Syndrome d'arrêt des antidépresseurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le syndrome d'arrêt des antidépresseurs[1],[2], ou syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs[3], désigne l'ensemble des symptômes qui peuvent apparaître à la suite de l'arrêt (brutal ou progressif) ou une réduction marquée d'un traitement antidépresseur[4], qui a été pris pendant au moins 4 semaines[4]. Les symptômes du syndrome d'arrêt des antidépresseurs dépendent des propriétés pharmacologiques des molécules[4].

La terminologie « sevrage, syndrome de sevrage », autrefois utilisée[Par qui ?] pour les antidépresseurs est désormais remplacée pour des raisons commerciales[réf. nécessaire] par les termes « syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs », « symptômes de discontinuation », « syndrome d'arrêt des antidépresseurs ». L'ancienne terminologie étant inappropriée[réf. nécessaire] car les antidépresseurs n'entraînent pas de dépendance[réf. nécessaire] (également appelée pharmacodépendance) ; ce terme est donc évité. Des symptômes incluant l'akathisie tardive et la dysfonction sexuelle post ISRS (PSSD), peuvent persister des mois ou des années, mais peuvent spontanément disparaître après une présence prolongée[réf. nécessaire].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Symptômes[modifier | modifier le code]

Les symptômes entrant dans le cadre du syndrome d'arrêt des antidépresseurs peuvent être considérés comme une réponse physiologique normale à l'arrêt du traitement[4]. Le syndrome d'arrêt des antidépresseurs n'implique pas de dépendance, mais des désordres chimiques potentiellement graves du fonctionnement du cerveau[réf. nécessaire].

Les symptômes sont variables ; il n'y a pas de signe spécifique au syndrome d'arrêt des antidépresseurs qui permettrait d'établir un diagnostic certain[4].

Les symptômes apparaissent dans les 2 à 4 jours qui suivent la dernière prise (ou la réduction marquée) de l'antidépresseur et peuvent selon certains patients durer huit ans[réf. nécessaire]. Il n'existe pas assez de recul pour affirmer que ce syndrome n'est pas susceptible de durer plus longtemps[réf. nécessaire]. Des perturbations sensorielles, émotionnelles, somatiques ont été rapportées telles que : des brain zaps (sensation de choc électrique dans le cerveau[5],[6]), des acouphènes, une hypersensibilité aux sons, une hypersensibilité à la lumière, des flash de lumière, des nausées, de l'insomnie, des symptômes similaires au trouble anxieux (attaque de panique, anxiété non spécifiée, anxiété persistante), des symptômes similaires au trouble dépressif[4].

Des brain zaps sont rapportés dans la littérature scientifique à la suite de l'arrêt d'ISRS[7],[8],[9] ou d'IRSNa[10],[11].

Il est possible de distinguer le « syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs » : si lors de la diminution du traitement des symptômes apparaissent ; et si un rétablissement du traitement, une augmentation de la dose, ou une substitution par un traitement avec le même mécanisme d'action[4], enlève rapidement les symptômes apparus ; alors on pourra penser que les symptômes sont dus au traitement[12] et constituent un syndrome d'arrêt des antidépresseurs.

Les personnes souffrant de symptômes de sevrage aux antidépresseurs ont été traitées par antidépresseurs de manière continue durant une période prolongée et ont diminué ou arrêté le médicament récemment. La tableau ci-dessous propose une typologie des symptômes de sevrage après réduction ou arrêt des SSRI ou SNRI[13].

Symptômes généraux Symptômes pseudo-grippaux, transpiration, frissons, bouffées de chaleur, fatigue, faiblesse, somnolence
Symptômes visuels Vision altérée, vision floue
Symptômes cardiovasculaires Vertiges, tête vide, palpitations, difficulté à respirer
Symptômes digestifs Diarrhée, encoprésie, douleurs abdominales, nausées, vomissements, manque d'appétit
Symptômes sensoriels Picotements, sensation de choc électrique choc dans le cerveau, démangeaisons, altération du goût, acouphènes
Symptômes neuromusculaires Choc, agitation, rigidité musculaire, douleurs musculaires, tremblements, névralgies, spasmes musculaires, sensations de morsures du visage, difficulté à coordonner les mouvements
Symptômes cognitifs Confusion, amnésie, désorientation, trouble de la concentration
Symptômes affectifs Anxiété, agitation, tension, panique, dépression, intensification de l'idéation suicidaire, irritabilité, impulsivité, agressivité, colère, larmes, sautes d'humeur rapides, déréalisation, dépersonnalisation
Symptômes psychotiques Hallucinations visuelles ou auditives
Troubles du sommeil Insomnie, rêve éveillé, cauchemars, hypersomnie
Symptômes sexuels Ejaculation précoce, hypersensibilité génitale, impuissance

Causes et facteurs de risque[modifier | modifier le code]

Les mécanismes du syndrome d'arrêt des antidépresseurs sont l'objet d'investigations et leur connaissance est un enjeu pour le traitement de la dépression[14],[15].

Les antidépresseurs tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSNa)[16],[17],[18], les antidépresseurs tricycliques, les inhibiteurs de monoamine oxydase[4], certains antidépresseurs tétracycliques, et certains antidépresseurs noradrénergique et sérotoninergique spécifique (NaSSA)[19],[20],[21], peuvent entraîner un syndrome d'arrêt des antidépresseurs.

Les facteurs tels la demi-vie de l'antidépresseur, la quantité prise régulièrement, la rapidité de diminution du traitement, le taux de métabolisme de l'individu, influencent la sévérité et la fréquence du syndrome d'arrêt des antidépresseurs[4].

Les nouveau-nés de mères sous antidépresseurs peuvent éprouver un syndrome d'arrêt des antidépresseurs[22],[23],[24].

Le syndrome d'arrêt des antidépresseurs a été rapporté lors du passage d'un antidépresseur à un autre antidépresseur[12]. Aussi lors de ce relais, le syndrome de sevrage des antidépresseurs peut être interprété à tort comme les effets secondaires intolérables du nouvel antidépresseur.

Évaluation[modifier | modifier le code]

Jusqu'à présent, un seul outil évaluant les symptômes de sevrage des antidépresseurs a été développé. Il s'appelle « Discontinuation-Emergent Signs and Symptoms » (DESS)[25]. Cet outil n'est pas diagnostique et, pour le moment, seule la version anglaise existe.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

La non-reconnaissance du syndrome d'arrêt des antidépresseurs peut aboutir à des erreurs de diagnostic à la fois médical et psychiatrique et exposer le patient à des examens diagnostiques inutiles voire à des interventions médicales potentiellement risquées[12].

