Atomoxétine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Atomoxétine
Image illustrative de l’article Atomoxétine
Image illustrative de l’article Atomoxétine
Identification
Nom UICPA (3R)-N-méthyl-3-(2-méthylphénoxy)-3-phényl-propan-1-amine
Synonymes

(3R)-N-méthyl-3-phényl-3-(o-tolyloxy)propan-1-amine

No CAS 83015-26-3
No ECHA 100.120.306
Code ATC N06BA09
DrugBank APRD00614
PubChem 54841
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C17H21NO  [Isomères]
Masse molaire[1] 255,3547 ± 0,0156 g/mol
C 79,96 %, H 8,29 %, N 5,49 %, O 6,27 %,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 63 à 94 %
Liaison protéique 40 %
Métabolisme Hépatique, via CYP2D6
Demi-vie de distrib.

5 heure

Excrétion

Rénale(>80 %) Fécale(<17 %)

Caractère psychotrope
Catégorie Inhibiteur de la recapture de la norépinéphrine
Mode de consommation

Ingestion


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'atomoxétine est un médicament utilisé pour traiter le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité.

Ce médicament est retiré de la vente en France depuis le 13 juillet 2012[2]. Il avait reçu une autorisation de mise sur le marché en France le 28 juin 2010[3] et est sur le marché aux États-Unis depuis 2002, en Grande-Bretagne depuis 2004 et dans les autres pays européens à l'exception de la France depuis 2004 à 2005[3].

Spécificité[modifier | modifier le code]

L'atomoxétine est différente des autres médicaments utilisés pour traiter le TDA/H car il n'est pas un psychostimulant, mais bien un inhibiteur hautement sélectif des transporteurs pré-synaptiques de la noradrénaline.

atomoxétine
Noms commerciaux
  • Abretia (Pérou)
  • Attentrol (Inde)
  • Axepta (Inde)
  • Deaten (Chili)
  • Passiva (Pérou)
  • Recit (Argentine)
  • Strattera (Belgique, Bulgarie, Canada, Espagne, États-Unis, Italie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Russie, Suisse, Tunisie, Turquie, etc.)
Laboratoire Andromaco, Apotex, Domonion pharmacal, Eli Lilly, Farmindustria, Gador, Intas, Mylan ULC, Pharmascience, Pro Doc Limitée, Riva, Roemmers, Sandoz, Sun, Teva
Sels chlorhydrate
Forme gélules, dosées à 10, 18, 25, 40, 60, 80 et 100 mg
Administration per os
Classe psychoanaleptiques, psychostimulants, agents utilisés en cas de trouble déficit de l'attention/hyperactivité (TDAH) et nootropiques, sympathicomimétiques centraux, ATC code N06BA09
Autres informations commercialisation supprimée en France en juin 2012[2]

Composition[modifier | modifier le code]

Le médicament est initialement manufacturé sous le nom de Strattera et produit par la compagnie Eli Lilly and Company. Il est disponible sous forme de gélules sous différentes doses :

