Phénibut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Phénibut
Image illustrative de l’article Phénibut
Image illustrative de l’article Phénibut
Identification
Nom UICPA 4-Amino-3-phenylbutanoic acid
No CAS 1078-21-3
No ECHA 100.012.800
Code ATC N06BX22
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C10H13NO2  [Isomères]
Masse molaire[1] 179,2157 ± 0,0097 g/mol
C 67,02 %, H 7,31 %, N 7,82 %, O 17,85 %,
Données pharmacocinétiques
Demi-vie d’élim. 5,3 heures (250 mg)
Excrétion

Urines: 63% (inchangé)

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Psychotrope
Voie d’administration oral
Grossesse contre-indication
Conduite automobile substance influençant le comportement
Caractère psychotrope
Catégorie Psychotrope
Autres dénominations

Anvifen, Fenibut, Noofen

Risque de dépendance Risque de dépendance

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le phénibut ou acide 4-amino-3-phénylbutanoïque est une substance GABA-mimétique, commercialisée sous les noms Anvifen, Fenibut et Noofen. Son achat se fait principalement sur Internet sous forme de capsules, comprimés, gélules ou en poudre. Il est consommé par voie orale.

En 2020, le phénibut est inscrit sur la liste des psychotropes[2] par le ministère des Solidarités et de la santé. La production, la vente ou cession, l’acquisition et l’emploi sont interdits[3], compte tenu des risques graves pour la santé publique liés à la consommation de cette drogue de synthèse.

Mécanisme d'action[modifier | modifier le code]

Le phénibut agit comme un agoniste complet du récepteur GABAB, de la même manière que le baclofène[4],[5]. Il a une affinité pour le récepteur GABAB entre 30 et 68 fois plus faible que le baclofène et, de ce fait, il est utilisé à des doses comparativement bien plus importantes.

Le phénibut se présente sous la forme de deux éniantiomères : le phénibut (R) a une affinité 100 fois plus élevée pour le récepteur GABAB que le phénibut (S) et se trouve donc être l'énantiomère actif au niveau du récepteur GABAB.

À des concentrations très élevées, le phénibut agirait également comme un agoniste du récepteur GABAA, qui est le récepteur responsable des actions des benzodiazépines, des barbituriques et de l'alcool[6].

Le phénibut se lie également aux canaux calciques dépendants du voltage (CCDV) contenant des sous-unités α2δ et les bloque, de la même manière que la gabapentine et la prégabaline, et est donc un gabapentinoïde (en)[7],[8]. Les deux énantiomères du phénibut présentent sur ce plan une affinité similaire (Ki = 23 et 39 μM, respectivement).

De plus, le phénibut (R) possède une affinité 4 fois plus grande pour les CCDV que pour le récepteur GABAB (K i = 92 μM), tandis que le ( S ) -phénibut ne se lie pas de manière significative au récepteur GABAB (Ki > 1 μM). Sur la base des résultats de cette étude, le phénibut semble avoir une puissance entre 5 et 10 fois plus grande dans ses interactions avec les CCDV contenant une sous-unité α2δ qu'avec le récepteur GABAB[8]. Pour cette raison, le véritable mécanisme d'action du phénibut semble passer par le blocage des CCDV contenant une sous-unité α2δ, ce qui peut expliquer les différences entre le phénibut et son proche parent le baclofène (qui, en contraste, a une activité essentiellement insignifiante en tant que CCDV (Ki = 6 μM) pour le récepteur GABAB et Ki = 156 μM) pour les CCDV contenant une sous-unité α2δ soit une différence d'affinité de l'ordre de 26)[8],[4].

Pharmacocinétique[modifier | modifier le code]

Après ingestion d'une dose de 250 mg chez des volontaires sains, la demi-vie d'élimination est d'environ 5,3 heures et le médicament est à 63 % excrété tel quel dans les urines[9].