La revue Prescrire publie en 2008 un extrait du livre Medicines out of Control? Antidepressants and the Conspiracy of Goodwill de Charles Medawar et Anita Hardon. L'extrait choisi évoque la dépendance aux antidépresseurs et l'absence de reconnaissance de cette dépendance par le milieu médical. Ce livre a également reçu un des prix Prescrire[26].

Si les symptômes étaient présents avant l'arrêt (ou la réduction) du traitement, ou si les symptômes peuvent relever d'un autre trouble, ou si le traitement a entrainé une hypomanie ou une euphorie avant l'arrêt ou la réduction, il ne s'agit pas du syndrome d'arrêt des antidépresseurs[4].

Un traitement antidépresseur étant souvent prescrit pour une dépression, il y a un risque de confusion entre le syndrome d'arrêt des antidépresseurs et le retour des symptômes du trouble initial. Les médecins prennent souvent les symptômes de sevrage pour un retour du trouble[27], les effets de retrait des drogues imitant les symptômes des troubles psychiatriques.

Le syndrome d'arrêt des antidépresseurs ne doit pas être confondu avec l'effet rebond.

Le syndrome prolongé de sevrage concernant les antidépresseurs, est l'expérience des symptômes de discontinuation longtemps après l'arrêt du traitement (plusieurs mois, voire années). La paroxétine et la venlafaxine semblent être particulièrement difficiles à arrêter et un syndrome prolongé de sevrage durant plus de 18 mois a été rapporté avec la paroxétine[28],[29],[30].

Classification[modifier | modifier le code]

En 2013, le terme Antidepressant discontinuation syndrome apparaît dans le DSM-5[4],[31]. Le DSM-5 en version française sorti en 2015 décrit le syndrome sous l'appellation « syndrome d'arrêt des antidépresseurs »[2].  

Il est important de savoir que le terme « sevrage » réfère uniquement à des symptômes ; alors que le terme « dépendance » réfère à un comportement[réf. nécessaire]. Et que chacun de ces deux termes possède sa propre classification en ce qu'ils sont distincts l'un de l'autre dans la CIM-10 et le DSM-IV. Au-delà de la pression qui a pu s'effectuer par les groupes pharmaceutiques[réf. nécessaire], la plupart des gens amalgament les deux, sans comprendre la distinction[réf. nécessaire]. C'est peut-être cela aussi qui a mené à l'abandon du terme « sevrage » pour le terme « discontinuation »[réf. nécessaire]. En 2003, le CSM admet que diffuser l'information sur les antidépresseurs concernant les réactions de sevrage et la dépendance de manière à informer les patients sur les risques sans les dissuader de prendre leurs médicaments, est difficile[32],[33]. La dépendance étant connotée négativement. En 1997, Smithkline Beecham (devenu GSK) fait part de son inquiétude concernant une publicité sur le syndrome d'arrêt de peur de l'amalgame entre les symptômes de discontinuation et la dépendance ou l'addiction[34].

Le DSM-5 indique que le syndrome d'arrêt des antidépresseurs n'est pas classé comme un « trouble lié à une substance » car il n'entraîne pas d'effet de renforcement, ni de « comportement de recherche de la substance »[4]. Il est classé dans Medication-induced movement disorders and other adverse effects of medication. Le syndrome d'arrêt des antidépresseurs est iatrogène.

La CIM-10 indique que les antidépresseurs n'entrainent ni dépendance, ni sevrage[35]. Bien que le terme « syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs » n'apparait pas dans la CIM-10 version 2014, le DSM-5 indique que le classement CIM-10 de ce syndrome est le code T43.205 Adverse effect of unspecified antidepressant (T43.205 A Initial encounter, T43.205 D Subsequent encounter, T43.205 S Sequelae)[36].

Même si des termes spécifiques ont été attribués pour désigner les symptômes apparaissant lors de l'arrêt d'un traitement ISRS, le potentiel de dépendance des ISRS est encore aujourd'hui sujet de débat. En 2013, une étude pointe le fait que les régulateurs de médicament se sont principalement fondés sur les définitions de la dépendance et des réactions de sevrage des manuels de diagnostic psychiatrique, qui ont contribué à l'idée que les ISRS ne causent pas de dépendance, alors même qu'il est difficile pour beaucoup de patients d'arrêter leur traitement. Les agences du médicament auraient minimisé la dépendance aux benzodiazépines et les réactions de sevrage des ISRS concernant leur fréquence et leur sévérité en se reposant sur la déclaration des effets secondaires faite par les patients, conduisant à une sous estimation du problème, et une information retardée[37]. L'étude portait sur les agences du médicament aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Danemark et en Europe et conclut que les organismes de réglementation devraient demander des études auprès des fabricants, cela aurait élucidé le potentiel de dépendance des ISRS.

En 2015, Chouinard & Chouinard[38] ont publié les critères diagnostiques des syndromes de sevrage en SSRI ou SNRI et identifiés 3 diagnostics : nouveaux symptômes de sevrage, symptômes de rebond, troubles persistants postérieurs au sevrage.

Prévention[modifier | modifier le code]

Dans la plupart des cas, ces symptômes peuvent être jugulés en diminuant progressivement la posologie à l'arrêt du traitement.

Lors de l'arrêt d'un antidépresseur, remplacer un traitement antidépresseur avec une demi-vie courte par un antidépresseur avec une demi-vie plus longue (ex: fluoxétine) peut diminuer la sévérité et la probabilité de souffrir de symptômes de sevrage[39],[12]. Exemple d'antidépresseur à demi-vie courte : la paroxétine avec une demi-vie moyenne de 20 h[40]. Exemple d'antidépresseur à demi-vie longue : la fluoxétine avec une demi-vie moyenne de 1 à 4 jours[40].

Smithkline Beecham (devenu GSK) indique que la longue demi-vie de la fluoxétine (4-6 jours) et de ses métabolites actifs norfluoxétine ( 4-16 jours) signifie que le médicament actif reste dans le corps jusqu'à 3 mois (5 fois la demi-vie)[34].

