Ignaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ignaucourt
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes Avre Luce Moreuil
Maire
Mandat
Alain Leclercq
2014-2020
Code postal 80800
Code commune 80449
Démographie
Population
municipale
87 hab. (2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 36″ N 2° 34′ 28″ E / 49.8267, 2.574449° 49′ 36″ Nord 2° 34′ 28″ Est / 49.8267, 2.5744
Altitude Min. 46 m – Max. 99 m
Superficie 4,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Ignaucourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Ignaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ignaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ignaucourt

Ignaucourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

À dix kilomètres de Moreuil, vingt-trois de Montdidier et vingt-quatre d'Amiens, le village est situé dans la vallée de la Luce, à deux kilomètres de la source.

Sol, sous-sol, relief[modifier | modifier le code]

Dans la vallée de la Luce, le sol est tourbeux. La faible quantité de tourbe n'a pas vraiment permis son exploitation. Sur le plateau, le limon éolien datant de l'Éocène domine tandis que dans les vallées du Blamont et des Berlandins, la craie marneuse affleure au-dessus de la craie blanche et du calcaire à silex[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Une nappe souterraine, située entre 5 et 25 m de profondeur alimente les puits communaux en 1898[1]. La rivière Margot prend alors sa source dans les prés du château et va rejoindre la Luce à Démuin[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village pourrait venir de Igni curtis, domaine du feu, ou, plus vraisemblablement, de Ignaldi curtis, domaine d'Ignald. On trouve Iwencourt en 1251 et Inaucort en 1281. Ignocourt en 1584 et 1696[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1636, les Espagnols mettent à feu le village et ravagent l'église. Happeglène est alors détruit et probablement la chapelle Saint-Claude[1].
  • En 1690, le village a déjà son école[1].
  • Avant sa canalisation, la Luce actionnait un moulin à wade, à l'entrée du marais[1].
  • En 1814 et 1815, les Cosaques occupent Ignaucourt[1].
  • En 1870, lors des combats de Villers-Bretonneux, les Allemands sont présents dans la commune. La « contribution » locale se monte à 23 000 F[1].
  • Le village perdra trois de ses enfants pendant la Première Guerre mondiale. Leur nom figure sur une plaque commémorative dans la mairie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
En cours en 1914   Albert Paul Amédée Cailleux[Note 1]   Docteur
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Alain Leclercq   Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1710, on compte 30 « feux »[Note 2] dans la paroisse[1].

En 2013, la commune comptait 87 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
197 220 207 199 201 223 207 222 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222 223 227 215 218 214 204 214 191
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
171 144 114 91 114 97 100 108 97
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
82 79 81 64 63 82 80 81 91
2013 - - - - - - - -
87 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Quentin, datée des XVIe siècle et XVIIe siècle, le clocher primitif était une tour carrée en bois. Restaurée après la Première Guerre mondiale.
  • Château d'Ignaucourt du XVIIIe siècle. Vestiges d'un château du XIIIe siècle.
  • Chapelle seigneuriale d'Happeglenne (ou Happeglène).
  • Chapelle Notre-Dame-de-Liesse, dressée en 1741, après l'incendie d'une ferme..
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Paul Gillon (Paris, 1926- Amiens, 2011), dessinateur et scénariste de bandes dessinées, habitant Ignaucourt.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (1874-1920).
  2. Les feux correspondent aux foyers.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j M. Moitié, Notice géographique et historique réalisée par l'intituteur d'Ignaucourt, 1898, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. Lire en ligne la notice de l'instituteur réalisée en 1898. Site des Archives départementales.
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 8 septembre 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.