Certaines informations limitées ont été décrites sur la pharmacocinétique du phénibut chez les utilisateurs récréatifs prenant des doses beaucoup plus élevées (par exemple, 1 à 3 grammes) que les doses cliniques typiques. Chez ces personnes, le début d'action du phénibut a été rapporté à 2 à 4 heures par voie orale et 20 à 30 minutes par voie rectale, les effets de pointe sont décrits comme se produisant 4 à 6 heures après l'ingestion orale, et la durée totale de la voie orale a été rapportée entre 15 et 24 heures heures (soit environ 3 à 5 demi-vies terminales)[10],[11].

Indications[modifier | modifier le code]

Le phénibut est utilisé en Russie, en Ukraine, en Biélorussie et en Lettonie comme médicament pour traiter l'anxiété et améliorer le sommeil (par exemple, dans le traitement de l'insomnie)[9]. Il est également utilisé pour diverses autres indications, dont le traitement de l'asthénie, de la dépression, de l'alcoolisme, du syndrome de sevrage alcoolique, du syndrome de stress post-traumatique, du bégaiement, des tics, des troubles vestibulaires, de la maladie de Ménière, des vertiges, pour la prévention du mal des transports, et pour la prévention de l'anxiété avant ou après des interventions chirurgicales ou des examens médicaux douloureux[9].

Des allégations erronées de médicament ou de complément alimentaire lui sont attribuées[12].}

Contre-indications[modifier | modifier le code]

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Phénibut commercialisé en Russie
Phénibut vendu sur le Net

Les effets secondaires possibles peuvent inclure de la sédation, de la somnolence, des nausées, de l'irritabilité, de l'agitation, de l'anxiété, des étourdissements, des maux de tête et des réactions allergiques à type d'éruptions cutanées et de démangeaisons . À des doses élevées, une incoordination motrice, une perte d'équilibre et une gueule de bois peuvent survenir[10]

Des symptômes de sevrage peuvent survenir lors de l'arrêt du traitement et, chez les utilisateurs récréatifs prenant des doses élevées, une anxiété de rebond sévère, de l'insomnie, de l'irritabilité, de l'agitation, des hallucinations visuelles et auditives voire une décompensation de psychose aiguë ont été rapportés.

En raison de ses effets dépresseurs sur le système nerveux central, les personnes prenant du phénibut doivent s'abstenir d'activités potentiellement dangereuses telles que l'utilisation de machines lourdes. En cas d'utilisation prolongée de phénibut, en particulier à des doses élevées, la fonction hépatique et la formule sanguine doivent être surveillés, en raison du risque de stéatose hépatique et d'éosinophilie.

S’agissant d’une substance potentiellement dangereuse, les Centres d’Évaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance ont mené une enquête en France, à la demande de l’ANSM, qui a porté sur la période allant de 2007 à 2019[12].

Les rendus de l'étude ont pointé une augmentation récente du nombre d’intoxications chez des usagers de phénibut (7 cas sur 14 signalements en 2019). Des cas de dépendance, mais aussi des intoxications plus graves comme des troubles psychiatriques ou des comas[12].


En février 2018, l'Administration australienne des produits thérapeutiques l'a déclarée substance interdite, invoquant des problèmes de santé dus au sevrage et à une surdose[13],[14].

Le , la Hongrie a ajouté le phénibut et 10 autres produits à sa liste d'interdiction des nouvelles substances psychoactives[15].

Le , la Lituanie a ajouté le phénibut et 9 autres produits à sa liste d'interdiction des nouvelles substances psychoactives[16],[17].