La « méthode des 10% » est une méthode de réduction progressive d'un traitement psychotrope conseillée notamment par Heather Ashton[41], Peter Breggin[42], The Icarus Project[43], Freedom Center (en)[43] , le Centre belge d'information pharmacothérapeutique[44], et la Clinical Knowledge Summaries (CKS)[45](Le CKS est une base de données de recommandations cliniques , c'est un service du National Institute for Health and Care Excellence(NICE), lui-même supervisé par le Département de la Santé du Royaume-Uni), afin de diminuer les symptômes survenant à l'arrêt ou lors de la baisse d'un traitement psychotrope. Cette méthode consiste à réduire la dose « en cours » de 10 % toutes les 1, 2 ou 3 semaines. The Icarus Project conseille une baisse toutes les 2 ou 3 semaines[43] tandis que Peter Breggin conseille un palier de 7 à 10 jours (si la durée du traitement a été inférieure à un an de prise)[42]. Le CSK conseille une baisse de 5 à 10 % toutes les 1 à 2 semaines ; ou 12 % de la dose toutes les 2 semaines[45]. Le CSK recommande également le manuel d'Ashton pour plus d'informations sur le sevrage et le protocole[45],[46]. La dose « en cours » n'est pas la dose initiale, mais correspond à la dose restante après chaque diminution. The Icarus Project[43] et Heather Ashton[41] conseillent également lorsqu'il s'agit d'une molécule benzodiazépine ou antidépresseur à demi-vie courte, la substitution par une demi-vie plus longue pour diminuer la sévérité et la fréquence des symptômes de sevrage ou de discontinuation.

Souvent, les médicaments ne sont pas vendus en doses assez petites pour permettre une diminution progressive, aussi les patients doivent utiliser des « méthodes maison » telles[47] :

  • que le broyage des comprimés
  • la dissolution dans l'eau
  • l'ouverture suivi du comptage des billes d'une gélule

Quelques organisation ou sociétés vendent des kits afin de réduire progressivement un traitement antidepresseur[48],[47].

Des thérapie cognitive-comportementale spécifiques ont été envisagées[49].

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Si les symptômes de discontinuation demeurent intenses, il faut revenir à la dose précédant la dernière diminution. Quand les symptômes se seront stabilisés, le patient pourra recommencer à réduire la dose mais plus lentement[50].

En Angleterre, la British Medical Association a mis un service téléphonique en place pour aider les patients ayant des difficultés avec la dépendance et le retrait des médicaments[51],[52]. Le service a un focus particulier pour les benzodiazepines, les Z-drug (en) (zolpidem, zopliclone, zaleplon), les opioides et les antidépresseurs[53].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La prévalence du syndrome d'arrêt des antidépresseurs est inconnue[4].

Selon les résultats de quelques études, la prévalence se situerait entre 35 % et 78 % après l'arrêt brusque de traitements antidépresseurs[54].

En 2002, l'entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline, qui commercialise la paroxétine a dans le résumé des caractéristiques de la paroxétine changé le taux de risque de syndrome de sevrage, le faisant passer de 0,2 % à 25 %[26], le risque passant de 1 sur 500 à 1 sur 4.

L'OMS indique que trois ISRS (fluoxétine, sertraline, paroxétine) figurent parmi les 30 médicaments en tête de la liste de ceux pour lesquels on a rapporté une pharmacodépendance dans la base de données du Centre de Surveillance d’Uppsala (Suède) de juin 2002[1]. En janvier 2001, les données de l'OMS indiquent la paroxétine et la venlafaxine en tête de liste[55], et correspondent aux données recueillies au Royaume-Uni avec le Yellow Card Scheme (en)en ce que la paroxétine et la venlafaxine ont le plus grand nombre de rapport de réaction de sevrage[56],[57].

En 1997, Smithkline Beecham (devenu GSK) annonce que le syndrome d'arrêt n'est pas un phénomène nouveau et est connu depuis les années 1950, et que l'incidence de ce syndrome est entre 21 % et 55 % pour les antidépresseurs tricycliques[34], mais que concernant les ISRS le syndrome semble être moins fréquent. Smithkline Beecham (devenu GSK) annonce en 1997 que le syndrome d'arrêt peut se produire plusieurs semaines après l'arrêt du traitement ; et que le syndrome d'arrêt peut persister jusqu'à 2 mois après l'arrêt d'un traitement antidépresseur[34]. Dès 1997, Smithkline Beecham (devenu GSK) et Lilly sont d'accord pour dire qu'à cause du délai de survenue (entre l'arrêt de l'antidépresseur et la survenue des symptômes de discontinuation), les symptômes de discontinuation peuvent fréquemment ne pas être reconnus comme étant liés au traitement et peuvent être diagnostiqués par erreur comme un retour de la dépression, ce qui peut entrainer un échec concernant le signalement de ces symptômes[34].

Le syndrome d'arrêt est souvent mis de côté (non reconnu) en faveur de l'hypothèse d'une ré-émergence de la dépression.

Mais le syndrome d'arrêt est également présents chez les nouveau-nés dont les mères étaient sur ISRS pendant la grossesse, ce qui occulte la possibilité d'une ré-émergence de la dépression chez ceux-ci[23].

Historique[modifier | modifier le code]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

La première fois que des symptômes de discontinuation des antidépresseurs ont été rapportées, ils concernaient l'imipramine, premier-né de la famille des antidépresseurs tricycliques (ATC), à la fin des années 1950 [réf. nécessaire]; et chaque nouvelle catégorie d'antidépresseur a rapporté des symptômes de sevrage similaire à ceux rapportés la première fois, y compris les inhibiteurs de monoamine oxydase (IMAO), les ISRS et les IRSNa. En 2001, au moins 21 antidépresseurs différents, couvrant toutes les principales catégories, étaient connus pour provoquer des syndromes de sevrage[28]. Le problème a été peu étudié, et la plupart des rapports sur le sujet concernaient de petites études cliniques. L'incidence de ces symptômes est difficile à déterminer, et est controversé[28].

Les scientifiques étaient divisés quant à l'utilisation ou non du terme « dépendance » et du terme « sevrage » concernant les antidépresseurs.

Classification[modifier | modifier le code]

L'OMS indique que le terme « syndrome d'arrêt » (discontinuation syndrome) est devenu majoritaire par rapport à « syndrome de sevrage » (withdrawal syndrome) à partir de 1997, après un symposium sur le syndrome d’arrêt des antidépresseurs tenu en 1996[1], en Arizona aux États-Unis[58],[59]. Un rapport britannique daté de 1996 ayant statué qu'il n'y a pas d'évidence de dépendance physique concernant les ISRS, un grand groupe pharmaceutique, qui a sponsorisé le symposium en 1996, propose en 1998 au Committee on Safety of Medicines (en)(CSM) d'utiliser le terme discontinuation reactions, étant donné que le terme « sevrage » (withdrawal) fait référence à une addiction[60],[61],[33],[62],[63].

Le CSM, après avoir statué qu'il n'y a pas de preuve que les antidépresseurs entrainent une dépendance, mais que les réactions de sevrage semblent être un effet de classe des antidépresseurs, trouve inapproprié de changer la terminologie médicale de cette façon en 1998, et en conséquence refuse la proposition[61],[33].

En 1997, Lilly avait une campagne publicitaire annonçant que lorsque le patient est sous traitement Prozac (fluoxétine), le traitement est facile à arrêter, et entraine rarement des symptômes de discontinuation[34].

