Citalopram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
bromydrate de citalopram
Énantiomère R du citalopram (en haut) et S-citalopram (en bas)
Énantiomère R du citalopram (en haut) et S-citalopram (en bas)
Identification
Nom UICPA (RS)-1-[3-(dimethylamino)propyl]-
1-(4-fluorophenyl)-1,3-dihydro[3,4]benzofuran-
5-carbonitrile
No CAS 59729-33-8 (racémique)
128196-01-0 S(+)
128196-02-1 R(–)
No EINECS 261-891-1
Code ATC N06AB04
PubChem 2771
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C20H21FN2O  [Isomères]
Masse molaire[1] 324,3919 ± 0,0182 g/mol
C 74,05 %, H 6,53 %, F 5,86 %, N 8,64 %, O 4,93 %,
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 80 %
Métabolisme Hépatique (CYP3A4) et (CYP2C19)
Demi-vie d’élim. 35 heures
Excrétion

35 % urines, 65 % selles

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Antidépresseur ISRS
Voie d’administration Orale
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le citalopram, ou plus exactement le bromhydrate de citalopram, est un antidépresseur inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS), il est utilisé pour le traitement de la dépression associé ou non, à des troubles de l'humeur, et dans l'ensemble des troubles de l'anxiété.

Le citalopram a été commercialisé dans plus de 65 pays[2] sous divers noms tels que Celapram, Celexa, Ciazil, Cilift, Cipram, Cipramil, Ciprapine, Citabax, Citalec, Citaxin, Citrol, Ecosol, Mepha, Recital, Seropram (France), Talam, Zentius, Zetalo.

Il existe de nombreux génériques commercialisés par les laboratoires: Actavis, Cristers, Lunbeck, Mylan, Sandoz (Ecosol), etc.[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Son principe actif, le citalopram, a été découvert en 1989 par le laboratoire pharmaceutique Lundbeck[4].

Le brevet sur le citalopram étant tombé dans le domaine public au début des années 2000, le laboratoire Lundbeck a alors racheté tous les laboratoires avancés dans le développement des génériques du citalopram, pour interrompre leur projets, et offert une indemnité aux autres pour qu’ils renoncent le commercialiser. Constatant que le laboratoire Lundbeck est en situation de monopole, l'Union européenne engage en 2010 une procédure anti-trust qui les oblige à changer de stratégie.

Lundbeck développe alors un isomère, plus exactement l'énantiomère (S) du citalopram, c'est-à-dire son image parfaite dans un miroir, breveté sous le nom de S-citalopram ou escitalopram, mais pour lequel il reçoit en 2002 de la Commission de transparence un refus de remboursement car il n'apporte aucun effet nouveau (note 5) par rapport au citalopram. Autrement dit, il s'agit de la même molécule avec les mêmes effets; En 2004, le dossier est représenté et, grâce à une forte campagne de lobbying auprès des membres de la commission, un bénéfice minime est reconnu (note 4) et la commercialisation commence sous les marques de Seroplex, Cipralex ou Lexapro. Remboursé finalement au taux maximum (note 1) à 65%, le Séroplex fait partie en 2009 des dix médicaments les plus remboursés par la sécurité sociale française.

En 2014, le brevet du Séroplex tombe à son tour dans de domaine public, et le laboratoire Lundbeck lance un nouvel antidépresseur, le Brintellix qui reçoit lui aussi un avis défavorable du fait qu'il n'apporte pas de progrès thérapeutique par rapport au Séroplex[5].

Les membres de la commission et les experts chargés de donner un avis sur le Séroplex auraient reçu des paiement du laboratoire pharmaceutique, causant à la Sécurité sociale française un préjudice d'environ un milliard d'euros. En avril 2015, le Parquet de Paris a ouvert une information pour conflit d'intérêts et chargé de l'enquête la section de la Police judiciaire spécialisée dans la lutte contre la corruption[6].

Indications[modifier | modifier le code]

comprimés blanc de 20 mg de citalopram, et rose de 40 mg.

Le citalopram est approuvé dans le traitement :

Le citalopram a aussi montré qu'il pouvait réduire de manière significative les symptômes liés à la neuropathie diabétique[8] et l'éjaculation prématurée[9].

Aux États-Unis, un tiers des enfants diagnostiqués avec une forme d'autisme se voient traités de leurs symptômes (en particulier les comportements répétitifs) par ce médicament. Toutefois, une étude publiée en 2009 indique que cette molécule ne serait pas plus efficace qu'un placebo[10],[11].

Posologie, contre-indications[modifier | modifier le code]

  • Allongement du QT[12]. En 2011, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé a informé que les doses de Citalopram et d'Escitalopram devait être diminuées, voire supprimées, aux patients présentant un allongement de l'intervalle QT[13].
  • En tout état de cause, la dose maximale de Citalopram est limitée à 40 mg par jour, et abaissée à 20 mg pour les sujets de plus de 65 ans, ou présentant une insuffisance hépatique. La dose maximale d'Escitalopram est limitée à 20 mg par jour, et abaissée à 10 mg pour les sujets de plus de 65 ans, ou présentant une insuffisance hépatique[14].

Effets secondaires et interactions médicamenteuses[modifier | modifier le code]

Le citalopram est un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) relativement sûr et bien toléré à dose thérapeutique[15].

Dans les essais cliniques, plus de 10 % des patients ont rapporté un ou plusieurs effets indésirables suivants :

Dans le cas où il existe des dysfonctions sexuelles (diminution du désir sexuel, anorgasmie, trouble de l'excitation…) avant l'apparition d'un état dépressif, une utilisation du citalopram devra impérativement être évitée[16].

Dans de rares cas (environ plus de 1 % des cas), des réactions allergiques, des convulsions, des sautes d'humeur, anxiété et confusion ont été rapportés. Si cela se produit, il est conseillé de prendre la dose à l'heure du coucher au lieu de la matinée.

Sevrage[modifier | modifier le code]

Comme tous les antidépresseur, un syndrome de sevrage très pénible peut apparaître, selon la durée du traitement, l'état du patient et d'autres circonstances. Ils est souvent interprété par le patient comme une rechute de l'affection primitive. Il est impérativement conseillé de ne jamais arrêter le traitement d'un coup, mais de diminuer progressivement la dose sur une durée de plusieurs semaines.

Stéréochimie[modifier | modifier le code]

Le citalopram est une molécule chirale qui possède donc deux énantiomères, ceux-ci sont appelés S -(+)- citalopram et R -(–)- citalopram.

S-(+)-citalopram R-(−)-citalopram
S-(+)-citalopram R-(−)-citalopram
S-(+)-citalopram R-(−)-citalopram

Le citalopram est vendu comme mélange racémique (50 % de chacun des énantiomères), Lundbeck commercialise aussi l'énantiomère S -(+)- citalopram seul sous le nom de Seroplex ou Lexapro (escitalopram).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Compendium suisse des médicaments : spécialités contenant Citalopram