restaurer pleinement un orgasme chez un tiers des patients anorgasmiques et partiellement chez un autre tiers[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Zajecka J, Mitchell S, Fawcett J, « Treatment-emergent changes in sexual function with selective serotonin reuptake inhibitors as measured with the Rush Sexual Inventory », Psychopharmacol Bull, vol. 33, no 4,‎ , p. 755–60 (PMID 9493488)
  2. "Emerging evidence (...) suggests that in some individuals, sexual dysfunction may persist indefinitely. Lareb received 19 reports of persistent sexual dysfunction after SSRI use. Although changes in sexual desire, sexual performance, and sexual satisfaction often occur as manifestations of a psychiatric disorder, these reports suggest that they may also be a consequence of SSRI treatment. The symptoms occurred soon after start of the medication and some patients reported explicitly that relational problems or sexual function disorders were not present before start of the SSRI. Some patients also reported that the depression remained in full remission, but the sexual function disorder persisted." [1], SSRIs and Persistent Sexual Dysfunction, 2012, Den Bosch, Netherlands Pharmacovigilance Centre Lareb.
  3. [2]
  4. (en) R.N. Hines, J. Adams, G.M. Buck et al., « NTP-CERHR Expert Panel Report on the Reproductive and Developmental Toxicity of Fluoxetine », Birth Defects Research (Part B), vol. 71,‎ , p. 193–280 (lire en ligne)
  5. Keller Ashton A, Hamer R, Rosen RC, « Serotonin reuptake inhibitor-induced sexual dysfunction and its treatment: a large-scale retrospective study of 596 psychiatric outpatients », J Sex Marital Ther, vol. 23, no 3,‎ , p. 165–75 (PMID 9292832, DOI 10.1080/00926239708403922)
  6. Keltner NL, McAfee KM, Taylor CL, « Mechanisms and treatments of SSRI-induced sexual dysfunction », Perspect Psychiatr Care, vol. 38, no 3,‎ , p. 111–6 (PMID 12385082, DOI 10.1111/j.1744-6163.2002.tb00665.x)
  7. Sukoff Rizzo SJ, Pulicicchio C, Malberg JE, et al., « 5-HT(1A) receptor antagonism reverses and prevents fluoxetine-induced sexual dysfunction in rats », Int. J. Neuropsychopharmacol., vol. 12, no 8,‎ , p. 1045–53 (PMID 19435548, DOI 10.1017/S1461145709000406, lire en ligne)
  8. Burghardt K, « Sildenafil for SSRI-induced sexual dysfunction in women », Current Psychiatry,‎
  9. Balon R, « SSRI-Associated Sexual Dysfunction », The American Journal of Psychiatry, vol. 163, no 9,‎
  10. Dording CM, Mischoulon D, Petersen TJ, Kornbluh R, Gordon J, Nierenberg AA, Rosenbaum JE, Fava M., « The pharmacologic management of SSRI-induced side effects: a survey of psychiatrists », Ann Clin Psychiatry, vol. 14, no 3,‎ , p. 143–7 (PMID 12585563, DOI 10.3109/10401230209147450)
  11. Cabello F, « Effectiveness of the Treatment of Female Hypoactive Sexual Desire Disorder », J Sex Res,‎ (lire en ligne)
  12. Safarinejad M, « The effects of the adjunctive bupropion on male sexual dysfunction induced by a selective serotonin reuptake inhibitor: a double-blind placebo-controlled and randomized study », BJU International,‎
  13. http://www.everydayhealth.com/sexual-health/0524/drug-restores-normal-orgasm-in-men.aspx