Avis du comité des médicaments[modifier | modifier le code]

En 2000, le Comité des médicaments à usage humain(CHMP) (ex-CPMP), comité de l'EMA, indique que les études des groupes pharmaceutiques concernant les antidépresseurs n'avaient pas pour objectif d'étudier le phénomène de sevrage et donc ne couvraient pas la période post-traitement, expliquant la carence d'études sur le sevrage ou le potentiel de dépendance des antidépresseurs[64] ; alors même que les antidépresseurs, d'abord opioïdes, amphétamines, barbituriques, benzodiazépines, amineptine, dans leur histoire ont finalement montré une dépendance.

En 2000 le CHMP (ex-CPMP) a également suggéré qu'il n'y a pas de preuve que les antidépresseurs induisent une dépendance[64], ce à quoi l'OMS a répondu que la non-dépendance ne peut être statuée qu'après un examen attentif des rapports reçus de l'ADR monitoring system et pas sur la base terminologique que les réactions de sevrage sont insuffisantes par elles-mêmes à impliquer une dépendance[65].

En 2000 le CHMP (ex-CPMP) recommande d'utiliser le terme « réactions de sevrage » (withdrawal reactions) , plutôt que « réaction de discontinuation » (discontinuation reactions) proposée par certains titulaires d'une autorisation de commercialisation, précisant que les réactions de sevrage n'impliquent pas en soi une dépendance[64].

Avis de l'OMS[modifier | modifier le code]

En 2003 l'OMS a rappelé que le « sevrage » et le « syndrome de dépendance » sont deux critères distincts, et qu'un « sevrage » peut exister sans « syndrome de dépendance »(et inversement)[1], tout en soulignant qu'un lien existe entre le sevrage et la dépendance.

Dans un rapport de 2003, l'OMS mentionnait déjà cette confusion des termes (syndrome de sevrage, pharmacodépendance, syndrome d'arrêt) qui entoure les ISRS et posait la question de l'incidence de cette confusion sur la notification, l’interprétation et la communication des réactions indésirables aux médicaments liées à la dépendance[1], concluant que l’utilisation de termes généraux comme «syndrome d’arrêt du médicament» (drug discontinuation syndrome) au lieu de «sevrage» (withdrawal) gêne le codage et l’interprétation des données[66]. Pour éviter toute association avec la dépendance, un nombre croissant de chercheurs ont utilisé un terme différent, à savoir « syndrome d’arrêt », à la place du syndrome de sevrage[1].

L'OMS indique également que remplacer l'expression conventionnelle « syndrome de sevrage »(withdrawal syndrome) par « syndrome d'arrêt » (discontinuation syndrome) ne fait qu'ajouter de la confusion au débat, et que la terminologie n'a pas d'influence sur le besoin répété d'un individu à prendre une substance[65].

Études récentes[Quand ?][modifier | modifier le code]

Plusieurs études déclarent que les symptômes qui apparaissent à l'arrêt d'un traitement ISRS sont similaires aux symptômes apparaissant à l'arrêt d'un traitement aux benzodiazépines[33],[67], et cela même à une dose thérapeutique[68]. Il subsiste une différence: le patient n'a pas un « comportement de recherche de la substance » pendant un traitement antidépresseur[réf. nécessaire]. Et c'est cette différence qui divise [Qui ?] sur le terme « dépendance ». La première étude signale que dans un contexte thérapeutique, si les utilisateurs d'ISRS augmentent rarement leur dose; la plupart des utilisateurs de benzodiazépine font de même[68], seulement certains augmentent leur dose et deviennent dépendants. La deuxième étude suggère de choisir le terme à utiliser suivant le contexte, plutôt que suivant les caractéristiques ou la sévérité des symptômes apparaissant à l'arrêt d'un traitement antidépresseur ou benzodiazépine[67]. Tandis que la première étude termine sur l'aberration de ne pas classer les symptômes survenant lors de l'arrêt des ISRS comme « dépendance », alors même que ceux des benzodiazépines le sont[33].

Plusieurs études suggèrent d'utiliser les termes « syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs »[69] ou « réactions de sevrage »[67] pour distinguer une dépendance et le sevrage associé, des symptômes de sevrage apparaissant lors de l'arrêt d'un traitement antidépresseur ; et souligner le rapport bénéfice/risque différent par le choix du terme[réf. nécessaire]. Ces deux termes sont désormais utilisés dans la littérature scientifique[70],[3].

Avertissements et procédures[modifier | modifier le code]

En 2002 la FDA a publié un avertissement concernant la paroxétine, au regard des symptômes sévères de sevrage que l'arrêt du traitement peut provoquer chez certains patients[71].

En 2003 GSK doit retirer la mention publicitaire que le Seroxat n'est pas addictif[72].

En 2004, Santé Canada (Health Canada) a émis un avertissement pour alerter sur le risque de complications chez les nouveau-nés de mères ayant pris un antidépresseur au cours du 3e trimestre de grossesse[73],[74]. Cet avertissement concernait les molécules: bupropion, citalopram, fluoxetine, fluvoxamine, mirtazapine, paroxetine, sertraline, venlafaxine.

En 2004, la FDA émet également un avertissement concernant le risque de complications chez les nouveau-nés de mères ayant pris de l'Effexor (venlafaxine) et Effexor XR au cours du 3e trimestre de grossesse, mais indique que ce risque est également présent pour les autres antidépresseurs de type IRSNa[75].

En 2013, un recours collectif , Jennifer L Saavedra contre Eli Lilly and Company[76], intenté contre Eli Lilly, affirme que l'étiquette du Cymbalta (duloxétine, IRSNa) omet d'importantes informations concernant les brain zaps (sensation de choc électrique dans le cerveau) et d'autres symptômes apparaissant à l'arrêt du traitement[77]. Eli Lilly demande le rejet de l'action d'après la doctrine de l'intermédiaire compétent (en) , puisque les docteurs qui prescrivent ce médicament ont été avertis des problèmes potentiels et qu'ils sont les intermédiaires entre Eli Lilly et les patients qui portent le jugement médical. Le tribunal a rejeté cette demande d'Eli Lilly en décembre 2013[78].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « Annex Terminology used in reporting abuse-related adverse drug reactions », sur OMS/WHO, (consulté le 11 mars 2015)