Le , l'Italie a ajouté le phénibut à sa liste d'interdiction des nouvelles substances psychoactives[18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Par arrêté du 9 septembre 2020, modifiant l’arrêté du 22 février 1990 fixant la liste des substances psychotropes
  3. Article R.5132-88 du Code de la santé publique
  4. a et b (en) GABAb Receptor Pharmacology: A Tribute to Norman Bowery: A Tribute to Norman Bowery, Academic Press (ISBN 978-0-12-378648-7, lire en ligne).
  5. Dambrova M, Zvejniece L, Liepinsh E, Cirule H, Zharkova O, Veinberg G, Kalvinsh I, « Comparative pharmacological activity of optical isomers of phenibut », European Journal of Pharmacology, vol. 583, no 1,‎ , p. 128–134 (PMID 18275958, DOI 10.1016/j.ejphar.2008.01.015).
  6. « The effects of agonists of ionotropic GABA(A) and metabotropic GABA(B) receptors on learning », The Spanish Journal of Psychology, vol. 12, no 1,‎ , p. 12–20 (PMID 19476215, DOI 10.1017/S1138741600001438)
  7. (en) Zvejniece L, Vavers E, Svalbe B, Veinberg G, Rizhanova K, Liepins V, Kalvinsh I, Dambrova M, « R-phenibut binds to the α2-δ subunit of voltage-dependent calcium channels and exerts gabapentin-like anti-nociceptive effects », Pharmacology, Biochemistry, and Behavior, vol. 137,‎ , p. 23–29 (PMID 26234470, DOI 10.1016/j.pbb.2015.07.014).
  8. a b et c (en) Vavers E, Zvejniece L, Svalbe B, Volska K, Makarova E, Liepinsh E, Rizhanova K, Liepins V, Dambrova M, « The neuroprotective effects of R-phenibut after focal cerebral ischemia », Pharmacological Research, vol. 113, no Pt B,‎ , p. 796–801 (PMID 26621244, DOI 10.1016/j.phrs.2015.11.013).
  9. a b et c (en) Lapin I., « Phenibut (beta-phenyl-GABA): a tranquilizer and nootropic drug », CNS Drug Reviews, vol. 7, no 4,‎ , p. 471-481 (PMID 11830761, PMCID 6494145, DOI 10.1111/j.1527-3458.2001.tb00211.x).
  10. a et b (en) Owen DR, Wood DM, Archer JR, Dargan PI, « Phenibut (4-amino-3-phenyl-butyric acid): Availability, prevalence of use, desired effects and acute toxicity », Drug and Alcohol Review, vol. 35, no 5,‎ , p. 491-496 (PMID 26693960, DOI 10.1111/dar.12356).
  11. (en) Schifano F, Orsolini L, Duccio Papanti G, Corkery JM, « Novel psychoactive substances of interest for psychiatry », World Psychiatry, vol. 14, no 1,‎ , p. 15–26 (PMID 25655145, PMCID 4329884, DOI 10.1002/wps.20174).
  12. a b et c Aude Rodriguez, Alessandro Evola, « La production, la vente et l’achat de phénibut, un psychotrope de synthèse, sont désormais interdits - Point d'Information », sur www.ansm.sante.fr, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, (consulté le 12 octobre 2020).
  13. (en) Australian Government Department of Health. Therapeutic Goods, « 3.3 Phenibut », sur Therapeutic Goods Administration (TGA) (consulté le 12 octobre 2020)
  14. (en) « Mass school overdose investigation focuses on banned Russian drug », Australian Broadcasting Corporation, (consulté le 12 octobre 2020)
  15. « EMMI Decree substances or groups of compounds classified as new psychoactive substances », Wolters Kluwer, = 1 janvier 2015 (consulté en = 5 august 2020)
  16. (lt) « RINKOS RIBOJIMO PRIEMONĖS FENIBUTUI! », sur ntakd.lrv.lt (consulté le 27 janvier 2020)
  17. (lt) « V-1431 Dėl Lietuvos Respublikos sveikatos apsaugos ministro 2000 m. sausio 6 d. įsakymo Nr. 5 "Dėl Narko... », sur e-seimas.lrs.lt (consulté le 12 octobre 2020)
  18. (it) Lorenzo Arbolino, « Gazzetta Ufficiale », sur www.gazzettaufficiale.it, Ministerio della salute, (consulté le 12 octobre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]