  • 10 mg :
    chaque gélule a un corps blanc opaque gravé Lilly au-dessus de 3227 et contient 10 mg d'atomoxétine. Ingrédients non médicinaux : amidon prégélatinisé, diméthicone, gélatine, laurylsulfate de sodium et un ou plus des éléments ci-après : AD et C bleu no 2, dioxyde de titane et oxyde de fer jaune synthétique.
  • 18 mg :
    chaque gélule a un corps or et blanc opaque gravé Lilly au-dessus de 3238 et contient 18 mg d'atomoxétine. Ingrédients non médicinaux : amidon prégélatinisé, diméthicone, gélatine, laurylsulfate de sodium et un ou plus des éléments ci-après : AD et C bleu no 2, oxyde de fer jaune synthétique et dioxyde de titane.
  • 25 mg :
    chaque gélule a un corps bleu opaque gravé Lilly au-dessus de 3228 et contient 25 mg d'atomoxétine. Ingrédients non médicinaux : amidon prégélatinisé, diméthicone, gélatine, laurylsulfate de sodium et un ou plus des éléments ci-après : AD et C bleu no 2, oxyde de fer jaune synthétique et dioxyde de titane.
  • 40 mg :
    chaque gélule a un corps bleu opaque gravé Lilly au-dessus de 3229 et contient 40 mg d'atomoxétine. Ingrédients non médicinaux : amidon prégélatinisé, diméthicone, gélatine, laurylsulfate de sodium et un ou plus des éléments ci-après : AD et C bleu no 2, oxyde de fer jaune synthétique et dioxyde de titane.
  • 60 mg :
    chaque gélule a un corps bleu et or opaque gravé Lilly au-dessus de 3239 et contient 60 mg d'atomoxétine. Ingrédients non médicinaux : amidon prégélatinisé, diméthicone, gélatine, laurylsulfate de sodium et un ou plus des éléments ci-après : AD et C bleu no 2, oxyde de fer jaune synthétique et dioxyde de titane.

Dans certains pays, on peut trouver d'autres doses comme 80 mg et 100 mg. Il est fortement déconseillé de dépasser une dose de 100 mg.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Strattera.JPG

Ce médicament peut avoir certains effets secondaires tels que :

  • une augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle[4] (cet effet secondaire très fréquent fait l'objet de contre-indications et de précautions[4]) ;
  • de la fatigue ;
  • de l'irritabilité ou des sautes d'humeur ;
  • des brûlures d'estomac, des gaz, une perte de l'appétit, de la nausée, diarrhée et/ou des vomissements spontanés ;
  • des maux de tête ;
  • des menstruations (périodes) douloureuses ;
  • des troubles du sommeil ;
  • un écoulement nasal ;
  • une dysfonction érectile (difficulté à obtenir ou à maintenir une érection) ou une pulsion sexuelle diminuée ;
  • une éruption cutanée ou une démangeaison, des sensations de fourmillement ou de picotements sur la peau ;
  • une perte de poids ;
  • une syncope ou une sensation de tête légère en se mettant debout.

Dans certains cas rares, tels que mentionnés ci-dessous, il est recommandé d'en parler à votre médecin :

  • de l'agitation ;
  • des palpitations (sensation que votre cœur bat rapidement ou irrégulièrement) ;
  • des problèmes urinaires ;
  • des symptômes d'atteinte hépatique (par exemple le jaunissement du blanc des yeux ou de la peau, une douleur abdominale, une perte de l'appétit, des selles claires, une urine sombre) ;
  • des symptômes de dépression (par exemple un désintérêt envers vos activités habituelles, de la tristesse, des pensées suicidaires) ;
  • un comportement agressif ;
  • une élévation de la pression artérielle.

Il est recommandé de cesser la prise du médicament dans les cas ci-dessous :

  • des hallucinations (par exemple l'illusion d'entendre, de voir ou de sentir quelque chose qui n'existe pas réellement) ;
  • des symptômes d'une réaction allergique grave (par exemple de l'urticaire, une boursouflure du visage et une enflure de la gorge, une difficulté respiratoire) ;
  • des pensées suicidaires ou des indices d'un comportement suicidaire.

Ainsi La revue Prescrire juge en 2009 que ce médicament n'apporte rien de nouveau et que les effets secondaires sont, comme pour le méthylphénidate, non négligeables[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b http://www.doctissimo.fr/medicament-STRATTERA.htm
  3. a et b Strattera : avis du 19 janvier 2011 de la commission de la transparence, Haute autorité de santé
  4. a et b Information importante de sécurité concernant Strattera® (atomoxétine) et élévation de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque, novembre 2011 : Information détaillée sur swissmedic.ch (PDF), Résumé sur swissmedic.ch.
  5. (rédaction) « Atomoxétine (Strattera) Hyperactivité avec déficit de l'attention : pas mieux que le méthylphénidate » Rev Prescrire 2009;29(312)731-735.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]