    « SSRIs are an example of how a conceptual confusion over terminology can affect proper reporting, interpretation and communication of adverse drug reactions related to dependence. To avoid the association with dependence, an increasing number of researchers have used a different term, discontinuation syndrome, instead of withdrawal syndrome. The number of hits for discontinuation syndrome in searches of the international medical literature began to increase, relative to the occurrence of withdrawal syndrome, in 1997 after a symposium on antidepressant discontinuation syndrome held in 1996. (...) Thus, even when both tolerance and withdrawal occur, this is not sufficient to meet the requirement for dependence syndrome. (...) Conversely, even when both withdrawal and tolerance are absent, an individual can still have dependence syndrome . (...) It is therefore correct to say that withdrawal and tolerance are neither required nor sufficient for a positive diagnosis of dependence syndrome. »

    « Annexe - Terminologie employée pour notifier les réactions indésirables aux médicaments liées à des abus », sur OMS/WHO, (consulté le 11 mars 2015)
  2. a et b American psychiatric association, DSM-5 - Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, Elsevier Masson, (ISBN 9782294739293, lire en ligne), page 927
  3. a et b Pitchot W., Scantamburlo G., Pinto E., Ansseau M., « Syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs = Discontinuation syndrome associated with antidepressants », RMLG. Revue médicale de Liège, no vol. 62, no10, pp. 624-627,‎ (lire en ligne)
  4. a b c d e f g h i j k l et m (en)Le syndrome de discontinuation associé aux antidépresseurs dans le DSM-5

    « Also, in the case of stimulant augmentation of an antidepressant, abrupt cessation may result in stimulant withdrawal symptoms (see “Stimulant Withdrawal” in the chapter “Substance-Related and Addictive Disorders”) rather than the antidepressant discontinuation syndrome described here. The antidepressant discontinuation syndrome is based solely on pharmacological factors and is not related to the reinforcing effects of an antidepressant. Antidepressant discontinuation syndrome differs from substance withdrawal in that antidepressants themselves have no reinforcing or euphoric effects. The medication dosage has usually not been increased without the clinician’s permission, and the individual generally does not engage in drug-seeking behavior to obtain additional medication. Criteria for a substance use disorder are not met. »

  5. « brain zap », sur psychoactif (consulté le 6 février 2015)
  6. (en) « Brain zap », sur wikidoc (consulté le 6 février 2015)
  7. (en) Frost L, Lal S., « Shock-like sensations after discontinuation of selective serotonin reuptake inhibitors. », Am J Psychiatry, no 152(5):810,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Reeves RR, Pinkofsky HB., « Lhermitte's sign in paroxetine withdrawal. », J Clin Psychopharmacol., no 16(5):411-2,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Prakash O, Dhar V., « Emergence of electric shock-like sensations on escitalopram discontinuation. », J Clin Psychopharmacol., no 28(3):359-60,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Reeves RR1, Mack JE, Beddingfield JJ., « Shock-like sensations during venlafaxine withdrawal. », Pharmacotherapy., no 23(5):678-81,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Pitchot W, Ansseau M., « Shock-like sensations associated with duloxetine discontinuation. », Ann Clin Psychiatry., no 20(3):175,‎ (lire en ligne)
  12. a b c et d (en) Warner CH, Bobo W, Warner C, Reid S, Rachal J., « Antidepressant discontinuation syndrome. », Am Fam Physician, nos 1;74(3):449-56.,‎ , p. 449-56. (lire en ligne)
  13. . Ce tableau est une version légèrement remaniée et traduite de celui proposé par Giovanni Fava et son équipe. Voir Fava GA, Gatti A, Belaise C, Guidi J, Offidani E., "Withdrawal Symptoms after Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Discontinuation: A Systematic Review." Psychother Psychosom. 2015 Feb 21;84(2):72-81.
  14. (en) Warner CH, Bobo W, Warner C, Reid S, Rachal J, « Antidepressant discontinuation syndrome », Am Fam Physician, vol. 74, no 3,‎ , p. 449–56 (PMID 16913164)
  15. (en) Renoir T. Selective serotonin reuptake inhibitor antidepressant treatment discontinuation syndrome: a review of the clinical evidence and the possible mechanisms involved. Front Pharmacol., 16 avril 2013 ;4:45. doi: 10.3389/fphar.2013.00045. eCollection 2013. PMID 23596418 PMCID PMC3627130
  16. (trk) Kora K, Kaplan P, « [Hypomania/mania induced by cessation of antidepressant drugs] », Turk Psikiyatri Derg, vol. 19, no 3,‎ , p. 329–33 (PMID 18791886, lire en ligne)
  17. (en) Tint A, Haddad PM, Anderson IM, « The effect of rate of antidepressant tapering on the incidence of discontinuation symptoms: a randomised study », J. Psychopharmacol. (Oxford), vol. 22, no 3,‎ , p. 330–2 (PMID 18515448, DOI 10.1177/0269881107087488, lire en ligne)
  18. (en) Quaglio G, Schifano F, Lugoboni F, « Venlafaxine dependence in a patient with a history of alcohol and amineptine misuse », Addiction, vol. 103, no 9,‎ , p. 1572–4 (PMID 18636997, DOI 10.1111/j.1360-0443.2008.02266.x)
  19. (en) Anttila, SA; Leinonen, EV, « A review of the pharmacological and clinical profile of mirtazapine », CNS Drug Reviews, vol. 7, no 3,‎ , p. 249–64 (PMID 11607047, DOI 10.1111/j.1527-3458.2001.tb00198.x)
  20. (en) Benazzi, F, « Mirtazapine withdrawal symptoms », Can J Psychiatry, vol. 43, no 5,‎ , p. 525 (lire en ligne)
  21. Blier, P, « Pharmacology of rapid-onset antidepressant treatment strategies », J Clin Psychiatry, vol. 62 Suppl 15,‎ , p. 12–7 (lire en ligne)
  22. (en) Aust N Z J Psychiatry. 2009 Sep;43(9):846-54. doi: 10.1080/00048670903107583., « Serotonin discontinuation syndrome following in utero exposure to antidepressant medication: prospective controlled study. », Aust N Z J Psychiatry., no 3(9):846-54.,‎ (lire en ligne)(en) Galbally M, Lewis AJ, Lum J, Buist A., « Serotonin discontinuation syndrome following in utero exposure to antidepressant medication: prospective controlled study. », Aust N Z J Psychiatry.,‎ (lire en ligne)
  23. a et b (en) L McHenry, « Ethical issues in psychopharmacology », J Med Ethics, no 32(7): 405–410.,‎ (lire en ligne)
  24. (en) Janet C. Currie, Women and Health Protection (Organization), The Marketization of Depression: Prescribing SSRI Antidepressants to Women, Women and Health Protection, , 27 p. (ISBN 0973870109, lire en ligne), page 6« Health Canada issued an Advisory on August 9, 2004 advising pregnant women taking SSRIs during the third trimester of pregnancy that their newborns may experience withdrawal problems. The Advisory states that newborns whose mothers took SSRIs during pregnancy have developed complications at birth requiring prolonged hospitalization, breathing support and tube feeding. Reported symptoms include feeding and/or breathing difficulties, seizures, muscular rigidity, jitteriness and constant crying. The symptoms may be due to “discontinuation effects” (withdrawal from the drug) or other effects of SSRIs.38 »
  25. Rosenbaum JF, Fava M, Hoog SL, Ascroft RC, Krebs WB. Selective serotonin reuptake inhibitor discontinuation syndrome: a randomized clinical trial. Biol Psychiatry. 1998 Jul 15;44(2):77-87.
  26. a et b (rédaction), « Antidepresseurs: les dépendances : "Pilule d’Or Prescrire" conférence-débat “Marché des psychotropes : la dérive” », Rev Prescrire,‎ (lire en ligne [PDF])
  27. « Prescription pills are Britain’s third biggest killer: Side-effects of drugs taken for insomnia and anxiety kill thousands. Why do doctors hand them out like Smarties? Read more: http://www.dailymail.co.uk/health/article-3234334/Prescription-pills-Britain-s-biggest-killer-effects-drugs-taken-insomnia-anxiety-kill-thousands-doctors-hand-like-Smarties.html#ixzz4nPpT6uUZ Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook »
  28. a b et c (en) Haddad, P., « Antidepressant discontinuation syndromes », Drug Saf, vol. 24, no 3,‎ , p. 183–97 (PMID 11347722, DOI 10.2165/00002018-200124030-00003)
  29. (en) L. Tamam et N. Ozpoyraz, « Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Discontinuation Syndrome: A Review », Advances in Therapy, vol. 19, no 1,‎ january–february 2002, p. 17–26 (PMID 12008858, DOI 10.1007/BF02850015, lire en ligne)
  30. Gartlehner G, Hansen RA, Morgan LC, et al. Second-Generation Antidepressants in the Pharmacologic Treatment of Adult Depression: An Update of the 2007 Comparative Effectiveness Review [Internet]. Comparative Effectiveness Reviews, No. 46. Rockville (MD): Agency for Healthcare Research and Quality (US); décembre 2011
  31. (en) Donald W. Black, M.D., Jon E. Grant, M.D., M.P.H., J.D., DSM-5 Guidebook: The Essential Companion to the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition, p 412, American Psychiatric Pub, , 543 p. (ISBN 1585624659, lire en ligne)
  32. (en) « Commitee on Safety of Medicines: Expert group on safety of SSRIs », sur web.archive.org, (consulté le 6 mars 2015)« 5.5.3 The group commented that it was a challenge to disseminate the information [about withdrawal reactions and dependence] in such a way that informed patients about the risks but did not stop them taking the medication »
  33. a b c d et e (en) Nielsen M, Hansen EH, Peter C. Gøtzsche., « What is the difference between dependence and withdrawal reactions? A comparison of benzodiazepines and selective serotonin re-uptake inhibitors. », Addiction., no 107(5):900-8,‎ (lire en ligne)

