Médazépam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Médazépam
Image illustrative de l’article Médazépam
Image illustrative de l’article Médazépam
Identification
Nom UICPA 9-chloro-2-méthyl-6-phényl-2,5-diazabicyclo[5.4.0]undéca-5,8,10,12-tétraène
No ECHA 100.018.895
Code ATC N05BA03
PubChem 4041
Propriétés chimiques
Formule brute C16H15ClN2
Masse molaire[1] 270,757 ± 0,016 g/mol
C 70,98 %, H 5,58 %, Cl 13,09 %, N 10,35 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

médazépam
Noms commerciaux
  • Ansilan
  • Debrum
  • Medazin
  • Medon
  • Nobritol (en association avec amitriptyline)
  • Nobritol Forte (en association avec amitriptyline)
  • Nobrium
  • Pamnase
  • Resmit
  • Rudotel
  • Rusedal
  • Tranko-Buskas (en association avec scopolamine)
Laboratoire Actavis, Altaa Pharma Deutschland GmbH, Arena, AWD Pharma, Fuh Sheng, Johnson, Kern, Labormed, Lek, NIHFI, Sandoz, Teva
Forme comprimé à 10 mg
Administration per os
Classe Psycholeptiques anxiolytiques, dérivés des benzodiazépines, code ATC N05BA03
Autres informations Contre-indiqué en cas de
  • myasthénie grave,
  • intoxication aiguë alcoolique,
  • association avec un autre médicament dépresseur du SNC,
  • dépendance connue à l'alcool ou à ce médicament

Le médazépam est une benzodiazépine à demi-vie très longue, utilisé pour ses effets anxiolytiques et myorelaxants. Il est notamment métabolisé en diazépam, puis en nordazépam, en témazépam et en oxazépam. C'est la plus simple des benzodiazépines. En effet, cette molécule possède (et comme toutes les autres molécules de cette famille) un cycle benzénique fusionné à un cycle diazépine mais ne possède que deux chaînes latérales (ici l'atome de chlore sur le cycle benzénique et le groupe méthyle sur le cycle diazépine), ce qui lui donne le juste minimum pour être pharmacologiquement active.

Le médazépam est commercialisé en Allemagne, en Espagne, en Italie et aux États-Unis notamment, mais pas en Belgique, au Canada, en France ou en Suisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.

Liens externes[modifier | modifier le code]