    « Withdrawal reactions to selective serotonin re-uptake inhibitors appear to be similar to those for benzodiazepines; referring to these reactions as part of a dependence syndrome in the case of benzodiazepines, but not selective serotonin re-uptake inhibitors, does not seem rational. (...)an Eli Lilly representative expressed at a meeting in theCommittee on Safety of Medicines (UK) in 1998 [42]: ‘The Committee was informed that Lilly (marketing authorization holder for Prozac) had expressed concern of the use of the term “withdrawal reaction” when referring to the symptoms occurring on withdrawal of treatment due to the fact that the term “withdrawal” has a specific meaning and implies that the drug is addictive. Lilly has suggested the use of the term “discontinuation reactions.” ’ The Committee did not accept this suggestion [42] but acknowledged, at a later meeting in 2003, that the semantics could be an issue: ‘The group commented that it was a challenge to disseminate the information [about withdrawal reactions and dependence] in such a way that informed patients about the risks but did not stop them taking the medication’ »

    (en) Nielsen M, Hansen EH, Peter C. Gøtzsche., « What is the difference between dependence and withdrawal reactions? A comparison of benzodiazepines and selective serotonin re-uptake inhibitors. », Addiction., , pages 61 à 70 du pdf
  34. a b c d e et f (en) « Smithkline Beecham v Lilly -prozac advertisement », code of practice review, no 20,‎ , p. 65-68 (lire en ligne)« active medicine might remain in the body for up to 3 months (5 times the half-life)(...) "true leadership has to be earned" "reducing the risk of discontinuation syndrome" prozac is rarely associated with unpleasant antidepressant discontinuation symptoms. Prozac's long half-life may protect against such symptoms. So Prozac makes it easy for you and your patients on stopping treatment or if therapy is interrupted".(...) Because of the delay in onset, patients and physicians might not associate these events with the termination of the treatment wich might lead to failure to report the condition. The symptoms might also be mistakenly diagnosed as a relapse of depression, leading to the patient being inappropriately treated with a further course of an antidepressant. Lilly was in agreement with Smithkline Beecham that discontinuation symptoms might frequently not be recognised as medication related events and they might be misdiagnosed as a relapse of depression. (...) Highlighting the occurrence of discontinuation syndrome might lead to confusion amongst doctors that these symptoms were due to dependence or addiction, as seen on withdrawal of benzodiazepines. »
  35. [PDF](fr)Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (atih), CIM-10FR, , 884 p. (lire en ligne)« code F55 page 214 du pdf ou p208 de l'ouvrage: :Abus de substances n'entraînant pas de dépendance:(...) des médicaments psychotropes n'entraînant pas de dépendance tels les antidépresseurs (...) le patient (...) ne présente pas de symptômes de dépendance ou de sevrage comme dans le cas des substances psychoactives précisées en F10-F19 »
  36. (en) American Psychiatric Association, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition (DSM-5), (ISBN 978-0-89042-554-1), page 842
  37. (en) Nielsen M, Hansen EH, Peter C. Gøtzsche., « Dependence and withdrawal reactions to benzodiazepines and selective serotonin reuptake inhibitors. How did the health authorities react? », Int J Risk Saf Med., no 25(3),‎ , p. 155-68 (lire en ligne)
  38. Chouinard G, Chouinard VA. New Classification of Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Withdrawal. Psychother Psychosom. 2015 Feb 21;84(2):63-71.
  39. (en) P.M. Haddad et I.M. Anderson, « Recognising and managing antidepressant discontinuation symptoms », Advances in Psychiatric Treatment, vol. 13, no 6,‎ , p. 447 (DOI 10.1192/apt.bp.105.001966)
  40. a et b (en) Thibault Renoir, « Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Antidepressant Treatment Discontinuation Syndrome: A Review of the Clinical Evidence and the Possible Mechanisms Involved », Front Pharmacol., no 4: 45.,‎ (lire en ligne)« Table 1 Pharmacokinetic and pharmacological parameters of SSRIs. »
  41. a et b (en) « How to withdraw from benzodiazepines after long-term use », sur benzo.org (consulté le 24 mars 2015)

    « Switching to a long-acting benzodiazepine.(...)The larger the dose you are taking initially, the greater the size of each dose reduction can be. You could aim at reducing dosage by up to one tenth at each decrement. For example, if you are taking 40mg diazepam equivalent you could reduce at first by 2-4mg every week or two. When you are down to 20mg, reductions could be 1-2mg weekly or fortnightly. When you are down to 10mg, 1mg reductions are probably indicated. From 5mg diazepam some people prefer to reduce by 0.5mg every week or two »

    « Comment se sevrer des benzodiazépines après un usage prolongé ? »
  42. a et b (en) Peter R. Breggin, David Cohen, Your drug may be your problem, Perseus Publishing, , 279 p. (ISBN 0738203483), page 137« The 10 Percent Method . As noted, this method suggests that 10 percent of the initial dose be removed at each step(...)Seven to ten days is a reasonable length for each step if the duration of drug use has not exceeded one year.(...) Pharmacy textbooks often describe the 10 percent withdrawal method »
  43. a b c et d [PDF]The Icarus Project et Freedom Center, Guide Pour Décrocher des Médicaments Psychotropes En Réduisant Les Effets Nocifs, (lire en ligne), page 47« une réduction de 10% ou moins de la dose initiale tous les 2-3 semaines, ou plus, serait une bonne ligne directrice. (...) Tout particulièrement avec les antidépresseurs et les benzodiazépines, il est parfois possible de faciliter le sevrage en les remplaçant par une dose équivalente d’un médicament similaire avec une “demi-vie” plus longue. »
  44. « Usage rationnel des benzodiazépines », sur cbip.be, (consulté le 26 mars 2015)« Il est préférable de réduire la dose d’un dixième de celle-ci toutes les une à deux semaines »
  45. a b et c (en) « Benzodiazepine and z-drug withdrawal », sur cks.nice.org (National Institute_for Health and Care Excellence)« Withdrawal should be gradual (dose tapering, such as 5–10% reduction every 1–2 weeks, or an eighth of the dose fortnightly, with a slower reduction at lower doses), and titrated according to the severity of withdrawal symptoms. (...) For more information on withdrawal schedules for other benzodiazepines and z-drugs, see the Ashton Manual (available online at www.benzo.org.uk). »
  46. (en) « Benzodiazepine and z-drug withdrawal: Basis for recommendation », sur cks.nice.org (National Institute_for Health and Care Excellence), (consulté le 26 mars 2015)« For information on switching for other benzodiazepines or z-drugs, see the Ashton Manual (...) "For more information on withdrawal schedules for other benzodiazepines and z-drugs, see the Ashton Manual" (...)Examples of drug withdrawal schedules: These are adapted from the Ashton Manual [Ashton, 2002c].(...) These recommendations are in line with published reviews and guidelines on withdrawing benzodiazepines and are based on expert opinion (...)Ashton, 2002b;(...); Ashton, 2011. »
  47. a et b « People are hacking antidepressant doses to avoid withdrawal »
  48. « Dutch website selling tapering kits for coming off antidepressants launches English-language version »
  49. Belaise C, Gatti A, Chouinard VA, Chouinard G. Persistent postwithdrawal disorders induced by paroxetine, a selective serotonin reuptake inhibitor, and treated with specific cognitive behavioral therapy. Psychother Psychosom. 2014;83(4):247-8. doi: 10.1159/000362317.
  50. (en) Heather Ashton, « Slow withdrawal schedules », sur benzo.org (consulté le 24 mars 2015)

    « If withdrawal symptoms are severe (Chapter 3, Table 2) increase the dosage slightly (e.g. to the dose at your last reduction). When symptoms have settled, resume withdrawal at a slower rate. »

    « Comment de sevrer des benzodiazépines après un usage prolongé ? »
  51. (en) « BMA - Prescribed drugs - dependence and withdrawal », sur www.bma.org.uk (consulté le 20 juillet 2017)
  52. (en-GB) Press Association, « BMA calls for helpline for people addicted to prescription drugs », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 20 juillet 2017)
  53. (en) « BMA - BMA calls for national prescription drug helpline », sur www.bma.org.uk (consulté le 20 juillet 2017)
  54. (en) Young A, Haddad P., « Discontinuation symptoms and psychotropic drugs. », Lancet., no 355(9210):1184.,‎ (lire en ligne)
  55. (en) « Integrity in drug promotion », sur socialaudit.org (consulté le 5 mars 2015)
  56. (en) Medicine Control Agency, « Seroxat and withdrawal reactions », sur socialaudit.org, (consulté le 5 mars 2015)« The data from the WHO is consistent with that from the UK Yellow Card Scheme in that venlafaxine and paroxetine have the highest number of reports of withdrawal reactions. »
  57. (en) HGM Westenberg and C Sandner, « Tolerability and safety of fluvoxamine and other antidepressants », Int J Clin Pract., no 60(4): 482–491.,‎ (lire en ligne)« Of the top 20 medicines in UK with reports of symptoms of withdrawal entered on to the British ADROIT database (125), paroxetine was at the top of the list with 1281 reports. Venlafaxine occupied the second position with 272 reports, while fluoxetine, sertraline and citalopram were fourth, fifth and sixth, respectively. Fluvoxamine was placed 19th (Table 1) »
  58. (en) Antidepressant Discontinuation Syndrome: Update on Serotonin Reuptake Inhibitors, Physicians postgraduate Press, (lire en ligne)
  59. (en) McHenry L., « On the origin of great ideas: science in the age of big pharma. », Hastings Cent Rep., no 35(6):17-9.,‎ (lire en ligne)(en) McHenry L., « On the origin of great ideas: science in the age of big pharma », Hastings Cent Rep., no 35(6):17-9.,‎ (lire en ligne)
  60. (en) Margrethe Nielsen, « Thesis: Selective serotonin reuptake inhibitors (SSRI) –sales, withdrawal reactions and how drug regulators reacted to this with benzodiazepines as comparator », , pages1 à 52 du pdf

    « page 19 du pdf: 1996:Closed symposium on “Antidepressant discontinuation events” sponsored by Eli Lilly. 1997: A supplement to the Journal of Clinical Psychiatry was published with several proceedings from the symposium in 1996. The supplement was sponsored by Eli Lilly. 1998:UK authorities published a review of SSRI withdrawal reactions with the conclusion that there was no evidence of a physical dependence problem with the SSRIs and that withdrawal reactions were rare and “relatively mild”(...)At a meeting in the Committee on Safety of Medicines (UK) an Eli Lilly representative expressed concern of the use of the term “withdrawal reaction” when referring to the symptoms occurring on withdrawing treatment due to the fact that the term “withdrawal” has a specific meaning and implies that the drug is addictive. Lilly suggested the term “discontinuation reactions”. »

  61. a et b (en) « Summary of the meeting of the Committee on Safety of Medicines held on Thursday 26 march 1998 », sur web.archive.org, (consulté le 6 mars 2015)« The Committee agreed that the review had revealed no evidence of dependence associated with the SSRIs and related antidepressants. They agreed that withdrawal reactions with the SSRIs and related antidepressants appear to be a class effect. The Committee were informed that Lilly (MA holders for Prozac) had expressed concern at the use of the term 'withdrawal reaction' when referring to symptoms occurring on withdrawal of treatment due to the fact that the term 'withdrawal' has a specific meaning and implies that the drug is addictive. Lilly had suggested the use of the term 'discontinuation reactions'. The Committee were asked whether they thought that a change in terminology from withdrawal reactions to 'discontinuation reactions' would be appropriate as suggested by Lilly. It was agreed that it would be inappropriate to change medical terminology in this way. » »
  62. (en) « Self-Nonmedication », sur NYTimes, (consulté le 11 mars 2015)« In 1996, (...) its manufacturer, Eli Lilly, sponsored a research symposium to address the increasing number of reports of patients who had difficult symptoms after going off their antidepressants(...)was being called antidepressant withdrawal (but which, after the symposium, was renamed “discontinuation syndrome” »
  63. (en) « subject: discontinuation syndrome », sur abc news, (consulté le 15 mars 2015)« Lilly has initiated a new campaign focused on discontinuation symptoms associated with cessation of SSRI therapy. (...) include (...) Journal of Clinical Psychiatry supplement. »
  64. a b et c (en) « Background to the CPMP Position Paper on Selective Serotonin Uptake Inhibitors (SSRIs) and Dependency/Withdrawal Reactions », sur ema.europa.eu, (consulté le 5 mars 2015)« For the majority of the compounds the studies were not designed to study withdrawal phenomena and lack sufficient observations in the critical period after stopping administration. (...) evidence from well-designed preclinical studies with respect to dependency and withdrawal was incomplete.(...)The term ‘withdrawal reactions’ should be used, not ‘discontinuation reactions’ as has been proposed by some marketing authorisation holders. It should be made clear that withdrawal reactions by themselves are insufficient to imply dependence.(...)the available preclinical and clinical evidence does not suggest that SSRIs cause dependence. »
  65. a et b (en) « Drugs of Abuse: Problems of Data Collection, Definitions and Liability Assessment », sur OMS/WHO, (consulté le 12 mars 2015)« The use of a different term discontinuation syndrome to replace the conventional expression withdrawal syndrome is adding more confusion to this debate. (...), the terminology would have no influence on the person's need for repeated doses of the drug.(...)(...)the available pre-clinical and clinical evidence do not suggest that SSRIs cause dependence (EMEA/CPMP/2775/99). How-ever, such a conclusion may only be drawn after a careful review of the significant number of ‘drug dependence’ reports for SSRIs received by the ADR monitoring system and, not on the basis of the terminology discussion that withdrawal reactions by themselves are insufficient to imply dependence »
  66. « 5. Terminologie employée dans la notification des réactions indésirables aux médicaments liées à des abus », sur OMS, (consulté le 4 mars 2015)
  67. a b et c (en) Brady K, « Withdrawal or dependence: a matter of context. », Addiction., no 107(5):910-1.,‎ (lire en ligne)« The most appropriate term is a matter of context, not of the characteristics or severity of symptoms. »
  68. a et b (en) Lader M, « Dependence and withdrawal: comparison of the benzodiazepines and selective serotonin re-uptake inhibitors. », Addiction., no 107(5):909-10,‎ (lire en ligne)

    « BZD and SSRI withdrawal reactions are very similar in their clinical impact despite the differences in the underlying pharmacology. Withdrawal reactions, and by implication the state of dependence, are common in a proportion of both BZD and SSRI users, despite their being maintained on normal therapeutic dosages. SSRI users rarely escalate their doses, nor do they seek illicit supplies. Similarly, the bulk of BZD users are maintained on therapeutic doses by their prescribers. However, some do escalate their doses. »

  69. (en) Shelton RC (The term withdrawal has been used in the past; however, the distinctions between discontinuation symptoms and drug withdrawal are clear. Thus, the use of proper terminology when discussing this phenomenon with patients will help to alleviate concerns and stop the spread of common misperceptions.), « The nature of the discontinuation syndrome associated with antidepressant drugs », J Clin Psychiatry, no 67 Suppl 4:3-7.,‎ (lire en ligne)
  70. (en) Nielsen M, Hansen EH, Peter C. Gøtzsche., « Dependence and withdrawal reactions to benzodiazepines and selective serotonin reuptake inhibitors. How did the health authorities react? », Int J Risk Saf Med., no 25(3):155-68,‎ , p. 155-68 (lire en ligne)
  71. (en) « PAROXETINE - Withdrawal symptoms can be severe (USA) », sur OMS, (consulté le 10 mars 2015)(en) Alison Tonks, « Withdrawal from paroxetine can be severe, warns FDA », BMJ, vol. 324(7332): 260,‎ (lire en ligne)
  72. (en) « Drug firm to drop non-addiction claim », sur irishtimes.com, (consulté le 1er mai 2015)
  73. (en) « Health Canada advises of potential adverse effects of SSRIs and other anti-depressants on newborns », sur healthycanadian (gouvernement), (consulté le 15 mars 2015)
  74. (en) « Newborns may be harmed when pregnant women take Selective Serotonin Re-uptake Inhibitors (SSRIs) and other anti-depressants during the third trimester of pregnancy », sur news-medical, (consulté le 15 mars 2015)
  75. (en) « Effexor and Effexor XR (venlafaxine HCl) », sur FDA, (consulté le 15 mars 2015)
  76. Justia. Jennifer L Saavedra v. Eli Lilly and Company
  77. Overley, Jeff, « Lilly Fights Cymbalta 'Brain Zaps' Suit, Saying It Warned Docs », Law360, (consulté le 3 août 2014)
  78. Rebecca Tushnet for Rebecca Tushnet's 43(B)log December 09, 2013 Learned intermediary doctrine doesn't bar claim at pleading stage

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]